PUBLICIDAD

Iberdrola

L'horizon juridique de Trump : objectif 2024

La descente du FBI dans son manoir de Mar-a-Lago ouvre un nouveau front judiciaire pour l'ancien président sur son long chemin vers la réélection
Donald Trump

REUTERS/EMILY ELCONIN  -   L'ancien président américain Donald Trump observe la candidate au poste de secrétaire d'État du Michigan, Kristina Karamo, lors d'un rassemblement à Washington Township, Michigan, États-Unis, le 2 avril 2022

L'ancien président américain menace de se présenter aux élections de 2024 malgré les multiples affaires ouvertes.

Donald Trump était réuni avec ses avocats à New York, lundi 8 août au matin, dans l'une des salles de l'immeuble qui porte son nom, la Trump Tower, pour se préparer à témoigner devant le bureau du procureur de l'État dans l'affaire civile qui enquête pour savoir si des fraudes ont été commises dans son empire commercial. Pendant ce temps, à plus de 1 600 kilomètres de là, dans la ville de Palm Beach, en Floride, une douzaine d'agents du FBI ont fait une descente dans sa demeure de Mar-a-Lago avec un mandat émis par le ministère de la Justice. 

Un appel téléphonique a informé l'ancien président de l'incident. L'audience orale a été suspendue. C'était la première fois que l'agence effectuait une descente dans la résidence privée d'un ancien président américain, ce qui était difficile à prévoir, même pour un individu impliqué dans des procès fédéraux pratiquement ininterrompus depuis 2017. C'était une grosse affaire.  

Trump et son équipe ont vérifié les caméras de sécurité pour s'assurer que le FBI avait pu accéder au manoir. En effet, un groupe d'agents vêtus de polos kaki et de bermudas a parcouru l'intérieur de la luxueuse enceinte de Mar-a-Lago, fouillant son bureau et les autres pièces. Ils recherchaient des documents classifiés que l'ancien président avait emportés de son passage à la Maison Blanche, des dossiers secrets contenant des informations sensibles.

Mar-a-Lago
AP/STEVE HELBER  -   Une vue aérienne de la propriété Mar-a-Lago de l'ancien président Donald Trump est vue mercredi 10 août 2022, à Palm Beach, Fla. Des documents judiciaires montrent que le FBI a récupéré des documents étiquetés "top secret" dans la propriété Mar-a-Lago de l'ancien président Donald Trump, en Floride

En fait, les soupçons selon lesquels Trump dissimulait de tels documents ont été confirmés il y a près d'un an, lorsque l’Administration des archives nationales et des dossiers a manqué un certain nombre de documents importants de son administration. Ils ont disparu. Les fonctionnaires ont exigé que l'ancien président rende tous les documents en sa possession depuis son départ mouvementé du Bureau ovale.  

Il n'y a pas eu de réponse jusqu'à quelques mois plus tard, en janvier 2022, lorsque l'entourage de Trump a rendu 15 boîtes de documents estampillés "Top Secret". Le timbre a déclenché des signaux d'alarme aux Archives nationales. Une pile d'informations sensibles était encore entre les mains de l'ancien président, ce qui pourrait constituer une infraction fédérale. Un mois plus tard, en février, l'institution a décidé de renvoyer l'affaire au ministère de la Justice, dirigé par le procureur général Merrick Garland, un juge prestigieux lié au parti démocrate qui avait été nommé par l'administration Obama pour occuper le poste vacant de feu Antonin Scalia à la Cour suprême. Les républicains ont ensuite contrecarré sa nomination au Congrès. 

C'est ainsi qu'ont commencé des mois d'enquêtes qui se sont terminés par l'entrée d'une douzaine d'agents du FBI dans la propriété la plus populaire du candidat républicain, le joyau de la couronne. Il y avait suffisamment d'éléments contre lui, selon Garland, pour risquer une descente à Mar-a-Lago, ce qui ne manquerait pas de galvaniser ses partisans. 

