Liban, année 1

La société libanaise a connu toutes sortes de hauts et de bas en 2020 avec la formation de trois gouvernements différents, qui ont été frappés par une crise économique et sanitaire sans précédent
La sociedad libanesa ha sufrido todo tipo de vaivenes este 2020 con la formación de tres Gobiernos distintos acuciados por una crisis económica y sanitaria sin precedentes

PHOTO/AFP  -   La société libanaise a connu toutes sortes de hauts et de bas en 2020 avec la formation de trois gouvernements différents, qui ont été frappés par une crise économique et sanitaire sans précédent

Le 17 octobre est la première année depuis le début de la révolution d'octobre. 

Aussi appelée « Révolution WhatsApp » au Liban. Cette année a été marquée par des combats, des incendies, des changements de gouvernement, des pandémies et encore des incendies. Avec enfin une explosion qui prédisait qu'après l'année la plus dure que le pays ait connue depuis la guerre civile, tout allait changer.  

Comment en sommes-nous arrivés là ? 

L'explosion sociale qui, il y a un an, a fait descendre dans la rue plus d'un million de Libanais contre le système de gouvernement issu des accords de Taëf, a marqué un tournant dans l'histoire du pays des cèdres.  

Les protestations menées par les classes ouvrières dans les premiers mois révoltent un mouvement transversal, sans leadership apparent ni organisation définie, structuré autour de la classe ouvrière devant les 200 familles et leurs réseaux de clientèle.  

Depuis plus de 30 ans, ces élites sont l'épine dorsale du système politique libanais et représentent 10% de la population, qui contrôle 84 % des richesses du pays. Parmi eux, les 1% les plus riches du Liban accumulent 58 % des richesses. Des manifestations dans les rues ont montré leur mécontentement face à la division du pouvoir et ont exigé avant tout la direction politique du président Michel Aoun.  

Recuerdos de una vida como corresponsal
PHOTO/ AFP-Le président libanais Michel Aoun

La révolution du 17 octobre a généré un mouvement qui a donné du pouvoir au peuple dans les premiers mois, en occupant l'espace public réservé aux classes aisées. Les manifestants ont repris les anciennes revendications : la régénération politique et économique et la désapprobation de l'ensemble du gouvernement. Et ils ont exhorté les dirigeants à adopter de nouvelles politiques axées sur les droits des femmes et des migrants.  

Ils ont principalement demandé l'abolition effective de la kafalah, le système de parrainage des travailleurs domestiques étrangers, une sorte d'esclavage institutionnalisé qui prive le travailleur de tous ses droits et donne un pouvoir absolu à l'employeur.  

Sous la pression de la rue, les Libanais ont réussi à inverser l'augmentation des taxes sur les télécommunications (à l'origine de la nouvelle explosion sociale), à provoquer la démission de Saad Hariri fin octobre 2019 et à paralyser l'Assemblée à Beyrouth. Dans la pratique de l'ensemble du système politique du pays, ils ont réussi à faire en sorte que tout acte de force du gouvernement contre les citoyens dans la rue pour assurer le fonctionnement normal de l'Assemblée délégitimerait l'une des décisions prises au siège de la souveraineté populaire, dont l'élite a usurpé la souveraineté des Libanais.  

La démission du gouvernement de Mohammad Safadi, le 16 novembre 2019, est une conséquence directe de la pression populaire. Au cours de cette session, l'adoption d'une loi d'amnistie pour tous les hommes politiques impliqués dans des affaires de corruption a également été empêchée. Le gouvernement a utilisé tous les moyens à sa disposition pour faire cesser les manifestations, y compris la violence de la police et des partis chiites, le Hezbollah et Amal, contre les manifestants.

Michel Aoun s'est offert le luxe de prendre un autre tour à la situation complexe du pays lorsque, après l'échec du premier candidat élu en novembre, Mohammad Safadi, à former un gouvernement, il a décidé unilatéralement de former un gouvernement d'une seule couleur parmi le Mouvement patriotique libre (MPL), Amal et le Hezbollah, en se passant des autres partis, du système de quotas et de la ratification par l'Assemblée de Beyrouth.  

