Les Syriens se rendent aux urnes en pleine crise économique et sociale

Les élections de ce dimanche ont dû être reportées à deux reprises en raison de l'extension du COVID-19
Une Syrienne vote dans un collège électoral lors des élections législatives syriennes à Damas, Syrie, le 13 avril 2016

AP/HASSAN AMMAR  -   Une Syrienne vote dans un collège électoral lors des élections législatives syriennes à Damas, Syrie, le 13 avril 2016

Le pays est économiquement épuisé et dévasté après neuf ans de guerre civile

Rawan al-Aziz a six ans et vit dans un camp de réfugiés à Atmeh, une ville du nord de la Syrie. Il dit qu'il se souvient encore de sa maison, au sud d'Idlib. « Un foyer pour moi est un endroit où se trouvent mes amis et ma famille. J'ai apporté mes jouets avec moi, mais rien n'est agréable ici », a-t-elle déclaré à Reuters. Rawan est l'une des filles qui ont posé pour le photoreportage de Khalil Ashwi pour Reuters. A l'occasion du neuvième anniversaire du début de la guerre civile en Syrie, Ashwi a fait le portrait d'un enfant pour chaque année où la guerre s'est prolongée.

Bien que de nombreux Syriens n'aient pas encore réussi à rentrer chez eux, ce dimanche, deux mois plus tard que prévu, des élections parlementaires se tiennent, le pays étant toujours en proie à une profonde crise politique et économique et à un conflit armé inachevé. Le président syrien Bachar al-Assad a décidé début mai de reporter une seconde fois ces élections à titre de mesure préventive contre le coronavirus. Ils devaient avoir lieu le 13 avril, alors qu'aucun cas du COVID-19 n'avait encore été détecté, mais ont ensuite été reportés à nouveau jusqu'au 20 mai, date à laquelle 45 infections et trois décès ont été enregistrés dans le pays arabe.   

Carteles de campaña
PHOTO/AFP - Les affiches de campagne des candidats aux prochaines élections législatives syriennes sont affichées dans la ville syrienne d'Alep le 15 juillet 2020

La dernière fois que les Syriens ont exprimé leur volonté lors des élections, c'était en avril 2016. A cette occasion, elles ne pouvaient être organisées que dans les zones sous contrôle gouvernemental. Les habitants des provinces septentrionales d'Al Raqa et d'Idlib, alors contrôlées par le groupe djihadiste État islamique et l'ancienne filiale syrienne d'Al Qaïda, n'ont pas pu participer aux élections.  

Cette fois, la situation est différente. Les derniers rebelles contre Al-Assad sont retranchés dans un bastion de la province d'Idlib alors qu'une grande partie du nord-ouest de la Syrie les Kurdes ont mis en place une administration autonome que Damas ne reconnaît pas. Le gouvernement tente de briser cette résistance afin d'unifier le pays et de mettre fin aux combats.  

Absence de pluralisme politique 

Lors des élections de 2016, 3 450 candidats se sont présentés, mais le parti Baas du président Al-Assad a remporté presque tous les sièges. Bien que la pluralité politique soit reconnue dans la constitution actuelle de 2012, la majorité de l'opposition syrienne est en exil depuis 2011.  

Ce samedi marquera les deux décennies qui se sont écoulées depuis le premier discours de Bachar Al-Assad en tant que président. Ce n'était pas son destin, puisque le père de l'actuel président avait nommé son fils aîné, Bâle, pour lui succéder à la présidence. Mais sa mort en 1994, lorsque sa Mercedes s'est écrasée contre le mur alors qu'elle roulait à grande vitesse et sans ceinture de sécurité, a laissé le sort de la Syrie entre les mains de son jeune frère.  

