PUBLICIDAD

Marruecos

Les talibans entrent dans Kaboul et le gouvernement afghan annonce une passation de pouvoir "pacifique"

Ils ont également achevé la conquête du nord de l'Afghanistan après avoir pris la ville de Mazar-e Sharif
atalayar_talibanes afganistan

PHOTO/AP  -   Des combattants talibans sont assis sur un véhicule dans une rue de la province de Laghman, le 15 août 2021.

Après une conquête éclair d'une grande partie du territoire afghan, les talibans ont finalement atteint Kaboul. Les insurgés ont annoncé qu'ils assiégeaient la capitale "sur tous les fronts". Ils ont également déclaré être en pourparlers avec le gouvernement afghan pour prendre Kaboul "pacifiquement". Abdul Sattar Mirzakwal, le ministre afghan de l'Intérieur, a déclaré que "le transfert du pouvoir à un gouvernement de transition se fera de manière pacifique". Mirzakwal a garanti la sécurité de la capitale, assurant qu'"il n'y aura pas d'attaque contre Kaboul".

Plusieurs médias affirment qu'Ashraf Ghani va démissionner dans les prochaines heures et céder le pouvoir aux talibans, qui affirment déjà contrôler l'ensemble de l'Afghanistan. "Le groupe a établi son contrôle sur l'ensemble de l'Afghanistan", rapporte la chaîne de télévision Al Arabiya.

Les échos de Saigon à Kaboul

Les talibans ont également eu des entretiens avec les États-Unis avant leur arrivée à Kaboul, comme le rapporte le Washington Post. Les responsables diplomatiques américains ont demandé aux insurgés de ralentir leur expansion afin de faciliter l'évacuation du personnel de l'ambassade. Les médias locaux ont fait état du retrait du personnel diplomatique américain et de certains ressortissants afghans "qui ont aidé la mission et ceux qui sont particulièrement exposés aux avancées des talibans".

atalayar_eeuu afganistan
AP/RAHMAT GUL - Un hélicoptère Chinook américain survole la ville de Kaboul, en Afghanistan, dimanche 15 août 2021. Des combattants talibans ont pénétré dans les faubourgs de la capitale afghane dimanche, tandis que des employés paniqués fuyaient les bureaux du gouvernement et que des hélicoptères atterrissaient à l'ambassade des États-Unis.

Les médias sociaux ont été remplis de photos montrant des hélicoptères américains survolant l'ambassade de Kaboul pour évacuer le personnel, une image qui rappelle le moment historique de Saigon, symbole de la défaite américaine au Vietnam. "Pour le président Biden, qui avait espéré un retrait ordonné d'Afghanistan, le chaos qui règne à Kaboul fait écho à Saigon en 1975, précisément ce qu'il voulait éviter", écrit David Ignatious, chroniqueur au Washington Post. Des vidéos ont également été partagées montrant la fumée dégagée par l'incendie de documents de l'ambassade américaine.

La Russie reste en Afghanistan

Comme les États-Unis, d'autres pays ont commencé à relocaliser leurs ressortissants à Kaboul. La Russie, en revanche, a annoncé qu'elle conserverait son personnel diplomatique dans la capitale. Comme l'a déclaré Zamir Kabulov, l'envoyé du Kremlin en Afghanistan, à l'agence de presse Interfax, l'ambassade russe "remplit calmement ses fonctions". L'agence de presse russe TASS a également rapporté que les talibans ont garanti la sécurité de l'ambassade à Kaboul. "Oui, nous avons de bonnes relations avec la Russie et notre politique en général est d'assurer des conditions sûres pour le fonctionnement des ambassades russes et autres", a déclaré Suhail Shaheen, un porte-parole des talibans.

atalayar_fuerzas de seguridad afganas
PHOTO/REUTERS - Un soldat afghan est assis dans un véhicule militaire dans une rue de Kaboul, en Afghanistan, le 15 août 2021.
L'expansion des talibans dans le reste du territoire se consolide

Outre la prise de Kaboul, les talibans continuent de conquérir des zones dans le reste du pays asiatique. La ville de Mazar-e-Sarif, dans le nord du pays, est tombée aux mains des talibans après des combats avec les forces afghanes, qui ont finalement fui vers la frontière ouzbèke. La ville du nord, symbole de la résistance aux insurgés, était contrôlée par Abdul Rashid Dostum, un seigneur de guerre qui a combattu les talibans dans les années 1990. Ghani avait confié le contrôle de la région à Dostum pour combattre les fondamentalistes. Cependant, les combattants de Mazar-e-Sarif ont échoué et les talibans ont fini par contrôler la ville alors que des vidéos étaient enregistrées dans la maison de Dostum. 

"Toutes les régions du pays sont passées sous le contrôle de l'Émirat islamique", a déclaré Zabihullah Mujahid, un porte-parole des talibans. Près de 30 capitales sont sous le contrôle du groupe extrémiste, souvent sans même qu'il y ait eu de combats, comme à Jalalabad, où le gouverneur s'est rendu aux talibans. Cette ville de plus de 280 000 habitants a un grand pouvoir géostratégique car elle fait partie de la plus grande route commerciale entre l'Afghanistan et le Pakistan. Les talibans contrôlent également d'autres zones clés à la frontière de l'Iran et du Turkménistan.

Atalayar_Afganistan
AP/RAHMAT GUL - Des passagers se dirigent vers le terminal de départ de l'aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, en Afghanistan, samedi 14 août 2021. 

Avec l'imminence d'un gouvernement taliban, la communauté internationale regarde désormais avec inquiétude la population afghane. Les femmes, en particulier, retourneront à une ère d'obscurité et les droits qu'elles ont obtenus ces dernières années disparaîtront. Les filles abandonneront l'école et seront formées exclusivement pour être des épouses et des mères. En revanche, ceux qui ne suivent pas les règles fixées par l'émirat en subiront les conséquences brutales, comme cela s'est déjà produit dans certaines régions où des meurtres et des fouets ont déjà été signalés.

Pendant quelques semaines, voire quelques mois, l'Afghanistan sera sous les feux de la rampe médiatique, l'accent étant mis sur la formation du gouvernement taliban et la perte progressive des libertés dans la société. Avec le temps, cependant, la situation en Afghanistan n'occupera plus autant d'espace médiatique. Comme on l'a vu dans d'autres pays tels que le Yémen et l'Irak, la communauté internationale cessera de se focaliser sur la question afghane au point de faire tomber dans l'oubli ses citoyens qui endurent l'oppression du régime taliban.