Le virage autocratique de Aoun, qui a brisé le consensus politique libanais, a fait comprendre à la société libanaise qu'il n'allait pas céder, qu'il allait seulement résister et attendre. Le nouveau gouvernement est donc né alourdi par la méfiance des citoyens, qui étaient certains qu'il n'apporterait en aucune façon le changement exigé et délégitimé par les partis restés en dehors de l'exécutif.  

De plus, la crainte d'un nouveau recul des droits civils est apparue, car sans le contrôle de l'Assemblée et des autres partis, Aoun et ses alliés pouvaient agir en toute liberté lorsqu'il s'agissait, par exemple, de purger leurs ennemis politiques. 

La vérité est que, sans l'extrême gravité de la situation au Liban et le bilan des gouvernements qui ont conduit le pays dans une telle situation, le nouveau gouvernement dirigé par Hassan Diab, un homme très proche du Hezbollah, ne serait pas mal vu sur le papier.  

C'était un bloc homogène avec une patine d'indépendance et un point technocratique contre les critères du Hezbollah et d'Amal. Il a accordé aux femmes un large quota de représentation politique avec l'inclusion de cinq femmes dans des ministères clés, tels que le ministère de la défense. Avec une femme ministre qui a également occupé le poste de vice-présidente du pays.  

Après l'annonce du nouveau gouvernement, la « semaine de la colère » a commencé, les affrontements les plus graves depuis le début des manifestations. Les forces de sécurité libanaises (FSI) ont été employées avec une sévérité sans précédent, même si plus tard, avec l'approbation du plan économique, la réduction des salaires des FSI a été officialisée.  

Il est vite devenu évident que les intentions du gouvernement ne prendraient pas en compte les demandes de la société libanaise, et que ses politiques ne refléteraient pas leurs doléances. Les premières mesures prises par le nouveau gouvernement en janvier comprenaient un plan très abstrait et non spécifié pour s'attaquer au problème de la corruption de manière sélective. Ce qui pour certains était une confirmation : les têtes des ennemis du président Aoun allaient rouler.  

Le fossé économique du Liban en temps de pandémie 

Les mesures économiques présentées par l'exécutif d'Hassan Diab sont les mêmes que celles présentées en octobre par le gouvernement de Saad Hariri, à l'exception de l'intention de procéder à un audit de la banque et de l'exonération fiscale du Hezbollah. 

Dans un environnement où le coronavirus commençait à être la préoccupation majeure des gouvernements du monde entier, l'exécutif de Diab a réussi à surmonter une motion de confiance à l'Assemblée, à laquelle ont répondu dans la rue des milliers de manifestants qui affrontaient le FSI. 

Stephanie Williams, enviada especial para la misión de la ONU en Libia
PHOTO/ AFPLes manifestants libanais

L'étape suivante pour Diab a été de déclarer la faillite, officialisant ainsi l'effondrement de l'économie nationale et, après avoir été incapable de payer la dette du pays, de demander un financement aux organisations internationales. Cette mesure a également trouvé une réponse dans la rue.

En octobre et novembre, les employés de banque ont fait grève, ce qui a entraîné la fermeture de banques, limité les retraits d'espèces et conduit, en pratique, à une pénalité financière. C'est ainsi qu'ils se sont positionnés comme l'une des principales cibles des manifestants. Le rejet des banques par le public a atteint son apogée entre avril et mai, bloquant les agences, exigeant les économies retenues par les banques, allant même jusqu'à brûler un grand nombre d'agences bancaires dans tout le pays.  

La Banque centrale a émis une circulaire pour garantir la devise américaine afin d'importer des produits de base, principalement du carburant et du blé. Cependant, l'impossibilité d'accéder aux fonds a paralysé les importations. Fin avril, le salaire moyen d'un Libanais était de deux litres de lait.  

