PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Espagne et la CAF organiseront le premier sommet des ministres de l'économie et des finances d'Amérique latine et d'Europe

Le sommet vise à générer de nouvelles synergies transatlantiques sur des questions clés telles que la transition verte, la croissance inclusive, la transformation numérique et le développement humain
CAF España

PHOTO/CAF  -   Le président de la CAF, Sergio Díaz-Granados, pose avec la première vice-présidente du gouvernement espagnol et ministre des Affaires économiques, Nadia Calviño

À l'occasion de la présidence espagnole du Conseil de l'Union européenne (UE), le gouvernement espagnol et la CAF -banque de développement d'Amérique latine- encourageront une réunion entre les 60 ministres de l'économie et des finances des deux continents, dans le but d'aligner les intérêts, de synchroniser les agendas de développement, de renforcer les liens géopolitiques et de stimuler les relations commerciales entre l'Europe et l'Amérique latine et les Caraïbes. L'événement aura lieu dans le cadre des réunions de l'Eurogroupe et du Conseil informel des affaires économiques et financières de l'Union européenne (ECOFIN) qui se tiendront dans le nord de l'Espagne, plus précisément à Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice).

Nadia Calviño, première vice-présidente et ministre de l'Économie et de la Transformation numérique de l'Espagne, qui présidera le sommet des ministres, a déclaré que " depuis son adhésion à l'UE, l'Espagne a promu de manière intensive les relations avec l'Amérique latine, un continent allié de l'Union avec des valeurs et des intérêts communs, ce qui sera clairement démontré lors de ce sommet où nous espérons donner une impulsion politique aux questions d'intérêt mutuel et attirer les investissements européens dans des domaines stratégiques tels que la transition écologique, la transformation numérique, l'éducation et la santé ".

CAF España
PHOTO/CAF  -   Réunion des délégations de la CAF et du ministère de l'économie du gouvernement espagnol

" La première réunion des ministres de l'économie et des finances de l'UE avec les pays d'Amérique latine et des Caraïbes est une occasion unique de renforcer les liens économiques, commerciaux et politiques entre l'UE et l'Amérique latine et les Caraïbes, et devrait aider les deux régions à relever les grands défis mondiaux tels que la transition écologique, la reprise économique et la transformation numérique. Ce travail conjoint nous aidera à trouver des solutions innovantes, de nouveaux mécanismes de financement et davantage d'opportunités d'intégration entre les deux régions", a déclaré Sergio Díaz-Granados, président exécutif de la CAF.

À la demande de la Présidence espagnole de l'Union européenne, on encouragera l'identification de projets dans toute l'Amérique latine et les Caraïbes dans lesquels les institutions européennes peuvent participer avec les institutions financières multilatérales à des projets d'investissement transnationaux pour promouvoir l'intégration des économies du continent. En principe, ces projets seraient axés sur la transition écologique, la transformation numérique et les services sociaux de base (éducation et santé).

CAF, la banque verte de l'Amérique latine et des Caraïbes

La CAF s'est fixé pour objectif de devenir la banque verte de la région afin de promouvoir la croissance verte par un positionnement et un financement accrus des projets environnementaux, forestiers, énergétiques, agricoles, climatiques et de l'eau. À cette fin, elle allouera 25 milliards USD à la finance verte au cours des cinq prochaines années, ce qui fera passer ses opérations vertes de 26 % aujourd'hui à 40 % d'ici 2026. Ce montant comprend 1,25 milliard de dollars pour la conservation des océans.

Nadia Calviño
PHOTO/CAF  -   Le président de la CAF, Sergio Díaz-Granados, s'entretient avec la première vice-présidente du gouvernement espagnol et ministre des Affaires économiques, Nadia Calviño

En signe de soutien à cette nouvelle stratégie, le conseil d'administration et l'assemblée de la CAF ont approuvé par consensus, en mars 2022, une capitalisation historique de 7 milliards de dollars, qui permettra de doubler le portefeuille d'ici 2030 et, avec lui, de promouvoir une réactivation économique équitable et inclusive, de soutenir plus activement les gouvernements infranationaux, de favoriser l'intégration régionale, de renforcer le rôle du secteur privé et de promouvoir les alliances avec les banques nationales de développement.