PUBLICIDAD

Iberdrola

L'expansion géostratégique de la Chine au Levant : une étude de cas du Liban

Le gouvernement chinois a commencé à développer ses relations avec Beyrouth à partir de 2000
Xi Jinping, président de la Chine

 -   Xi Jinping, président de la Chine

Depuis la création de la République populaire de Chine en 1949, la Chine et le Moyen-Orient ont été confrontés à un certain nombre de défis. Ces dernières années, l'influence de la Chine dans la région s'est accrue en raison de ses intérêts économiques en matière d'énergie, de commerce, de construction d'infrastructures et de contacts diplomatiques avec les pays de la région. Cela est lié à l'initiative Belt-Route (BRI) du président Xi Jinping, annoncée en 2013 en réponse aux besoins en infrastructures et en échanges économiques de la classe moyenne croissante. En tant que premier consommateur de pétrole au monde, les relations de la Chine avec les principaux exportateurs de pétrole tels que l'Arabie saoudite et l'Iran sont fréquemment examinées. Cependant, une partie de la BRI consiste à créer de nouveaux canaux pour promouvoir le commerce en développant les infrastructures existantes.

Le Moyen-Orient devrait devenir une région importante pour la modernisation industrielle dans un avenir proche. Les intérêts économiques et l'influence de la Chine peuvent être menacés par l'instabilité de la région. Avec sa structure dynamique, l'Irak a été distingué par Keskin et Braun (2016) comme un pays intriguant ayant des implications pour l'engagement de la Chine dans la région. Le Liban est parfois négligé en raison de sa situation politique compliquée et de la présence d'une influence internationale. Les musulmans sunnites et chiites, ainsi que les chrétiens et les Kurdes, sont en désaccord les uns avec les autres.

La situation sécuritaire est une autre difficulté pour le partenariat sino-libanais. Le Liban et la Syrie ont été confrontés à des interventions étrangères, à des groupes extrémistes et aux complexités de la crise syrienne. Pour la BRI, le Liban est stratégiquement situé dans la région du Levant et dispose d'un accès direct à la mer Méditerranée, ce qui en fait un lieu idéal pour le projet chinois.

Par le biais d'une analyse documentaire de travaux universitaires, de documents gouvernementaux et d'articles de presse, cet article vise à examiner l'approche diplomatique et les intérêts de la Chine vis-à-vis du Liban. Il présente un examen approfondi des relations de la Chine avec le Liban et la Syrie depuis sa création en tant que République populaire de Chine. Il couvre la période allant de 1949 à aujourd'hui pour donner une meilleure idée de la façon dont les liens et les questions ont évolué au fil du temps. En outre, il examine la politique de non-intervention et l'influence des autres grands pays au Liban.

Una bandera libanesa ondeando a lo largo de un puente cerca del puerto de la capital del Líbano, Beirut, mientras que en el fondo se ven los silos de grano dañados frente al lugar de la explosión
AFP/JOSEPH EID - Un drapeau libanais flotte le long d'un pont près du port de Beyrouth, la capitale du Liban, tandis que des silos à grains endommagés sont visibles en arrière-plan, devant le lieu de l'explosion.
Un bilan des relations bilatérales pour la période (1949-2000)

Les relations de la Chine avec le Liban au cours de la seconde moitié du XXe siècle sont décrites ici. La République populaire de Chine a été créée en 1949, lorsque le parti communiste chinois a pris le contrôle de Pékin et est devenu le gouvernement le plus puissant du pays. La Chine poursuit une stratégie diplomatique pacifique et ouverte à l'égard du Liban. La Chine a toujours été un ami du Liban à toutes les étapes, malgré le manque d'intérêt de Pékin pour la région à cette époque. Les travaux de Shichor constituent la principale source d'information sur les premiers contacts de la Chine avec le Liban, car il a été un pionnier dans le domaine des relations chinoises au Moyen-Orient.

