PUBLICIDAD

Iberdrola

Les traducteurs afghans pris pour cible par les talibans

Les interprètes, accusés de travailler avec les forces de l'OTAN, sont confrontés à une menace majeure après le retrait des troupes étrangères en septembre
Atalayar_traductores afganistán

AFP/WAKIL KOHSAR  -   Sur cette photo d'archives prise le 30 avril 2021, d'anciens interprètes afghans des forces américaines et de l'OTAN se rassemblent lors d'une manifestation dans le centre de Kaboul, à la veille du début du retrait officiel des troupes de Washington.

Le retrait complet des troupes de l'OTAN en septembre prochain va créer un nouveau paysage politique et social en Afghanistan. L'Alliance quittera ce pays asiatique après deux décennies marquées par l'instabilité, la violence et la montée en puissance des talibans. Le retrait, impulsé par les États-Unis, a été convenu en février 2020 sous l'administration de Donald Trump, même si l'actuel président américain, Joe Biden, a réitéré le pacte avec les talibans.

Selon l'accord de février, les troupes auraient dû quitter le pays en mai dernier, bien que, finalement, Biden ait retardé le retrait officiel jusqu'au 11 septembre. "Il est temps de mettre fin à la plus longue guerre de l'Amérique", a déclaré le président démocrate. Néanmoins, M. Biden a assuré que Washington maintiendra le "travail diplomatique et humanitaire", en plus de soutenir le gouvernement afghan.

Aujourd'hui, à quelques mois de septembre et alors que de nombreuses unités militaires ont déjà commencé à quitter le pays, la population afghane regarde avec inquiétude cette nouvelle étape. Les citoyens qui ont travaillé avec des troupes étrangères, comme les traducteurs, ont mis en garde depuis un certain temps contre les représailles qu'ils pourraient subir de la part des talibans. C'est pourquoi certains pays, comme le Royaume-Uni, offrent l'asile à ces personnes par le biais de programmes de relocalisation. 

Atalayar_Tropas OTAN Afganistán
REUTERS/MOHAMMAD ISMAIL - Des soldats de l'OTAN inspectent près du site d'une attaque à Kaboul, en Afghanistan.

Le ministre de la Défense, Ben Wallace, et la ministre de l'Intérieur, Priti Patel, ont fait pression pour que cette mesure protège les interprètes afghans, car plus de 350 traducteurs ont été tués par les talibans depuis 2014. Mme Patel a déclaré que son gouvernement avait une "obligation morale" de relocaliser ces personnes et de "reconnaître les risques qu'elles ont encourus dans la lutte contre le terrorisme en plus de récompenser leurs efforts." Plus de 3 000 interprètes afghans sont attendus au Royaume-Uni, le premier groupe ayant atterri à Birmingham mardi. 

Atalayar_Priti Patel Ministra Británica
PHOTO/AP - Ministre de l'Intérieur britannique, Priti Patel

Les militants et les travailleurs du secteur préviennent que leur situation va se détériorer de façon dramatique à partir de septembre. "Si vous travaillez un seul jour pour une force de la coalition, ou si vous soutenez les forces de la coalition un seul jour, ils vous tueront", prévient un traducteur afghan à ABC News. "S'ils prennent Kaboul, ils viendront et nous décapiteront tous. Ils vont nous tuer", ajoute cet interprète sous le faux nom d'"Abdul".

Face à des perspectives aussi sombres, les États-Unis envisagent également de développer des plans similaires à ceux du gouvernement britannique. En 2006, le Congrès a approuvé un certain nombre de visas spéciaux pour les traducteurs afghans et irakiens qui font face à "une menace sérieuse et continue en raison de leur emploi". Ces visas sont également destinés aux membres de leur famille. Toutefois, les procédures de demande prennent des années, et en raison de la crise du coronavirus, ces procédures prennent encore plus de temps. Pour cette raison, de nombreux traducteurs qui ont travaillé avec les troupes américaines regrettent de l'avoir fait et se sentent "abandonnés" par Washington.  

atalayar_interprete afgano
AFP/ WAKIL KOHSAR - Sur cette photo prise le 19 mai 2021, Nazir Ahmad, un ancien interprète afghan des forces britanniques en Afghanistan, parle lors d'une interview avec l'AFP à son domicile à Kaboul.

Pour sa part, l'administration Biden prétend être "axée sur le bénéfice des personnes". "Nous sommes déterminés à soutenir ceux qui ont aidé l'armée américaine à accomplir ses tâches, souvent au prix de grands risques personnels pour eux-mêmes et leurs familles", a déclaré le département d'État. Les traducteurs craignent que l'administration actuelle ne suive les traces de la précédente, Trump ayant refusé l'asile à plus de 1 646 Afghans.

