PUBLICIDAD

Iberdrola

Les satellites espions avec lesquels les États-Unis, l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne envisagent l'invasion de l'Ukraine

Les plateformes spatiales électro-optiques, radar et d'écoute des communications qui observent activement et passivement les avancées des troupes de Vladimir Poutine
usaucrania

PHOTO/USAF  -   Les techniciens de la NRO transmettent des images, du son et des signaux au demi-million d'utilisateurs gouvernementaux de la communauté du renseignement afin que les analystes puissent en extraire des renseignements et faciliter la prise de décision

Les nations qui disposent dans leur arsenal militaire d'yeux et d'oreilles électroniques sophistiqués dans l'espace ont la capacité d'observer et d'écouter tout ce qui se passe jour et nuit dans l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux premières heures du 24 février. 

Des dizaines de satellites espions silencieux appartenant aux pays de l'OTAN captent les communications entre le Kremlin et les principaux commandants des forces militaires russes, tout en suivant les mouvements des colonnes de chars et de véhicules de combat russes qui avancent vers Kiev, Kharkov, Belgorov et Mariupol à travers les plaines ukrainiennes. 

usasatespiaguerraucraniacresa
PHOTO/ESA - La mission première des plateformes électro-optiques et radar dédiées à l'observation de la terre est de capturer des millions d'images des intérêts de sécurité nationale de leurs payeurs respectifs.

Ils scrutent également depuis l'espace les positions des batteries d'obusiers, de canons, de lance-roquettes et de missiles surface-surface qui soutiennent les avancées des unités de combat russes. Et, bien sûr, ils évaluent les dégâts qu'ils ont infligés, avec les avions et les hélicoptères d'attaque de Moscou, aux bases aériennes, aux installations portuaires, aux installations radar et aux positions défensives du gouvernement de Kiev. 

Les pays de l'Alliance atlantique, notamment les États-Unis, la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, reçoivent en permanence de grandes quantités de données qu'ils convertissent en rapports de renseignement pour leurs autorités civiles et militaires. Ils ont réattribué les plans de vol de leurs plates-formes spatiales afin qu'elles accordent une attention préférentielle aux cinq zones où les troupes russes débordent, occupent et contrôlent le territoire ukrainien.

Les États-Unis sont la nation qui possède la plus grande collection de satellites espions et la plus avancée technologiquement. L'organisation responsable du développement, de la fabrication, du lancement et de l'exploitation de ces plateformes orbitales secrètes est le National Reconnaissance Office, ou NRO, une sorte de service de renseignement spatial qui travaille 24 heures sur 24, 365 jours par an. Les données et les images sont transférées pour analyse au Pentagone, au Conseil national de sécurité, au département d'État d'Antony Blinken et aux différentes agences de renseignement américaines.

usasatepiaguerraucrania
PHOTO/USA Senate - Christopher Scolese (à gauche) est depuis 2019 le directeur du National Reconnaissance Office (NRO), l'organisation chargée de développer, fabriquer, lancer et exploiter les dizaines de plateformes orbitales secrètes américaines.
 Ses capacités sont "non disponibles"

Basé à Chantilly, en Virginie, le NRO est l'une des 16 organisations qui composent la communauté du renseignement du gouvernement fédéral. Sous la direction de Christopher Scolese depuis août 2019, un ancien haut responsable de la NASA, la mission principale des plateformes électro-optiques, radar et d'écoute dédiées à l'espionnage est de capturer des millions d'images d'intérêt pour la sécurité nationale, ainsi que d'intercepter, décrypter ou bloquer des centaines de milliards de conversations ou de messages dans n'importe quelle bande du spectre électromagnétique et radio.

Pour le bénéfice de qui ? Christopher Scolese est clair : "Le demi-million d'utilisateurs gouvernementaux de la communauté nationale du renseignement, l'armée, les législateurs et les principaux décideurs de notre pays".

usasatepiaguerraucrania
PHOTO/NSA - Image décryptée par la National Security Agency montrant certains des détails pouvant être atteints par la résolution des satellites électro-optiques KH-11 de la NRO. Il porte le tampon top secret dans le coin inférieur gauche.

Le NRO procède à plusieurs lancements dans l'espace chaque année et met en orbite un nombre variable de satellites espions, nouveaux ou de remplacement. Une demi-douzaine de vols sont prévus pour 2022, avec plus d'une douzaine d'engins spatiaux à mettre en orbite. Le premier de l'année est le satellite d'observation USA-326, qui a volé le 2 février. Quelle est sa technologie ? Le secret le plus absolu. Lorsqu'on lui demande ses paramètres orbitaux et ses capacités d'observation ou d'écoute, la réponse est un laconique "non disponible".

Et ce parce que, comme il est évident, la conception et les performances de tous les satellites de la NRO sont top secret. Les informations officielles à leur sujet sont pratiquement inexistantes, et celles qui sont diffusées exagèrent ou sous-évaluent les données, ce qui entraîne de toute façon la confusion et la désinformation. C'est rarement le cas, comme c'est le cas pour les satellites espions électro-optiques KH-11, dont le télescope spatial Hubble est un dérivé pour les applications scientifiques de ses premiers modèles.

