PUBLICIDAD

Iberdrola

Les technologies perturbatrices à double usage, un axe majeur du nouveau Concept stratégique de l'OTAN

L'Accélérateur d'innovation de défense pour l'Atlantique Nord (DIANA) vise à maintenir l'avance technologique sur la Chine et la Russie
L'OTAN est consciente que la primauté technologique influe de plus en plus sur le succès sur le champ de bataille et elle est déterminée à promouvoir l'innovation et à accroître les investissements dans les technologies perturbatrices pour conserver son avantage militaire

PHOTO/BAE Systems  -   L'OTAN est consciente que la primauté technologique influe de plus en plus sur le succès sur le champ de bataille et elle est déterminée à promouvoir l'innovation et à accroître les investissements dans les technologies perturbatrices pour conserver son avantage militaire

Une importante ligne d'action de l'OTAN risque de passer presque inaperçue parce qu'elle n'apparaît pas clairement et explicitement dans le Concept stratégique que les 30 dirigeants des États membres de l'Alliance viennent d'approuver à Madrid.

Mais il est implicitement inclus dans le texte du document qui guidera les affaires transatlantiques au cours de la prochaine décennie. Il s'agit d'une initiative visant à renforcer l'engagement de l'organisation de défense en faveur de la science, de l'industrie et des technologies de pointe, un moyen crucial de maintenir la supériorité face à la menace posée par la Russie et au défi de la Chine.

Pour éviter qu'une telle mesure ne se perde parmi les 49 paragraphes du document qui définit la voie à suivre pour l'OTAN, son secrétaire général, le Norvégien Jens Stoltenberg, a tenu à mettre son nom en avant lors de la conférence de presse qui a clôturé la première journée du sommet des chefs d'État et de gouvernement qui s'est tenu le 29 juin à Madrid.

PHOTO/NATO - El Acelerador de Innovación de Defensa para el Atlántico Norte (DIANA) va a establecer una comunidad de equipos de investigadores, centros de ensayos y startups que centren su actividad en desarrollar tecnologías emergentes de doble uso
PHOTO/OTAN - L'accélérateur d'innovation de défense pour l'Atlantique Nord (DIANA) doit créer une communauté d'équipes de recherche, de centres d'essai et de jeunes entreprises axée sur le développement de technologies émergentes à double usage.

Le Conseil de l'OTAN a officiellement entériné l'Accélérateur d'innovation de défense pour l'Atlantique Nord (DIANA). Sa raison d'être est de soutenir la création, aux États-Unis, au Canada et dans les pays européens de l'Alliance, d'une importante communauté d'équipes de recherche publiques et privées, de start-ups et de centres d'essai axés sur le développement de technologies émergentes à double usage.

Comme l'exprime le Concept stratégique, les Alliés sont conscients que les technologies dites profondes et perturbatrices sont porteuses "à la fois d'opportunités et de risques", qu'elles "modifient" la nature des conflits, qu'elles revêtent une importance stratégique croissante et qu'elles sont "clés" dans la compétition mondiale entre les États. L'OTAN comprend donc que "la primauté technologique influence de plus en plus le succès sur le champ de bataille".

PHOTO/Maxversace - Los altos cargos civiles y militares de la OTAN saben que desde finales del siglo XX la innovación ya no proviene del sector de la defensa, por lo que DIANA y el Fondo de Innovación son los instrumentos para dar un gran salto cualitativo
PHOTO/Maxversace - Les hauts responsables civils et militaires de l'OTAN savent que, depuis la fin du XXe siècle, l'innovation ne vient plus du secteur de la défense. DIANA et le fonds d'innovation sont donc les outils qui permettront de faire un bond en avant. 
L'intelligence artificielle, la première priorité

Quel est l'ensemble des nouvelles technologies futures que l'Alliance souhaite mettre en œuvre ? Sept ont d'abord été sélectionnés, et il y en a maintenant dix, dont le premier est l'intelligence artificielle. Les hauts responsables de l'OTAN s'inquiètent de l'investissement important de Pékin dans ce nouveau domaine technologique. Il n'est donc pas surprenant que ce domaine figure en bonne place sur la liste des priorités de l'Alliance.

Viennent ensuite les technologies quantiques, le Big Data et l'informatique avancée, la technologie hypersonique, la bio-ingénierie et l'amélioration des capacités humaines, les multiples applications spatiales, les nouveaux systèmes de propulsion, les nouvelles sources d'énergie, les matériaux et procédés de fabrication innovants, ainsi que les véhicules et systèmes d'armes terrestres, navals et aéroportés autonomes.

Ce qui doit être réalisé est précisé au paragraphe 24 de la feuille de route naissante pour la future OTAN. Il ne s'agit de rien d'autre que de "promouvoir l'innovation et d'accroître les investissements dans les technologies émergentes et perturbatrices pour maintenir notre interopérabilité et notre avantage militaire". Il vise à tester, évaluer et valider les nouvelles technologies qui permettent de relever les défis critiques en matière de défense et contribuent à la composante dissuasion de l'Alliance.