Donald Trump
REUTERS/MARCO BELLO  -   Des partisans de l'ancien président américain Donald Trump agitent des drapeaux alors qu'ils se rassemblent devant sa maison de Mar-a-Lago

Rafael Calduch Torres, professeur de relations internationales nord-américaines à l'université Camilo José Cela (UCJC), déclare à Atalayar qu'"il est hautement improbable que le ministère public ose soutenir une intervention aussi invasive sans preuves plus que probantes". "Compte tenu de la couverture juridique de la perquisition, le FBI a agi même avec une prudence excessive et sûrement avec un zèle exquis, car ils savent que toute erreur, aussi minime soit-elle, serait immédiatement exploitée par la vaste équipe juridique de Trump pour interrompre, bloquer ou même clore l'une des enquêtes en cours. Le fait que cela ne se soit pas encore produit souligne encore davantage la rigueur du travail de l'agence fédérale." 

"En fin de compte, il appartiendra à un jury d'évaluer les preuves si un dossier spécifique est constitué contre l'ancien président, et donc, quelle que soit la qualité du travail du FBI, une condamnation de l'ancien président ne peut être assurée. C'est pourquoi je réitère l'idée qu'il n'y a rien d'improvisé dans cette opération", conclut Calduch Torres. 

L'ancien président a utilisé son propre réseau social, Truth, créé quelques jours après la suspension de son compte par Twitter et uniquement accessible aux utilisateurs résidant aux États-Unis. Il avait besoin de s'adresser directement à ses acolytes, de se justifier et d'établir un récit parallèle. "Ce sont des temps difficiles pour la nation", a fait savoir Trump. Il n'avait pas besoin de beaucoup plus pour enflammer les masses. Le jour même du raid, des dizaines de partisans de l'ancien président se sont rassemblés dans les environs de la résidence de Palm Beach, bouclée par les autorités. Ils ont porté des accusations contre le FBI et répandu la conspiration éculée selon laquelle l'État profond intensifiait sa persécution de Trump. 

Merrick Garland
AP/SUSAN WALSH  -   Le procureur général Merrick Garland lors d'une conférence de presse au ministère de la Justice, le jeudi 11 août 2022

Un utilisateur du réseau social trumpiste, Ricky Shiffer, 42 ans, a tenté de pénétrer dans le siège de l'agence à Cincinnati avec une arme à feu. Il a été abattu par des agents. L'ancien président menait une fois de plus ses hordes contre les institutions. 

Le procureur général de l'État, Merrick Garland, a pris la défense des agents du FBI et a assumé la responsabilité de la perquisition de la résidence de Trump : "L'adhésion fidèle à l'État de droit est le principe fondamental du ministère de la Justice et de notre démocratie. La faire respecter signifie appliquer la loi de manière uniforme, sans crainte ni faveur". 

Biden n'avait pas connaissance du raid, selon la Maison Blanche. Le président a voulu se distancer dès la première minute d'une enquête qui pourrait être interprétée de manière partisane et politiquement motivée, à quelques semaines des élections de mi-mandat où la majorité démocrate au Congrès et au Sénat est en danger. Les premiers soupçons et les premières preuves, cependant, semblent solides. Selon le mandat de perquisition à Mar-a-Lago, le FBI cherchait des preuves liées à au moins trois crimes fédéraux.

Orden judicial
AP/JON ELSWICK  -   La motion du ministère de la Justice devant le tribunal de district des États-Unis pour le district sud de la Floride visant à desceller le mandat de perquisition que le FBI a reçu avant de fouiller la propriété de l'ancien président Donald Trump en Floride est illustrée jeudi 11 août 2022. Le procureur général Merrick Garland a cité "l'intérêt public substantiel de cette affaire" en annonçant la demande

Trump aurait violé trois lois d'un seul coup. Premièrement, une section de la loi sur l'espionnage - en vigueur depuis la Première Guerre mondiale - qui punit la possession ou l'échange non autorisés d'informations liées à la défense nationale ; deuxièmement, une loi qui criminalise la dissimulation ou la destruction de documents pour entraver une procédure judiciaire ; et troisièmement, une loi contre le vol ou la neutralisation de documents gouvernementaux.

Parmi les documents retenus par l'ancien président figurent des dossiers importants tels que la correspondance avec le dictateur nord-coréen Kim Jong-un. Selon des sources consultées par le Washington Post, Donald Trump aurait collecté des documents relatifs aux armes nucléaires, des documents particulièrement sensibles que les agences de renseignement lui ont souvent cachés lorsqu'il était président, en raison de l'usage inconsidéré qu'il en faisait.

