L'Espagne joue déjà les mêmes cartes que l'Allemagne et la France dans le décollage de la chasse européenne du futur

La secrétaire d'État à la défense, Esperanza Casteleiro, a achevé un long processus de développement des technologies qui donneront vie à un avion de combat révolutionnaire en 2040
Atalayar_Caza europeo 1

PHOTO/Airbus DS  -   Le futur chasseur européen doit se lancer dans les technologies de rupture les plus avancées en matière d'intelligence artificielle, d'échange de données, de combat dans les nuages, de guerre électronique et même de missiles à grande vitesse qui sont encore en développement aujourd'hui

La Ministre espagnole de la Défense, dirigée par Margarita Robles, vient de rejoindre pleinement le projet du futur avion de chasse européen, la plus grande initiative de coopération en matière de défense jamais lancée entre les pays du vieux continent. Il s'agit d'un « projet d'État », qu'ils insistent pour obtenir auprès du ministère de la défense, auquel les ministères des sciences, de l'industrie et des finances contribuent également.

La secrétaire d'État à la Défense, Esperanza Casteleiro, a été chargée de diriger l'engagement qui met le gouvernement de Madrid « sur un pied d'égalité » avec ceux de Berlin et de Paris dans les étapes préliminaires de la conception et de la construction d'une plate-forme aérienne polyvalente révolutionnaire, pour combattre avec succès le dangereux domaine aérospatial, terrestre et naval qui s'étendra du milieu du XXIe siècle à 2080 et au-delà. 

En tant que responsable de la politique d'armement, de recherche et d'innovation du département, Esperanza Casteleiro a signé le 16 octobre le document d'adhésion de l'Espagne à l'accord dit d'application 2 du système d'armes de nouvelle génération, qui fait partie du système de combat aérien futur ou NGWS/FCAS. Il a ensuite organisé une vidéoconférence à laquelle ont participé son homologue de la Bundeswehr, le lieutenant général Benedikt Zimmer, et le directeur général de l'armement de la France, l'ingénieur général Joël Barre, pour s'informer de l'état d'avancement du projet.   

Atalayar_ Caza europeo 2
PHOTO/Marco Romero - L'accord intergouvernemental signé par Esperanza Casteleiro prévoit la répartition des financements entre l'Allemagne, l'Espagne et la France et inclut la répartition de la charge de travail et la propriété des droits de propriété intellectuelle

L'accord intergouvernemental désormais approuvé implique l'intégration complète de l'Espagne dans la phase 1A de la recherche et du développement, qui détaille la répartition du financement entre les trois nations. Elle comprend également la répartition des charges de travail et la propriété des droits de propriété intellectuelle sur les technologies et les architectures de systèmes perturbateurs qui devraient se trouver à bord des futurs avions de chasse. 

Ce travail est mené par Airbus Defence and Space du côté allemand, Dassault Aviation du côté français et la multinationale technologique espagnole Indra, en sa qualité de coordinateur de la contribution nationale apportée par Airbus DS Espagne, GMV, Indra, ITP Aero, SENER Aerospace et Tecnobit.  

Atalayar_Caza europeo 3
PHOTO/Airbus DS - Doit être un avion furtif, invisible au radar, capable de diriger des actions de combat à distance avec des drones et possédant une connectivité satellitaire cryptée
Investir entre 50 et 80 milliards d'euros 

L'engagement espagnol a huit mois de retard par rapport à l'accord déjà signé à Paris le 20 février par les ministres français et allemand de la défense, Florence Parly et Annegret Kramp-Karrenbauer, respectivement. Dans la capitale française, le secrétaire d'État espagnol à la défense de l'époque, Ángel Olivares, n'a pu signer qu'une lettre d'intention concernant le désir de l'Espagne de rejoindre plus tard l'Union, qui est maintenant devenu une réalité. 

L'accord financier consiste en un premier contrat de 65 millions d'euros pour sélectionner et perfectionner au moins une douzaine d'architectures technologiques parmi les plus prometteuses. Signé le 6 février 2019 et valable jusqu'à la fin du premier semestre 2021, les ministères de la défense allemand et français ont chargé Dassault Aviation et Airbus de diriger l'étude de concept conjointe comprenant les activités de R&D&I des sept piliers technologiques identifiés.

Atalayar_caza europeo 4
PHOTO/Iñaki G. - Le président Emmanuel Macron a assisté à la signature de l'accord-cadre signé à Paris le 17 juin 2019 par la ministre Margarita Robles avec les chefs d'état-major de la défense de la France, Florence Parly (au centre), et de l'Allemagne, Ursula von der Leyen, présidente en exercice de la Commission européenne

Un deuxième contrat de 155 millions d'euros est en cours d'attribution pour la phase 1A, une fois que les leaders du secteur dans chaque pays auront soumis leurs plans de travail et leurs offres. Le feu vert doit être donné par les trois ministères de la défense associés, une tâche pas facile puisque l'objectif est d'éviter de développer un système de combat qui deviendra obsolète peu après sa mise en service à l'aube de 2040. 