Bachar Al-Assad
PHOTO/SANA via AP - Le président syrien Bachar Al-Assad comparaît devant le parlement de Damas

En juillet 2000, le jeune Bachar Al-Assad a prononcé son premier discours. La Constitution a dû être modifiée pour le porter au pouvoir à l'âge de 34 ans. Il ne l'a pas quittée depuis lors. Son objectif était de faire de la Syrie un pays un peu plus européen et occidental, avec une légère ouverture économique, tout en gardant le contrôle politique et militaire entre les mêmes mains. Les réformes ont apporté le tourisme et l'internet, la bureaucratie a été simplifiée et le pays a été modernisé. Malgré cela, le système politique n'a pas été réformé pendant cette période et Al-Assad a dû faire face à l'un des pires conflits guerriers du Moyen-Orient au début du siècle. Le leader est apparu comme la seule option face au chaos pour la Syrie et a dominé le pays d'une main de fer au cours des 20 dernières années, malgré les petits espaces laissés à l'opposition.

Un pays dévasté par la guerre 

Neuf ans après le déclenchement de la guerre civile, qui a fait près d'un demi-million de morts, le pays est économiquement épuisé et dévasté par le conflit. La livre syrienne s'est effondrée et a perdu beaucoup de sa valeur. Les Syriens accumulent d'autres devises, comme la livre turque ou les euros, pour faire face à leurs dépenses.  

Début juillet, 3 000 livres syriennes ont été échangées contre un dollar. Il y a un mois, chaque dollar valait 1 000 livres. C'est une augmentation astronomique du taux de change, si l'on considère qu'avant la guerre, 47 livres équivalaient à un dollar. La perte de valeur de la monnaie locale a été si brutale qu'avec le salaire moyen mondial en Syrie, environ 50 000 livres, on ne peut acheter qu'une pastèque ou un sac de citrons. Selon les dernières statistiques, la pauvreté touche 85 % de la population syrienne.

De nombreuses entreprises, telles que les stations d'essence ou les boulangeries, ont également fermé avec l'effondrement de la monnaie. « Nous voyons quelque chose qui n'est jamais arrivé auparavant. Les gens sont plus fatigués que jamais, et cette crise fait que beaucoup de gens qui n'avaient pas osé critiquer Al-Assad auparavant commencent maintenant à le faire », a expliqué Danni Makki, un expert de l'Institut du Moyen-Orient (MEI) dans des déclarations au Periódico de Cataluña. « Beaucoup vont essayer de s'échapper du pays, nous sommes inquiets qu'une deuxième vague de migration vers l'Europe puisse se produire », prévient-il.  

Mercado
AFP/ LOUAI BESHARA - Marché Al-Shaalan à Damas (Syrie)

L'effondrement de la livre a ouvert une nouvelle voie au président turc Recep Tayyip Erdogan pour intervenir en Syrie avec l'injection de la lire turque, qui est devenue la monnaie en circulation. Les citoyens l'utilisent pour leurs paiements et se sont débarrassés de la livre, qui ne sert qu'à l'échanger dans les banques contre un autre euro, un autre dollar ou une autre lire.  

Les citoyens qui se trouvent en dehors de ces zones d'influence sont obligés d'utiliser la livre, car l'utilisation d'autres devises est interdite. La crise affecte donc en particulier les zones contrôlées par le gouvernement de Damas. Les perspectives économiques délicates constituent également une menace pour le président Al-Assad, qui est plus faible que jamais.  

Il est confronté à de graves problèmes économiques. La plus grave est la crise bancaire au Liban, car l'argent de nombreux commerçants syriens se trouve dans ces dépôts et si un parc de jeu devait se produire, ils ne seraient pas en mesure de récupérer leur argent. Les fermetures causées par le coronavirus, la corruption, les disputes de la famille Assad ou les nouvelles sanctions américaines sont un autre coup porté à l'économie syrienne affaiblie. Les experts avertissent que si aucune reprise n'intervient d'ici la fin de l'année ou le début de 2021, si les choses ne changent pas, il pourrait y avoir une famine.

