L'hydrogène est-il la clé de la transition énergétique dans le Golfe ?

L'hydrogène s'impose comme un combustible important dans la transition énergétique
emiratos-energias-renovables

AFP/ KARIM SAHIB  -   Masdar City, à Abu Dhabi, accueille l'Agence internationale de l'association pour les énergies renouvelables (IRENA)

Les pays du Golfe, riches en hydrocarbures, cherchant de plus en plus à réduire leurs émissions de carbone, certains d'entre eux se tournent vers l'hydrogène multicolore comme solution plus durable sur le plan environnemental.

Avec les sources renouvelables telles que l'énergie solaire et l'énergie éolienne, l'hydrogène est considéré comme un carburant potentiel à faible émission de carbone ou sans carbone, essentiel à la transition vers l'abandon des combustibles fossiles.

Toutefois, il est important de noter qu'il existe différents types d'hydrogène ayant des impacts différents sur l'environnement.

Par exemple, l'hydrogène bleu est créé lorsque le gaz naturel subit un processus de reformage à la vapeur. Bien que ce processus produise également du CO2, la grande majorité est capturée et stockée, produisant ainsi un combustible à faible teneur en carbone.

La forme la plus respectueuse de l'environnement est l'hydrogène vert, qui est créé en divisant l'eau par un processus appelé électrolyse, ne produisant que de l'hydrogène et de l'oxygène. Alimenté par des sources renouvelables telles que l'énergie solaire et éolienne, l'hydrogène vert est considéré comme le carburant le plus efficace pour l'avenir, bien qu'il ne représente actuellement que 0,1 % de l'hydrogène produit dans le monde.

adnoc-emiratos
REUTERS/CRISTOPHER PIKE - ADNOC signe un accord de propriété de 5,5 milliards de dollars avec le consortium Apollo Global Management

L'hydrogène gris est la forme la plus courante de carburant et est produit depuis de nombreuses années. Il est créé par un processus de reformage à la vapeur similaire à celui de l'hydrogène bleu, bien que le sous-produit CO2 ne soit pas capturé, ce qui entraîne un impact environnemental plus important.

Comme l'hydrogène vert, l'hydrogène rose est également produit par électrolyse, mais le processus est alimenté par l'énergie nucléaire plutôt que par une énergie renouvelable.

Bien que l'hydrogène ne représentait que 4 % de la consommation énergétique mondiale en 2019, selon l'Agence internationale de l'énergie, certaines estimations suggèrent qu'il pourrait atteindre 18 % d'ici 2050.

Le Golfe prend les choses en main

Si l'hydrogène a le potentiel de transformer l'industrie énergétique mondiale, les pays du Golfe en particulier ont tout à gagner.

"Pour l'hydrogène vert, les deux principaux composants à prendre en compte sont l'électricité renouvelable et les électrolyseurs. La région possède un avantage concurrentiel lorsqu'il s'agit de produire de l'électricité renouvelable à faible coût", a déclaré à OBG Ahmed Ali Attiga, directeur général de l'Arab Petroleum Investment Corporation.

"En ce qui concerne l'hydrogène bleu, la région MENA possède un avantage concurrentiel en raison de l'abondance de ses ressources, du faible coût des ressources en gaz naturel et de l'accès aux puits de pétrole épuisés pour le stockage du CO2."
 

centro-financiero-dubai
REUTERS/CHRISTOPHER PIKE  -  Vue générale du Centre financier international de Dubaï (DIFC)

Dans ce contexte, certains pays ont pris des mesures importantes pour développer leurs capacités, les EAU étant l'un des leaders régionaux à cet égard.
En mai, Khalifa Industrial Zone Abu Dhabi (KIZAD), une unité publique d'Abu Dhabi Ports, a annoncé son intention de développer une usine de production d'hydrogène et d'ammoniac vert dans la région.

La société de véhicules pour projets spéciaux Helios Industry investira un milliard de dollars dans la construction de l'usine à énergie solaire. Une fois achevée, en 2026, l'usine aura la capacité de produire 40 000 tonnes d'hydrogène vert par an, qui seront converties en 200 000 tonnes de son carburant porteur, l'ammoniac vert, pour le transport.

Cette annonce fait suite à l'annonce faite par Abu Dhabi Ports début juillet de la signature d'un accord préliminaire avec la National Energy Company of Abu Dhabi pour discuter du développement d'une installation verte de production d'hydrogène et d'ammoniac de 2 GW, qui sera également située à KIZAD.

Par ailleurs, en mai, la Compagnie pétrolière nationale d'Abou Dhabi (ADNOC) a annoncé qu'elle s'était associée à la société chimique locale Fertiglobe, dont elle détient 42 % des parts, pour développer une installation d'ammoniac bleu à Ruwais. L'installation, qui devrait ouvrir en 2025, aura une capacité de production d'un million de tonnes par an.

L'Arabie saoudite s'est imposée comme un autre acteur clé du marché croissant de l'hydrogène.

En juillet de l'année dernière, NEOM, la ville intelligente de 500 milliards de dollars en cours de construction dans le nord-ouest du pays, a annoncé qu'elle avait signé un accord avec la société gazière américaine Air Products et l'entreprise locale ACWA Power pour construire une usine verte d'ammoniac à base d'hydrogène de 5 milliards de dollars.