La pandémie a également conduit le président Aoun à demander à la communauté internationale des fonds d'urgence pour lutter contre l'urgence sanitaire. Le gouvernement a agi rapidement, en fermant tous les services non essentiels au fonctionnement de l'État en février.  

Il a été aidé dans cette tâche par le Hezbollah, qui a organisé des brigades de désinfection et a étendu la couverture sanitaire de son organisation à des millions de Libanais en mauvaise santé, mettant à la disposition du gouvernement son réseau de soins de santé primaires, son système de transport d'urgence et ses hôpitaux. Le réseau de santé du Hezbollah, plus puissant que celui de l'État, a permis d'augmenter la capacité d'assistance médicale et alimentaire de la population.  

Le manque de matériel médical de base, de tests, de masques, d'EPI et de produits d'hygiène a fait craindre une augmentation critique du taux d'infection. En même temps, le manque de ressources hospitalières prédisait un effondrement total à la mi-avril, lorsqu'elles ont atteint une occupation hospitalière de 50 %.  

La fin de « l'Ouverture de 1812 », la version libanaise, ce sont les deux explosions dans le port de Beyrouth qui ont tout détruit sur leur passage dans un rayon de 10 kilomètres. 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium ont fini par faire s'effondrer les hôpitaux de Beyrouth.

Les manifestations qui ont suivi l'explosion ont même dépassé celles de janvier et d'avril, les ministères des affaires étrangères, de l'environnement et de l'économie ont été incendiés et le gouvernement a été débordé et incapable de gérer la situation.  

Ce soir-là, Hassan Diab est apparu à la télévision pour annoncer le déclenchement imminent d'élections pour tenter de redresser la situation. Deux jours plus tard, le gouvernement dirigé par Diab a démissionné complètement, formant un gouvernement provisoire n'ayant pratiquement aucun pouvoir de convoquer des élections.  

Le gouvernement Diab a été définitivement brisé le 3 août avec la démission du ministre des affaires étrangères. L'explosion a précipité la fin d'un gouvernement condamné dès le départ et dévoré par les circonstances.  

Recuerdos de una vida como corresponsal
PHOTO/REUTERS-Les manifestants libanais

Même à cette époque, le nom de Saad Hariri a commencé à résonner pour diriger le nouveau gouvernement. ​​​​​​​ 

Où se dirige le Liban ? 

Un an plus tard, la régénération politique et sociale du Liban est toujours en suspens. Pratiquement aucune des demandes qui ont motivé les Libanais à descendre dans la rue et à se rebeller contre le système n'a été satisfaite. Le déficit énergétique n'a pas été résolu, pas plus que les coupures d'eau et d'électricité, l'une des principales revendications qui ont conduit aux mobilisations de l'année dernière.  

La responsabilité est dirigée, outre le déficit des infrastructures critiques tant pour l'énergie que pour l'approvisionnement en eau, vers les entreprises privées financées par le gouvernement et chargées de la production et de la distribution de l'énergie au Liban.  

Ces entreprises utilisent en permanence comme outil de pression l'approvisionnement régulier en eau et en électricité dans tout le pays. Par conséquent, l'exécutif libanais ne peut garantir que quatre ou cinq heures d'électricité par jour au mieux et selon la municipalité.  

Au-delà, il n'y a que deux options : vous pouvez soit négocier avec les compagnies d'électricité qui possèdent l'ensemble du réseau d'approvisionnement (de l'infrastructure énergétique au câblage), soit utiliser des générateurs diesel.  

Ces générateurs, selon le quotidien indépendant libanais The Public Observer, sont dénoncés aux autorités pour ne pas avoir respecté la réglementation environnementale et pour avoir stocké du carburant sans garanties minimales de sécurité.  

Ce fait, qui peut sembler sans conséquence, met une fois de plus en évidence la précarité de la vie au Liban et l'effondrement de l'État. Début octobre, une série d'incendies a été déclenchée, semblables à ceux qui ont également contribué à déclencher la révolution d'octobre 2019.  