En 1949, le Liban n'a pas reconnu le Parti communiste comme l'autorité centrale de la Chine après la fondation de la RPC. La Chine a fourni des troupes à la guerre de Corée pour défendre la Corée du Nord et combattre les forces américaines, ce qui a conduit le Liban à qualifier la Chine d'agresseur dans le conflit en 1951. Les États-Unis avaient conseillé au Liban de retarder le vote d'une résolution qui aurait exclu Taïwan en tant que représentant de la République de Chine (ROC). Le parlement et le gouvernement étaient divisés sur la position du Liban, ce qui a donné lieu à de nombreux débats dans les deux cas. Au début des années 1950, l'attitude du Liban à l'égard de la République populaire de Chine (RPC) était hostile, le Liban était orienté vers l'Occident et le gouvernement libanais a élargi ses alliances avec l'Occident, dirigé par les États-Unis.

Après la conférence de Bandung de 1955, la Chine a négocié dix accords commerciaux, dont un avec le Liban, ce qui a entraîné un changement positif dans les perspectives de la Chine. Le chef de l'Association islamique chinoise a rencontré les dirigeants libanais en 1956. Au début des années 1950, le Liban avait des liens plus forts avec Taïwan qu'aujourd'hui. Ainsi, pendant de nombreuses années après cet événement, les intérêts du Parti communiste chinois (PCC) au Liban sont restés discrets. Il y avait un manque de confiance entre la RPC et le Liban en raison d'une série d'incidents. On soupçonnait à l'époque la Chine et des groupes extrémistes au Liban d'être de mèche, mais il n'existait aucune preuve corroborante.

Imagen del puerto de Beirut, Líbano
REUTERS/PERSONAL FILES OF BORIS MUSINCHAK - Image du port de Beyrouth, Liban.

La Chine, pour sa part, s'est opposée aux mesures prises par le Liban en 1969 contre les Palestiniens. Les autorités réactionnaires du Liban ont été accusées de collaborer avec les agresseurs israéliens pour attaquer les guérilleros palestiniens. Les deux pays ont continué à collaborer à des accords commerciaux malgré ces problèmes. Lorsque la Chine a dépassé Taïwan sur le plan commercial à la fin des années 1960, les deux pays ont renforcé leurs relations. Pendant longtemps, les contacts diplomatiques entre le Liban et la Chine ont été limités en raison de la guerre civile et des assassinats politiques dans le pays. À cette époque, les relations étaient principalement fondées sur des considérations économiques.

Lorsque les relations diplomatiques ont été établies, Pékin a considéré le Liban comme un partenaire d'exportation pour les produits chinois, mais a également vu en Beyrouth la capitale bancaire et commerciale du Moyen-Orient. À Beyrouth, la Chine a ouvert une succursale de la Banque nationale de Chine en 1972 ; à la suite de la première visite du ministre libanais des affaires étrangères Khalil Abu Hamad en Chine la même année, les deux pays ont signé l'année suivante un nouvel accord commercial prévoyant un traitement réciproque de la nation la plus favorisée, des facilités de transit mutuel et une expansion du commerce mutuel. Toutefois, la guerre civile au Liban a retardé les intentions de Pékin en 1976. La Russie a été accusée d'avoir aggravé, perpétué et alimenté le conflit. La Chine estime que la question doit être résolue par les habitants de la région, et non par des étrangers. Pendant ce temps, peu d'efforts ont été faits pour approfondir les liens avec Beyrouth.

Les relations entre la Chine et le Liban ont été caractérisées par des hauts et des bas tout au long du 20e siècle, mais elles ont généralement fait preuve de retenue. Les liens économiques entre Pékin et Beyrouth se sont développés dans les années 1970, mais l'instabilité interne du pays a empêché Pékin d'étendre sa coopération avec le Liban. Bien que la Chine ait une longue histoire de soutien à ses voisins, sa politique de non-ingérence dans les conflits étrangers a commencé très tôt. Dans un contexte national incertain, la Chine n'a pas hésité à se tenir à l'écart tout en apportant son soutien.