Décrite par les entreprises comme la plus grande de ce type au monde, l'usine produira 650 tonnes d'hydrogène par jour et 1,2 million de tonnes d'ammoniac vert par an lorsqu'elle sera opérationnelle en 2025, ce qui permettra d'économiser environ 3 millions de tonnes de CO2 par an. 

Dans le même temps, à Oman, la compagnie pétrolière publique OQ dirige un consortium chargé de développer un projet d'énergie solaire et éolienne capable de produire des millions de tonnes d'hydrogène vert sans carbone par an.

Parallèlement, en mai, la société Consolidated Contractors Company, basée en Grèce, a annoncé qu'elle avait conclu un accord avec la société irlandaise Fusion Fuel Green pour développer des usines d'hydrogène vert dans le Golfe, plus précisément à Oman, au Koweït et au Qatar.

Dans de nombreux cas, les gouvernements et les entreprises ont décrit diverses utilisations de l'hydrogène, qu'il s'agisse d'alimenter les véhicules de transport public à Dubaï, d'alimenter la production industrielle à Abu Dhabi ou, comme OBG l'a déjà expliqué, d'alimenter les cargos pour réduire l'empreinte carbone du secteur maritime.
Développer un marché d'exportation

Outre l'utilisation domestique, les gouvernements de la région cherchent à tirer parti de leur expérience en matière d'exportation de combustibles liquides pour développer une industrie efficace d'exportation d'hydrogène.

À ce titre, l'hydrogène apparaît comme une solution permettant d'atteindre les objectifs de diversification énergétique et économique.

En complément des efforts d'Abu Dhabi pour étendre sa capacité de production d'hydrogène, Fertiglobe a signé en août trois accords distincts pour expédier de l'ammoniac bleu aux sociétés japonaises INPEX, Idemitsu et Itochu.
 

energia-solar-arabia-saudi
REUTERS/FAISAL AL NASSER - Centrale solaire à Uyayna, au nord de Riyadh, en Arabie saoudite

En juillet, ADNOC a publié une étude conjointe avec plusieurs sociétés japonaises sur la possibilité d'exporter 1 million de tonnes d'ammoniac bleu au Japon chaque année, tandis qu'en mars, elle a signé un accord avec la société sud-coréenne GS Energy pour explorer les possibilités d'exportation d'hydrogène.

L'année dernière, Saudi Aramco a livré au Japon la première cargaison d'hydrogène bleu au monde, et la société a déclaré qu'elle explorait activement les marchés d'exportation potentiels en Asie.

Le projet d'ammoniac vert d'Helios Industry, quant à lui, visera des importations principalement vers les États-Unis et l'Europe lorsque la production commencera au deuxième trimestre de 2024.

Défis

Si l'hydrogène offre des avantages considérables dans la transition vers l'abandon des combustibles fossiles, l'industrie a quelques obstacles à surmonter pour atteindre son potentiel.

Malgré ses promesses, de nombreux analystes estiment que l'hydrogène ne jouera qu'un rôle mineur dans le bouquet énergétique du Moyen-Orient pendant les décennies à venir.

L'un des principaux obstacles à l'expansion est le coût.

"L'hydrogène a un rôle essentiel à jouer pour fournir de l'énergie tout en réduisant les émissions de dioxyde de carbone. Si l'on veut que la recherche et le développement contribuent à la fois à la réussite des entreprises et à la réalisation d'objectifs de développement socio-économique plus larges, des investissements considérables sont nécessaires aux premiers stades de toute technologie donnée, bien avant que l'on puisse être certain d'une percée", a déclaré à OBG Ali al-Janabi, président de Shell en Irak et dans les EAU.

"Les carburants à base d'hydrogène ne font pas exception à la règle, et Shell a travaillé sur cette idée dès les années 1990. Shell participe à plusieurs initiatives visant à encourager l'adoption de l'hydrogène dans les transports, et nous étudions des solutions pour fournir de l'hydrogène aux foyers et aux entreprises, ainsi qu'aux raffineries et aux usines."
 

mohamed-bin-salman-arabia-saudi
AFP/FAYEZ NURELDINE - Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed bin Salman

Alors qu'il existe un fort appétit pour les carburants de substitution afin de contribuer à la réduction des émissions de carbone, les projets de production et d'exportation d'hydrogène sont susceptibles de coûter des milliards de dollars, ce qui nécessite un engagement important de la part des investisseurs potentiels.

"Quelle que soit la couleur, le principal obstacle au développement de l'économie de l'hydrogène est la logistique. L'hydrogène doit être stocké et transféré au consommateur d'une manière rentable. Toutefois, la mise en place des infrastructures nécessaires sera relativement coûteuse", a déclaré à OBG Oussama El Jerbi, directeur général régional pour le Qatar chez Consolidated Contractors Company.

"Pour que l'investissement soit économiquement viable et génère un retour sur investissement adéquat et en temps voulu, les volumes d'hydrogène à transférer doivent être suffisamment importants. Par conséquent, dans les premiers jours de l'industrie de l'hydrogène, le défi est d'augmenter la production et de rendre le processus commercialement durable".

Soulignant ces préoccupations, les médias internationaux ont rapporté au début de l'année que les pays producteurs d'hydrogène du Golfe recherchaient des investisseurs pour prendre des participations dans les installations d'exportation d'hydrogène, ainsi que pour signer des contrats d'approvisionnement à long terme avant d'aller de l'avant avec les projets.