PUBLICIDAD

Marruecos

Les talibans entravent les efforts d'évacuation après avoir reçu le directeur de la CIA à Kaboul

Les insurgés demandent un retrait avant la date limite du 31 août et s'engagent à autoriser les vols commerciaux vers la capitale
Membres des forces armées britanniques participant à l'évacuation du personnel de l'aéroport de Kaboul.

PHOTO/ LPhot Ben Shread/UK MOD Crown copyright 2021/Handout via REUTERS  -   Membres des forces armées britanniques participant à l'évacuation du personnel de l'aéroport de Kaboul

Le glissement de terrain des Talibans, qui a presque entièrement recouvert l'Afghanistan en un temps record de 10 jours, a déclenché un glissement de terrain encore plus important qui a déjà entraîné la plus grande opération d'évacuation logistique de l'histoire. Depuis que le groupe d'insurgés a pénétré dans Kaboul, plus de 60 000 Afghans ont réussi à fuir le pays dans des avions affrétés par les États-Unis et leurs alliés, avec l'intervention remarquée de l'Espagne. Pendant ce temps, des dizaines de milliers de personnes attendent toujours aux abords de l'aéroport international de Kaboul, espérant un miracle face à l'étouffement croissant des talibans. Au moins 19 personnes ont perdu la vie dans cette tentative. Et une grande partie de la population dispersée dans le pays sera ostracisée.

Les fondamentalistes ne permettront pas la présence de troupes étrangères dans le pays après le 31 août. Cette annonce a été faite par le porte-parole des insurgés, Zabihullah Mujahid. S'ils le faisaient, les États-Unis franchiraient une "ligne rouge" qui aurait des "conséquences". La milice radicale a également dénoncé la fuite des travailleurs qualifiés : "Les Américains prennent nos experts et nous leur avons demandé d'arrêter ce processus".

afganistan posibles escenarios
AFP/HOSHANG HASHIMI  -  Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid

De son côté, M. Biden tente de respecter le scénario et de quitter le pays d'Asie centrale avant la date limite, tout en subissant la pression du G7. Le groupe a organisé une réunion extraordinaire pour tenter de convaincre les États-Unis de prolonger le délai d'évacuation. Une entreprise complexe, car supplier les talibans serait une dégradation pour Washington.

Ni Johnson ni Macron n'ont convaincu Biden. Le démocrate a fait remarquer que, sans la coopération des talibans, les efforts d'évacuation ne pouvaient être menés à bien. Le dirigeant américain a également averti qu'une présence prolongée à Kaboul entraînerait une augmentation exponentielle de la probabilité d'une attaque terroriste de Daesh.

afganistan posibles escenarios
REUTERS/LEAH MILLIS  -  Le président américain Joe Biden prononce un discours sur le retrait des États-Unis d'Afghanistan dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche à Washington, aux États-Unis, le 24 août 2021

Le climat de menace a obligé Washington à mettre en marche ses mécanismes. Le directeur de la CIA, William J. Burns, s'est rendu lundi à Kaboul avec son entourage pour une rencontre "in péctore" avec le chef politique des talibans, Abdul Ghani Baradar, a révélé le Washington Post. Après huit ans d'emprisonnement à Guantánamo, Baradar a été libéré de son exil par l'ancien président Trump pour rejoindre la table des négociations avec les insurgés à Doha ; aujourd'hui, il s'impose comme le principal interlocuteur.

Les termes des pourparlers auraient tourné autour d'une éventuelle prolongation de la période de sortie, mais le porte-parole des talibans a catégoriquement démenti avoir conclu ou conclure un futur accord avec les États-Unis sur cette question. Les insurgés rejettent catégoriquement cette proposition et ont interdit aux Afghans de se déplacer et de séjourner à proximité de l'aéroport. Toutefois, ils affirment qu'ils autoriseront le passage des vols commerciaux après le 31 août.

afganistan posibles escenarios
AP/SAUL LOEB  -  Selon un responsable américain, le directeur de la CIA, William Burns, s'est rendu à Kaboul lundi pour rencontrer le principal dirigeant politique des talibans

Pendant ce temps, l'Afghanistan a été plongé dans le chaos en raison de l'arrêt complet des activités, qui a entraîné la fermeture des banques et des magasins. Les femmes et les collaborateurs du gouvernement qui n'ont pas pu quitter le pays restent enfermés dans leurs maisons. Arriver à l'aérodrome est une odyssée pleine de risques que la plupart des Afghans ne peuvent supporter.

La visite des services de renseignement américains à Kaboul n'était pas la seule de Washington. Deux membres du Congrès ont fait un voyage éclair dans la capitale afghane mardi. Seth Moulton, un démocrate du Massachusetts, et Peter Meijer, un républicain du Michigan, qui ont tous deux servi en Irak avant d'être élus, ont pris le premier vol militaire vers Kaboul sans l'approbation de la Chambre. Là, ils se sont intéressés à l'opération, bien qu'ils aient été fortement critiqués pour avoir distrait les équipes de secours et pris des places aux exilés afghans. Ils sont revenus dans les 24 heures.

afganistan posibles escenarios
PHOTO/REUTERS  -  Membre du Congrès Seth Moulton

Jusqu'à présent, la principale figure qui dirigera l'émirat islamique autoproclamé est inconnue, mais tous les regards se tournent vers Baradar. À leur arrivée à Kaboul, les Talibans ont révélé leurs intentions de créer un gouvernement "inclusif", mais la batterie de promesses non tenues par les insurgés induit la méfiance.

Dans ce contexte, les talibans commencent à dévoiler les premières pièces qui composeront l'exécutif. La première nomination a été celle d'Abdul Qayyum Zakir comme ministre de la défense par intérim. Détenu à Guantanamo, au même titre que Baradar, Zakir est devenu un membre important des talibans après avoir quitté l'organisation en raison d'un conflit interne. Il est présumé avoir une relation étroite avec Ismail Qaani, commandant des forces iraniennes Quds.

afganistan posibles escenarios
AFP/ KARIM JAAFAR  -  Le chef de l'équipe de négociation des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, regarde la déclaration finale des pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les talibans présentée à Doha, capitale du Qatar

A son tour, Hibatullah Akhundzada dirige l'organigramme interne de la milice islamique. Selon les experts, il est la plus haute autorité politique, religieuse et militaire, mais le pouvoir politique de facto appartient à Baradar lui-même. Quoi qu'il en soit, le futur gouvernement taliban aura besoin d'une légitimité politique extérieure pour s'établir au pouvoir. Bien qu'aucun État ne les ait reconnus jusqu'à présent, les dirigeants talibans travaillent dans ce sens et ont tenu plusieurs réunions avec le ministre qatari des affaires étrangères, Mutlaq Al Qahtani, et les ambassadeurs allemand et chinois à Kaboul. La seule opposition est concentrée dans la vallée du Panjshir.