Una vista general de la zona portuaria de Beirut, Líbano, 6 de agosto de 2020
REUTERS/BADER HELAL - Une vue générale de la zone portuaire de Beyrouth, au Liban, le 6 août 2020
L'ère post-2000 : de nouvelles relations bilatérales

Cette section illustre le développement croissant des relations sino-libanaises depuis 2000. Il met l'accent sur la collaboration en matière de commerce, d'échanges culturels et d'accords conclus ces dernières années.

Le gouvernement chinois a commencé à développer ses relations avec Beyrouth en 2000. Lors de la visite du Premier ministre Rafik Hariri à Pékin pour rencontrer le Premier ministre chinois Zhu Rongji en 2002, les deux pays ont exprimé leur volonté d'intensifier la coopération sur des projets communs. Cela a conduit à une collaboration étendue dans de nombreux secteurs.

En 2005, la Chine et le Liban ont signé un accord de coopération touristique. Cet accord visait à stimuler les investissements dans les secteurs du tourisme de l'autre partie et à renforcer la communication entre les entreprises touristiques par l'échange de talents professionnels. Les relations ont également évolué pour inclure des échanges universitaires et culturels, des cours de mandarin étant dispensés à l'Université américaine de Beyrouth. Il existe également un Institut Confucius à Beyrouth, à l'Université Saint-Joseph.

El presidente del Líbano, Michel Aoun
PHOTO/REUTERS - Le président libanais Michel Aoun

Toutefois, les échanges culturels, touristiques et éducatifs ne sont pas les seuls indicateurs du renforcement des relations diplomatiques entre les deux pays. En 2009, la Chine a accueilli plus de 150 professionnels libanais pour qu'ils participent à des séminaires et des symposiums dans diverses disciplines, notamment le commerce, la finance, l'agriculture, les médias et l'éducation. Le site web du ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine décrit 2014 comme une année au cours de laquelle les relations avec le Liban ont progressé, conduisant à une plus grande collaboration.

Cette année-là, le vice-président de la CCPPC, Luo Fuhe, a assisté à une réception à l'occasion du 70e anniversaire du jour de l'indépendance du Liban. En 2015, le Premier ministre Tammam Salam a indiqué que le Liban aspirait à être un partenaire de confiance de la Chine lors de la conférence des hommes d'affaires arabo-chinois. Les deux parties considèrent la collaboration bilatérale dans les domaines de la culture, de l'éducation, de la presse, de l'art et de l'armée comme un moyen d'étendre les interactions amicales. Il est important de noter que l'expansion de la coopération indiquée par le ministère des Affaires étrangères est intervenue peu après le lancement de la BRI.

L'intérêt accru pour les connexions bilatérales semble être étroitement lié à des objectifs économiques. Ces dernières années, les liens économiques se sont intensifiés. En 2013, la Chine est devenue le premier partenaire commercial du Liban. Beyrouth a fait des efforts pour attirer davantage d'investissements chinois en participant à l'exposition de Shanghai en 2010. La Chine a aidé le Liban à mettre en place un réseau de télécommunications mobiles, des systèmes de chauffage solaire et des programmes d'aide en espèces pour les camps de réfugiés palestiniens.

