PUBLICIDAD

Marruecos

L'Europe interrompt la vaccination d'AstraZeneca

L'Organisation mondiale de la santé réunira mardi son groupe d'experts pour examiner la sécurité du vaccin
Atalayar_AstraZeneca Vacuna

REUTERS/DADO RUVIC  -   Flacons étiquetés "AstraZeneca COVID-19 Coronavirus Vaccine"

Plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne, ont décidé de suspendre préventivement la vaccination contre le coronavirus avec la préparation de la société anglo-suédoise AstraZenca après avoir retiré un lot spécifique suite à la détection de cas de thrombose.

Après les premiers symptômes et effets secondaires, que la société pharmaceutique a toujours niés, plusieurs pays ont décidé de suspendre la vaccination avec AstraZeneca par précaution et jusqu'à ce que les éventuels effets secondaires soient étudiés, ils estiment nécessaire de vérifier la relation potentielle entre ce vaccin et les nouveaux cas de thrombose enregistrés en Europe après son inoculation.

En tout état de cause, les pays qui ont suspendu l'application du vaccin d'AstraZeneca ont laissé la décision finale entre les mains de l'Agence européenne des médicaments (EMA), qui prendra une décision concrète à ce sujet le 18.

Atalayar_AstraZeneca Vacuna
AFP/SERGEI SUPINSKY - Des travailleurs médicaux font la queue pour recevoir une dose du vaccin Oxford/AstraZeneca contre la maladie à coronavirus, commercialisé sous le nom de Covishield et produit en Inde, dans un hôpital de Kiev

Jusqu'à présent, les pays qui ont décidé de suspendre la vaccination avec la préparation d'AstraZeneca sont l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne, les Pays-Bas, la Bulgarie, le Danemark, la Norvège et l'Islande, tandis que l'Autriche, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Suède et le Luxembourg ont décidé de suspendre la vaccination. D'autres ont interrompu la vaccination avec deux lots spécifiques fabriqués sur ce continent et considérés comme suspects.

AstraZeneca affirme que, pour l'instant, elle a examiné les données relatives à la sécurité de plus de 17 millions de personnes ayant reçu son vaccin dans l'Union européenne et au Royaume-Uni et que ces informations "ne fournissent aucune preuve d'un risque accru" d'événements thromboemboliques.

L'entreprise a déclaré qu'un total de 15 cas de thrombose veineuse profonde et 22 cas d'embolie pulmonaire ont été signalés parmi les personnes vaccinées jusqu'au 8, "un chiffre bien inférieur à ce que nous trouverions naturellement dans une population de cette ampleur".

Il a toutefois rappelé que cette interruption est temporaire et qu'AstraZeneca a déjà soumis un rapport à l'Agence européenne des médicaments qui montre que le nombre de cas de thrombose ayant généré le biologique n'est pas fréquent.

Atalayar_AstraZeneca Vacuna
AFP/AFP - Carte des pays européens qui ont suspendu ou interdit l'utilisation de certains lots du vaccin d'Astrazeneca, à compter du 16 mars

La formule d'AstraZeneca est la troisième autorisée dans l'UE, derrière BioNTech/Pfizer et Moderna.

La reprise de la campagne de vaccination sera possible car le manque de doses d'AstraZeneca sera compensé par une augmentation de 25 à 30 % des livraisons de vaccins de Pfizer à l'UE au cours du premier semestre par rapport à ce qui était initialement prévu. D'autant plus qu'il existe des usines du groupe anglo-suédois, situées hors de l'UE, qui pourraient produire pour répondre à ces contrats avec les Européens et pallier les problèmes de son usine belge.

L'EMA a jusqu'à présent identifié trente cas de thrombose après une dose du vaccin d'AstraZeneca. Au total, quelque cinq millions de doses ont été administrées dans l'Union européenne. Dans le même temps, elle a souligné que le taux de cas de thrombose parmi les personnes vaccinées "n'est pas plus élevé que celui de la population dans son ensemble", mais a ajouté qu'il est nécessaire d'analyser en détail ce qui s'est passé.

Les données analysées par l'OMS indiquent que ces cas correspondent à ce qui se produirait naturellement dans la population générale au cours d'une période donnée. Selon les données de l'OMS, les cas confirmés de COVID-19 dans le monde ont augmenté de 11% au cours de la semaine dernière. 

