PUBLICIDAD

Marruecos

Les troupes américaines vont quitter la Somalie le mois prochain

C'est l'un des derniers ordres du président sortant Donald Trump
Les soldats de la paix de la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) dans un véhicule blindé à Mogadiscio

REUTERS/FEISAL OMAR  -   Les soldats de la paix de la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) dans un véhicule blindé à Mogadiscio

L'une des dernières décisions du président Trump a été d'ordonner le retrait de la majorité des troupes américaines de Somalie le 4 décembre 2009, soit quelque 700 soldats qui forment les forces armées somaliennes à la lutte contre la menace terroriste d'Al-Shabbab, un groupe djihadiste lié à Al-Qaïda. La majorité du contingent est composée de personnel des opérations spéciales qui ont formé des unités d'élite somaliennes comme le Danab, une unité qui s'est avérée très efficace dans la lutte contre le terrorisme. Cette réduction a été annoncée après qu'un vétéran de la CIA ait été tué au combat en Somalie le mois dernier, rouvrant le débat sur la mission américaine en Somalie. Avec l'Afghanistan et l'Irak, la Somalie est l'un des théâtres d'opérations que Trump a qualifié de "guerres sans fin" et dont il a promis de sortir pendant sa campagne électorale. A moins d'un mois de l'entrée en fonction de Biden, Trump tente de tenir cette promesse in extremis, en assurant le retrait des troupes américaines d'ici le 15 janvier. Deux semaines avant ces déclarations, Trump a également ordonné le retrait des troupes en Afghanistan, jusqu'à concurrence de 2 000 hommes, et a également proposé une réduction des troupes en Irak (de 3 500 à 2 500 hommes), poursuivant ainsi sa politique "America First". La date de cette réduction coïncide avec celle de la Somalie.

Le Pentagone a indiqué que les troupes qui resteront sur le terrain seront redéployées dans les pays voisins pour faire face aux menaces transfrontalières et que, par conséquent, les États-Unis n'abandonnent ni le terrain ni leur engagement dans la lutte contre le terrorisme. Il est prévu que certaines de ces troupes restantes soient repositionnées au Kenya ou à Djibouti pour continuer à former les forces de sécurité et à mener des frappes aériennes avec des drones. Bien que les Etats-Unis ne soient pas le seul pays à former des troupes en Somalie, l'Union européenne et la Turquie sont très présentes sur le terrain, ce retrait laissera un vide dans la formation des forces de sécurité, ainsi que dans leur équipement, qui peut être utilisé par les groupes djihadistes de la région. Ce vide peut également être remplacé par une plus grande présence chinoise dans la région.  

Dans une phase antérieure de l'administration Trump, le président a soutenu la mission américaine en Somalie en approuvant une proposition du Pentagone en mars 2017 visant à étendre les opérations en Somalie. Cette proposition comprenait une clause qui n'obligeait plus les commandants à obtenir une évaluation de haut niveau des cibles d'Al-Shabaab dans des "zones d'hostilités actives" désignées. Grâce à cette mesure, les opérations ont été menées avec des contrôles moins nombreux et donc plus rationnels. En 2018, 47 attaques de drones américains ont été exécutées, et en 2019, le nombre est passé à 63 attaques.  

Bien que ce soit maintenant que la majorité des troupes aient été retirées, au début de l'année, les troupes étaient déjà retirées des villes de Bossaso et Galkayo. Le colonel Ahmed Abullahi Seikh, chef de l'unité d'élite du Danab, a répété que le fait de rendre le retrait américain permanent "aura un coût énorme dans les efforts de lutte contre le terrorisme. Le président somalien a également fait des déclarations similaires en réponse à la politique américaine.  

Bien que le débat sur le départ de la Somalie dure depuis les années 1990, lorsque les Etats-Unis se sont précipités hors de la région après l'incident du Black Hawk qui a tué 18 Américains, cette décision de Trump intervient à un moment difficile pour la stabilité de la région. Des élections parlementaires en Somalie auront lieu le mois prochain et des élections présidentielles en février. Le retrait des troupes américaines en janvier pourrait être utilisé par les djihadistes d'Al-Shabaab pour mener des attaques terroristes, ce qui rendrait difficile la tenue correcte des élections. Selon le rapport de juillet-septembre de l'inspecteur général du ministère américain de la défense, "malgré les efforts internationaux et locaux, Al-Shabaab maintient sa liberté de mouvement dans de nombreuses parties du sud de la Somalie et a démontré sa capacité et son intention d'attaquer à l'intérieur et à l'extérieur du pays, y compris les intérêts américains. D'autre part, la région de la Corne de l'Afrique connaît une situation politique et sécuritaire compliquée, causée par les incidents du Tigré en Éthiopie, un pays voisin qui est également en conflit constant avec Al-Shabaab.  

Comme tous les derniers actes du président Trump au cours des deux derniers mois, tels que la reconnaissance du Maroc sur le Sahara occidental, Biden pourra revenir sur cette décision. Si Trump ne retire pas ses troupes d'ici le 20 janvier, Biden pourrait même retarder ce départ.