Toutefois, les efforts visant à stimuler davantage le commerce entre les deux nations ont été entravés par la crise syrienne, les voies terrestres pour les exportations libanaises ayant été fermées. Les alternatives visant à établir des routes sécurisées pour les exportations libanaises n'ont rencontré qu'un succès limité. Sur le total des importations en provenance de Pékin, 73 % sont passées par le port de Beyrouth, ce qui limite les possibilités de stimuler les échanges. Le principal produit d'exportation du Liban vers la Chine est l'acier. La Chine exporte des équipements électriques, des textiles, des produits en plastique et des machines au Liban. Le Liban importe 1,89 milliard de dollars de Chine, soit 9,1 % de ses importations totales, tandis qu'il exporte 24,1 millions de dollars vers la Chine, ce qui représente un faible pourcentage de ses exportations totales, soit environ 0,62 %. Bien que les liens économiques soient susceptibles de se développer à l'avenir avec la BRI, il est possible d'identifier un déficit commercial important entre les deux pays.

Ces dernières années, la Chine et les États-Unis ont développé leurs relations commerciales. L'intérêt accru de Pékin pour les pays arabes en termes de commerce s'est étendu au Liban. Cependant, la BRI a le potentiel d'exacerber les déséquilibres commerciaux existants.

Carga en el primer buque portacontenedores chino que sale tras la inauguración del puerto del Corredor Económico Chino-Paquistaní en Gwadar (Pakistán) el 13 de noviembre de 2016
PHOTO/REUTERS - Cargaison sur le premier porte-conteneurs chinois à partir après l'ouverture du port du corridor économique Chine-Pakistan à Gwadar, au Pakistan, le 13 novembre 2016.
La Chine au Liban : un partenaire pacifique

La politique de non-ingérence de la Chine a contribué à promouvoir le développement pacifique et la résolution des conflits dans le pays. La position de Pékin dans les conflits bilatéraux est reflétée dans cette section. L'aide humanitaire et la pression pour une résolution interne rapide ont été des facteurs clés de son succès.

En 2006, la Chine s'est retrouvée mêlée à un conflit israélo-libanais initié par le Hezbollah. Un navire de guerre anti-aérien israélien et un navire marchand égyptien ont été touchés par deux missiles C-802 de fabrication chinoise lancés depuis la côte libanaise par le Hezbollah en 2006. Le Hezbollah a peut-être obtenu les missiles d'une autre source, mais rien ne prouve que la Chine les ait envoyés.

Shichor (2006) a donné un certain nombre de raisons pour expliquer le manque d'intérêt de la Chine pour un partenariat avec le Hezbollah. Premièrement, les États-Unis la considèrent comme une organisation terroriste. Dans le cadre de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), la Chine a déployé plus de 1 000 casques bleus au Liban, ce qui a été annoncé par Wen Jiabao. Pékin a été alerté que des casques bleus chinois ont été blessés ou tués au cours de cette opération.

Vista general de puerto
PHOTO/REUTERS - Vue générale du port

Le représentant adjoint de la Chine auprès des Nations unies, Lui Zhenmin, a critiqué les actions d'Israël en 2006, estimant qu'elles violaient la souveraineté du Liban. La force devrait être utilisée moins fréquemment et le blocus armé devrait être levé, a déclaré Zhenmin. La Chine s'est également opposée aux actions militaires du Hezbollah consistant à traverser la frontière israélo-libanaise et à lancer des attaques de missiles sur les villes israéliennes. Les actions du Hezbollah ont été ouvertement critiquées pour la première fois dans l'histoire de la Chine. Ils ont également accusé les États-Unis de manipuler le conflit pour faire pression sur l'Iran et la Syrie et répandre la démocratie dans le monde. Au bénéfice économique de la Chine, la crise a été rapidement résolue par des mots plutôt que par des actes. Grâce à sa participation aux Nations unies et au Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU), la Chine a pu jouer un rôle indirect dans les médiations libanaises. Pendant la guerre civile au Liban, la Chine a également fourni une aide financière.

