L'Espagnol Javier Benedicto rejoint la Cour des comptes de l'Agence spatiale européenne

L'Espagne revient à la charge auprès de la direction de l'ESA pour conclure le déploiement complet de Galileo, la constellation européenne de positionnement et de navigation à l'échelle mondiale
L'Espagnol Javier Benedicto (à gauche), nouveau directeur de la navigation de l'Agence spatiale européenne, avec le Portugais Rodrigo da Costa, directeur exécutif de l'Agence du programme spatial de l'Union européenne (EUSPA), l'organisation complémentaire de l'ESA.

PHOTO/ESA  -   L'Espagnol Javier Benedicto (à gauche), nouveau directeur de la navigation de l'Agence spatiale européenne, avec le Portugais Rodrigo da Costa, directeur exécutif de l'Agence du programme spatial de l'Union européenne (EUSPA), l'organisation complémentaire de l'ESA

Le directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), l'Autrichien Josef Aschbacher, a confié à l'Espagnol Javier Benedicto le commandement de la direction de la navigation. Sa nomination implique d'assumer l'entière responsabilité de Galileo, la constellation européenne de positionnement et de navigation mondiale, propriété de l'Union européenne, mais qui est un projet commun de Bruxelles et de l'ESA, une organisation non européenne.

Après presque quatre ans sans compatriote au sommet du conseil d'administration de l'ESA, la nomination de Javier Benedicto - effective à partir du 16 février 2022 - signifie que l'Espagne occupe à nouveau une position très élevée au sein de l'Agence. Sa nomination le place à la tête de l'un des domaines technologiques les plus prometteurs de l'ESA pour les prochaines décennies, avec la responsabilité de la plus grande flotte de satellites d'Europe.

La ESA ya trabaja en el desarrollo de los más precisos satélites Galileo Segunda Generación, cuya fabricación ha sido contratada a la compañía alemana Airbus Space Systems GmbH y a la franco-italiana Thales Alenia Space
PHOTO/Thales Alenia Space - L'ESA travaille déjà au développement des satellites Galileo de deuxième génération, plus précis, dont la fabrication a été confiée à l'entreprise allemande Airbus Space Systems GmbH et à l'entreprise franco-italienne Thales Alenia Space.

Sur les épaules de Javier Benedicto reposera l'achèvement du déploiement des satellites Galileo et la garantie du bon fonctionnement de leurs signaux, qui sont utilisés par plus de 2 milliards de personnes dans le monde, dont beaucoup sans s'en rendre compte. Il prévoit également le développement et la mise en orbite à partir de 2024 des satellites Galileo de deuxième génération, qui permettront de localiser avec une précision centimétrique tout type d'objet ou de personne équipé d'un récepteur Galileo.

La désignation officielle de l'Espagnol a eu lieu aujourd'hui, jeudi 21 octobre. Il a été proposé par le chef de l'ESA, Josef Aschbacher, tout comme deux autres nouveaux hauts fonctionnaires, l'Italienne Simonetta Cheli - nommée directrice des programmes d'observation de la Terre - et la Française Géraldine Naja, pour la direction du marketing, de l'industrie et des achats. Mais les nominations ont été faites par le Conseil de l'ESA, présidé par la Suédoise Anna Rathsman, qui, en tant que directrice générale de l'Agence spatiale nationale suédoise, représente son pays au sein de l'Agence, tout comme les deux vice-présidents du Conseil de l'ESA, un Suisse et un Espagnol.

El Consejo la ESA presidido por la sueca Anna Rathsman ha sancionado el nombramiento de tres nuevos altos directivos de la Agencia, uno ellos de Javier Benedicto, al frente de la Dirección de Navegación
PHOTO/ESA - Le Conseil de l'ESA, présidé par la Suédoise Anna Rathsman, a sanctionné la nomination de trois nouveaux cadres supérieurs de l'Agence, dont Javier Benedicto à la tête de la Direction de la navigation.
Les deux grands défis de l'Espagnol

Celui qui représente le pays suisse est Renato Krpoun, chef de l'Office spatial suisse. L'autre vice-président est Juan Carlos Cortés, directeur de l'espace, des grandes infrastructures et des programmes doubles au Centre pour le développement de la technologie industrielle (CDTI), l'organisme du ministère des sciences et de l'innovation chargé de gérer la participation de l'Espagne et de son industrie aux programmes spatiaux de l'Agence. Avec son équipe de techniciens, M. Cortés a activement défendu ces dernières années le point de vue de l'Espagne sur la gouvernance effective de l'ESA.

La présence espagnole au sein de l'équipe dirigeante du directeur général de l'ESA était inexistante depuis que l'astrophysicien Álvaro Giménez a quitté son poste de directeur des sciences fin 2017. Sa démission a été surprenante, alors qu'il lui restait encore deux ans pour terminer son mandat, apparemment en raison d'un manque d'harmonie avec le nouveau directeur général de l'Agence, l'Allemand Jan Wöerner, qui avait été remplacé il y a huit mois par l'Autrichien Aschbacher.

