L'Espagne rend hommage aux victimes du COVID-19

Le roi Felipe VI demande de regarder vers l'avenir en étant uni dans « le respect et la compréhension »
Le Roi Felipe, la Reine Letizia, la Princesse Leonor et l'Infante Sofia arrivent au Palais Royal de Madrid, en Espagne, le 16 juillet 2020, pour un hommage d'État à la mémoire des victimes du COVID-19

REUTERS/JUANJO MARTIN  -   Le Roi Felipe, la Reine Letizia, la Princesse Leonor et l'Infante Sofia arrivent au Palais Royal de Madrid, en Espagne, le 16 juillet 2020, pour un hommage d'État à la mémoire des victimes du COVID-19

Le roi a déclaré jeudi que l'Espagne a donné « une leçon d'immense courage » et d'esprit d'amélioration pendant la pandémie et a demandé d'agir ensemble, à partir « du respect et de la compréhension », pour pouvoir regarder l'avenir avec « confiance et espoir ». Felipe VI a lancé cet appel lors de l'hommage civil aux victimes de la pandémie dans le Patio de la Armería du Palais royal, où il a assuré aux proches des plus de 28 000 morts qu'« ils ne sont pas seuls dans leur douleur ». « C'est une douleur que nous partageons. Leur deuil est le nôtre, qui est présent ici devant tous les Espagnols. Une douleur et un deuil dans lesquels nous nous reconnaissons tous », a souligné le monarque.

M.Felipe a admis que l'hommage ne peut pas réparer la tristesse de ceux qui ont perdu un être cher, mais il leur a garanti qu'« ils resteront dans la mémoire » et que les citoyens « ne les oublieront pas ».  « Cette dette morale et ce devoir civique nous obligent et nous engagent tous. Mettons ensemble, mettons ensemble toute notre volonté, toute notre capacité, toute notre connaissance, tout notre effort et notre engagement pour pouvoir regarder l'avenir avec confiance et espoir. Et faisons-le avec respect et compréhension », a encouragé le monarque aux représentants institutionnels présents à l'événement. 

La responsabilité, la force morale, la détermination face à l'adversité et l'esprit de dépassement de soi du peuple espagnol sont, selon Felipe VI, les principes qui doivent guider le chemin à suivre pour « affronter et surmonter les difficultés». « Nous les surmonterons », a-t-il ajouté. « Ce sera sans doute le meilleur hommage renouvelé que nous puissions offrir demain à ceux qui aujourd'hui, en toute justice et mérite, nous nous souvenons, reconnaissons et honorons », a-t-il proclamé.

El rey Felipe VI de España pronuncia un discurso durante una ceremonia de Estado para honrar a las 28.400 víctimas de la crisis del coronavirus, así como a los funcionarios públicos que han estado luchando en primera línea contra la pandemia en España, el 16 de julio de 2020, en el Palacio Real de Madrid
AFP/JUANJO MARTIN - Le roi Philippe VI d'Espagne prononce un discours lors d'une cérémonie d'Etat en hommage aux 28.400 victimes de la crise du coronavirus, ainsi qu'aux fonctionnaires qui ont combattu en première ligne de la pandémie en Espagne, le 16 juillet 2020, au Palais royal de Madrid

Des membres du gouvernement et des pouvoirs publics, tous les présidents régionaux, des représentants des partis, à l'exception de Vox, et les chefs des institutions européennes, ainsi que la reine Letizia, la princesse Leonor et la princesse Sofia, ont participé à l'événement. Une participation qui a reflété « le respect et la plus grande solennité de l'État » dans son hommage aux victimes, selon M.Felipe.  

Parmi ceux qui sont décédés, il a rappelé que la majorité étaient des personnes âgées et qu'elles faisaient partie d'une génération « admirable » qui contribuait à « construire l'édifice de la coexistence démocratique » au quotidien. Dans son discours, il a exprimé son « immense gratitude » envers les milliers de citoyens et de groupes qui ont travaillé en première ligne pendant la pandémie en faveur des autres, à qui la société « doit beaucoup plus qu'elle ne peut l'imaginer » pour avoir maintenu le pouls du pays. « Leur comportement a été le meilleur exemple des valeurs civiques et morales de notre société et la meilleure raison de notre espoir collectif », a-t-il déclaré.

Los expresidentes del Gobierno español José Luis Rodríguez Zapatero y Mariano Rajoy
AFP/FERNANDO ALVARADO - Les anciens présidents du gouvernement espagnol José Luis Rodríguez Zapatero et Mariano Rajoy

Pour Felipe VI, la crise sanitaire a mis « le peuple espagnol à l'épreuve en tant que pays et en tant que société », mais il a souligné qu'il peut se sentir « fier » de la responsabilité dont il a fait preuve en ces temps « durs et difficiles ».

