PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Espagne fabrique sa propre Légende noire en Guinée équatoriale

Atalayar a souhaité s'entretenir avec l'opposant guinéen Severo Moto Nsá, président pendant 37 ans du Parti du progrès, mis au ban du régime de Teodoro Obiang Nguema, sur la situation de son pays après l'indépendance
Atalayar_Severo Moto

 -   Severo Moto, leader de l'opposition guinéenne

Une partie de l'opinion publique guinéenne et les anciens dirigeants espagnols qui ont vécu les derniers moments de la colonisation espagnole en Guinée équatoriale sont absorbés et scandalisés par la série diffusée par la télévision espagnole "Dos Vidas"(Deux vies), qui dépeint l'atmosphère de cruauté, de mépris, de racisme et d'exploitation qui régnait dans ce qui était la Guinée espagnole, plus typique d'une nouvelle légende noire, cette fois fabriquée en Espagne. 

Lorsque l'actuelle Guinée équatoriale a obtenu son indépendance après un accord avec l'Espagne en 1968, c'était un pays prospère, avec le PIB par habitant le plus élevé d'Afrique, doté d'un système de santé et d'éducation digne des pays les plus développés.  

Atalayar voulait connaître l'opinion du leader de l'opposition guinéenne Severo Moto Nsá, président depuis 37 ans du Parti du Progrès, mis hors la loi par le régime de Teodoro Obiang Nguema. 

La série "Dos Vidas", diffusée par la Télévision espagnole, se déroule en partie en Guinée équatoriale à l'époque espagnole. Pensez-vous qu'elle reflète la vérité sur ce qui s'est passé ?

Je suis né dans "La Guinée espagnole" (1942) ; dans la décennie qui a précédé le début des grandes et décisives étapes de la décolonisation espagnole dans l'actuelle Guinée équatoriale. Quand je suis né, c'était la Guinée espagnole. 
 
Les près de deux cents ans de colonisation effectués par l'Espagne dans les territoires africains de la "Guinée espagnole" de l'époque, ont été deux cents ans marqués par les soi-disant "lois coloniales" avec lesquelles l'Espagne (la reine Isabelle la Catholique) a mis fin aux excès et aux outrages des colons espagnols, avec de fortes amendes, des emprisonnements et, surtout, l'extradition vers le pays d'origine ; et l'Église, avec sa doctrine chrétienne, a conduit les uns (les colons) et les autres (les colonisés) sur le chemin de la civilisation, de l'éducation, de l'évangélisation, de la culture et de la préparation de l'avenir. 
 
La multiplicité des collèges chrétiens et catholiques, des écoles rurales, des groupes scolaires, des instituts, des lycées (berceau fertile des enseignants du primaire, des assistants administratifs et des diplômés, des arts et de l'artisanat... qui à la fin des années 50 débordent et sautent les frontières maritimes et aériennes, à la recherche d'un niveau supérieur, de la perfection et de la fierté des titres académiques avec lesquels l'Espagne couronne ses efforts dans "La Péninsule". Un vaste réseau d'entreprises autochtones et autonomes, basé sur l'exploitation de parcelles de café, de cacao, de cœur de palmier, de caoutchouc, de manioc séché (farine), etc., protégé et financé par l'Espagne, a fait de la "Guinée espagnole" un refuge promotionnel pour de nombreux pays africains. 

Atalayar_Severo Moto 2
Severo Moto, leader de l'opposition guinéenne

Et l'indépendance est venue... 
 
Lorsque l'Espagne a décidé d'accorder l'indépendance à ce coin d'Afrique sous le nom de "République de Guinée équatoriale", après cinq ans de provinces espagnoles et quatre ans d'autonomie, le monde a décerné à l'Espagne et à la Guinée équatoriale le laurier de la Colonisation modèle en Afrique. 
 
C'est la Guinée équatoriale que je connais, dont les Guinéens de l'époque étaient très fiers ; jusqu'à ce que nous tombions dans "l'indépendance" ; la Guinée espagnole dont l'Espagne devrait être fière. Bien qu'ayant été documentariste à la RTVE (Torre España), je reconnais que je ne suis pas un "goer" (aficionado) de mon ancien lieu de travail... Quand dans un film ou une série sur la Guinée équatoriale, comme "Dos Vidas", il n'y a pas de visage de Guinéens-Equatoriens, cela perd, pour moi, sa crédibilité. 
 