Recuerdos de una vida como corresponsal
PHOTO/REUTERS-Premier ministre libanais Hassan Diab

L'un des principaux facteurs de cette nouvelle vague d'incendies dévastateurs a été l'abondance de combustible mal stocké utilisé par des milliers de Libanais pour alimenter leurs générateurs électriques domestiques. Et une fois de plus, le gouvernement, accablé par la situation, a réagi en attribuant la responsabilité des incendies à la « violence intercommunautaire ».  

Le système éducatif est une autre victime de la situation au Liban, un système mixte de type français où l'enseignement privé, soutenu par le gouvernement, a été touché à Beyrouth par les conséquences de l'explosion.  

Les écoles privées endommagées par l'explosion sont impuissantes à faire face aux réparations, faute de fonds. Entre-temps, la hausse insupportable du prix des manuels scolaires et l'effondrement économique de l'État ont obligé de nombreuses familles à envoyer leurs enfants dans les écoles publiques. Et ceux-ci, à leur tour, sont dans un état encore pire car la seule source de revenus provient des dons collectés par le ministère de l'éducation, qui vont maintenant aux écoles privées.  

La Banque mondiale a estimé que 45 % de la population libanaise tombera sous le seuil de pauvreté d'ici la fin du mois de décembre. Pour ajouter à la pression sur la situation économique, le UNHCR a estimé que 75 % des presque deux millions de réfugiés au Liban sont déjà dans cette situation.  

Les événements du mois d'août ont beaucoup facilité la tâche du gouvernement libanais, car le nombre de réfugiés qui sont retournés volontairement en Syrie a considérablement augmenté. D'autres, principalement d'origine palestinienne (environ 500 000), n'ont toujours nulle part où retourner. Parallèlement à l'augmentation de la pauvreté et des droits civils, ils ont également été réduits afin de tenter d'inverser l'explosion sociale. La réforme d'un système judiciaire qui, entre autres, garantit l'indépendance des juges n'a pas encore été abordée non plus. 

Le système délabré de collecte des déchets met en danger le système de santé libanais 

Le problème de la gestion des déchets dans l'ensemble du pays, en suspens depuis 2015, reste l'une des principales préoccupations des Libanais.  

Le manque endémique de fonds est aggravé par une pénurie de techniciens correctement formés et un manque d'infrastructures de stockage adéquates, ainsi que par un manque de sites d'enfouissement et de projets de recyclage des déchets. La gestion des trois millions de tonnes de déchets produits chaque année au Liban est, comme l'énergie, entre les mains d'entreprises privées qui se nourrissent de travailleurs migrants venant principalement d'Inde et du Bangladesh, souvent embauchés dans le cadre du système de la kafala.  

Le manque de centres de traitement, la saturation des quelques décharges et l'échec systématique des entreprises chargées de la collecte des déchets, ont banalisé l'invasion de tonnes d'ordures dans les rues des villes libanaises.  

La conséquence a été la prolifération de décharges illégales gérées par les municipalités et même les petites communautés de voisinage. Les régions les plus touchées sont les gouvernorats de Beyrouth et du Mont Liban, qui concentrent environ 40 % de la population du pays et où les coûts de collecte et de stockage des déchets sont sensiblement plus élevés que dans d'autres régions.  

Segunda ola de COVID-19 en Europa
PHOTO/AFP-Un manifestant libanais 

À ces facteurs structurels, nous ajoutons un autre facteur circonstanciel dérivé des événements du mois d'août : tous les déchets générés après l'explosion ont dépassé la capacité des quelques décharges légales qui existent dans le gouvernorat de Beyrouth. La ville et ses environs ont été inondés de décombres et d'ordures, ce qui a accru la pression sur le système d'assainissement.  

Le système de santé est un autre reflet de la situation nationale. L'impact de la pandémie a été ressenti tout au long de l'année dans le système de santé publique appauvri du Liban, malgré l'aide du Hezbollah.  

L'explosion dans le port de Beyrouth a provoqué l'effondrement définitif du service de santé publique, laissant au moins trois hôpitaux hors service. Selon l'Institute for Health Metrics and Evaluation de l'Université de Washington (IHME), la demande de ressources sanitaires a augmenté depuis le mois d'août pour atteindre un taux d'occupation de 90 % des lits des unités de soins intensifs.  