Le nouveau cycle de sanctions américaines contre Al-Assad, sous le nom de Loi de César, vise à punir les individus et institutions syriens et étrangers qui font des affaires avec Damas et isolent Al-Assad. Les sanctions devraient rendre l'économie syrienne encore plus délicate.  

La Russie, l'un des principaux alliés d'Al-Assad, a demandé la levée des sanctions économiques imposées à Damas par les États-Unis et l'Europe. Le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, a déclaré que les sanctions ne devraient pas empêcher la livraison d'équipements et de fournitures essentiels aux régions qui en ont le plus besoin pendant la pandémie et éviter ainsi de nuire à la population civile.

Ministro de Exteriores
AFP/ LOUAI BESHARA - Le ministre syrien des affaires étrangères Walid Muallem lors d'une conférence de presse dans la capitale, Damas, sur les nouvelles sanctions américaines contre le pays

Des agences telles que le Comité international de la Croix-Rouge ont déjà averti que neuf millions de personnes n'ont pas assez à manger chaque jour. L'ONU estime que 83 % des Syriens vivent en dessous du seuil de pauvreté, avec moins de 100 dollars par mois. 

Les citoyens ne sont pas restés silencieux face à cette crise et depuis quelques semaines, des manifestations ont lieu dans tout le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, basé à Londres, mais avec un grand nombre de collaborateurs sur le terrain. L'agence officielle a rapporté qu'il y a eu des rassemblements en faveur d'Al-Assad et contre les sanctions américaines, mais elle n'a pas fait état de manifestations contre l'exécutif.  

La situation économique désastreuse s'est également déplacée vers la politique. En pleine crise économique galopante qui ravage le pays, Al-Assad a décidé de limoger par surprise et à un mois des élections le Premier ministre, Imad Khamis, en poste depuis 2016 et remplacé par Hussein Arnous, qui est ministre des ressources en eau depuis 2018. Le nouveau Premier ministre, 67 ans, né à Idlib, reste également ministre des ressources en eau. Arnous est également ministre des travaux publics et du logement depuis 2013, période durant laquelle son nom figurait sur la liste des personnes sanctionnées par l'Union européenne et les États-Unis.  

La montée du terrorisme 

La recrudescence des attentats de Daech en Syrie est également préoccupante. La semaine dernière, en moins de 48 heures, il y a eu plusieurs embuscades de ce groupe terroriste contre des membres de l'armée régulière syrienne, qui ont fait plus de 50 morts, 20 soldats et 31 djihadistes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.  

La nouvelle stratégie du groupe terroriste pour regagner du terrain consiste à pratiquer des techniques d'embuscade et de guérilla. Le Daech en est venu à élargir son champ d'action, désormais fortement centré sur Idlib, vers l'ouest jusqu'aux villes de Homs, Alep et Raqqa, comme l'Observatoire a pu le constater.  

Yihadistas
REUTERS/KHALIL ASHAWI - Photo d'archive des combattants rebelles de l'organisation Hayat Tahrir al-Sham, la branche syrienne d'Al-Qaida, préparant leurs armes à Jabal al-Arbaeen, qui surplombe la ville d'Ariha dans le nord de la province d'Idlib

Le groupe profite du scénario d'instabilité politique, économique et sociale pour reprendre des forces. Dans le dernier bastion des forces rebelles, le groupe djihadiste Tahrir al-Sham et l'Armée Libre Syrienne (FSA), maintiennent leurs positions, soutenus par les forces militaires turques. Les hostilités dans cette région ont conduit Ankara et Moscou à signer un document précisant les termes de la cessation des hostilités.  En vertu de cet accord, les forces armées russes et turques ont commencé à effectuer des patrouilles conjointes le long de l'autoroute reliant Alep à Damas ou de la route reliant Alep à Laatheque. 