Quels sont les défauts les plus pertinents que vous voyez dans cette approche de notre histoire ? 
 
Je répète que je pense qu'il est faux de parler des réalités supposées d'un pays en utilisant des visages et des personnages d'autres groupes ethniques ou tribus. En Guinée, il y a des groupes ethniques et des tribus ! Ils ne parlent peut-être pas bien l'espagnol, mais ils sont immédiatement connus. Et les scénarios ou les événements qui sont reflétés portent la marque d'une exagération intéressée. Il semble que les images d'une "colonisation modèle" soient interdites. Les Guinéens d'aujourd'hui s'intéressent mille fois plus à l'Espagne, à travers les reportages et les films de la RTVE, pour parler de l'état triste, terrible et honteux dans lequel mon pays a été laissé, après être tombé dans l'indépendance ; d'abord avec Macías Nguema et Obiang Nguema (11 ans) et ensuite avec Obiang Nguema (43 ans).  
 
Pourquoi pensez-vous que TVE diffuse cette série en ce moment ? Y a-t-il une intention derrière tout cela ? 
 
Les raisons sont multiples. Je ne pense pas que ce soit un geste de reconnaissance ou de repentir pour les excès que la colonisation a pu commettre. Il est étrange que les colons espagnols s'attribuent la culpabilité du passé colonial dans le monde hispanique, et qui contribue si peu au développement de ces pays ! Je me souviens de la déclaration que m'a faite un vieux colon espagnol, concernant le coup d'État qui a porté l'actuel président Obiang au pouvoir : "Je ne sais pas si vous savez que nous, les Espagnols, sommes des socialistes capitalistes en Guinée équatoriale ! Tout pourrait être qu'avec "Dos Vidas", ils essaient de dénoncer l'un de ces groupes ; ou le capitalisme socialiste. 

Atalayar_Colegio Salesiano en Guinea Ecuatorial 2
Collège salésien en Guinée équatoriale

Les Espagnols, surtout ceux qui ont la cinquantaine, ne savent rien de l'histoire de l'Espagne en Guinée équatoriale. Ne pensez-vous pas que les médias publics, tels que TVE et RNE, devraient contribuer à faire connaître l'histoire, au lieu de la falsifier ? 
 

Lorsque le coup d'État a eu lieu le 3 août 1979, sous le titre de "coup d'État pour la liberté", la plus grande surprise que l'Espagne a offerte au peuple guinéen a été l'ouverture historique de la dimension africaine pour la Guinée équatoriale sur Radio Exterior de España. Menée par la grande journaliste espagnole Doña Rafaela de la Torre (Rafi), l'émission a paralysé la Guinée équatoriale (à 17 heures). A travers ses informations et ses interviews avec la société guinéenne, celle-ci s'est sentie soulagée de ses drames en écoutant comment l'arbitraire du régime dictatorial, rétabli après l'assassinat de Macis Nguema, a été dénoncé. Malheureusement, cette oasis d'information a été de courte durée ; la main puissante du dictateur Obiang Nguema est tombée sur Radio Exterior de España. Les personnes impliquées dans la fermeture de Radio Exterior pour la Guinée équatoriale affirment que les nouvelles et les programmes avaient trop de nuances socialistes... La Guinée équatoriale a replongé dans le terrible tronc de la "matière réservée" qu'elle a toujours été pour l'Espagne. Les Espagnols ne savent pas, pour la simple raison que ce beau et juteux coin africain a toujours fait l'objet d'un monopole secret pour certains. Même l'indépendance tant vantée n'a pas pu et ne peut pas ouvrir la voie au tourisme...  

Que ressentez-vous en tant qu'Equatoguinéen lorsque vous voyez ce genre de rapports ? 