« Notre société a donné en ces mois une leçon d'une immense valeur. L'Espagne a fait preuve de son meilleur esprit. Quand les années passeront et que nous nous souviendrons de cette époque et de ces jours, nous nous souviendrons aussi que nous nous sommes donnés un exemple, une fois de plus dans notre histoire, de civilité, de maturité, de résistance et d'engagement envers les autres », a souligné le monarque.

Ceremonia estatal para honrar a las 28.400 víctimas de la crisis del coronavirus, así como a los funcionarios públicos que han estado luchando en primera línea contra la pandemia en España, el 16 de julio de 2020, en el Palacio Real de Madrid
AFP/JUANJO MARTIN - Cérémonie d'Etat pour honorer les 28.400 victimes de la crise du coronavirus, ainsi que les fonctionnaires qui ont combattu en première ligne de la pandémie en Espagne, 16 juillet 2020, au Palais Royal de Madrid
La voix des familles

Hernando Fernández Calleja, frère du journaliste José María Calleja, décédé fin avril à cause du COVID-19, a défendu ce jeudi l'unité comme « le meilleur hommage » à rendre à ceux qui sont morts de cette maladie et a affirmé que la mémoire est « un devoir ». « La mémoire est un devoir ; le meilleur hommage que nous puissions rendre est de rester unis dans leur mémoire et de construire le pays que -les victimes- auraient voulu partager », a déclaré le frère du journaliste et écrivain et l'un des deux citoyens qui ont participé à l'hommage d'État aux victimes du COVID-19 qui s'est tenu à Madrid.

Comme l'a défini Fernandez Calleja, il s'agit d'un « adieu symbolique » à ceux qui sont morts d'une maladie qui, selon ses propres termes, « a été et continue d'être un exécutant froid, cruel et destructeur ». Elle a souligné que la douleur de la perte de son frère est aussi celle de ceux qui ont perdu leurs proches durant cette pandémie, des « compatriotes », a-t-il dit, avec lesquels il a partagé « des illusions et des espoirs ». 

Le frère du journaliste José María Calleja a demandé aux citoyens de faire preuve de « compassion », car c'est « un sentiment » qui aide à « comprendre la douleur des autres » et à partager « leur brisement » et leur « immense tristesse ». 

La jefa de Servicio de Urgencias del Hospital Universitario del Valle de Hebrón, Aroa López, el rey de España Felipe VI, la princesa heredera Leonor y Hernando Calleja, hermano de la víctima de COVID-19 y periodista José María Calleja, depositaron flores junto a un caldero durante la ceremonia estatal en honor de las víctimas del coronavirus
PHOTO/EUROPA PRESS - Le chef du service des urgences de l'hôpital Vall d'Hebrón, Aroa López, le roi d'Espagne, Felipe VI, la princesse héritière Leonor et Hernando Calleja, frère de la victime de COVID-19 et le journaliste José María Calleja, ont déposé des fleurs à côté d'un chaudron lors de la cérémonie d'état en l'honneur des victimes du coronavirus

Dans ce qui fut la première des deux interventions citoyennes (la suivante a été faite par un travailleur de la santé), Fernández Calleja s'est souvenu d'autres personnalités qui sont également mortes du coronavirus, comme l'actrice Lucía Bosé, l'écrivain chilien basé dans les Asturies, Luís Sepúlveda ou l'homme d'affaires Alfonso Cortina. Il a également mentionné d'autres noms de citoyens de différents âges qui sont morts du COVID-19.

« Mais nous ne sommes pas ici pour honorer la gloire de quiconque, mais pour honorer la mémoire de ceux qui sont partis brutalement en ces mois de pandémie et pour honorer les morts anonymes et silencieux qui ont perdu la vie à cause de cette terrible maladie », a-t-il souligné dans le Patio de la Armería, au Palais Royal. 

De son frère José María, le plus jeune de huit ans, il a souligné la relation étroite qu'il avait avec lui. « Nous étions un soutien inconditionnel dans les moments les plus difficiles et dans les plus heureux », a-t-il rappelé.  

La presidenta de la Comisión Europea, Ursula von der Leyen, deja una rosa blanca junto en la ceremonia de Estado para honrar a las 28.400 víctimas de la crisis del coronavirus
AFP/JUANJO MARTIN - La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen laisse une rose blanche à côté de la cérémonie d'Etat pour honorer les 28.400 victimes de la crise du coronavirus
La voix des travailleurs de la santé

« N'oublions jamais la leçon apprise », a demandé aux autorités publiques Aroa López Martín, infirmière en chef du service des urgences de l'hôpital Vall d'Hebrón, en hommage aux victimes de la pandémie, dans un discours émouvant évoquant le travail acharné des travailleurs de la santé dans cette crise.  