Selon les projections de l'IHM, cette augmentation ne s'arrêtera pas avant la fin du mois de janvier, lorsque l'occupation des hôpitaux publics sera d'environ 60 %. Cette estimation serait également valable pour le nombre d'infections, qui augmenterait parallèlement à la saturation par les patients atteints de coronavirus dans les hôpitaux libanais.  

Le nombre de décès va s'envoler sans que l'IHM puisse prédire quand le nombre de décès dus aux coronavirus va diminuer. Fin octobre, sur une capacité d'un peu plus de 7 000 lits d'hôpital, quelque 800 lits étaient occupés par des patients atteints de coronavirus. Sur 235 lits d'USI dans le pays, 228 sont occupés par des patients atteints de coronavirus. Le bilan quotidien des décès dus au COVID-19 est d'un peu plus de 10 personnes dans tout le pays.  Le nombre total de cas au Liban est d'environ 80 000 personnes et le taux de mortalité est de 0,8 %.  

L'économie libanaise a fait faillite 

De même, la perte de valeur de la livre libanaise a entraîné une perte de 20 % du pouvoir d'achat des professionnels de la santé, ce qui a poussé les quelques médecins et infirmières formés et expérimentés à quitter le pays pour les pays du Golfe, où les salaires sont plus élevés et où il existe une demande de professionnels de la santé. 

L'économie libanaise est en état de mort cérébrale malgré le soutien de la France. Bien qu'au-delà des conférences de donateurs et autres réunions similaires, elle ne semble pas signifier grand-chose pour le moment. La France, elle aussi, est en pleine urgence sanitaire et a un avenir économique incertain, tant pour Paris que pour ses partenaires de l'Union européenne. La France semble plus intéressée à défendre les concessions de ses entreprises sur les hydrocarbures méditerranéens qu'à sauver son ancienne colonie, à laquelle elle a renoncé depuis longtemps.  

Segunda ola de COVID-19 en Europa
PHOTO/AFP-Les pompiers éteignent un incendie dans un bâtiment à Beyrouth

Toute autre aide offerte, tant par d'autres pays que par des organisations internationales, ira de pair avec des réformes structurelles et économiques perçues par la société libanaise comme un chantage et une façon de perpétuer l'ancienne politique. En outre, des pays comme les États-Unis et l'Arabie saoudite conditionnent leur aide au désarmement du Hezbollah et à la normalisation des relations avec Israël.  

Trente ans de néolibéralisme sauvage, d'austérité, de corruption et de clientélisme ont ruiné le Liban. Le niveau de la dette était de 150 % du PIB en janvier et se situe maintenant autour de 170 %. Avec une augmentation de 11 % du déficit, le chômage des jeunes se situe à des niveaux proches de 40 % ce qui, avec la dernière dévaluation de la monnaie en janvier, maintient un pourcentage très élevé de l'économie souterraine et une diminution du pouvoir d'achat des Libanais.  

La livre libanaise a maintenu le taux de change officiel par rapport au dollar, devenant de facto la monnaie d'usage commun. C'est également la seule monnaie acceptée sur le marché noir, qui paie 20 % de plus par dollar en raison de la pénurie de devises étrangères.  

La contraction de l'économie était estimée à 6,5 % à la fin du mois de février et à 12 % en avril. Fin octobre, le Fonds monétaire international a estimé la contraction économique à 20 %, seulement dépassée par la Libye, alors que l'estimation pour la région est de 5,5 %.  

Le corralito a été réduit à 100 dollars par citoyen et par jour en avril, la Banque centrale du Liban interdisant l'échange de dollars pour moins de 3 200 livres/dollar. À la mi-octobre, il s'élevait à environ 9 000 livres/dollar, perdant ainsi environ 80 % de sa valeur. Les retraits en espèces étaient limités à 2 500 dollars par citoyen et par mois.   

