PUBLICIDAD

Iberdrola

L'euro plonge à son plus bas niveau depuis 2002

Les réductions de l'offre d'énergie provoquent le plus grand affaiblissement de la monnaie commune par rapport au dollar américain depuis deux décennies
euro

PHOTO/ARCHIVO  -   L'effondrement de l'euro, la monnaie commune créée en 1999, fait craindre une période de récession

La zone euro tremble : la monnaie unique est tombée à son plus bas niveau depuis deux décennies. La monnaie a plongé de 1,75 % mardi, atteignant son plus bas niveau depuis décembre 2002, dans sa plus grande perte de valeur en une journée depuis que le COVID-19 a secoué les marchés en mars 2020. Les économistes prévoient que ce n'est qu'une question de temps avant que l'euro n'atteigne la parité avec le dollar américain - perçu comme une valeur refuge en temps de crise - un taux de change de un pour un, ce qui est sans précédent depuis la création de la monnaie unique en 1999. 

L'euro a chuté de 1,3 % par rapport à la devise américaine, à 1,0281 dollar, s'inscrivant ainsi dans une tendance négative à long terme. Depuis le début de l'année 2022, la monnaie unique s'est affaiblie de 8 % par rapport au dollar en raison de l'inflation et de la hausse des approvisionnements en énergie - les prix en Europe ont atteint leur plus haut niveau en quatre mois. Selon les analystes, cette vulnérabilité est due à la forte dépendance de pays comme l'Allemagne et l'Italie vis-à-vis du gaz russe et aux craintes de hausses de taux de la Banque centrale européenne (BCE).

Reserva Federal
PHOTO/@federalreserve  -   Jerome Powell, président de la Réserve fédérale

Dans le même temps, le dollar américain a enregistré son plus gros gain en une journée depuis 2020. Soutenue par la politique monétaire rigoureuse de la Réserve fédérale, qui a opté pour des hausses de taux agressives afin d'enrayer l'inflation galopante - 8,6 % en mai - la devise américaine a gagné 1,6 % et s'est appréciée par rapport à l'euro et aux devises apparentées, telles que le forint hongrois, le sloti polonais et le leu roumain. La poursuite des hausses de taux par la Réserve fédérale, comme prévu, rendrait plus intéressant de détenir des actifs en dollars qu'en euros. 

La monnaie commune a également baissé par rapport à la livre sterling, bien que le Royaume-Uni soit confronté à ses propres problèmes économiques. Des monnaies comme le yen japonais et le dollar australien connaissent également une période de forte instabilité dans un contexte où le risque de récession augmente à vue d'œil, alimenté par la hausse des rendements obligataires et l'augmentation des coûts d'emprunt des gouvernements européens. Pourtant, c'est précisément la crainte des 19 pays de la zone euro d'un ralentissement de la croissance économique qui a provoqué la chute de l'euro.

Olaf Scholz
PHOTO/@Bundeskanzler  -   Le chancelier allemand Olaf Scholz

Des analyses moins optimistes prévoient que la monnaie unique pourrait même briser la parité attendue en août et s'inscrire autour de 0,98 dollar d'ici là au cas où la Russie couperait définitivement les livraisons de gaz à l'Allemagne. Ces vicissitudes ont conduit Berlin à afficher son premier déficit commercial depuis 1991, après la réunification en mai, en raison de tensions dans la chaîne d'approvisionnement, des données qui ont déclenché des signaux d'alarme dans le reste de la zone euro. Si l'économie la plus forte du continent commence à s'affaiblir, les autres suivront. 

Le chancelier allemand Olaf Scholz a reconnu la situation et a prévenu dans un message à la nation que la crise économique se prolongerait dans le temps, alors que les prévisions annoncent une récession. Le leader social-démocrate estime que l'Allemagne est confrontée à un "défi historique" à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Depuis le début de la guerre, Moscou a coupé les approvisionnements énergétiques de l'Europe en réponse à six séries de sanctions occidentales, et a plongé le continent dans une spirale inflationniste sans précédent.

Christine Lagarde
PHOTO/@Lagarde  -   La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde

Pour la première fois depuis plus de dix ans, la Banque centrale européenne (BCE) a fait part de son intention de relever ses taux d'intérêt en juillet afin de lutter contre l'inflation galopante, qui approche des taux à deux chiffres dans la zone euro. La hausse mensuelle, qui devrait être de 0,25 %, ne sera pas la seule jusqu'à la fin de l'année. Cependant, un nombre croissant d'analystes sont sceptiques à l'égard de l'institution présidée par Christine Lagarde, suggérant qu'elle pourrait agir trop tard. Le récent plongeon de l'euro aggrave encore ce scénario. 

La Réserve fédérale, pour sa part, s'est engagée à procéder aux hausses de taux les plus ambitieuses depuis près de trois décennies, alors que l'inflation est à son plus haut niveau depuis 40 ans, ce qui signifie que les investisseurs sont plus enclins à placer leurs fonds aux États-Unis car ils peuvent en tirer de meilleurs rendements. En outre, la chute de 9 % du prix du pétrole brut Brent, la référence mondiale, observée cette semaine, ajoute aux indicateurs négatifs concernant les perspectives économiques mondiales.