PUBLICIDAD

Iberdrola

Les talibans mettent en garde la Turquie contre sa présence en Afghanistan

Les insurgés estiment que "la décision des dirigeants turcs n'est pas juste" car "elle constitue une violation de notre souveraineté et de notre intégrité territoriale"
 Photo d'archive, combattants talibans dans le district de Shindand, dans la province de Herat, en Afghanistan.

PHOTO/AP  -   Photo d'archive, combattants talibans dans le district de Shindand, dans la province de Herat, en Afghanistan.

L'Afghanistan a été plongé dans une recrudescence de la violence ces derniers mois, au cours desquels les talibans ont réalisé d'importantes avancées territoriales, au milieu du processus de retrait des troupes internationales, ce qui a suscité l'inquiétude de la communauté internationale étant donné l'incapacité apparente des forces de sécurité à faire face aux insurgés. Avec le retrait des troupes internationales, les groupes d'insurgés ont gagné en puissance sur le terrain, tandis que l'armée nationale afghane connaît un vide de pouvoir qui conduit de nombreux soldats à déserter et à fuir vers le pays voisin. 

Le maintien de la sécurité dans le pays après le retrait des troupes peut devenir un problème pour de nombreux citoyens qui se sentent incertains quant à l'avenir, car le retrait peut poser de nouvelles menaces pour la sécurité et les luttes de pouvoir entre les groupes influents peuvent s'aggraver à mesure que les talibans augmentent leur pouvoir. 

PHOTO/REUTERS - Miembros de la oficina política talibán Abdul Latif Mansoor (L), Shahabuddin Delawar (C) y Suhail Shaheen asisten a una conferencia de prensa en Moscú, Rusia, el 9 de julio de 2021
PHOTO/REUTERS -  Les membres du bureau politique des Talibans Abdul Latif Mansoor (G), Shahabuddin Delawar (C) et Suhail Shaheen assistent à une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 9 juillet 2021.

Le retrait total des troupes internationales contraste avec l'avancée des talibans qui, au cours de leur dernière offensive, ont pris le contrôle d'un district de l'ouest de l'Afghanistan comprenant un important poste frontière avec l'Iran. Au cours de la semaine dernière, les talibans ont envahi les zones frontalières avec cinq pays : l'Iran, le Tadjikistan, le Turkménistan, la Chine et le Pakistan. L'Afghanistan menace de retomber dans une guerre civile sanglante alors que les troupes internationales quittent le pays d'Asie centrale en affirmant avoir "rempli leurs objectifs".

Quelques jours après le départ des soldats américains de la base de Bagram, les talibans ont mené une nouvelle offensive qui a entraîné la chute de plus d'une dizaine de districts. La ville d'Islam Qala et Torghundi, les principales enclaves frontalières avec l'Iran et le Turkménistan respectivement, dans la province d'Herat, sont tombées aux mains des talibans, ce qui porte un nouveau coup aux aspirations du gouvernement à consolider la stabilité dans le pays au moment du retrait des troupes internationales, et après des semaines de nouvelle offensive des insurgés.  

AFP/VYACHESLAV OSELEDKO - La guerra de Afganistán, iniciada tras los atentados del 11 de septiembre, se cobró la vida de decenas de miles de afganos y de unos 2.400 soldados estadounidenses, y supuso el gasto de billones de dólares en lo que se considera un proyecto fallido de construcción nacional
AFP/VYACHESLAV OSELEDKO - La guerre en Afghanistan, lancée après les attentats du 11 septembre 2001, a coûté la vie à des dizaines de milliers d'Afghans et à quelque 2 400 soldats américains, et a entraîné la dépense de milliers de milliards de dollars dans ce qui est considéré comme un projet de construction nationale raté.

Les insurgés se sont concentrés sur la capture de districts et de routes commerciales. La saisie d'Islam Qala est particulièrement contre-productive pour les autorités afghanes, car il s'agit de l'un des établissements les plus importants du pays, qui rapporte quelque 20 millions de dollars aux caisses de l'État grâce à ses activités commerciales.

