PUBLICIDAD

Iberdrola

Les talibans évoquent des consultations pour former un gouvernement afghan

Les dirigeants talibans s'entretiennent avec des personnalités de l'ancien gouvernement afghan ou de l'opposition, alors que le mollah Baradar arrive à Kaboul.
Mula Baradar en Qatar

 -   Mula Baradar en Qatar

L'arrivée à Kaboul du mollah Abdul Ghani Baradar Akhund, cofondateur des talibans et chef du bureau politique des insurgés au Qatar, a porté au plus haut niveau les consultations en vue de la formation d'un nouveau gouvernement en Afghanistan après la prise sans effusion de sang de la capitale afghane par les fondamentalistes dimanche dernier.

Le mollah Baradar, qui est largement pressenti pour devenir le prochain dirigeant de l'Afghanistan, est arrivé à Kaboul tard vendredi pour participer aux pourparlers en cours visant à définir la nouvelle structure gouvernementale du pays et ses fondements, qui, selon lui, seront basés sur la charia, ou loi islamique.

"Oui, son excellence le mollah Baradar est arrivé à Kaboul et est occupé à des réunions et des consultations", a déclaré samedi à Efe Bilal Karimi, porte-parole des talibans.

Taliban

Le porte-parole a expliqué que "des réunions et des consultations sont en cours sur la formation du nouveau système (politique) et les résultats seront partagés avec la nation une fois qu'ils seront terminés."

Les chefs talibans sont également en pourparlers avec de hauts responsables de l'ancien gouvernement afghan ou de l'opposition, qui dirigent un conseil intérimaire formé d'urgence pour aider à la transition du pouvoir en Afghanistan avec les insurgés.

Aux commandes, on trouve l'ancien président afghan Hamid Karzai, l'ancien chef de l'exécutif et président du Haut Conseil pour la réconciliation nationale, Abdullah Abdullah, et le chef du parti Hizb-e-Islami et ancien chef de guerre Gulbuddin Hekmatyar.

Abdullah a rencontré aujourd'hui, a-t-il révélé sur Twitter, le gouverneur intérimaire des talibans pour Kaboul, Abdul Rahman Mansour, lui disant que le "retour à la normale" à Kaboul exige que "les citoyens se sentent en sécurité".

L'ancien chef de l'exécutif du gouvernement de coalition de l'ancien président Ashraf Ghani, qui a fui le pays dimanche dernier lorsque les talibans sont entrés dans Kaboul, avait également rencontré cette semaine à sa résidence Khalil Al-Rahman Haqqani, un membre haut placé du redoutable réseau Haqqani, une organisation terroriste désignée par les États-Unis, et une délégation de talibans.

Mula Baradar

Mullah Baradar

Le mollah Baradar, 53 ans, est l'un des visages les plus familiers des talibans. Cofondateur de la milice talibane, il a été considéré pendant des années comme le bras droit du mollah Omar, le chef fondateur du mouvement insurrectionnel fondamentaliste.

En tant que chef du bureau politique des insurgés au Qatar, il a joué un rôle important dans l'accord historique conclu avec les États-Unis en février 2020, qui a fixé une date pour le retrait définitif des troupes étrangères d'Afghanistan, qui doit être achevé ce mois-ci.

Le mollah Baradar est arrivé mardi dernier à Kandahar, berceau du mouvement taliban, dans ce qui était apparemment la première fois depuis la chute du régime taliban en 2001 qu'une délégation talibane de si haut niveau se rendait en Afghanistan.

Mula Baradar

Ce voyage est intervenu un jour seulement après que le mollah Baradar lui-même a déclaré dans un discours la fin de la guerre d'Afghanistan avec la victoire des ultraconservateurs, un succès d'une rapidité inattendue qui s'est achevé dimanche dernier avec la fuite de Ghani et la prise de Kaboul sans effusion de sang.

"Nous avons remporté une victoire qui n'était pas attendue (...) nous devons faire preuve d'humilité devant Allah", avait-il alors déclaré dans la première déclaration publique d'un chef taliban après la conquête du pays.
Baradar a qualifié ce moment historique après la victoire des insurgés de "moment du test".

"Il s'agit maintenant de savoir comment nous servons et protégeons nos concitoyens, et comment nous assurons leur avenir, pour leur offrir une bonne vie du mieux que nous pouvons", a-t-il ajouté.

Calles de Kabul

Évacuation

Alors que les dirigeants talibans ont envoyé des messages de réconciliation à la population, l'assurant d'une "amnistie générale" et qu'il n'y aura pas de représailles contre ceux qui ont collaboré avec les Américains et leurs alliés, une partie de la population se méfie et cherche désespérément à quitter le pays sur un vol d'évacuation.

Cette crainte a fait que des milliers de personnes continuent de se presser aux abords de l'aéroport international, une situation chaotique qui a entraîné des bousculades et un accès fragmentaire à l'intérieur, alors que les forces de sécurité tirent des fumigènes ou des tirs et des explosifs dissuasifs pour contenir la foule.

Les journalistes et défenseurs des droits de l'homme afghans sont parmi ceux qui cherchent à quitter le pays et se heurtent au chaos de l'aéroport, a déclaré Reporters sans frontières (RSF) aujourd'hui.

Dans un communiqué, son secrétaire général, Christophe Deloire, a déclaré qu'ils reçoivent "des dizaines et des dizaines de demandes d'évacuation urgente" et que le problème n'est pas d'obtenir des visas pour eux ou des places dans les avions quittant Kaboul, mais "de faire monter ces personnes dans les avions".