PUBLICIDAD

Iberdrola

Les satellites espions de la Chine observent et écoutent également tout ce qui se passe en Ukraine

Xi Jinping suit la guerre en Europe de l'Est avec ses propres radars, appareils électro-optiques et dispositifs de renseignement sur les signaux
Les hauts gradés des forces armées chinoises et les diplomates de haut rang savent ce qui se passe sur le théâtre des opérations en Europe de l'Est grâce aux images et aux écoutes de ses satellites espions.

PHOTO/Reuters-Jerry Lampen  -   Les hauts gradés des forces armées chinoises et les diplomates de haut rang savent ce qui se passe sur le théâtre des opérations en Europe de l'Est grâce aux images et aux écoutes de ses satellites espions.

L'impasse dans les plaines ukrainiennes entre les forces terrestres et aériennes russes de Vladimir Poutine et les unités de défense de Volodymir Zelenski a forcé la Chine de Xi Jinping à pratiquer un délicat numéro d'équilibriste entre les deux parties belligérantes, bien qu'il soit beaucoup plus à l'écoute de la Russie que de l'Ukraine.

En tant que spectateurs privilégiés, les autorités politiques et militaires de Pékin observent et écoutent avec le plus de détails possible ce qui se passe sur le théâtre des opérations en Europe de l'Est. Parmi les principales sources à partir desquelles ils recueillent des informations figure leur énorme flotte de satellites espions, dont le nombre est estimé par les services de renseignement américains à près d'une centaine de plates-formes.

Tous forment une caravane de satellites qui survolent en permanence et sur différents plans orbitaux les points chauds où les autorités chinoises doivent recueillir des images, des données et des informations, ainsi que détecter et capter des émissions électromagnétiques. Dans ce dernier cas, leurs cibles sont les radars, les liaisons de communication par micro-ondes et les communications mobiles, par exemple celles d'opérateurs comme Iridium, Thuraya et Inmarsat.

Con cerca de 69 años, el ministro de Asuntos Exteriores chino, el diplomático Wang Yi, hace los esfuerzos necesarios para mantener a su país equidistante de las partes en conflicto. En la imagen, en una visita al Kremlin en la primavera de 2018
PHOTO/Kremlin - À 69 ans, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, un diplomate, fait de son mieux pour maintenir son pays à équidistance des parties belligérantes. Photographié ici lors d'une visite au Kremlin au printemps 2018.

Les techniciens militaires chinois reçoivent les images et signaux de leurs satellites, les traitent, les analystes du département de surveillance technique de l'état-major en extraient les informations qu'ils contiennent et transmettent le rapport de renseignement au ministre de la Défense, le général Wei Fenghe, 68 ans, artilleur de formation, en poste depuis la mi-mars 2018. 

Ils transmettent également les résultats de leur analyse au ministère des Affaires étrangères, qui est dirigé depuis mars 2013 par le diplomate Wang Yi, âgé d'environ 69 ans. Bien entendu, un résumé est également envoyé aux cabinets militaire et politique du président Xi Jinping. Quant à savoir si Pékin fournit des informations au ministère russe de la Défense, on ne sait rien, mais c'est peu probable pour l'instant.

Los satélites de inteligencia de señales (SIGINT) de China se lanzan al espacio en grupos de tres y se posicionan cerca unos de otros, al igual que los de Estados Unidos, Rusia y Francia para localizar las emisiones electromagnéticas
PHOTO/DGA - Les satellites chinois de renseignement électromagnétique (SIGINT) sont lancés dans l'espace par groupes de trois et positionnés à proximité les uns des autres, comme le sont ceux des États-Unis, de la Russie et de la France pour localiser les émissions électromagnétiques.
Yaogan-30-02, le nouveau satellite espion de la Chine

Aux yeux de l'opinion publique nationale et internationale, tous les satellites espions de Pékin ont reçu le nom de Yaogan Weixing, qui signifie satellite de télédétection en mandarin. 

Selon les informations officielles fournies par la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC), ces satellites sont destinés à la planification urbaine, à la prévention des catastrophes naturelles et à l'estimation du rendement des cultures. Mais ce sont des fonctions très complémentaires et marginales. 

Los analistas chinos del departamento de Vigilancia Técnica del Estado Mayor General extraen la información de los satélites. Su jefe es el general Wei Fenghe, en la imagen junto al entonces (2018) secretario de Defensa norteamericano, general Jim Mattis
PHOTO/AP-Pablo Martinez Monsivais - Des analystes chinois du département de surveillance technique de l'état-major général extraient des informations des satellites. Leur chef est le général Wei Fenghe, photographié ici avec le général Jim Mattis, alors secrétaire américain à la défense (2018).