Les agents du FBI ont saisi un total de 11 boîtes en possession de l'ancien président lors du raid à Mar-a-Lago. 11 boîtes pleines de dossiers qui ont fait le voyage de Floride à Washington, près de deux ans après les élections convulsives qui ont contrarié le deuxième et dernier mandat de Trump. En dissimulant des documents secrets, le leader républicain a peut-être mis en danger la sécurité nationale. S'il avait divulgué ou partagé des informations de renseignement, ce qui n'est pas connu à ce stade, il aurait pu encourir une infraction pénale, passible de lourdes peines de prison. 

Donald Trump
PHOTO/AFP  -   L'ancien président américain Donald Trump salue alors qu'il se dirige vers un véhicule à New York, le 10 août 2022

Trump s'est défendu contre ces accusations en affirmant qu'il avait déclassifié ces dossiers lorsqu'il était en fonction. Un stratagème juridique qui, sous l'administration Bush, était considéré comme valable. En théorie, les présidents peuvent déclassifier des documents sans laisser de trace écrite, mais ils perdent ce pouvoir dès qu'ils quittent leurs fonctions. 

Le ministère de la Justice a décidé de garder sous scellés l'affidavit qui a conduit au raid sur le manoir de Trump, face à la pression médiatique pour ce qu'il considère comme une affaire d'"importance historique". Les procureurs craignent que toute fuite ne compromette l'enquête sur l'ancien président. 

Trump, dans le but de défier les autorités, a demandé publiquement la divulgation du document malgré la réticence de ses conseillers, une demande sur laquelle le juge fédéral Bruce E. Reinhart. " Je ne suis pas disposé à considérer que l'affidavit doit être scellé dans son intégralité. Je pense, sur la base de mon premier examen minutieux de l'affidavit, que certaines parties pourraient être divulguées de manière préventive", a déclaré le juge, qui a pris une décision solennelle : le ministère de la Justice doit publier le document dans les sept jours tout en retenant les parties cruciales pour l'enquête. 

Rudy Giuliani
AP/JACQUELYN MARTIN  -   L'ancien maire de New York Rudy Giuliani, qui a été l'avocat de l'ancien président Donald Trump. Giuliani doit comparaître devant un tribunal d'Atlanta le 17 août 2022 pour témoigner devant un grand jury spécial dans le cadre d'une enquête sur d'éventuelles tentatives illégales d'influencer les élections de 2020 en Géorgie
Stop the count  

Mais la possible violation de la loi sur l'espionnage n'est pas la seule affaire judiciaire ouverte à laquelle l'ancien président est confronté. Depuis le mois de mai, le magnat fait l'objet d'une enquête criminelle à Atlanta pour le rôle louche qu'il a joué en faisant pression sur le secrétaire d'État de Géorgie, Brad Raffensperger, également républicain, pour "trouver les 11 780 voix" dont il avait besoin pour battre Biden. Dans cette conversation, enregistrée et publiée par le Washington Post, l'ancien président et ses alliés mettent Raffensperger dans les cordes pour manipuler le décompte des voix. 

La procureure du comté de Fulton, Fani Willis, dirige l'enquête sur un acte d'accusation à plusieurs volets portant sur la conspiration en vue de commettre une fraude électorale. L'ancien maire de New York et avocat de longue date de Donald Trump, Rudolph Giuliani, a été interrogé mercredi dans le cadre de l'affaire qui risque le plus d'entraîner le candidat républicain dans un imbroglio juridique. 

Assaut du Capitole : coup d'état ? 

Un panel composé de sept démocrates et de deux républicains enquête depuis plus d'un an à la Chambre des représentants sur l'assaut meurtrier du Capitole, qui a fait cinq morts et une centaine de blessés en janvier 2021, deux semaines seulement avant l'investiture de Biden. L'objectif de la commission est de faire la lumière sur les événements qui ont conduit au plus grand défi à la démocratie américaine depuis des décennies et, surtout, de démonter le rôle joué par le président Trump de l'époque, que beaucoup désignent comme le principal instigateur du massacre.