PHOTO/US Army - La nueva hoja de ruta de la Alianza pretende acelerar la transformación digital de la organización, adaptar su estructura de Mandos a la era de la información y mejorar sus capacidades de ciberdefensa, redes e infraestructuras
PHOTO/US Army - La nouvelle feuille de route de l'Alliance vise à accélérer la transformation numérique de l'organisation, à adapter sa structure de commandement à l'ère de l'information et à améliorer ses capacités de cyberdéfense, de réseau et d'infrastructure. 

L'un des objectifs de DIANA est de créer et de superviser un écosystème d'innovation composé d'une cinquantaine de centres d'essai pour aider les entreprises émergentes à répondre aux besoins technologiques de l'Alliance grâce à des programmes de subventions compétitifs. Plus précisément, la nouvelle feuille de route de l'OTAN vise à "accélérer notre transformation numérique, à adapter notre structure de commandement à l'ère de l'information et à améliorer nos capacités de cyberdéfense, de réseau et d'infrastructure". 

Le secrétaire général adjoint de l'OTAN pour les Défis de sécurité émergents, le Néerlandais David van Weel, est conscient que "l'innovation ne vient plus du secteur de la défense comme c'était le cas jusqu'à la fin du XXe siècle". Il provient de zones "où nous ne sommes plus présents, il faut donc se reconnecter". L'objectif est de renforcer la coopération transatlantique dans le domaine des technologies critiques et de faire un bond en avant en ce qui concerne le programme "Science au service de la paix et de la sécurité" que l'Alliance a lancé en 1958 et redéfini en 2013.

PHOTO/NASA - La OTAN tiene especial interés por 10 tecnologías de vanguardia. La primera es la inteligencia artificial, seguida por las tecnologías cuánticas, las hipersónicas, el Big Data, las nuevas fuentes de energía, los novedosos sistemas de propulsión
PHOTO/NASA - L'OTAN s'intéresse tout particulièrement à dix technologies de pointe. La première est l'intelligence artificielle, suivie par les technologies quantiques, les technologies hypersoniques, le Big Data, les nouvelles sources d'énergie, les nouveaux systèmes de propulsion
DIANA : un site au Royaume-Uni et un au Canada

Plus de 20 nations alliées ont décidé de mettre en commun leurs ressources et d'investir environ 1 milliard d'euros sur les 15 prochaines années dans un fonds de capital-risque dédié à l'innovation, avec des subventions pouvant atteindre 200 000 euros. C'est ce groupe de pays qui a créé le Fonds d'innovation de l'OTAN, l'instrument qui alimentera DIANA en ressources.

L'objectif de ce fonds multi-souverain est de faire en sorte que l'OTAN conserve son avance technologique sur les pays tiers, à savoir la Chine et la Russie. Chaque année, quelque 70 millions seront investis dans l'exploration de technologies à double usage ayant un potentiel d'application directe dans les systèmes, équipements ou produits de défense et de sécurité. 

PHOTO/NATO - El Fondo Innovación y la iniciativa DIANA no figuran de manera explícita en el Concepto Estratégico, pero están incluidos de forma implícita en el documento que va a guiar el devenir transatlántico durante la próxima década
PHOTO/OTAN - Le Fonds d'innovation et l'initiative DIANA ne sont pas explicitement mentionnés dans le Concept stratégique, mais sont implicitement inclus dans le document qui guidera les développements transatlantiques au cours de la prochaine décennie.

DIANA aura deux sites, un en Europe et un en Amérique du Nord. Londres a été choisie pour accueillir le site européen, à l'Imperial College, qui a posé sa candidature conjointement avec Tallinn, la capitale estonienne, qui dispose d'un centre international avancé d'intelligence artificielle et de cybernétique. Les responsables de l'OTAN prévoient que le centre de Londres commencera à fonctionner cette année, qu'il atteindra sa capacité opérationnelle initiale (COI) en 2023 et sa capacité opérationnelle totale (COT) en 2025. Le Canada a été choisi pour positionner le centre de l'autre côté de l'Atlantique.

DIANA et le Fonds d'innovation qui le sous-tend n'ont pas surgi de nulle part au sommet de Madrid, mais il y a neuf mois. Les ministres de la Défense de l'OTAN sont convenus, lors de leur réunion à Bruxelles en octobre 2021, de " renforcer l'Alliance en promouvant et en protégeant l'innovation transatlantique ", et ont mis en place les premiers liens avec l'accélérateur de technologies et le fonds d'innovation qui font désormais partie du Concept stratégique. 

PHOTO/JPons - La cumbre de la OTAN de Madrid ha contado con una exposición de tecnologías en la que empresas como Escribano E&M, Indra, Telefónica y la Policía Nacional han mostrado sus proyectos de vanguardia en la lucha contra los drones intrusivos
PHOTO/JPons - Le sommet de l'OTAN à Madrid a été l'occasion d'une exposition technologique où des entreprises comme Escribano E&M, Indra, Telefónica et la police nationale ont présenté leurs projets de pointe dans la lutte contre les drones intrusifs.

L'Union européenne est également consciente du défi technologique. Le Compas stratégique adopté à la mi-mars a lancé une initiative similaire à celle de l'OTAN il y a un peu plus d'un mois. Au sein de l'Agence européenne de défense (AED), Bruxelles a créé le Centre d'innovation de défense (HEDI), qui vise également à accélérer, tester, évaluer et valider les technologies émergentes, de pointe et à double usage.