L'Espagne s'écrase sur les genoux de la Pologne

Morata a marqué et Gerard a manqué un penalty dans une soirée où Luis Enrique n'a pas su gérer les changements pour apporter des solutions
Una España incapaz se estrella ante Polonia

 -  

On nous a fait croire que c'était la malchance contre la Suède. Cette Espagne a piétiné la zone de l'adversaire et le malheur a fait qu'il n'a pas été possible de marquer des buts. Que Morata n'était qu'une passade ou que Gerard a réglé le problème. Nous avons dû attendre d'avoir en face d'une équipe dans le besoin et avec un point de référence en haut comme Lewandowski pour prendre les couleurs au rouge. 

#Gerard

Luis Enrique a fait entrer Gerard Moreno contre la Pologne, mais a laissé Morata dans le onze de départ. Pendant la semaine, il n'a pas tari d'éloges sur l'attaquant de la Juventus. Il a défié la presse en disant qu'ils allaient jouer "Morata et dix de plus". Une obsession causée par ses mauvaises relations avec les médias qui lui ont fait remarquer qu'il fallait garder l'attaquant madrilène sur le terrain contre la Suède, tout comme ils lui ont reproché que Llorente était toujours inutile dans l'équipe. 

Una España incapaz se estrella ante Polonia

#Sans jeu

L'Espagne ne joue rien de reconnaissable. Luis Enrique tord les joueurs pour qu'ils s'adaptent à un système trop précis qui ne leur laisse aucune marge de manœuvre sur le terrain. Koke, Gerard, Morata et Dani Olmo ont été remplacés par Sarabia, Oyarzabal, Fabian Ruiz et Ferran Torres. Des substitutions qui n'ont pas changé le schéma et qui ont dispersé le reste des coéquipiers qui ne savaient pas comment faire face à chaque attaque. Pedri a joué sur l'aile, loin de la surface. Koke et Rodri n'étaient pas des partenaires avec lesquels combiner pour attaquer le but de la Pologne avec des garanties. Luis Enrique compte sur le jeune joueur du Barça car il insiste sur un système 4-3-3 qui annule les deux attaquants centraux. Una España incapaz se estrella ante Polonia

#Magic

Gerard et Morata en attaque étaient un tour de magie bon marché de l'entraîneur national. Aligner le joueur dont il a besoin et ne pas éliminer celui dont il a besoin pour ne pas donner raison aux journalistes qu'il déteste tant. Ses méthodes sont préjudiciables à l'Espagne car mettre deux attaquants en haut ne garantit pas plus de buts. C'est de Football First. Morata a marqué le premier but et est allé le célébrer avec son meilleur défenseur sur le banc. Sa vie est déjà basée sur la démonstration constante qu'il n'apprécie pas le jugement qu'ils portent sur lui. Il ne s'amuse pas sur le terrain. Ce but était un mirage car l'Espagne n'a ni dominé ni généré autant de football pour remporter le plus grand prix. 

Deux référents en haut n'ont pas facilité l'objectif. Morata va bien haut, en position, mais Gerard a un football plus vertical et est dangereux quand il entre dans la zone en transition. Cela ne devrait pas savoir Luis Enrique et a terminé le match en louant que le joueur de la Juventus a fait un travail sombre très important. De simples excuses pour ne pas baisser son attaque de coach et s'en tenir aux joueurs et à leurs capacités. 

Una España incapaz se estrella ante Polonia

#Lewandowski

Le but de Lewandowski ressemble à beaucoup de ceux qu'il a marqués tout au long de sa carrière. Un saut dans la boîte et une tête qui touche le poteau. Si on rembobine ce but, on doit accuser Laporte d'avoir été inefficace dans son marquage. Un ballon sur le flanc, avec la défense espagnole dans la zone et avec une supériorité dans la zone. L'attaquant du Bayern a couru sur l'ancien joueur français, l'a déséquilibré et a terminé à l'aise. C'est là que se pose la question de savoir si cette touche aurait permis à Ramos ou Albiol de mordre la poussière aussi facilement.Una España incapaz se estrella ante Polonia

#Panic

L'Espagne a paniqué et s'est accrochée davantage à la tactique de Luis Enrique. Tout était prévisible. Pas un seul joueur n'a tiré sur ses gallons pour entraîner ses coéquipiers et obtenir le deuxième but. Onze icebergs et Unai Simon refroidissant les Polonais avec un grand arrêt qui aurait pu être une catastrophe nationale comme avant. L'équipe espagnole manque de caractère. Il ne s'agit pas de jouer avec des "balles", il s'agit de les avoir pour accompagner une idée. Mais l'Espagne n'a ni l'un ni l'autre. Nous ne savons plus si l'Espagne sera dans le top 6 ou dans le top 6 à la maison. En regardant le jeu de la France, du Portugal, de l'Allemagne ou de l'Angleterre, il est presque préférable que nos chemins ne se croisent pas avant la Coupe du monde. Una España incapaz se estrella ante Polonia

#LaCartuja

Et à tout cela s'ajoute le site où l'Espagne joue ses matchs. La RFEF de Villar a réussi à faire venir un championnat d'Europe en Espagne et maintenant elle fait jouer la Roja dans un terrain vague de la banlieue de Séville. L'herbe s'est très peu améliorée car la chaleur ne permet pas beaucoup plus. La proximité du public qui dispose d'autres stades comme Wembley ou l'Allianz Arena, sans parler du miracle de Budapest, n'a pas La Cartuja. Si l'UEFA a été décrochée avec des billets à 180 euros, la RFEF entend que les bâches bleues encouragent la sélection. Le spectateur le plus proche est à 30 mètres de l'herbe sèche et leurs cris sont perdus. Ce n'est pas une excuse, c'est vrai, mais saboter ainsi le jeu de l'Espagne à cause des relations d'affaires de Luis Rubiales avec la Junta de Andalucía est une honte. 

L'Espagne jouera sa première finale contre la Slovaquie lors du dernier match de groupe. La seule chose dont ils ont besoin est de gagner, car toute autre chose serait de revenir sur le chemin des feux de l'ère Clemente. Mauvaise relation avec la presse, peu de football et éliminations précoces. Un autre problème est que Luis Enrique veut changer quelque chose entre maintenant et mercredi ou préfère mourir en tuant.