PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Espagne investit 2,5 milliards d'euros dans le futur avion de combat européen

Airbus et l'industrie aéronautique espagnole sont les grands bénéficiaires de la nouvelle pluie de millions qui sera versée par le gouvernement jusqu'en 2027
Le futur système de combat aérien européen reçoit un coup de pouce important avec les 2,5 milliards d'euros apportés par l'Espagne, l'Allemagne et la France entre 2021 et 2027.

PHOTO/Dassault Aviation  -   Le futur système de combat aérien européen reçoit un coup de pouce important avec les 2,5 milliards d'euros apportés par l'Espagne, l'Allemagne et la France entre 2021 et 2027

L'arrivée de la chaleur estivale et l'approche des vacances d'été sont les dates auxquelles le Conseil des ministres entame sa principale tournée annuelle d'investissements dans les systèmes d'armes. À cette occasion, les achats multimillionnaires d'équipements pour la Défense ont été relégués au second plan en raison de leur synchronisation étudiée avec l'approbation par le Gouvernement du projet de loi controversé qui réglemente les droits des personnes lesbiennes, gays, transsexuelles, bisexuelles et intersexuelles, qui a capté toute l'attention des médias. 

Le paquet d'investissements et d'achats militaires d'avions de combat, d'avions de transport et d'hélicoptères que l'exécutif espagnol vient d'approuver comme " inévitable " s'élève à un total de 3 353 millions d'euros, et son principal bénéficiaire est la multinationale européenne Airbus et directement ses filiales en Espagne. 

La décision collégiale tente de respecter l'accord conclu à la mi-2020 entre le président du gouvernement, Pedro Sánchez, et le PDG d'Airbus, Guillaume Faury. Lors de leur réunion au palais de la Moncloa le 30 juillet dernier, le gouvernement espagnol s'est engagé à approuver au cours du premier semestre 2021 divers programmes déjà engagés par les ministères de la défense et de l'intérieur, comme mesure de soutien au secteur aéronautique national, dont l'activité a été ralentie par la pandémie.

Acompañado por los ministros de Defensa, Industria y Ciencia, el presidente Sánchez y el máximo responsable de Airbus, Guillaume Faury, acordaron el 30 de julio de 2020 apoyar al sector aeronáutico nacional afectado por la pandemia
PHOTO/Pool Moncloa - Accompagné des ministres de la Défense, de l'Industrie et des Sciences, le président Sánchez et le dirigeant d'Airbus, Guillaume Faury, ont convenu le 30 juillet 2020 de soutenir le secteur aéronautique national touché par la pandémie. 

Selon les formules juridiques de transfert de crédits et de modification du plafond de dépenses, le principal paquet d'investissements s'élève à 2 500 millions d'euros, montant engagé pour aborder entre 2021 et 2027 la deuxième phase de développement du programme du futur système de combat aérien européen ou FCAS, dont 113 millions d'euros sont prévus pour cette année.

Il s'agit d'un projet tripartite auquel participent l'Allemagne, l'Espagne et la France, ainsi que les principales industries aéronautiques, de moteurs et de technologies des pays susmentionnés, dont les entreprises espagnoles GMV, Indra, ITP Aero, SENER Aerospace et le groupe Oesia/Tecnobit, ainsi qu'Airbus Espagne. Ce projet d'avion de combat de 6ème génération doit être polyvalent et assurer des missions de supériorité aérienne, d'interception et d'attaque au sol. L'objectif est d'équiper les forces aériennes des trois nations à partir de 2040 et de montrer le fort potentiel de l'aéronautique militaire européenne à l'échelle mondiale.

El FCAS está concebido para cumplir misiones de superioridad aérea, interceptación y ataque a tierra y dirigir ataques de drones armados a través de Inteligencia Artificial enlazados con nubes de combate
PHOTO/Dassault Aviation - Le FCAS est conçu pour effectuer des missions de supériorité aérienne, d'interception et d'attaque au sol et pour diriger des frappes de drones armés grâce à l'intelligence artificielle liée aux nuages de combat. 
Feu vert pour le pétrolier

Les 2 500 millions que l'Espagne met sur la table -ainsi que l'Allemagne et la France- seront utilisés pour achever la phase 1B, qui débutera prochainement et durera jusqu'en 2027. Une fois que les divergences entre Paris et Berlin auront été résolues, cela servira à affiner les capacités industrielles qui permettront à l'industrie espagnole de se positionner au même niveau que ses partenaires dans les technologies clés de différents secteurs. D'ici la fin de la décennie, des produits de pointe seront démontrés en vol pour le FCAS, y compris la contribution de l'intelligence artificielle.

Le deuxième lot d'achats dans lequel le gouvernement s'est lancé est l'acquisition de trois Airbus A330 MRTT, également convenue entre Sanchez et Faury il y a un an. Le budget total de l'achat s'élève à 675 millions d'euros, répartis en cinq tranches annuelles pour les années 2021 à 2025, dont l'exercice 2021 absorbera 148 millions.