Lopez Martin a fait remarquer que les personnes qui se cachent derrière les combinaisons de protection utilisées par les professionnels de la santé pour soigner les patients atteints de coronavirus « n'étaient pas des héros, mais des personnes » qui ont vécu des situations « qui vous ont fait mal à l'âme ». « Cela a été très dur, nous nous sommes sentis impuissants, avec un sentiment brutal d'incertitude et la pression de devoir apprendre et décider au fur et à mesure », a-t-il déclaré lors de la cérémonie qui s'est tenue dans le Patio de la Armería du Palais Royal, devant les rois, le gouvernement, les présidents régionaux et les principales autorités de l'État.  

L'infirmière, qui a non seulement parlé au nom des professionnels de la santé - dont 52 000 ont été infectés par le coronavirus - mais aussi de ceux qui travaillent en « première ligne », tels que les stockistes, les transporteurs et les policiers, a envoyé un message aux représentants du public. Il leur a demandé de « défendre la santé de tous » et de « se souvenir qu'il n'y a pas de meilleur hommage à ceux qui nous ont quittés que de veiller à notre santé et de garantir la dignité de nos professions ». Pour conclure, il a ajouté : « Et que nous répondions à une question simple : qui prendra soin de nous si la personne qui s'occupe de nous ne le peut pas ? N'oublions jamais la leçon que nous avons apprise ».  

Auparavant, Aroa Lopez a déclaré que l'expérience vécue au cours de ces mois « nous marquera à jamais », bien que dans son cas, elle ait déjà vécu des expériences « très difficiles » en tant que surveillante des urgences à l'hôpital de Barcelone Vall d'Hebron. Elle a assuré que tous, médecins, infirmières, assistants et toutes les spécialités liées à la santé, ont donné « tout ce qu'ils avaient », travaillant « à la limite de nos forces ».  

La jefa de Servicio de Urgencias del Hospital Universitario del Valle de Hebrón, Aroa López, el rey de España Felipe VI, la princesa heredera Leonor y Hernando Calleja, hermano de la víctima de COVID-19 y periodista José María Calleja, depositaron flores junto a un caldero durante la ceremonia estatal en honor de las víctimas del coronavirus
PHOTO/EUROPA PRESS - Le chef du service des urgences de l'hôpital Vall d'Hebrón, Aroa López, le roi d'Espagne, Felipe VI, la princesse héritière Leonor et Hernando Calleja, frère de la victime de COVID-19 et le journaliste José María Calleja, ont déposé des fleurs à côté d'un chaudron lors de la cérémonie d'état en l'honneur des victimes du coronavirus

Mais ils ont aussi compris à nouveau, a-t-elle Grâce à leurs efforts, ils ont été les « messagers du dernier adieu pour les personnes qui mouraient seules », écoutant « la voix de leurs enfants » au téléphone et recourant aux appels vidéo.  « Nous avons dû ravaler nos larmes quand quelqu'un nous a dit : ne me laissez pas mourir seule », a rappelé l'infirmière dans l'un des passages les plus émouvants de son discours.  

Les infirmières, poursuit l'infirmière, quittaient leur famille pour éviter de les contaminer, quittant l'hôpital avec « toutes ces émotions » sur le dos, puis revenant « de la solitude et de l'épuisement » mais prêtes à « transmettre aux malades une force et un encouragement au-delà de nos craintes ». Le regard a été la ressource utilisée pour cela car « c'était la seule partie du corps qui restait visible » et aussi parmi les professionnels eux-mêmes, qui ont appris à communiquer de cette manière.  

Aroa López a remercié les citoyens de les avoir applaudis à vingt heures du soir, et leur a demandé de ne pas « l'oublier » tout en respectant les recommandations en matière de santé. Elle leur a également demandé de penser à ceux qui sont morts et aux professionnels de la santé qui ont perdu la vie. « S'il vous plaît, que vos efforts ne soient jamais vains », a-t-elle conclu. Après ses paroles et avant d'écouter le discours du roi Felipe VI, les participants à l'hommage ont déposé, par paires, quelques roses blanches devant le chaudron situé au centre de l'enceinte en mémoire des milliers de victimes du COVID-19.  

Una llama arde en un caldero rodeada de rosas blancas durante una ceremonia de Estado para honrar a las 28.400 víctimas de la crisis del coronavirus
AFP/PIERRE-PHILIPPE MARCOU - Une flamme brûle dans un chaudron entouré de roses blanches lors d'une cérémonie d'Etat en hommage aux 28.400 victimes de la crise du coronavirus
Une minute de silence a mis fin à l'hommage

L'hommage de l'État aux victimes du COVID-19, qui s'est tenu ce jeudi dans le Patio de la Armería du Palais Royal et présidé par le Roi et la Reine, s'est conclu par une minute de silence observée par les autorités, les familles et les représentants des groupes qui ont lutté contre la pandémie.

Après la minute de silence, qui s'est terminée par une salve d'applaudissements de la part du public, l'événement a été clôturé en présence du gouvernement dans son intégralité, de tous les présidents régionaux, ainsi que d'autorités internationales telles que le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus ; la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen ; le président du Conseil européen, Charles Michel ; le président du Parlement européen, David Sassoli ; et le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, entre autres.