En réalité, ils sont tous sous le contrôle du ministère de la Défense et sous le nom générique de Yaogan Weixing, on trouve des satellites espions très différents : certains relèvent de la technologie radar, d'autres sont des satellites électro-optiques opérant dans les spectres visible et infrarouge, et beaucoup d'autres sont des dispositifs de renseignement sur les signaux ou SIGINT, qui sont lancés dans l'espace par groupes de trois. Tous deux sont enveloppés d'un rideau d'opacité.

Avec une telle variété et un tel nombre de plateformes en orbite, la Chine réapprovisionne et renforce en permanence sa vaste constellation militaire. Elle vient de le faire avec la mise en orbite de son sixième satellite cette année. Il s'agit du nouveau satellite de reconnaissance Yaogan-30-02, qui a décollé de la base de Jiuquan, dans le désert de Gobi, au nord de la Chine, le 17 mars, à l'aide d'un lanceur Longue Marche 4C.

El Yaogan-30-02 es un satélite espía electro-óptico que se ha colocado a unos 1.100 kilómetros de altura, la misma que su gemelo el Yaogan-34-01, que le esperaba en órbita desde el 30 de abril de 2021, con el que funciona en red
PHOTO/Ball Aerospace - Yaogan-30-02 est un satellite espion électro-optique qui a été placé à une altitude d'environ 1100 kilomètres, soit la même altitude que son jumeau Yaogan-34-01, qui attend en orbite depuis le 30 avril 2021, avec lequel il fonctionne en réseau.
Le peu que l'on sait d'eux

Comme le Pentagone le fait avec ses homologues américains, les données ci-dessus sont les seules que Pékin publie. Le reste est top secret et on ne sait rien de ses caractéristiques. Mais on sait que Yaogan-30-02 est un satellite espion électro-optique et qu'il a été placé à une altitude de 1100 kilomètres, la même que son jumeau Yaogan-34-01, en orbite depuis le 30 avril 2021, avec lequel il fonctionne en réseau. 

Le centre de recherche et de développement dédié à la fabrication du Yaogan avec une technologie optique haute résolution est l'Académie chinoise de technologie spatiale (CAST), basée à Pékin. L'institution spécialisée dans la technologie des radars à ouverture synthétique (SAR) est la Spaceflight Academy of Technology (SAST), basée à Shanghai.

El presidente Joe Biden ha advertido a Xi Jinping que se abstenga de facilitar ayuda directa de cualquier tipo a Vladimir Putin en su guerra de acoso y derribo a las fuerzas que apoyan al presidente Zelenski en la defensa de Ucrania
PHOTO/White House - Le président Joe Biden a averti Xi Jinping de s'abstenir de fournir une aide directe de quelque nature que ce soit à Vladimir Poutine dans sa guerre visant à harceler et à abattre les forces soutenant la défense de l'Ukraine par le président Zelensky.

Le rythme des lancements de satellites espions de la Chine est frénétique, bien plus rapide que celui des États-Unis. En 2021, elle a lancé 22 satellites de reconnaissance, dont 18 dispositifs d'écoute électronique et quatre satellites d'observation. En revanche, le Pentagone n'enregistre que la mise en orbite de quatre plates-formes d'espionnage, trois d'écoute électronique et une électro-optique.

El nuevo satélite de reconocimiento Yaogan-30-02 fue puesto en órbita el 17 de marzo desde la base de Jiuquan, en pleno desierto de Gobi, con un lanzador Larga Marcha 4C
PHOTO/Xinhua - Wang Jianbho - Le nouveau satellite de reconnaissance Yaogan-30-02 a été mis en orbite le 17 mars depuis la base de Jiuquan, dans le désert de Gobi, par un lanceur Longue Marche 4C.

L'Administration nationale de l'espace de Chine (CNSA), dirigée par le professeur Zhang Kejian, prévoit d'effectuer plus de 50 lancements d'ici 2022 pour mettre en orbite au moins 140 satellites, sondes et structures spatiales. Parmi celles-ci figurent un nombre inconnu de missions d'espionnage et six missions destinées à compléter Tiangong, le complexe orbital habité de trois astronautes de la Chine, qui a déjà été ouvert à la coopération internationale.