Avec un poids au décollage estimé entre 13 et 17 tonnes, les KH-11 sont positionnés à une altitude comprise entre 545 et 800 kilomètres. Leur aspect extérieur est très similaire à celui de Hubble, mais ils sont orientés vers la Terre plutôt que vers l'Univers. Leur résolution dans les spectres visible et infrarouge est estimée à moins de 20 centimètres, par rapport au télescope Hubble, pour lequel des données fiables sont disponibles. Fabriqué par la Lockheed Martin Corporation, le dernier à être placé en orbite fut USA-314 en avril 2021.

usasatepiaguerraucrania
PHOTO/ULA - Le peu que la NRO sait des satellites espions se résume à leurs logos, qui sont dessinés sur le sommet des fusées mises en orbite. La photo montre la plateforme radar USA-247 ou Topaz 3, lancée le 6 décembre 2013.

Mais les KH-11 ne peuvent pas voir la surface de la Terre en présence de nuages. C'est à cela que servent les satellites équipés de radars à ouverture synthétique (SAR), qui peuvent voir les détails presque inestimables des infrastructures militaires et des systèmes d'armes. Le plus récent envoyé dans l'espace est USA-281, dont le nom de code officiel est Topaz 5, en orbite depuis le 12 janvier 2018. Entouré du plus grand secret, son radar est connu pour être doté d'une grande antenne capable d'obtenir des images spectrales d'une résolution inférieure à 50 centimètres. Fabriqués par Boeing, ils sont situés à une altitude d'environ 1 100 kilomètres.

 Écoute et décryptage des communications 

Le NRO dispose également de toute une panoplie de dispositifs de renseignement électromagnétique, ELINT (ELectronic INTelligence), et de dispositifs de signaux, SIGINT (SIGnals INTelligence), qui scrutent, brouillent ou décryptent les communications. Parmi ceux dédiés aux missions SIGINT, on trouve la famille Orion - également connue sous le nom de Mentor - fabriquée par Northrop Grumman. Le dernier en date à avoir été placé sur une orbite géostationnaire à une altitude de 36 000 kilomètres est USA-311, qui a décollé le 11 décembre 2020. 

usasatepiaguerraucrania
PHOTO/White House - Le choix du président Biden, l'avocate Avril Haines, est la directrice du renseignement national, responsable de la coordination de ses 16 agences de renseignement. Sous Barack Obama, elle a été directrice adjointe de la CIA et adjointe au Conseil national de sécurité.

Parmi les autres SIGINT, citons la famille Trumpet, dont il existe au moins trois générations de plates-formes. Fabriqués par Boeing et pesant entre 3,9 et 4,5 tonnes, ils sont équipés de grandes antennes orientées vers le sol et d'instruments permettant de capter les signaux électromagnétiques. Le dernier en date à être positionné à 36 000 kilomètres d'altitude est USA-278, qui a décollé le 24 septembre 2017 avec des capteurs infrarouges d'alerte précoce SBIRS HEO-3 très sensibles pour détecter les tirs de missiles balistiques.

Les missions ELINT sont effectuées par les Intruders, qui pèsent environ 3,2 tonnes et se trouvent à une altitude de 1 100 kilomètres. Leur tâche principale est de localiser et de suivre les navires de guerre et les sous-marins immergés grâce à leurs transmissions radio codées. Ils sont lancés par paires, les derniers étant les deux USA-274A et B, le 1er mars 2017. 

En Europe, les forces armées allemandes - la Bundeswehr - disposent de cinq satellites radar SAR vétérans, appelés SAR-Lupe, du fabricant national OHB. Pesant près de 800 kilogrammes, ils ont été mis en orbite l'un après l'autre à une altitude de 500 kilomètres entre décembre 2006 et juillet 2008, mais la plupart d'entre eux sont désormais hors service. Dès cette année, ils seront remplacés par trois exemplaires de la nouvelle famille SARah, pesant 1 800 kilos et offrant une bien meilleure résolution.

costo
PHOTO/ULA - Les lanceurs américains les plus puissants, les plus chers et les plus fiables sont à la disposition des satellites espions du NRO dans les bases spatiales de Floride, de Californie et même à l'étranger, dans l'intérêt de la sécurité nationale américaine.

L'Italie et l'Espagne ont également opté pour des satellites radar SAR. Le gouvernement de Rome est en train de renouveler sa flotte de quatre satellites en bande X COSMO-SkyMed de 1 900 kilogrammes en orbite à une altitude de 619 kilomètres, lancés entre juin 2007 et novembre 2010. Ils sont remplacés par les COSMO-SkyMed NG de 2,2 tonnes, dont deux sont déjà dans l'espace, le second le 31 janvier de cette année. L'espagnol est le Paz de 1,4 tonne, appartenant à la société Hsidesat et déployé en février 2018 à une altitude de 514 kilomètres. Elle fournit des services exclusifs au ministère de la défense, en fournissant un grand volume d'images à l'état-major de la défense. 

La France a écarté la technologie radar et a choisi de pousser la technologie électro-optique de haute précision jusqu'à ses ultimes conséquences. Fin 2021, elle a mis hors service ses satellites Helios 2, qu'elle partageait avec la Belgique, l'Italie, la Grèce et l'Espagne, et les a remplacés par une paire de satellites dits CSO, dont un troisième, financé par l'Allemagne, doit encore être placé en orbite. Paris est le seul gouvernement de l'UE à disposer de satellites de renseignement électromagnétique (SIGINT). Il y a un peu plus de trois mois - le 16 novembre - trois plateformes appelées CERES, pesant chacune 445 kilos, ont été envoyées jusqu'à 670 kilomètres pour capter et analyser le trafic des télécommunications intégrées pour le président Emmanuel Macron.