Tant le rôle de la Chine en tant que membre du Conseil de sécurité des Nations unies que son implication dans la guerre en Syrie ont eu un impact significatif sur les liens diplomatiques. La Chine prône depuis longtemps la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et le non-recours à la force militaire. Lorsqu'il s'agit de la paix et de la sécurité mondiales, les vetos américains aux résolutions sur la Syrie sont évidents. Par le passé, Pékin a rejeté une résolution sur la Libye faisant pression sur le gouvernement libyen pour qu'il assure la sécurité de la population. La responsabilité de protéger (R2P) consistait à s'abstenir de voter sur la résolution 1973, qui a déclenché une action militaire rapide en Libye en 2011. Cependant, le gouvernement chinois est resté fermement opposé à l'usage de la force dans le pays. L'approche de Pékin en matière de responsabilité de protéger a été influencée par la Libye. Pékin et Moscou ont opposé conjointement leur veto à plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Syrie. La Russie et la Chine collaborent pour empêcher une intervention militaire visant à renverser le gouvernement de Bachar el-Assad.

En 2011, en rejetant une résolution dénonçant la Syrie, la Chine et la Russie ont exercé leur premier veto dans le cadre de leur partenariat stratégique sur le conflit syrien. La démission du président Bachar el-Assad et la fin des violences contre les opposants ont été bloquées par la Chine et la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU (CSNU) en février 2012. Les deux pays ont voté contre une résolution du Conseil des droits de l'homme des Nations unies condamnant les crimes du régime syrien en mars de la même année. En fait, elle s'est opposée à la punition collective du régime d'Assad et a opté pour une politique R2P plus prudente. Par le biais d'une médiation impartiale, la Chine a exhorté toutes les parties syriennes à cesser toute violence, notamment à l'encontre des civils.

En ce qui concerne Pékin et Moscou, cette position reflète leur crainte d'une réponse militaire forte. Il convient toutefois de noter que la Chine n'a pas toujours respecté les décisions de veto de la Russie sur la question syrienne. Pour renforcer son rôle politique, elle s'est abstenue à plusieurs reprises pour s'aligner sur la Russie en matière de résolutions. Comme en 2012, Moscou a opposé son veto à sept résolutions du CSNU, tandis que Pékin n'a opposé son veto que deux fois en 2013. Pour la troisième fois en autant d'années, la Chine a exercé son droit de veto sur une résolution du CSNU en 2017. Les deux pays proposent une coopération stratégique en matière de souveraineté, d'intégrité territoriale et de sécurité dans la région.

El presidente de Siria, Bachar al-Asad, en una imagen de archivo tomada el 15 de noviembre del año pasado
PHOTO/SANA - Le président syrien Bashar al-Assad sur une photo d'archive prise le 15 novembre de l'année dernière.

La position diplomatique de la Chine s'oppose à l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures des États, au recours à la force et à une attitude de confrontation. Dans le cadre d'un effort diplomatique de médiation entre la Syrie et les différentes organisations d'opposition, Pékin a proposé de participer. Pékin encourage la non-ingérence dans les conflits étrangers et un retour rapide à la stabilité. Selon Sun et Zoubir (2015), l'engagement constructif de la Chine se caractérise par un engagement politique plutôt que par une intervention militaire. Elle est favorable à une conversation pacifique comme solution, dans le respect des aspirations légitimes des peuples.

Un consensus régional sur le développement de la région favorise la paix au Moyen-Orient, permettant l'expansion du discours diplomatique dans la région. Servir d'intermédiaire et proposer des idées constructives sont deux des fonctions clés de ce processus. Le régime d'Assad a reçu une aide de la Chine. La Chine a fourni une aide humanitaire aux Syriens. En 2017, la Syrie est le pays qui a vu le plus de personnes forcées de fuir leur foyer et qui a reçu le plus d'aide humanitaire. Lors de la crise humanitaire en Syrie, le gouvernement chinois a fourni 1 000 tonnes de riz et signé trois accords totalisant 40 millions de dollars d'aide humanitaire dans le cadre d'un programme d'aide alimentaire d'urgence destiné à soutenir les pays.