Asalto Capitolio
REUTERS/LEAH MILLIS  -   Explosion causée par une munition de la police alors que des partisans du président américain Donald Trump se rassemblent devant le Capitole à Washington, aux États-Unis, le 6 janvier 2021

Le démocrate Bennie Thompson préside une commission qui a tenu jusqu'à présent huit auditions publiques et prévoit de présenter d'autres preuves incriminantes en septembre. Cependant, la commission n'a pas la capacité juridique de poursuivre l'ancien président. Ses membres envisagent de soumettre l'affaire au ministère de la Justice, qui mène sa propre enquête criminelle. Le bureau du procureur a du pain sur la planche. 

L'accusation la plus grave contre Trump a été formulée au début du mois de juin, lorsque Thompson a déclaré : "Le 6 janvier a été le point culminant d'une tentative de coup d'État". Trump aurait tenté de subvertir les résultats par la force, en planifiant un complot pour occuper le Capitole et empêcher la certification de la victoire de Biden dans les urnes, selon le président de la commission. Pour Calduch Torres, ce scénario ne s'est pas réalisé : "À mon avis, et cela peut être une opinion controversée, je ne crois pas que [Trump] avait un plan pour renverser la démocratie américaine et donc organiser un coup d'État". 

"Je crois effectivement que, dans un pays où le droit individuel et collectif d'opposition est si profondément ancré, il y a eu un scénario qu'il a essayé d'utiliser à son avantage - c'est un grand opportuniste - sans être très clair sur les conséquences possibles, quelque chose de très courant pour lui aussi, puisqu'il avait le sentiment que l'élection lui avait été volée et que, d'après les témoignages de ses proches, personne dans son entourage n'était prêt à payer le prix pour "mettre les pieds sur terre"." Mais justement, ces fissures au sein du noyau dur de la famille m'amènent à penser qu'il s'agissait plus d'une attaque personnelle, mal gérée et sans être clair sur les conséquences, que d'un plan prémédité", argumente le spécialiste. "Je ne peux pas soutenir qu'il voulait organiser un coup d'État, et encore moins que la plus ancienne démocratie moderne serait fragile au point de tomber parce que quelques milliers de personnes ont pris d'assaut l'espace physique du pouvoir législatif". 

Comité 6 enero
AP/J. SCOTT APPLEWHITE  -   Une image d'un simulacre accroché sur le terrain du Capitole des États-Unis le 6 janvier 2021 est montrée alors que la Commission d'enquête de la Chambre des représentants sur l'attaque du 6 janvier contre le Capitole des États-Unis tient une audience, sur la colline du Capitole à Washington, le 9 juin 2022
L'empire de Trump vacille 

En fait, l'ancien président devait se présenter lundi dernier au bureau du procureur du district de New York pour comparaître dans le cadre de l'enquête sur les pratiques commerciales douteuses qui ont permis à son emporium commercial de perdurer. La procureure générale de l'État, Letitia James, tente de clarifier dans le cadre d'une enquête civile si la famille Trump a gonflé la valeur de ses hôtels, terrains de golf et autres actifs afin d'obtenir des prêts avantageux, c'est-à-dire si une fraude fiscale a été commise. Mais ensuite le raid de Mar-a-Lago a été révélé. Quelques jours plus tard, le républicain a invoqué le cinquième amendement. Il a exercé son droit de ne pas témoigner, ce dont il s'était moqué à plusieurs reprises en tant que président. 

Allen Weisselberg, le directeur financier de l'organisation Trump, a témoigné dans le cadre de l'enquête. Lors de sa comparution devant le tribunal de Manhattan jeudi, l'homme d'affaires de 75 ans a plaidé coupable après avoir conclu un accord. Il passera cinq mois derrière les barreaux, puis cinq mois en probation. Il ne devrait pas témoigner contre l'ancien président

"Le vrai problème de Trump n'est pas la disqualification, parce qu'en fin de compte il n'a que la possibilité de revenir à la présidence pour un maximum de quatre ans lors d'un second mandat, et je ne connais aucun ancien président qui se contente ensuite d'être sénateur ou représentant", a déclaré le professeur Calduch Torres à Atalayar. "Le vrai problème est qu'en raison des réformes qu'il a promues et de la gravité des charges qui pèsent sur lui, s'il passe en jugement, il est probable qu'il finisse en prison, ce qui l'exclurait totalement de tout pouvoir politique élu dans le pays"