Malgré l'urgence, aucun des gouvernements qui se sont succédé cette année n'a pu approuver la création de la commission annoncée par les ministres des finances et de l'économie pour effectuer un audit des banques et déterminer les responsabilités en matière de faillite.  

La pénurie de produits de base continue d'être aggravée par la destruction du port de Beyrouth, principal port du pays qui reçoit et stocke environ 80 % de ces fournitures de base, y compris les fournitures sanitaires et alimentaires. Avec le port, 90 % des stocks de céréales du pays ont été perdus. En outre, selon le gouvernement libanais, les pertes dues à l'explosion dans tout Beyrouth se sont élevées à plus de 15 milliards de dollars.

Recuerdos de una vida como corresponsal
PHOTO/REUTRES-Manifestations au Liban
La politique du Liban ne parvient pas à mettre en place un nouveau gouvernement 

Au niveau politique, il n'y a pas eu non plus de changements substantiels. Les salaires à vie des membres et anciens membres du gouvernement n'ont pas été supprimés et le système, bien que faible, ne montre aucun signe d'abandon. Michel Aoun, sa clique et les partis chiites résistent, malgré la réaction dans les rues.  

Dans les rangs de la classe politique libanaise, seul Walid Joumblatt s'est prononcé en faveur du changement, admettant en tant que leader politique sa responsabilité dans la situation actuelle au Liban.  

En conséquence, le parti socialiste de Jumblatt et l'indépendante Paula Yacoubian ont quitté l'Assemblée en août face à l'incapacité de légiférer ou de prendre des décisions. Avec les Druzes et les Yacoubiens, les parlementaires Kataeb sont également partis.  

Michel Aoun reste président du gouvernement bien qu'il ait formé trois exécutifs distincts au cours de l'année. Ce dernier, dans une tournure surréaliste des événements, a ramené Saad Hariri.  

Surréaliste parce que, du point de vue du spectateur qui détourne son regard de la situation au Liban, ce qui se passe au pays du cèdre n'est pas possible à comprendre. C'est une régression politique dont il ne faut pas s'étonner, car Aoun l'a déjà feinte avec le retour de Hariri en décembre.  

Si l'expression « la politique est l'art de rendre possible l'impossible » n'a jamais eu un sens, c'est au Liban qu'elle se présente comme le plus grand exposant de l'absurde.  

Avec le retour en première ligne de la politique libanaise, s'il la quitte un jour, Hariri a déclaré son intention de satisfaire une des exigences de la société : la mise en place d'un gouvernement technocratique.  

Segunda ola de COVID-19 en Europa
PHOTO/AFP- Hôpital au Liban

Cette mesure a été combattue tout au long de l'année tant par le président Aoun, qui a préconisé l'incorporation de 50 % de technocrates dans le gouvernement, que par le Hezbollah, qui a refusé d'admettre une telle mesure alors que, dans les moments de plus grande pression populaire, cette possibilité était sérieusement envisagée, ce à quoi, paradoxalement, Saad Hariri était favorable.  

La transition des gouvernements au milieu de la crise et de la pandémie s'est à nouveau déroulée sans tenir compte de la nécessité de convoquer des élections et de renouveler un parlement qui a été délégitimé tant par la société libanaise que par l'opposition, qui n'a pas retrouvé les sièges qu'elle avait abandonnés en août.  

Une fois de plus, tout est entre les mains du président Aoun. Quand, il y a un an, nous avons fait remarquer dans ces mêmes pages que Michel Aoun était conscient qu'un retard dans la formation d'un gouvernement faisait son jeu, nous nous sommes demandé combien de temps ils seraient capables de maintenir la situation et le blocus indéfini du pays avant de s'effondrer. Mais nous ne pouvions pas soupçonner la capacité de survie et de résilience de ce politicien. 

Après avoir passé le processus parlementaire avec 65 voix en faveur, le 22 octobre, Saad Hariri a pris ses fonctions de Premier ministre du Liban pour la quatrième fois, insistant sur la formation d'un gouvernement technocratique sans lien avec la classe politique libanaise.  

