Les Talibans se tournent vers la Chine pour obtenir des renforts

Les insurgés commencent à préparer leurs alliances en vue d'une éventuelle prise de pouvoir
oficina-politica-taliban

PHOTO/REUTERS  -   Abdul Latif Mansoor (G), Shahabuddin Delawar (C) et Suhail Shaheen, membres du bureau politique des Talibans

Une délégation de talibans dirigée par le mollah Abdul Ghani Baradar s'est rendue en Chine, où elle a rencontré le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, ainsi que le vice-ministre des Affaires étrangères et le représentant spécial de la Chine pour l'Afghanistan, afin de légitimer son rôle dans ce pays d'Asie centrale.

Le porte-parole politique des insurgés, Naeem Wardak, a annoncé sur son compte Twitter qu'une délégation de neuf membres était arrivée en Chine à l'invitation expresse des autorités chinoises. Ce voyage en Chine s'inscrit dans une série de visites que les insurgés ont effectuées ces derniers mois dans divers pays voisins. La dernière en date remonte au 7 juillet, date à laquelle une délégation de talibans s'est rendue en Iran pour discuter de "questions bilatérales".

Selon le porte-parole des Talibans lui-même, lors de la rencontre avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, ils ont discuté "des questions politiques, économiques et de sécurité liées aux deux pays, ainsi que de la situation actuelle en Afghanistan et du processus de paix". La délégation a "assuré la Chine que le territoire afghan ne sera pas utilisé contre la sécurité d'un quelconque pays", a déclaré M. Wardak.

ejercito-nacional-afganistan
REUTERS/PARWIZ - Des soldats de l'armée nationale afghane (ANA) montent la garde à un poste de contrôle repris aux talibans

"La Chine a également réitéré son engagement à poursuivre son aide aux Afghans et a déclaré qu'elle n'interviendrait pas dans les affaires de l'Afghanistan, mais qu'elle aiderait à résoudre les problèmes et à rétablir la paix dans le pays", a conclu le porte-parole des Talibans. La Chine et l'Afghanistan partagent une frontière étroite d'environ 60 km, et le géant asiatique cherche à éviter que cette zone ne soit affectée par l'instabilité du pays voisin.

Pour sa part, le ministre chinois des Affaires étrangères a souligné qu'il attendait des talibans qu'ils "traitent de manière décisive" le Mouvement islamique du Turkestan oriental, qu'il considère comme une "menace directe pour la sécurité nationale de la Chine", en référence à un groupe qui, selon Pékin, est actif dans la région du Xinjiang, à l'extrême ouest du pays. Pékin a déclaré craindre que l'Afghanistan voisin ne serve de point d'appui aux séparatistes.

talibanes-conflicto-afganistan
PHOTO/ALEXANDER ZEMLIANICJHENKO via REUTERS - Le mollah Abdul Ghani Baradar, chef adjoint et négociateur des talibans, et d'autres membres de la délégation assistent à la conférence de paix afghane à Moscou, en Russie

La visite de la délégation des talibans en Chine s'inscrit dans le cadre de la progression rapide des insurgés en Afghanistan depuis que le président américain Joe Biden a annoncé le retrait de toutes les troupes américaines de ce pays d'Asie centrale en avril. Le retrait des troupes internationales d'Afghanistan a commencé en mai et les Talibans ont profité de la situation pour lancer une offensive avec laquelle ils ont réussi à dominer environ 125 des 407 districts qui composent le pays.

Lors de la rencontre entre les insurgés et la Chine, cette dernière a évoqué ce qu'elle considère comme "l'échec de la politique américaine à l'égard de l'Afghanistan", en opposition à la position de Pékin de "non-ingérence dans les affaires intérieures de l'Afghanistan". L'Afghanistan appartient au peuple afghan", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères.

china-presidente-xi-jinping
PHOTO/REUTERS - Le président chinois Xi Jinping assiste au Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine - Table ronde au Grand Hall du Peuple à Pékin le 4 septembre 2018 à Pékin, en Chine

Pékin considère le départ des troupes américaines d'Afghanistan comme une "victoire" qui pourrait faciliter l'expansion de son initiative "Belt and Road" en Afghanistan et dans les républiques d'Asie centrale. Dans le même ordre d'idées, le géant asiatique pourrait établir un corridor stratégique qui lui permettrait, avec son vieil allié le Pakistan, d'exercer davantage de pression sur son rival commun, l'Inde.

En marge de la rencontre entre la délégation des talibans et de hauts responsables chinois, le secrétaire d'État américain Antony Blinken, en visite officielle en Inde, a averti que l'Afghanistan deviendrait un "État paria" si les talibans prenaient le contrôle par la force. "Les talibans disent qu'ils cherchent une reconnaissance internationale, ils veulent un soutien international pour l'Afghanistan. Ils veulent vraisemblablement que leurs dirigeants puissent voyager librement dans le monde, que les sanctions soient levées, etc."

civiles-conflicto-afganistan
PHOTO/REUTERS - Des hommes afghans portent le corps d'un civil dans un hôpital après une attaque à Jalalabad, en Afghanistan

Pendant ce temps, la violence en Afghanistan persiste et, selon un rapport publié par la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), les pertes civiles ont augmenté de 47 % dans le pays d'Asie centrale au cours du premier semestre de l'année, ce qui coïncide avec le retrait des troupes internationales du pays. Selon la MANUA, au moins 1 659 personnes ont été tuées et 3 254 blessées entre janvier et juin de cette année en raison du conflit.