Les sanctions américaines seraient impliquées dans le "réseau" d'embargo pétrolier

Trois personnes, 14 entités et six navires accusés de liens avec un réseau mexicain pour contourner l'embargo sur le transport de pétrole vénézuélien
Atalayar_PDVSA Pétroleo Venezuela

PHOTO/AFP  -   Un travailleur de la compagnie pétrolière d'État vénézuélienne PDVSA brandit un drapeau iranien

Le Trésor américain a sanctionné un certain nombre de négociants en pétrole et de transporteurs de pétrole brut européens. Ils ont été sanctionnés pour avoir aidé un réseau mexicain à travailler avec le Venezuela afin d'échapper à l'embargo américain et de déplacer son pétrole vers l'Asie et d'autres parties du monde.

Ces nouvelles sanctions de l'Office du contrôle des avoirs étrangers du Trésor sont arrivées le dernier jour du mandat du président Donald Trump. Auparavant, l'administration Trump avait cherché à renforcer les sanctions contre le Venezuela et à les resserrer en prévision de l'entrée en fonction de l'administration Biden.

Ils ont ciblé trois individus, 14 entités et six navires pour leurs liens avec un réseau qui aurait tenté de se soustraire aux sanctions américaines sur le secteur pétrolier du Venezuela. Les participants du côté mexicain du réseau ont été sanctionnés l'année dernière.

Parmi les personnes sanctionnées figuraient les sociétés de commerce de pétrole basées à Malte, Swissoil Trading et Elemento Ltd, ainsi que le propriétaire de Swissoil, Philipp Paul Vartan Apikian, le citoyen vénézuélien-espagnol Francisco Javier D'Agostino Casado, et le facilitateur central et citoyen italien Alessandro Bazzoni. Les sanctions prétendent que Bazzoni a relié Elemento et Swissoil à la compagnie pétrolière d'État vénézuélienne, PDVSA, pour la vente de pétrole lourd vénézuélien. D'Agostino aurait représenté la compagnie pétrolière d'État vénézuélienne dans les transactions.

Le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin a déclaré que le "régime illégitime" de Nicolás Maduro, que Washington ne reconnaît plus comme le président du pays sud-américain, "continue d'utiliser Petróleos de Venezuela SA (PDVSA) comme principal canal de corruption pour exploiter et profiter des ressources naturelles du Venezuela".  

Il a également annoncé que "ceux qui facilitent les tentatives du régime illégitime de Maduro de se soustraire aux sanctions américaines contribuent à la corruption qui ronge le Venezuela". Il a également ajouté que "les États-Unis restent déterminés à cibler ceux qui permettent au régime Maduro d'abuser des ressources naturelles du Venezuela."

Atalayar_Barco Irán Venezuela Pétroleo
FP PHOTO/MINCI - Le pétrolier Fortune battant pavillon iranien accoste à la raffinerie d'El Palito après son arrivée à Puerto Cabello, au Venezuela

Il a annoncé des mesures financières punitives contre "les nouveaux organisateurs et facilitateurs liés au réseau basé au Mexique" qui ont déjà été sanctionnés en juin pour la vente illégale de pétrole vénézuélien.

Les pétroliers Sierra et Maksim Gorky, sous pavillon russe, les pétroliers Balita, Domani et Freedom, sous pavillon camerounais, et le Baliar, sous pavillon libérien, font partie des navires sanctionnés pour le transport de pétrole vénézuélien. 

Selon le logiciel de suivi des navires Kpler, Maksim Gorky a livré pour la dernière fois du pétrole brut vénézuélien le 29 décembre à la raffinerie indonésienne Cilap. Alors que Sierra a effectué sa livraison le 22 décembre au terminal chinois de Longkou Liquified Chemicals. Ce dernier, Balita, a également livré du brut vénézuélien à Longkou le 22 octobre, selon Kpler.

Les données de Kpler montrent que Domani et Freedom ont livré pour la dernière fois du brut vénézuélien le 7 et le 8 janvier, respectivement, au centre de transbordement flottant international de Linggi en haute mer, en Malaisie, où le pétrole peut être transféré par éclairage. Le Baliar, catalogué comme Legacy par Kpler, aurait livré du pétrole vénézuélien au terminal de Dongjiakou en Chine.

Les autres entités sanctionnées sont toutes les sociétés détenues ou contrôlées par Bazzoni, D'Agostino ou Elemento, y compris 82 Elm Realty et Catalina Holdings Corp. basée à New York.

Le Département d'Etat et le Trésor ont déclaré que les actions se concentraient sur les personnes ayant des relations importantes avec un réseau mexicain qui a conspiré avec le ministre du pétrole de Nicolas Maduro, Tareck El Aissami ; le courtier Alex Nain Saab Moran a également été accusé de négocier des ventes et de blanchiment d'argent.