Je ne suis pas, et je n'ai jamais été, équatoguinéen (un surnom rare et désobligeant que nous ont donné nos voisins gabonais, lorsque nous avons sombré dans la malheureuse indépendance et avons cessé d'être le prestigieux "Pañá" (espagnol), pour tomber aux mains des Nguema (Macías et Obiang). J'étais, j'ai été et je suis toujours Guinéen, Guinéo-Equatorien. Par la langue officielle, je suis espagnol... (les groupes ethniques ou tribus que nous appelons par la langue que nous parlons) En tant qu'hispano-africain, de civilisation, guinéen d'origine, ce type de reportage est, aussi choquant que déplacé... 

Atalayar_Teodoro Obiang y Nicolás Maduro
Teodoro Obiang et Nicolás Maduro

Ni vous, ni votre parti, n'avez jamais été bien considérés par les socialistes espagnols. Maintenant que le PSOE est au gouvernement avec Unidas Podemos, pensez-vous que, depuis un bureau gouvernemental quelconque, ils veulent sacrifier votre tête au profit d'un rapprochement avec le régime de Teodoro Obiang ? 

La déclaration est si absolument vraie que soit vous disposez de très bonnes informations, soit vous êtes simplement un grand observateur attentif. Depuis le lendemain du 25 février 1983, lorsque j'ai jeté au vent la fondation du Parti du Progrès (PP), tant moi (de mon pays) que le Parti du Progrès avons été l'objet d'un fort rejet et d'un siège par le socialisme. La première diatribe et dénonciation était parce que le Parti, étant du "Progrès", devait être, cela, progressiste et socialiste. Cependant, dès sa fondation, le PP a plongé dans les "eaux politiques baptismales" de l'idéologie démocrate-chrétienne. Depuis lors, ma foi obstinée et ma conviction que la démocratie chrétienne est liée à l'âme et à l'être politique du peuple guinéen, j'ai dû me battre -en moi-même, humble, incapable et seul- avec les puissants socialistes. Ils m'ont assuré, en mon nom, que le fait d'être chrétien-démocrate était de droite. Un bon ami maire socialiste m'a défié, entre blagues et tic péjoratif profondément raciste : "Depuis quand un petit noir est-il un ailier droit ?" En ce qui concerne la deuxième partie de sa question, après Don Felipe Gonzalez, et depuis mai 2005, mes relations avec le monde politique socialiste sont marquées par mon silence humble et impuissant ; et la haine -je dis bien, la haine- ou l'abandon des autres.  En Espagne, j'ai refusé de changer ma doctrine politique. En Guinée, j'ai été forcé de démissionner et j'ai démissionné, accusé par Obiang Nguema de ne pas accepter le communisme et de ne pas être pro-communiste. Tout plan qui "de la part d'un quelconque bureau du gouvernement socialiste et communiste actuel, contre moi, pour satisfaire Obiang Nguema, me sacrifiant, même physiquement... est absolument possible ; comme on l'a vu en tant et tant d'occasions... J'avoue, et je le dis publiquement : ce que j'ai reçu de l'Espagne, surtout avant l'indépendance de la Guinée équatoriale, et jusqu'en 2005, en matière de civilisation, de culture, d'études, sur le plan professionnel (ex-séminariste, professeur et journaliste espagnol), d'amitié, de soutien politique (démocrate-chrétien de centre-droit) et de liberté. Tout cela, je le soigne, le préserve et le garde pour servir mon peuple, en Guinée équatoriale, comme je l'ai démontré lors de mes voyages en Guinée, en d'autres temps, avec d'autres gouvernements espagnols... Ce soin, cet amour et ce respect pour mon peuple et pour l'Espagne, je les soigne avant tout, quelles que soient les circonstances adverses... 

Comment le Parti du Progrès a-t-il justifié votre "retrait" après de nombreuses années à sa tête ? Qui veut vous retirer et pourquoi ? 
 