Contagion dans l'enclave des rebelles

La violence à Idlib a été aggravée par l'absence de contrôle sur la crise sanitaire. Les nouvelles infections portent à trois le nombre de cas confirmés dans la région, où les établissements de soins de santé ont été dévastés par des années de guerre civile et où les preuves ont été limitées par le manque de ressources. Les observateurs craignent que le virus ne se propage facilement dans la province d'Idlib, une inquiétude qui s'accroît alors que la Russie, alliée du gouvernement syrien, se mobilise au sein du Conseil de sécurité des Nations unies pour réduire l'aide transfrontalière de la Turquie.

Les groupes d'aide et les agences des Nations unies affirment qu'une telle réduction entraverait la fourniture d'une aide vitale en pleine pandémie mondiale. Les médecins qui suivent les cas disent que des tests et la recherche des contacts sont effectués pour essayer d'isoler et d'empêcher la propagation du virus. Les deux nouveaux cas ont été en contact avec le premier cas confirmé dans la région - un médecin qui s'était déplacé entre différents hôpitaux et villes.

Oficiales del Ejército turco
PHOTO/ Turkish Defence Ministry via AP - Des officiers de l'armée turque, à droite, parlent à un officier de l'armée russe près de la ville turque d'Idil, à la frontière turco-syrienne, avant de mener leur troisième patrouille commune dans le nord-est de la Syrie, le vendredi 8 novembre 2019

« L'anticipation est inutile s'il n'y a pas de confinement adéquat des cas initiaux ou d'isolement approprié », a déclaré Naser AlMuhawish du Réseau d'alerte précoce et de réaction à Arab News « Nous sommes dans une zone de conflit. Les médecins sont donc déjà peu nombreux et doivent se déplacer entre plusieurs endroits ». 

Le premier cas a été signalé jeudi de la semaine dernière et l'hôpital où travaille le médecin a suspendu ses activités et mis en quarantaine les patients et le personnel de soutien pour les tests. Pendant ce temps, les hôpitaux du nord-ouest de la Syrie ont annoncé vendredi qu'ils suspendraient les procédures non urgentes et les services de consultations externes pendant au moins une semaine. Les écoles devaient être fermées jusqu'à nouvel ordre. Avant les cas confirmés, seulement 2 000 personnes environ avaient été testées pour le virus.

Pendant ce temps, le Conseil de sécurité des Nations unies est resté bloqué sur le renouvellement du mandat pour la fourniture de l'assistance transfrontalière. La Russie tente de fermer au moins un passage frontalier entre l'enclave contrôlée par les rebelles et la Turquie, arguant que l'aide doit être acheminée de l'intérieur de la Syrie à travers les lignes de conflit.

Blocage au Conseil de sécurité de l'ONU

Mais les Nations unies et les groupes humanitaires affirment que l'aide à près de 3 millions de personnes dans le besoin dans le nord-ouest ne peut être gérée de cette manière. Un Conseil de sécurité divisé n'a pas pu, pour la deuxième fois vendredi, accepter d'étendre les livraisons d'aide humanitaire de la Turquie à la région, car le mandat actuel de l'ONU pour ce faire a pris fin.

Consejo de Seguridad
PHOTO/ONU/ESKINDER DEBEBE - Conseil de sécurité de l'ONU

Kevin Kennedy, le coordinateur humanitaire régional des Nations Unies pour le conflit syrien, a déclaré à l'Associated Press que laisser un seul point de passage ouvert rendrait l'acheminement de l'aide plus lent, plus coûteux et plus dangereux dans les territoires contrôlés par différents groupes armés.

« Nous avons pris de nombreuses mesures, fourni de nombreux équipements, mais dans une zone surpeuplée avec 2,7 millions de personnes déplacées, l'aliénation sociale est difficile », a déclaré Kennedy. « L'infrastructure sanitaire est faible, beaucoup (d'hôpitaux) ont été bombardés ou détruits, les responsables de la santé ont quitté le pays ou sont morts au combat. La situation est donc mûre pour de nouveaux problèmes si le COVID-19 se répand ».