PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Ethiopie déclare l'état d'urgence national alors que le TPLF avance vers la capitale

Le Premier ministre Abiy Ahmed exhorte à nouveau le peuple éthiopien à prendre les armes alors que l'ONU dénonce des crimes contre l'humanité
Abiy Ahmed

REUTERS/MICHEL EULER  -   Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed

Le 4 novembre 2020, il y a un peu plus d'un an, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a lancé une campagne militaire dans le nord du pays contre le Front populaire de libération du Tigré (TPLF). Les rebelles avaient défié le gouvernement central en organisant des élections anticipées qui n'ont pas reçu l'approbation du chef du gouvernement, qui les avait reportées en raison de la pandémie. Le casus belli, cependant, était l'attaque par les insurgés de la base de l'armée fédérale à Mekele, la capitale régionale, qui a fait plusieurs morts.

Abiy a lancé l'offensive, convaincu que la victoire serait une question de jours. Mais 365 jours se sont écoulés et le conflit reste enraciné. En effet, l'équilibre a basculé ces dernières semaines en faveur des rebelles tigréens, qui ont positionné leurs forces à 320 kilomètres seulement d'Addis-Abeba après avoir progressé dans la région septentrionale d'Amhara et s'être emparés des villes de Dessie et Kombolcha. Ils se sont ainsi emparés d'une route commerciale essentielle pour étouffer la capitale et atténuer la famine dans le Tigré.

Ce revers a incité le gouvernement à déclarer un nouvel état d'urgence national pour les six prochains mois. Les ministres de la justice et des services de communication, Gedion Timoteos et Legese Tulu, ont annoncé cette mesure dans le but de préserver la sécurité des citoyens éthiopiens. Une proposition qui a reçu l'approbation finale 48 heures plus tard au parlement, où Abiy conserve une majorité renforcée après sa victoire écrasante aux élections de juin.

Etiopía
PHOTO/ Agencia de Noticias Etíope vía AP  -  Cette image, tirée d'une vidéo non datée publiée par l'agence de presse nationale éthiopienne le lundi 16 novembre 2020, montre des militaires éthiopiens rassemblés sur une route dans une zone proche de la frontière entre les régions éthiopiennes du Tigré et de l'Amhara

Le leader exécutif a de nouveau exhorté le peuple éthiopien à prendre les armes pour combattre le TPLF. Cet appel reflète la faiblesse structurelle des forces loyales à Addis-Abeba. De leur côté, les rebelles tigréens ont confirmé être en contact avec l'Armée de libération oromo (OLA), un groupe dissident du Front de libération oromo (OLF), le groupe indépendantiste qui lutte pour l'autodétermination du groupe ethnique majoritaire en Éthiopie. S'ils unissaient leurs forces, le conflit s'étendrait à tout le pays.

L'échec des forces loyales au premier ministre, incapables même de regagner des positions, s'explique par la forte présence de l'ethnie tigréenne dans l'armée fédérale. Un facteur qui justifie la rupture frontale survenue au sein du corps et l'énorme capacité offensive et défensive des forces rebelles. Bien que dans ce scénario, les forces gouvernementales éthiopiennes soient soutenues par l'armée érythréenne, un voisin avec lequel Abiy a fait la paix après son indépendance de l'Éthiopie au début des années 1990.

Il existe des motifs raisonnables de croire que les deux parties ont commis des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité et des actes de nettoyage ethnique, selon Michelle Bachelet, haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme. La plupart des violations enregistrées jusqu'en juin auraient été commises par les forces éthiopiennes et leurs alliés érythréens alors qu'ils occupaient le Tigré. Le TPLF aurait également commis plusieurs massacres. Depuis le début du conflit, l'organisation, qui a dominé la politique éthiopienne pendant deux décennies, est considérée comme "terroriste" par Addis-Abeba.

Etiopía
AFP  -  Carte du conflit Tigray

Pour comprendre la dynamique complexe des alliances, jusqu'à l'arrivée au pouvoir d'Abiy Ahmed en 2018, l'ethnie tigréenne contrôlait le pouvoir depuis 1991 sous le TPLF, faisant du pays une oasis de stabilité politique et économique au milieu d'une région instable. Derrière des portes closes, cependant, le Premier ministre Meles Zenawi a réprimé l'opposition, limité la liberté d'expression et déployé un régime de torture. Les Tigréens ont subjugué le pays bien qu'ils soient le troisième groupe ethnique le plus important après les Oromo et les Amhara, des conditions qui ont alimenté le chauvinisme ethnique. 

Puis Abiy Ahmed est apparu sur la scène. Un dirigeant jeune, dynamique, issu de l'ethnie Oromo, qui a des projets ambitieux pour moderniser et libéraliser le pays. Une fois Premier ministre, Abiy a mis fin à la persécution de la dissidence, libéré des milliers de prisonniers politiques et promu la liberté d'expression. Une performance qui lui a valu le prix Nobel de la paix en 2019. Mais l'ouverture économique et culturelle a été étouffée dans l'œuf par le premier défi ethnique.

"À moins que toutes les parties en Éthiopie ne fassent les concessions nécessaires à la cessation des hostilités (...) des milliers de personnes supplémentaires mourront au milieu du conflit et de la famine. Une nouvelle guerre menacerait également l'autorité du gouvernement fédéral, voire l'intégrité et la stabilité de l'État éthiopien", rapporte l'International Crisis Group. "Son effondrement aurait des conséquences désastreuses non seulement pour une grande partie des 110 millions d'habitants de l'Éthiopie, mais aussi pour les autres nations de la Corne de l'Afrique, qui ont toutes une frontière avec le pays.

Etiopía
AFP/HUSSEIN ERY  -  Des réfugiés éthiopiens se rassemblent pour célébrer le 46e anniversaire du Front de libération du peuple du Tigré au camp de réfugiés d'Um Raquba à Gedaref, dans l'est du Soudan

Mais rien n'indique que le conflit va s'arrêter. La reprise des combats et la rhétorique agressive empêchent toute compréhension. Les parties se reconnaissent, et la dynamique n'est pas flatteuse. Ainsi, l'Éthiopie, autrefois un allié clé des États-Unis dans la croisade contre le terrorisme dans la Corne de l'Afrique, ainsi qu'un bastion de la stabilité sur le continent, lutte pour éviter un effondrement qui semble de plus en plus proche.