Nombrado en el año 2000 jefe de proyecto de Galileo, Javier Benedicto (izquierda) se ha dedicado desde entonces a superar las enormes complejidades técnicas de hacer realidad el sistema de posicionamiento global europeo
PHOTO/ESA - Nommé responsable du projet Galileo en 2000, Javier Benedicto (à gauche) s'efforce depuis lors de surmonter les énormes complexités techniques liées à la réalisation du système de positionnement global européen.

La nomination de l'ingénieur espagnol en télécommunications à un poste de confiance totale du chef de l'ESA est une reconnaissance du rôle que Javier Benedicto a joué et joue à l'Agence depuis plus de 35 ans. Âgé de 64 ans, il jouit d'un grand prestige professionnel dans le monde entier dans le domaine des communications par satellite. Il a rejoint l'ESA en 1985 pour travailler au développement d'équipements micro-ondes pour la télévision et la téléphonie mobile au Centre de recherche et de technologie de l'ESA (ESTEC) à Noordwijk, aux Pays-Bas.

En 1995, il a été nommé à la tête de l'initiative EGNOS, qui a ensuite donné naissance à la constellation spatiale Galileo, dont il est devenu le chef de projet en 2000. Depuis lors, il s'est consacré corps et âme à surmonter les énormes complexités techniques liées à la réalisation du système européen de positionnement global, qui est en concurrence avec le GPS américain, le GLONASS russe et le Beidou chinois.

Desde los centros de control de Oberpfaffenhofen, cerca de Múnich (Alemania) y Fucino, en las proximidades de Roma (Italia), se supervisan los 22 satélites Galileo que están operativos en órbita, de los 26 lanzados
PHOTO/DLR - Depuis les centres de contrôle d'Oberpfaffenhofen près de Munich (Allemagne) et de Fucino près de Rome (Italie), les 22 satellites Galileo en orbite, sur les 26 lancés, sont surveillés.
Les deux grands défis auxquels est confrontée la direction de la navigation de l'ESA

Les plus grands défis auxquels est confronté Javier Benedicto sont au moins de deux ordres. La première consiste à compléter la constellation Galileo en mettant en orbite les douze derniers satellites. Deux d'entre eux se trouvent déjà à la base spatiale de Guyane et attendent d'être lancés dans l'espace avant la fin de l'année 2021. Ils rejoindront les 26 satellites en orbite, dont 22 restent opérationnels et fournissent les premiers services dans le monde entier. Quatre autres devraient voler en 2022.

Le deuxième grand défi consiste à superviser en temps utile le développement des nouvelles technologies et des nouveaux équipements entièrement numériques qui seront embarqués sur les 12 nouvelles plates-formes Galileo de génération II (G2). Leur déploiement dans l'espace doit commencer au milieu de cette décennie, ce qui fait de ce projet une course contre la montre.

Las previsiones son que los satélites Galileo 27 y 28 asciendan al espacio desde la Guayana francesa a finales del próximo mes de noviembre a bordo de un lanzador ruso Soyuz
PHOTO/ESA - Les satellites Galileo 27 et 28 doivent s'élever dans l'espace depuis la Guyane française à la fin du mois de novembre à bord d'un lanceur russe Soyouz.

L'ESA évalue actuellement sur des bancs d'essai en Allemagne et aux Pays-Bas le matériel reconfigurable des antennes sophistiquées qui porteront les nouveaux satellites G2. La conception et la fabrication de ces antennes ont été confiées à l'entreprise allemande Airbus Space Systems GmbH et à l'entreprise franco-italienne Thales Alenia Space pour un montant de 1,47 milliard d'euros. Bien qu'elles appartiennent à deux familles de plates-formes différentes, celles fabriquées par les deux entreprises doivent répondre aux mêmes spécifications techniques, que l'équipe de Javier Benedicto est chargée de vérifier.

Les nouveaux modèles sont dotés d'une antenne de navigation plus puissante et ont la capacité de se reconfigurer en orbite, ce qui leur permet de répondre rapidement aux évolutions du marché international. Ils comprennent des horloges atomiques de haute précision et un blindage pour les protéger des interférences et sauvegarder leurs signaux. Et ils sont dotés d'une propulsion électrique, qui leur permet de naviguer avec une faible consommation d'énergie depuis l'orbite initiale sur laquelle ils sont placés par la fusée de lancement jusqu'à leur position orbitale finale à une altitude de 23 222 kilomètres.

Las aplicaciones derivadas de las señales Galileo permiten conocer de manera instantánea la posición exacta, la situación del tráfico terrestre, aéreo y marítimo aéreo y llevar a cabo rescates en tierra o en el mar
PHOTO/EUSPA - Les applications dérivées des signaux Galileo fournissent des informations instantanées sur la position exacte, l'état du trafic terrestre, aérien et maritime et permettent des opérations de sauvetage sur terre ou en mer.

La constellation Galileo complète comprendra 24 satellites répartis sur trois plans orbitaux, plus deux satellites de secours par orbite, ce qui portera à 30 le nombre de plateformes dans l'espace. Les États-Unis considèrent Galileo comme leur principal concurrent mondial en matière de services de navigation, car jusqu'à son entrée en service fin 2016, le réseau GPS du ministère américain de la défense détenait le monopole des systèmes de positionnement par satellite.