Trump Tower
REUTERS/DAVID DELGADO  -   Un manifestant appelant à l'arrestation de Donald Trump tient une pancarte devant la Trump Tower
La division du parti républicain 

Le maelström juridique que traverse Trump a implosé en plein milieu des primaires du Grand Old Party (GOP), au cours desquelles les républicains choisissent leurs candidats à la Chambre des représentants pour les élections de mi-mandat, prévues en novembre prochain. L'enjeu est la majorité au Congrès et au Sénat, tous deux détenus de justesse par les démocrates. Ces élections sont essentielles pour contrôler le rythme de la politique nationale jusqu'en 2024. Les deux années restantes du mandat de Biden pourraient devenir très longues pour l'occupant de la Maison Blanche s'il perd définitivement le contrôle du pouvoir législatif. 

Le parti républicain arrive aux urnes fracturé. Le parti est divisé en deux ailes pratiquement irréconciliables : les partisans de Trump, menés par le magnat, et les détracteurs de l'ancien président, menés par la combative membre du Congrès Liz Cheney, ennemi juré de Trump et l'un des deux membres républicains de la commission chargée d'enquêter sur l'assaut du Capitole. Aucune réunion n'est possible. Les partis se disputent le leadership. 

Trump est plus fort. L'ancien président a aligné ses pions pour écraser toute opposition au sein du parti. Mme Cheney elle-même, fille de l'ancien vice-président de George W. Bush, Dick Cheney, et républicaine avec pedigree, a été battue dans sa candidature contre l'avocate Harriet Hageman dans la primaire du Wyoming, où elle a gagné il y a deux ans seulement avec plus de 70 % des voix. Cette fois, cependant, son adversaire avait le soutien explicite de l'ancien président, dont le camp a pris les rênes du parti. Sur les 10 parlementaires républicains qui ont voté en faveur de la deuxième procédure de destitution contre Trump, quatre sont tombés contre des candidats de son camp. 

Donald Trump
AFP/SCOTT OLSON  -   Des personnes déguisées en anciens présidents Abraham Lincoln et Ronald Reagan arrivent à un rassemblement avec l'ancien président Donald Trump, le 5 août 2022 à Waukesha, dans le Wisconsin

Cheney prévoit de se présenter aux primaires contre Trump, mais le magnat est loin devant. Elle prévoit d'annoncer sa candidature pour 2024 dans le but de briguer un second et dernier mandat. Elle attendra le moment le plus opportun pour le rendre officiel, mais la décision a été prise. Avec le soutien solide du parti, ce n'est qu'une question de temps, même si les affaires juridiques peuvent jouer contre lui et contrecarrer ses plans. 

Calduch Torres ne voit pas non plus d'alternative solide à l'ancien président au sein du GOP : "Aucune figure du parti républicain n'a actuellement le charisme, la loyauté ou l'enthousiasme d'autant de personnes. Mais c'est pourquoi il est si important pour lui de faire passer le message qu'il est injustement accusé, car s'il y a un procès final et une condamnation, et si le processus est vendu comme une garantie claire, il y aura une véritable implosion du parti - c'est pourquoi il règle déjà ses comptes avec les républicains qui ont soutenu son impeachment - car c'est à ce moment-là que la course à la succession s'ouvrira".

"Si ces deux conditions ne sont pas réunies - un processus d'une sécurité exquise et une conviction ferme - il en sortira sans doute plus fort et peu importe qu'il gagne l'élection ou non car cela conditionnera l'avenir du GOP. La deuxième perspective est qu'il n'y a pas non plus d'alternatives sérieuses du côté des Démocrates. Biden ne se porte pas bien - et encore moins en termes économiques - et il n'y a pas de remplaçants modérés ou de figures émergentes capables d'obtenir de larges majorités dans tout le pays. Le problème n'est donc pas seulement de savoir qui peut être l'alternative à Trump, mais qui peut être une alternative en général".

Coordinateur Amérique : José Antonio Sierra