L'Espagne enregistre la pire chute trimestrielle de PIB de son histoire

Le produit intérieur brut espagnol chute de 18,5 % au deuxième trimestre 2020
Un homme porte un masque de protection lors de son passage à la Banque d'Espagne

REUTERS/NACHO DOCE  -   Un homme porte un masque de protection lors de son passage à la Banque d'Espagne

Le produit intérieur brut (PIB) de l'Espagne a fortement baissé de 18,5 % au deuxième trimestre 2020, selon l'Institut national des statistiques (INE). 

Il s'agit de la plus forte baisse trimestrielle de l'économie espagnole depuis le début des relevés. Ce qui montre le ralentissement absolu produit entre avril et juin par l'état d'alerte mis en place pour faire face à la crise sanitaire du COVID-19. Une période exceptionnelle qui a duré du 15 mars au 21 juin. En glissement annuel, l'effondrement a atteint 22,1 %. Bien que le ministère de l'économie ait déjà signalé que les mesures économiques du gouvernement ont permis d'éviter une chute de 25 % du PIB.

L'Espagne est déjà techniquement en récession puisqu'elle a subi deux trimestres consécutifs de baisse de son PIB. Dans le premier (qui comprenait les conséquences de l'impact du coronavirus en Chine, sa propagation en Europe et les turbulences financières, en plus des quinze premiers jours de l'état d'alerte), l'activité économique s'est contractée de 5,2 %. L'Espagne a connu six années consécutives de croissance avant de retomber dans la récession.

Les raisons de ce revers se trouvent dans la forte dépendance aux services, notamment ceux liés au tourisme, le secteur le plus sévèrement touché par la fermeture des frontières et les restrictions de confinement.

L'INE a publié un communiqué officiel dans lequel il explique que « l'impact des restrictions imposées à la circulation des personnes et à l'exercice d'activités économiques pour la protection de la santé de la population depuis mars dernier en raison de l'extension de la pandémie COVID-19, ainsi que la levée progressive de ces mesures dans différentes parties du territoire national tout au long du trimestre introduisent une difficulté extraordinaire pour la mesure de l'évolution économique récente ». Il est très probable que le chiffre du PIB sera corrigé, même si les données continueront à être dévastatrices. 

Il existe des indicateurs révélateurs, comme le fait que la consommation des ménages a chuté de 21 % au cours du trimestre, probablement en raison de la hausse du taux de chômage et de la réduction de la circulation due à la crise sanitaire, et aussi l'augmentation de l'épargne des ménages en raison de l'incertitude et de la peur générales. Il en a été de même pour les investissements des entreprises, qui ont chuté de 22 % au cours de la même période. Les exportations de biens et de services, en revanche, ont chuté de 33,5 %, en raison de la disparition du tourisme, ce qui a également eu un impact sur la baisse de 40,4 % du commerce, des transports et de l'activité hôtelière. 

Le PIB espagnol avait déjà profondément ressenti l'impact de la pandémie et avait chuté de 5,2 % au cours des trois premiers mois de 2020, ce qui représentait à l'époque la plus forte baisse trimestrielle par rapport aux données historiques enregistrées par l'Institut national des statistiques (INE), une série statistique qui a commencé à être cataloguée en 1970. Aujourd'hui, les données historiques négatives sont à nouveau surmontées grâce aux dernières données sur l'économie nationale.