L'exposition prénatale aux pesticides augmente le risque d'obésité chez les adolescents

Pour la première fois, une étude réalisée par ISGlobal, un centre promu par la Fondation "la Caixa", analyse les effets à long terme des polluants organiques persistants sur la santé cardiométabolique des adolescents
La exposición a contaminantes orgánicos persistentes podría aumentar el riesgo de desórdenes metabólicos, según un estudio de ISGlobal, centro impulsado por la Fundación ”la Caixa”. Shutterstock / Vorotylin Roman.

Shutterstock / Vorotylin Roman  -   L'exposition aux polluants organiques persistants pourrait augmenter le risque de troubles métaboliques, selon une étude réalisée par ISGlobal, un centre soutenu par la Fondation "la Caixa"

L'exposition pendant la grossesse à des polluants organiques persistants (POP) - pesticides organochlorés, produits industriels, etc. - pourrait augmenter le risque de troubles métaboliques à l'adolescence, tels que l'obésité et l'hypertension artérielle. Telle est la principale conclusion d'une étude de l'Institut de santé globale de Barcelone (ISGlobal), un centre promu par la Fondation "la Caixa", qui a été réalisée sur la base du suivi de près de 400 enfants à Minorque, depuis la phase prénatale jusqu'à leur majorité.

Les polluants organiques persistants (POP) sont des produits chimiques toxiques qui, résistant à la dégradation, restent dans l'environnement. Les pesticides ou les insecticides organochlorés (DDT, etc.) en sont des exemples. Ces substances sont nocives pour la santé et l'environnement et leur utilisation est réglementée dans le monde entier.

L'exposition prénatale à ces substances a été associée à des facteurs de risque cardiométabolique dans l'enfance, mais aucune étude n'a évalué si ces associations se poursuivent à l'adolescence, une période de changements importants dans le système endocrinien et d'augmentation rapide de la masse corporelle.

El estudio de ISGlobal, centro impulsado por la Fundación ”la Caixa”, ha analizado más de 400 niños Shutterstock – Bannafarsai Stock.
Shutterstock – Bannafarsai Stock-L'étude réalisée par ISGlobal, un centre promu par la Fondation "la Caixa", a analysé plus de 400 enfants.

La recherche, menée dans le cadre du projet INMA-Enfance et Environnement, visait à étudier la relation entre l'exposition prénatale aux POP et l'indice de masse corporelle (IMC) et d'autres marqueurs du risque cardiométabolique à l'adolescence. Pour ce faire, l'équipe scientifique a suivi 379 enfants à Minorque : les niveaux de POP ont été mesurés dans des échantillons de sang du cordon ombilical de leurs mères et les enfants ont été suivis périodiquement de l'âge de 4 à 18 ans. Lors de différentes visites au fur et à mesure qu'ils grandissaient, leur indice de masse corporelle (IMC), leur pourcentage de graisse corporelle et leur tension artérielle étaient enregistrés. En outre, à l'âge de 14 ans, différents biomarqueurs du risque cardiométabolique (cholestérol, triglycérides, glucose, etc.) ont été analysés dans leur sang.

Les résultats, publiés dans la revue Environment International, ont montré une relation entre l'exposition aux POP pendant la grossesse et un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé à l'adolescence, notamment dans le cas de l'hexachlorobenzène (HCB) - une substance utilisée comme fongicide - et du dichloro diphényl trichloroéthane (DDT) - un composé insecticide.

En outre, ces deux substances -HCB et DDT- étaient associées à une pression artérielle plus élevée dans l'enfance et l'adolescence, ainsi qu'à un risque cardiométabolique plus élevé à l'âge de 14 ans.

Núria Güil-Oumrait, premier auteur de l'étude et chercheuse à ISGlobal, explique qu'"il s'agit de la première étude longitudinale qui analyse la relation entre les polluants organiques persistants et les risques cardiométaboliques pendant l'enfance et l'adolescence". Les conclusions montrent que "l'association entre ces substances et l'IMC de l'enfant persiste plus tard dans l'adolescence et que les expositions prénatales sont associées aux principaux facteurs de risque du syndrome métabolique chez l'adulte, une affection qui touche aujourd'hui une personne sur quatre dans le monde", ajoute-t-il.

Concernant les mécanismes qui expliquent cette association, Güil-Oumrait souligne que "l'on pense que les POP pourraient interagir avec les récepteurs hormonaux ou avec la génération de radicaux libres, et le principal problème est qu'ils s'accumulent dans les tissus adipeux des organismes vivants, où ils persistent pendant des années, voire des décennies".

Martine Vrijheid, coordinatrice de l'étude et responsable du programme "Enfants et environnement" à ISGlobal, souligne que "certaines de ces substances pourraient être considérées comme des perturbateurs endocriniens et ont la capacité d'altérer la régulation hormonale". "D'autres études sont nécessaires dans ce domaine, notamment pendant l'enfance et l'adolescence, des étapes critiques de vulnérabilité", conclut-elle.

Référence

Nuria Güil-Oumrait, Damaskini Valvi, Raquel Garcia Esteban, Monica Guxens, Jordi Sunyer, Maties Torrent, Maribel Casas, Martine Vrijheid. Exposition prénatale aux polluants organiques persistants et marqueurs d'obésité et de risque cardiométabolique chez les adolescents espagnols. Environnement International. Mars 2021. https://doi.org/10.1016/j.envint.2021.106469