Plus d'une douzaine d'organisations internationales, dont les Nations unies (ONU), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ont déjà fourni une aide à la Syrie. Cependant, la Chine ne figure pas dans la liste des 10 premiers donateurs d'aide humanitaire, alors que la Turquie et les États-Unis sont les deux premiers. De nombreux pays ont contribué au Fonds fiduciaire de la Banque mondiale pour la crise libano-syrienne afin d'aider les personnes touchées par le conflit. La Syrie a reçu plus de 10 milliards de dollars d'aide au développement et d'aide publique en 2017, selon la Banque mondiale. L'aide de la Chine semble être limitée par rapport à celle d'autres pays.

Jusqu'à récemment, les contributions de la Chine au Liban ont été minimes par rapport à celles d'autres pays. Cette politique de non-intervention a permis d'établir de bonnes relations avec tous les pays de la région, ainsi qu'une coopération étroite avec la Russie au sein du Conseil de sécurité.

Le Liban : partenaire stratégique de la Chine dans la BRI

Avec la BRI, les liens entre la Chine et le Liban ont un bel avenir. La CCPIT a signé deux protocoles d'accord en 2017 avec les chambres de commerce arabes pour contribuer à étendre la BRI au Liban. Beyrouth a reçu des aides d'un montant total de plus de 100 millions de dollars US de la part de la Chine dans le cadre du Forum de coopération Chine-États arabes (CASCF) 2018. Les futures relations bilatérales de la Chine avec le Liban pourraient s'articuler autour de la BRI. Il est donc crucial de garder un œil sur la façon dont les choses peuvent évoluer.

Le Liban aspire à être un acteur majeur dans cet effort. Investir dans les infrastructures en Tunisie est judicieux en raison de sa situation stratégique et de son accès facile à la mer Méditerranée. Les installations portuaires de Beyrouth et de Tripoli pourraient être utilisées comme une plate-forme régionale pour le commerce en mer Méditerranée. En corollaire de ce raisonnement, la Chine a investi massivement dans le développement des infrastructures portuaires. Il convient de noter que l'Union des municipalités de Tripoli est membre de la Chambre de commerce internationale de la Route de la soie (SRCIC) de Chine. Le président de la SRCIC, Adnan al-Kassar, a déclaré que la SRCIC était prête à prêter au Liban 2 milliards de dollars à un taux d'intérêt raisonnable, selon les relations entre le Liban et la Chine. L'ambassadeur de Chine au Liban, Wang Kejian, a déclaré que son pays était prêt à aider le Liban à développer ses villes et communautés du sud. Les investissements chinois dans la réparation des infrastructures syriennes pourraient être facilités par la proximité du pays avec le territoire syrien.

Hizbulá
PHOTO/REUTERS - Un drapeau du Hezbollah et une affiche montrant le leader du Hezbollah au Liban, Sayyed Hassan Nasrallah.

Les responsables chinois ont clairement indiqué qu'ils n'avaient pas l'intention de saper la position de Moscou dans la région. Avec le BRI, l'intérêt de la Chine pour le Moyen-Orient a augmenté, ce qui pourrait conduire à une diplomatie plus affirmée dans la région, en particulier dans les pays présentant des différences sectaires et des crises politiques. Les investissements économiques syriens et libanais pourraient s'en trouver mieux protégés. Toutefois, les relations diplomatiques entre la Chine et la Syrie peuvent être fondées sur des intérêts économiques mutuels. Le conflit prolongé en Syrie a limité la capacité de la Chine à aider les efforts de reconstruction en Syrie, bien qu'elle ait exprimé sa volonté de le faire.