Parmi les traducteurs, les femmes courent un risque encore plus grand que leurs homologues masculins. Comme l'explique Julie Kornfeld, avocate spécialisée dans le droit d'asile, "si les Afghans liés aux États-Unis courent un grand risque de représailles de la part des talibans et d'autres milices, les femmes en particulier sont confrontées à des menaces constantes, non seulement pour avoir travaillé avec les États-Unis, mais aussi pour avoir occupé des postes que les talibans considèrent comme inadaptés aux femmes".  

atalayar_traductores afganos
PHOTO/MUSHTAQ MOJADDIDI - Les traducteurs afghans des forces de l'OTAN et des États-Unis craignent que les menaces régulières et les violences meurtrières à leur encontre et à celle de leur famille ne fassent qu'augmenter avant l'approche de la date limite du retrait prévu de l'alliance.

Face aux avertissements des traducteurs, les talibans leur assurent qu'"ils ne leur feront pas de mal". "Certaines de ces personnes qui prétendent qu'elles seront blessées veulent juste sortir d'ici", a déclaré Sayed Akbar Agha, un chef taliban. Cependant, des organisations telles que l'association américaine No One Left Behind ont dénoncé à plusieurs reprises les violences subies par les interprètes.

La Russie et la Chine mettent en garde contre l'instabilité causée par le retrait de l'OTAN

Le ministre russe de la défense, Sergey Shoigu, a mis en garde contre une éventuelle guerre civile qui pourrait se déclencher en Afghanistan après le déploiement de troupes étrangères. Il a également souligné le manque de stabilité dans le pays malgré la présence de l'Alliance depuis 20 ans. "Une nouvelle guerre civile signifierait l'aggravation de la situation de la population, l'intensification des migrations et la propagation de l'extrémisme aux pays voisins", a prévenu Shoigu. 

Atalayar_Joe Biden
REUTERS/OLIVIER HOSLET -Le président américain Joe Biden lors d'une conférence de presse pendant le sommet de l'OTAN au siège de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) à Bruxelles.

Pékin a également exprimé sa crainte qu'une telle instabilité puisse affecter son territoire ou ses intérêts dans la région. Le ministère chinois des Affaires étrangères a déjà accusé les États-Unis d'être responsables de la violence dans le pays. Zhang Jun, représentant de la Chine aux Nations unies, a également indiqué que la décision de Washington de quitter l'Afghanistan était l'élément déclencheur d'une "situation critique" dans le pays. 

L'Italie craint une augmentation du nombre de réfugiés après septembre 

L'Union européenne est également préoccupée par le futur scénario afghan. Mario Draghi, le premier ministre italien, met en garde contre une possible augmentation du flux de migrants vers l'Europe en provenance d'Afghanistan après le retrait de l'OTAN. "Le gouvernement veut gérer la migration de manière équilibrée, efficace et humaine. Mais cela ne devrait pas être une question exclusivement italienne. Elle doit être européenne", a déclaré M. Draghi en appelant ses partenaires européens à relever ce défi potentiel. "Nous avons besoin d'un engagement commun pour contenir le flux de migration illégale, organiser la migration légale et aider les pays à se stabiliser et à trouver la paix", a-t-il ajouté.

atalayar_Talibanes afganistan
AP/RAHMAT GUL - Des miliciens afghans se joignent aux forces de défense et de sécurité afghanes lors d'une réunion à Kaboul, en Afghanistan, mercredi 23 juin 2021. Le ministère afghan de la défense travaille avec les chefs de guerre pour mobiliser les milices locales dans tout le pays, en particulier dans le nord, afin de tenter d'endiguer les dernières avancées des talibans.

Malgré les avertissements de l'Italie, la population afghane fuit son pays en raison de la violence depuis des années. Les ressortissants afghans représentent un pourcentage important du nombre total de réfugiés en Europe. Selon les données de l'UE, en 2019, les ressortissants afghans étaient en deuxième position après les Syriens lorsqu'il s'agissait de demander l'asile pour la première fois. Il y a eu 44 220 demandes cette année-là, soit 10,6 % du total. Le HCR a également indiqué en 2020 que 4,6 millions d'Afghans vivent en dehors du pays. Le Pakistan et l'Iran accueillent 90 % de ces réfugiés, où plus d'un million de personnes ont moins de 14 ans et environ 75 % sont des jeunes de moins de 25 ans.