Les talibans ont également déclaré que les troupes étrangères restant dans le pays après la date de retrait seront une cible. Le porte-parole des talibans, Suhail Shaheen, a déclaré dans une interview à la BBC qu'aucune force étrangère - y compris les entrepreneurs militaires - ne devrait rester à Kaboul une fois le retrait terminé. "S'ils laissent leurs forces derrière eux contre l'accord de Doha, dans ce cas, il appartiendra à nos dirigeants de décider de la marche à suivre", a déclaré Shaheen à la BBC.

REUTERS/SEDAT SUNA - Fotografia. de archivo, el presidente turco Tayyip Erdogan (R) y el entonces vicepresidente estadounidense Joe Biden conversan tras su reunión en Estambul, Turquía 23 de enero de 2016
REUTERS/SEDAT SUNA - Photo d'archive. Photo d'archive, le président turc Tayyip Erdogan (R) et le vice-président américain de l'époque Joe Biden discutent après leur rencontre à Istanbul, en Turquie, le 23 janvier 2016.

Alors que certaines nations commencent à retirer leurs troupes, d'autres, comme la Turquie, commencent déjà à élaborer des plans visant à gagner en influence en Afghanistan et dans la région après le retrait officiel. L'offre de la Turquie de gérer l'aéroport de la capitale afghane fait partie d'une stratégie du gouvernement d'Erdogan visant à le rapprocher des autres puissances occidentales. Face à la faiblesse interne due en partie à la crise économique, Ankara a choisi d'enterrer la hache de guerre et d'arrondir les angles avec le reste des acteurs régionaux, surtout après avoir été exclue de l'accord multilatéral pour l'extraction d'hydrocarbures dans les eaux de la Méditerranée orientale.

Ankara sait que le bon fonctionnement de l'aéroport Hamid Karzai est crucial pour un futur accord de paix en Afghanistan. Les diplomates et les travailleurs humanitaires arrivent par l'aérodrome de Kaboul. En outre, un transport aérien sûr et constant facilite l'activité des coopérants déployés dans le pays. La Turquie maintient un total de 500 soldats sur le sol afghan dans le cadre du contingent de la mission de soutien résolu (RSM) soutenue par l'OTAN. En décembre dernier, le parlement ottoman a décidé de prolonger le déploiement de ses troupes dans le pays d'Asie centrale. Ces troupes n'ont pas pris part à des combats directs, mais ont été engagées dans la formation de plus de 12 000 agents de sécurité locaux. 

AP/RAHMAT GUL  -   Aeropuerto internacional Hamid Karzai, en Kabul, Afganistán
AP/RAHMAT GUL  -   Aéroport international Hamid Karzai, Kaboul, Afghanistan

La délégation turque a reconnu à plusieurs reprises que la paix en Afghanistan doit aller au-delà de l'accord existant entre les États-Unis et les Talibans. À cet égard, Ankara a proposé de tenir une conférence de paix à Istanbul au milieu de la célébration du centenaire de leurs relations diplomatiques.

Toutefois, "la Turquie a fait partie des forces de l'OTAN au cours des 20 dernières années, elle devrait donc se retirer d'Afghanistan sur la base de l'accord que nous avons signé avec les États-Unis le 29 février 2020", a déclaré un porte-parole des talibans, exhortant Ankara à quitter le pays, pourtant "un grand pays islamique" avec lequel ils espèrent entretenir de bonnes relations "lorsqu'un nouveau gouvernement islamique sera établi dans le pays".  Toutefois, "la décision des dirigeants turcs n'est pas juste, elle constitue une violation de notre souveraineté et de notre intégrité territoriale", a déclaré le porte-parole. Malgré le refus des talibans, le pays eurasien poursuit son projet d'étendre son influence dans le pays par une présence militaire, économique et culturelle. De cette façon, la Turquie obtiendrait également une position dominante dans la région de l'Asie centrale.