Pékin a organisé la première foire commerciale des projets de reconstruction de la Syrie en juillet 2017 et a annoncé un investissement de 2 milliards de dollars dans les efforts de reconstruction du pays. Par conséquent, il est difficile de savoir exactement combien de cet argent a été reçu jusqu'à présent. La Russie, la Chine, l'Iran et le Liban participent à la foire. Lors de la 60e Foire commerciale internationale de Damas 2018, plus de 200 entreprises chinoises ont signé des accords pour construire des installations sidérurgiques et des centrales électriques et pour fabriquer des voitures de marque chinoise. La Syrie accueillera les investissements chinois dans sa réhabilitation, a déclaré le président Assad dans une interview accordée à la télévision Phoenix. À l'avenir, il envisage une augmentation des échanges entre les deux pays. L'acceptation par la Syrie de l'invitation de la Chine à rejoindre la BRI a été largement applaudie.

En 2018, la Chine a fourni au principal port de la Syrie 800 générateurs électriques. Les mégaprojets de la Chine sont menacés par la crise syrienne et l'intervention internationale. La stabilité de la Syrie sera une priorité absolue pour Pékin, car les liens économiques entre les deux pays devraient se développer considérablement dans un avenir proche. Le Levant offre une route alternative au canal de Suez via la Chine, l'Asie centrale et l'Asie occidentale. La région du Levant est une zone importante pour la BRI en raison de son importance.

Le président Michel Aoun et le chef du CCPIT, Jiang Zengwei, se sont rencontrés à Beyrouth pour discuter des moyens de renforcer les relations bilatérales. Ces relations visent notamment à favoriser la coopération en matière de développement des infrastructures, ainsi que les investissements dans les nouvelles énergies et d'autres secteurs clés. Suleiman, ancien président libanais, estime que le pays doit coopérer davantage dans le secteur des énergies alternatives. Le soutien du gouvernement chinois aux investissements privés dans l'Orient arabe pourrait avoir un impact positif sur le Liban. En effet, les entreprises chinoises sont sollicitées pour étendre leur marché industriel. Le Premier ministre Hariri a cité la Chine comme un exemple de modernisation à imiter. Beyrouth pourrait ainsi devenir un centre logistique, économique et commercial pour l'initiative chinoise d'investissement dans la région. Il a soulevé la question des réfugiés syriens et palestiniens au Liban et a déclaré que la Chine, avec sa politique d'ouverture, pourrait apporter son soutien dans ce domaine. Suleiman a fait une observation intéressante sur la façon dont les deux pays peuvent travailler ensemble à l'avenir.

Conclusion

Le Liban étant situé dans une région dynamique et complexe, l'importance des relations libano-chinoises ne cesse de croître. Pékin a évité de s'impliquer directement dans la guerre civile libanaise et dans d'autres conflits internes, en adoptant une attitude de soutien à l'égard du gouvernement et une approche non interventionniste vis-à-vis de tous les partis politiques. Avec le programme BRI de la Chine, le Liban peut être un allié géostratégique, ce qui permettra de renforcer les liens économiques. Les responsables libanais ont exprimé leur intérêt à jouer un rôle clé dans le projet. Toutefois, des facteurs internes continuent d'entraver la coopération commerciale. L'expansion des liens bilatéraux de la BRI avec le Liban pourrait être une bonne occasion pour Pékin d'en apprendre davantage sur la région. La compréhension mutuelle pourrait être favorisée par des interactions universitaires et professionnelles. Le fait que Pékin change d'approche si ses intérêts économiques sont menacés pourrait être le signe que la région est en danger. Une stratégie chinoise prudente en matière de prêts et de soutien est susceptible de tirer parti du manque de développement des infrastructures au Liban. Il semble peu probable que des nations comme le Liban fassent pression sur la Chine pour qu'elle modifie sa politique de non-ingérence dans un avenir proche, malgré son importance stratégique pour l'initiative chinoise "Belt and Road".

A propos de l'auteur :

Dr. Mohamad Zreik est docteur en relations internationales, chercheur indépendant, son domaine d'intérêt de recherche est lié à la politique étrangère chinoise, à l'initiative Belt and Road, aux études sur le Moyen-Orient et aux relations sino-arabes.