Atalayar_AstraZeneca Vacuna
AP/CHRISTOPHE ENA - Au moins une douzaine de pays, dont l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne, ont temporairement suspendu l'utilisation du vaccin contre le coronavirus d'AstraZeneca

Les experts de l'OMS ont insisté sur le fait que l'arrêt temporaire de la vaccination avec AstraZeneca n'est qu'une mesure préventive que certains gouvernements ont choisi de prendre. Selon eux, cela montre que la vaccination fait l'objet d'une surveillance pharmacologique étroite afin de détecter tout effet secondaire grave.

Les doutes croissants concernant le vaccin COVID-19 d'AstraZeneca menacent l'immunisation de millions de personnes en Amérique latine, notamment dans les pays dont le portefeuille de vaccins est réduit et qui sont totalement dépendants des doses de la société pharmaceutique anglo-suédoise.

En particulier dans ceux qui dépendent du mécanisme Covax de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'Alliance du vaccin Gavi, qui cherche à garantir un accès mondial et équitable aux médicaments anti-COVID et vise à fournir au moins 2 milliards de doses d'ici la fin de l'année. La quasi-totalité des 337 millions de doses qu'elle a l'intention de distribuer dans les pays à revenu faible ou intermédiaire du monde entier au cours de la première phase proviennent d'AstraZeneca.

Rien qu'en Amérique centrale, le Salvador, le Guatemala, le Nicaragua et le Honduras ont déjà reçu les premières livraisons d'AstraZeneca par l'intermédiaire de Covax. En tout cas, de nombreux pays d'Amérique latine ont signé des contrats avec la société pharmaceutique. Le Brésil a déjà confirmé l'achat de 224,4 millions de doses, la Colombie en a acquis 10 millions et le Mexique 79,4 millions, avec l'engagement de produire le vaccin dans le pays.  

Atalayar_AstraZeneca Vacuna
AFP/AFP- Comment le vaccin Oxford-AstraZeneca utilise des virus sur mesure pour déclencher la réponse immunitaire de l'organisme contre le SRAS-CoV-2

Une longue liste qui comprend également le Pérou (14 millions), la République dominicaine (10 millions, plus 110 000 produits par l'Inde), le Nicaragua (200 000), l'Équateur (5 millions), le Costa Rica (1 million), l'Argentine (23,5 millions) mais dont Cuba est exclu.

Les dernières nations africaines à rejoindre la liste des bénéficiaires du COVAX sont le Bénin, où 144 000 doses du vaccin d'AstraZeneca sont arrivées mercredi dernier - sur un total de 792 000 doses qui seront envoyées au pays dans les mois à venir - et la Sierra Leone, qui a reçu 96 000 doses du même laboratoire pharmaceutique le mardi 9 mars, dans le cadre d'un lot initial de 528 000 doses.

Parallèlement à ces efforts, d'autres groupes de nations africaines sont également déjà vaccinés grâce aux solutions qu'ils ont pu acquérir par le biais d'accords bilatéraux avec les producteurs pharmaceutiques.

Atalayar_AstraZeneca Vacuna
AFP/FABRICE COFFRINI - L'Agence européenne des médicaments et l'Organisation mondiale de la santé affirment que les données disponibles ne suggèrent pas que le vaccin ait causé les caillots et que les gens devraient continuer à se faire vacciner

Malgré ces progrès, l'Afrique et ses 1,3 milliard d'habitants restent à la traîne au niveau mondial en termes de progrès de la vaccination : sur les 55 pays membres de l'Union africaine (UA), 19 ont lancé des campagnes nationales de vaccination.

La dépendance de ces pays à l'égard de l'initiative de l'OMS, et le fait qu'ils n'aient pas le privilège de disposer d'une large gamme de doses provenant d'autres sociétés, font d'AstraZeneca une menace pour la vaccination de leurs citoyens.

Un point de vue également soutenu par l'OMS, qui a demandé cette semaine de ne pas céder à la panique et a de nouveau recommandé aux pays de continuer à l'utiliser. "Bien sûr, nous devons surveiller tout ce qui se passe, mais il n'y a aucune raison de paniquer", a déclaré Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l'OMS.