L'investissement prévu est d'environ 4 milliards d'euros jusqu'à la fin de 2026, date à laquelle on espère qu'un ou plusieurs avions de démonstration seront disponibles. Il faudra ensuite ajouter 8 milliards d'euros jusqu'en 2030, date à laquelle les premiers avions devraient voler. Ensuite, les coûts énormes de l'industrialisation du projet devront être couverts jusqu'en 2040. En résumé, les chiffres totaux considérés se situent entre 50 et 80 milliards d'euros.

Atalayar_ caza europeo 5
PHOTO/MOD GE - Le résultat du projet NGWS/FCAS permettra de soulager d'ici 2040 le Rafale français et les chasseurs Eurofighter allemands et espagnols, dont les technologies remontent au milieu des années 1990 et qui volent depuis le début des années 2000

Le résultat attendu est un véritable système aéroporté de systèmes capables de faire face à leurs principaux adversaires et de pénétrer et d'opérer dans des zones de l'espace aérien protégées par des radars de détection à large bande de haute précision et des batteries de missiles. L'objectif est de soulager le Rafale français et les chasseurs Eurofighter allemand et espagnol avec un avion furtif, invisible au radar, capable de diriger des actions de combat à distance avec des drones de tous types et de toutes tailles et possédant une connectivité satellitaire cryptée. 

Atalayar_ Caza europeo 6
PHOTO/Marco Romero - Une vidéoconférence entre les secrétaires d'État à la défense de l'Allemagne, de la France et de l'Espagne a clôturé l'adhésion de l'Espagne. À côté d'Esperanza Casteleiro, de gauche à droite Ignacio Mataix (Indra), le directeur général de l'armement et du matériel, l'amiral Santiago Ramón González Gómez, et le directeur général adjoint de la planification, de la technologie et de l'innovation, le général de division José Luis Murga 
Au service des intérêts allemands et français 

L'avion futuriste qui sera développé au début de 2040 devra intégrer les technologies de rupture les plus avancées en matière d'intelligence artificielle, d'échange de données, de combat dans les nuages, de guerre électronique et même de missiles à hyper-vitesse qui sont encore en plein développement aujourd'hui. Les produits avancés qui en résulteront « seront en grande partie à double usage et pourront être appliqués à l'aviation commerciale », affirment les responsables de l'industrie espagnole concernée.

Le projet NGWS/FCAS est une initiative qui a été mise sur la table du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité qui s'est tenu le 13 juillet 2017 à Paris, un forum politique qui a réuni à cette occasion le président Emmanuel Macron, la chancelière Angela Merkel et leurs ministres de la défense et des affaires étrangères respectifs. 

Atalayar_caza europeo 7
PHOTO/MDE - L'équipe des industries espagnoles participant à la NGWS/FCAS n'a été constituée qu'à la mi-février. Sur la photo, de gauche à droite, Andrés Sendagorta, président de SENER ; Ángel Olivares, alors secrétaire d'État à la défense ; Raúl Blanco, secrétaire général de l'industrie ; Mónica Martínez, présidente de GMV, et Luis Fornells, président exécutif de Tecnobit-Grupo Oesia

Le futur avion franco-allemand suscite immédiatement l'intérêt du ministère espagnol de la Défense, alors dirigé par María Dolores de Cospedal. L'Allemagne et la France, ainsi que l'Espagne, devront remplacer leurs avions de chasse, qui étaient en service il y a un demi-siècle, par un nouvel appareil qui restera opérationnel au moins jusqu'en 2080. Son importance technologique et son impact sur l'industrie et l'emploi sont tels que « l'Espagne ne peut pas ne pas participer », soulignent-ils dans le secteur.

Cependant, les gouvernements de Paris et de Berlin ont donné la priorité absolue à l'établissement et à la consolidation des bases de leur association industrielle. C'est pourquoi les gouvernements du président Mariano Rajoy et maintenant de Pedro Sanchez ont dû se rallier aux intérêts et aux accords intergouvernementaux et industriels ratifiés par la ministre française de la défense, Florence Parly, et l'allemande Ursula von der Leyen, l'actuelle présidente de la Commission européenne.  

Atalayar_caza europeo 8
PHOTO/MDE - Le gouvernement espagnol a organisé à plusieurs reprises sa participation à la NGWS/FCAS, par exemple le 20 février, lorsque le secrétaire d'État à la Défense de l'époque, Ángel Olivares, a signé une lettre d'intention en vue d'adhérer ultérieurement à l'accord d'application 1A qui était signé par les ministres de la Défense français et allemand, Florence Parly et Annegret Kramp-Karrenbauer, respectivement

L'Espagne a dû attendre le traité de coopération et d'intégration franco-allemand conclu le 22 janvier 2019 à Aix-la-Chapelle et les contrats industriels coordonnés par les ministères de la défense à Paris et à Berlin. Ce n'est que le 14 février de cette année-là que la ministre Margarita Robles a été en mesure de signer une lettre d'intention pour se joindre au projet, et le 17 juin de signer à Paris l'accord-cadre qui a ouvert la porte initiale au NGWS/FCAS.