Mon activité politique en exil -en Espagne- est beaucoup plus désagréable et inconfortable qu'en Guinée équatoriale. Quelque chose de très normal, heureusement. Il y a des décisions que le dictateur prend contre le Parti du Progrès en Espagne, qu'il n'a pas pu réaliser pendant que j'étais en Guinée équatoriale ; comme c'est le cas de sa demande de me rejeter comme président. À la première occasion que j'aurai de retourner, en toute liberté, dans mon pays, je serai prêt à reprendre mon activité politique au service de ce grand peuple qui m'attend et m'apprécie tant. Mon parti ne m'a pas mis à la retraite, et je n'ai pas non plus pris ma retraite. Je me suis écarté pour faire place au projet de transition pacifique qui a été annoncé pour mon pays et je ne voulais pas que ce processus, que j'ai travaillé si dur, soit perdu parce qu'Obiang Nguema s'oppose à ma présence en tant que président du Parti du progrès. La joie exprimée par le dictateur Obiang pour ma mise à l'écart, au point de crier à son peuple "J'ai déjà annulé l'opposition !!!", est le grand signe de sa peur et de sa faiblesse politique devant un Parti du Progrès qui l'a humilié le 17 septembre 1995 lors des élections municipales. Étant donné le caractère intérimaire qui marque le Parti du Progrès, puisque Obiang Nguema a interdit son activité légale dans le pays, nous avons été contraints de retourner en exil ; et nous demandons à nos nombreux militants de "garder le parti dans leur cœur" ; cet intérimaire sera automatiquement annulé lorsque nous reviendrons -cette année, espérons-le- pour rencontrer notre peuple. Pourvu que Dieu le veuille et que les ennemis ne mettent rien dans mon foie ou ne me réduisent pas à la misère... Il y a toutes sortes de choses dans la vigne du Seigneur ! 

Atalayar_Teodoro Obian y Jose Luis Rodríguez Zapatero
Teodoro Obiang et Jose Luis Rodriguez Zapatero

Le président Obiang se vante d'être en dialogue avec des groupes critiques à l'égard de son gouvernement. L'a-t-il fait avec le Parti du progrès ? Son sacrifice pourrait-il être le prix à payer pour que son parti soit légalement reconnu en Guinée équatoriale ? 
 

Mon retour en Guinée équatoriale, dix ans après mon premier exil (1982-1988) et quatre ans après mon second (1992-1996), a été un grand défi pour la dictature ; un signe de ma volonté d'entrer en dialogue avec le dictateur. La réponse du dictateur, à la fois violente et lâche, a toujours été de m'inviter ou de me forcer à rejoindre son parti PDGE ou à rejoindre les rangs de son gouvernement ou à aller à la prison de Black Beach. Rejoindre le PDGE ou son gouvernement, pour Obiang Nguema, c'est s'annuler à tous les niveaux. Les six appels lancés par Obiang Nguema pour la tenue de "tables de dialogue" en Guinée équatoriale (c'est six !) se sont tous soldés par un soi-disant "accord de non-accord" ; et ils ont justifié, par eux-mêmes, mon absence et celle du Parti du progrès. Assister aux tables de dialogue d'Obiang Nguema, c'est assister à ce qu'il appelle "mes sages conseils" (il admet toujours qu'il n'a pas beaucoup étudié, mais il donne des "sages conseils"). 

J'ai dans mes dossiers et mes fichiers la lettre envoyée à Obiang Nguema, signée par moi et recueillie, avec signature de réception, et portée à Obiang Nguema par son ambassadeur à Bruxelles, Carmelo Nvono Nká, dans laquelle je proposais une rencontre en Guinée équatoriale, accompagné d'une grande personnalité dans le domaine des droits de l'homme, pour parler de ma situation personnelle et de celle du Parti du progrès, illégalisé ou interdit par lui. La lettre adressée à Obiang Nguema a reçu une réponse de M. Alejandro Evuma Owono Asángono, éternel ministre des missions spéciales au nom du chef de l'État, m'avertissant que je pouvais me rendre en Guinée équatoriale ; accompagné de qui je voulais ; qu'Obiang Nguema me recevrait même, comme simple citoyen ; et non comme président du Parti du progrès (interdit) et enfin la lettre se terminait en me rappelant que les années de peines (cent et quelques...) accumulées dans mon pays par la justice d'Obiang Nguema m'attendaient. Il est très possible que le dictateur Obiang Nguema légalise à nouveau le Parti du Progrès, maintenant que Severo Moto Nsá s'est retiré et a ouvert l'intérim actuel à la présidence de la formation politique guinéenne, jusqu'au retour au pays.