L'euro numérique : l'Europe veut entrer dans la crypto-monnaie

La BCE envisage de lancer un euro numérique en 2021 pour compléter les liquidités et mettre fin à la petite économie souterraine
BCE

AFP/DANIEL ROLAND  -   Banque centrale européenne (BCE)

La Banque centrale européenne (BCE) prévoit de lancer un euro numérique en 2021, qui "ne remplace pas l'argent liquide", comme l'explique la banque sur son site web. Pour l'instant, tout n'est que spéculations, rumeurs, groupes de travail, consultations d'experts... il n'y a rien sur le papier, sauf un détail. Le rêve de tous les ministres des finances peut devenir réalité, le contrôle des flux d'argent sera possible. Pour savoir ce qui est payé, où il est payé et combien il est payé. L'économie souterraine représente 22 % du PIB espagnol et empêche de payer jusqu'à 50 milliards d'euros d'impôts.

Dans le monde, il y a environ 2,4 billions d'euros d'argent noir. Un flux économique qui n'est pas déclaré au Trésor et qui empêche la perception des impôts avec lesquels chaque État gère la "chose publique". Nous pensons tous au trafic de drogue, au trafic d'armes, à la prostitution, aux jeux illégaux, à la contrebande, à l'extorsion... comme étant l'origine et le lieu où l'argent noir est déplacé. Mais il y a plus. Ces petits paiements dans les entreprises locales pour lesquels nous ne recevons pas de contravention ou que le propriétaire de l'entreprise ne déclare pas. L'argent liquide qui finit dans la caisse et va dans la poche de l'homme d'affaires au mieux ou dans la poche de l'homme d'affaires au pire. Quelque chose qui générerait déjà une deuxième infraction pour embauche illégale. Les montagnes russes de la fraude fiscale.

La BCE profite de l'explosion des paiements par carte pour lancer le ballon d'argent numérique et voir ce qui se passe. Depuis mars, les petites entreprises ont constaté que le peu d'argent B qu'elles avaient l'habitude de gérer a presque disparu. Même le pain est payé par carte car on nous a dit d'éviter les contacts. Que le coronavirus peut vivre dans les pièces de monnaie et les billets de banque. Que vous devez payer par carte et, au passage, être transparent avec le Trésor public.

Le blanchiment de la BCE

L'Europe ne va pas construire une crypto-monnaie à partir de rien et s'attendre à ce que tout le monde l'utilise. L'euro fonctionne déjà et dispose d'une stabilité financière. Cet euro numérique signifierait qu'une partie des espèces en circulation, qui pourraient finir par devenir de l'argent noir, serait blanchie et taxée. Une porte de plus vers le domaine du blanchiment d'argent. L'Espagne a déjà réduit le paiement en espèces à 2 500 euros et cette mesure de la BCE pourrait aider le Trésor public à collecter davantage. Mais elle peut aussi faire couler de nombreuses entreprises qui équilibrent leur modèle économique à la fin du mois grâce à cette pratique. Et ils le font parce que la pression fiscale pour de nombreux indépendants, bars, coiffeurs... enlève presque l'équivalent du salaire d'un travailleur. La loi est faite, le piège est fait.

Le monde est déjà numérique. Tout passe par la technologie. L'argent aussi. C'est le cas des crypto-monnaies comme le Bitcoin qui s'imposent lentement. Avec des formes alternatives de paiement comme Paypal ou le controversé Bizum car ils permettent des petits paiements entre individus... jusqu'à ce que ces petits paiements puissent être pour des services et des entreprises. Puis le fisc a allumé les lumières et a retiré la loupe. Souvenez-vous de Montoro qui essayait de rendre taxables les ventes effectuées par l'intermédiaire de Wallapop ou d'Ebay. Quelqu'un lui a dit que ces produits avaient déjà payé des taxes sur leur première vente et que nous n'étions pas sur le point de payer deux fois des taxes alors que certains ne sont même pas en mesure de les payer sur la première vente.

Le marché noir du numérique

Le marché noir de l'argent s'oriente vers les crypto-monnaies. Dans la série sur les drogues et les armes, les paiements sont déjà effectués en monnaie numérique. Maintenant, nous devons sortir l'argent de nos poches pour contrôler tout ce que nous faisons en même temps. Et si quelqu'un n'arrête pas le recoupement, nos vies peuvent être dangereusement exposées même si nous n'avons rien à cacher. Vous savez, la mort et les impôts.