Il s'agit probablement d'un gouvernement continu dans lequel le retour de Hariri pourrait indiquer un rapprochement avec l'Arabie Saoudite en quête de fonds, mais cette possibilité serait conditionnée par la présence du Hezbollah en tant que partisan du gouvernement.   

Michel Aoun a clairement indiqué que la formation du gouvernement, une fois qu'un premier ministre a été nommé et ratifié par l'Assemblée, est une affaire pour deux : pour Aoun lui-même et pour Hariri, sans tiers.  

Mais il est certain que l'organisation chiite continuera à assumer le pouvoir dans l'ombre. Il garantira la stabilité du nouvel exécutif dirigé par Saad Hariri, malgré la représentation de blocs politiques opposés. Également en dépit du fait que d'autres forces politiques alliées à Hariri, comme les Forces libanaises (FN) de Samir Geagea, s'opposent à la nomination de Hariri soutenue par les organisations chiites, le Hezbollah et Amal, qu'il accuse de boycotter les conversations de septembre pour officialiser le gouvernement intérimaire de Moustafa Adib.  

Dans les rues, le peuple libanais, victime des circonstances et une fois de plus raillé, a rapidement manifesté dans tout le pays, mais sans la force des protestations d'il y a un an.  

L'insistance du Hezbollah à maintenir la stabilité a fait de l'organisation chiite Michel Aoun une garantie. Tant dans les tentatives de formation d'un gouvernement que dans la constitution des exécutifs Hariri et Diab. Ils n'ont pas hésité à utiliser toutes les ressources à leur disposition, y compris la violence contre d'autres partis et organisations en menaçant de mobiliser leurs milices.  

Recuerdos de una vida como corresponsal
PHOTO/AP-Beyrouth après l'explosion du mois d'août

Le Hezbollah a refusé de dialoguer avec toutes les forces politiques libanaises afin de parvenir à des accords susceptibles de maîtriser la situation du pays, malgré les appels constants au maintien de l'unité nationale.  

Ce soutien a entraîné un resserrement des rangs autour de Michel Aoun, légitimant l'immobilité politique qui sévit au Liban. Il a également augmenté son poids social après avoir mis ses ressources médicales à la disposition du président Aoun, évitant ainsi l'effondrement du système de santé pendant les phases les plus difficiles de la pandémie.

Mais c'est une chose de gagner du poids au sein d'un gouvernement ou d'un environnement social en raison de la dépendance aux ressources, et c'en est une autre que cette dépendance accrue vis-à-vis du Hezbollah ait amélioré l'image de l'organisation auprès des Libanais. Ni parmi les Libanais, ni au sein de la communauté internationale dont le Liban dépend désormais, l'image de l'organisation chiite n'a changé.  

Malgré le Hezbollah, les relations entre le Liban et Israël ont progressé sous les auspices des États-Unis au cours des derniers mois. Cela est dû à la nécessité pour Beyrouth et Tel-Aviv d'établir les limites de leurs eaux territoriales, ce qui rendrait possible l'utilisation de leurs zones économiques exclusives (ZEE) correspondantes et la prospection des réserves d'hydrocarbures qui s'y trouvent. 

Les droits d'exploration et d'exploitation dans les eaux libanaises ont été vendus à des sociétés françaises par l'ancien gouvernement dirigé par Saad Hariri. Les partis chiites ont protesté contre le début des négociations et ont préconisé qu'elles soient menées exclusivement par des commandants militaires.  

Mais ces contacts diplomatiques seraient sans conséquence, car, comme l'ont clairement indiqué les deux gouvernements, il s'agit de délimiter les eaux territoriales de chaque pays sur la base d'un intérêt strictement économique et non d'un début de normalisation des relations.  

Le temps et les circonstances ont réussi à miner les forces de la grande masse sociale qui, il y a un an, a vu le changement arriver, maintenant le Guépardisme dans la politique libanaise. L'intention est « que tout ait un semblant de changement mais que rien ne change », ce qui ne mène le Liban nulle part.