Basé sur l'avion de passagers Airbus A330 et connu sous le terme familier de "ravitailleurs", son acronyme MRTT -Multi Role Tanker Transport- correspond au concept d'avion polyvalent de transport et de ravitaillement en vol. L'armée de l'air espagnole est dépourvue depuis plusieurs années de ce type d'appareil, dont l'entrée en service améliorera considérablement les capacités nationales de transport aérien stratégique et facilitera le déploiement d'appareils pour des missions à l'étranger, par exemple dans la région de la mer Baltique.

El consejero delegado de Airbus, el francés Guillaume Faury, ha estado en España en varias ocasiones en los últimos 12 meses. En la imagen, con el presidente Sánchez y los ministros de Industria y Ciencia, Reyes Maroto y Pedro Duque, en la inauguración de nuevas instalaciones de Airbus en Getafe
PHOTO/Airbus DS - Le PDG d'Airbus, le Français Guillaume Faury, s'est rendu plusieurs fois en Espagne au cours des 12 derniers mois. Sur la photo, avec le président Sánchez et les ministres de l'Industrie et des Sciences, Reyes Maroto et Pedro Duque, lors de l'inauguration des nouvelles installations d'Airbus à Getafe.

La troisième obligation assumée par Sanchez avec Airbus au profit du ministère de la Défense dirigé par Margarita Robles et que le gouvernement a précisée hier est de fournir aux forces armées un premier lot de 18 nouveaux hélicoptères bimoteurs H-135. Le prix d'achat est de 178 millions d'euros, à verser entre 2023 et 2027. 

Le Conseil des ministres du 29 juin a également autorisé un engagement de dépenses de 222 millions d'euros pour le ministère de l'intérieur afin de financer l'achat, entre 2021 et 2025, de 18 hélicoptères bimoteurs Airbus H-135 supplémentaires et de quatre hélicoptères H-160 plus grands pour les flottes aériennes de la Garde civile et de la Police nationale.

Le gouvernement a donné son feu vert à l'achat de trois Airbus A330 MRTT pour le ravitaillement en vol et le transport stratégique pour un montant de 675 millions d'euros.
PHOTO/Airbus DS - Le gouvernement a donné son feu vert à l'achat de trois Airbus A330 MRTT pour le ravitaillement en vol et le transport stratégique pour un montant de 675 millions d'euros.
Nouveaux hélicoptères pour la police et la Guardia Civil

L'objectif est de remplacer les vétérans hélicoptères allemands MBB Bo-105, dont l'entretien entraîne d'importants coûts supplémentaires, selon la sous-direction générale de la planification et de la gestion des infrastructures et des ressources de sécurité.

Le ministère dirigé par le juge Fernando Grande-Marlaska fait valoir que la configuration et les performances accrues en termes de rayon d'action, d'autonomie et de capacité à transporter des équipements opérationnels des nouveaux hélicoptères renforceront les missions contre l'immigration clandestine, le trafic de stupéfiants, ainsi que la lutte contre les bandes organisées.

Le plan de renouvellement des hélicoptères initié en 2003 a estimé que la flotte à équiper par les deux Corps devrait s'élever à 51 hélicoptères. Cependant, ceux qui sont actuellement en service ne dépassent pas 29 unités, dont 16 appartiennent à la police nationale et 13 à la Benemérita.

Le nouveau bimoteur H-135 renforcera les capacités aériennes de la Guardia Civil et de la police nationale aux îles Canaries, au Campo de Gibraltar et dans la zone de la mer d'Alboran.
PHOTO/Guardia Civil - Le nouveau bimoteur H-135 renforcera les capacités aériennes de la Guardia Civil et de la police nationale aux îles Canaries, au Campo de Gibraltar et dans la zone de la mer d'Alboran.

Selon l'Intérieur, les nouveaux avions devraient surtout servir à étendre les capacités aériennes des deux corps dans l'archipel des îles Canaries, dans le Campo de Gibraltar et dans la mer d'Alboran. Grâce à leur avionique avancée, ils pourront effectuer des opérations de soutien aérien dans des conditions météorologiques défavorables et avec les mesures de sécurité améliorées qu'offrent les nouveaux appareils, notamment le H-160, d'une capacité de 12 passagers.

Les modifications techniques à apporter aux nouveaux hélicoptères lourds Boeing CH-47 F Chinook, actuellement en production aux États-Unis pour l'armée, ont également été approuvées. Ils seront équipés de systèmes de guerre électronique avancés et d'équipements d'autoprotection à base de laser infrarouge ou de DIRCM -Directed Infrared Countermeasure-, pour détecter et neutraliser les attaques de missiles à guidage infrarouge.

Les technologies sophistiquées qui seront embarquées sur les futurs FCAS permettront de renouveler les flottes actuelles d'avions de combat des armées de l'air allemande, espagnole et française à l'horizon 2040.
PHOTO/Dassault Aviation - Les technologies sophistiquées qui seront embarquées sur les futurs FCAS permettront de renouveler les flottes actuelles d'avions de combat des armées de l'air allemande, espagnole et française à l'horizon 2040.

La société espagnole Indra sera responsable du développement de l'équipement de guerre électronique. En attendant qu'ils deviennent réalité, une partie des nouveaux Chinook qui sont en cours de fabrication aux États-Unis seront équipés d'un matériel de guerre électronique similaire à celui utilisé dans les hélicoptères de l'armée américaine et du DIRCM espagnol, auquel 35 millions d'euros seront alloués.