LIBYE « Il y a moins d'étoiles dans le ciel de Syrte »

Dans le nord-ouest du désert du Sahara, sur une superficie de 1 100 000 km², une bataille géopolitique se déroule avec de nombreux acteurs et intérêts au sein du conseil international
Atalayar_Libye_Rafael Gomez Jordana

AP/MOHAMED SALAMA  -   Libye

Mouammar Khadhafi Syrte, District 2 nuit du 19 au 20 octobre 2011. 1

La Libye est dans le chaos depuis le soulèvement de 2011 qui a conduit à la mort de Mouammar Mohammed Abu Minyar Kadhafi2 le 20 octobre 2011. Pour la Russie, l'Occident est responsable, car l'OTAN a provoqué la chute du régime et la fragmentation du pays. 

Le pays a explosé en mille morceaux. 42 ans de dictature et 8 ans de chaos ont non seulement brisé la structure de l'État, mais aussi le tissu social lui-même. « Libya est omnis divisa ».

libia articulo_-1.jpg Quelques dates

 1945. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, sous la pression des Nations unies et des compagnies pétrolières américaines intéressées par l'exploitation des réserves de la Libye, la France et l'Angleterre se préparent à l'indépendance du pays. Fin 1950, une assemblée constituante a nommé. L'indépendance de la Libye est devenue officielle un an plus tard, le 24 décembre 1951, un traité d'amitié a été signé avec le Royaume-Uni en 1953. En 1956, deux compagnies pétrolières américaines ont obtenu une énorme concession, tandis que l'État libyen était responsable de la construction de l'infrastructure pour transporter le pétrole des puits d'où il était extrait vers les ports d'où il serait exporté. Au cours des années 1960, l'économie libyenne a commencé à récolter tous les fruits de cette stratégie, mais en 1969, un coup d'État militaire organisé par le colonel Mouammar Kadhafi et un groupe d'officiers, appelés les officiers libres, ont renversé le roi Idriss. Kadhafi a toujours voulu une Libye régionale plus large, d'où ses tentatives de fusion avec l'Égypte et avec la Tunisie pour donner naissance à une tentative de république arabe islamique comme tant d'autres. Kadhafi entend accentuer encore le caractère islamique et socialiste de l'État (les entreprises d'État, à l'exception de celles du secteur pétrolier, sont transformées en entreprises autogérées), et son symbole sera le changement de nom de la Libye en Jamahiriya arabe (État des masses ou gouvernement du peuple) : une Libye populaire et socialiste. Le gouvernement de Kadhafi est devenu de plus en plus dictatorial et l'économie a commencé à décliner, une Libye de plus en plus isolée diplomatiquement est accusée par les Etats-Unis de financer le terrorisme international et d'être directement impliquée dans plusieurs attentats.

Depuis 1999, Kadhafi a travaillé à la normalisation des relations avec les pays occidentaux. Les relations diplomatiques ont été rétablies avec le Royaume-Uni et, en 2002, des discussions sur les litiges avec les États-Unis ont commencé. Un accord a été signé pour que la Libye verse des indemnités aux familles des victimes de Lockerbie3 et les sanctions internationales contre le pays ont complètement cessé en septembre 2003.

2010-2011 Les manifestations qui ont débuté dans plusieurs pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord fin décembre 2010 se sont également étendues à plusieurs villes libyennes début 2011. Début mars, un Conseil national de transition (CNT) a été formé à Benghazi dans le but déclaré de renverser le régime de Kadhafi et de guider le pays dans la transition vers la démocratie sur une base intérimaire.  En réponse à une sévère répression militaire contre les manifestants, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution (n° 1973), qui appelait à un cessez-le-feu et autorisait la communauté internationale à établir une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye.

L'OTAN intervient en fournissant un soutien aérien aux insurgés. Après des mois de combats incertains, les forces anti-Kadhafi ont pris Tripoli, la capitale, en août 2011. À la mi-septembre, un vote de l'Assemblée générale des Nations a reconnu la CNT comme l'organe directeur du processus décisionnel de la Libye. Les troupes de Kadhafi ont encore fait face à quelques poches de résistance. Syrte, le dernier des fidèles retranchements du régime, est finalement tombé le 20 octobre. Kadhafi, qui s'y était réfugié, a été tué le jour même. Trois jours plus tard, les représentants de la CNT ont annoncé la fin de l'insurrection et la mise en place d'un régime basé sur la loi islamique (charia) : le divorce est interdit, la polygamie est rétablie et des banques islamiques sont prévues.

Mais la Libye, après la mort de son général, a dégénéré en un État faible et fragmenté qui constitue un terreau pour les terroristes, en particulier ceux du Dáesh, qui profitent de la mauvaise gouvernance existante et disposent des ingrédients nécessaires et appropriés pour opérer dans et depuis ce pays. La situation en Libye reste aujourd'hui très confuse, ce qui affecte dangereusement la bande sahélienne et toute la région.

Aujourd'hui, nous trouvons deux « légitimités » revendiquées et qui s'affrontent de manière contradictoire.

Atalayar_Reportaje Libia_Rafael Gómez Jordana_Análisis

C'est, tout d'abord que, Fayez al-Serraj, député de Tobrouk, fils d'un fonctionnaire qui a fait carrière auprès du roi Idris, qui a été nommé président - en même temps que le Premier ministre - de l'actuel Conseil du gouvernement de l'Accord national (GNA) ou gouvernement de l'Accord national de l'État de Libye, et ce en vertu des « accords de Skhirat » signés le 17 décembre 2015, sous les auspices des Nations unies, entre les deux autorités rivales, à savoir la majorité des membres du « Congrès général national » initial réunis en Conseil d'État supérieur et ceux de la « Chambre des représentants », respectivement de Tripoli (Ouest) et de Tobrouk (Est). Cela signifie que Fayez al-Sarraj a, théoriquement parlant, le soutien de la « communauté internationale », précisément en tant que représentant du dénommé « droit international ».

Il a pris ses fonctions - non sans difficulté - en mars 2016, car la réalité de son pouvoir dépend en grande partie de la bonne volonté des milices armées majoritairement islamistes dans les villes côtières de Tripolitaine, ainsi que de Misrata - le noyau dur de la coalition islamiste Fajr Libyenne - des milices qui ont participé au renversement du colonel Mouammar Kadhafi à l'été 2011.

L'autre « légitimité » est incarnée par le maréchal Khalifa Haftar, un ancien officier de l'armée du colonel Mouammar Kadhafi tombé en disgrâce pendant la guerre avec le Tchad dans les années 1980, qui a émigré aux États-Unis où il a obtenu la citoyenneté américaine et est revenu d'exil après la révolution de 2011, a rapidement été l'un des chefs militaires qui s'est imposé en Cyrénaïque, avant d'être nommé d'abord, en mars 2015, commandant en chef d'une « Armée nationale libyenne » par la « Chambre des représentants » à Tobrouk, puis en septembre 2016 « maréchal » - un titre inédit en Libye - de l'ELN (Membres de l'Armée nationale libyenne) qui en rassemblerait 25.000 (selon certains observateurs) et 70 000 hommes (selon l'ELN).


libia articulo_-3.jpg

Haftar se présente délibérément comme l'homme en situation de lutter contre le terrorisme en Libye, afin de bénéficier de l'attention et de la compréhension de certains soutiens extérieurs, occidentaux et/ou autres. En décembre 2017, deux ans après la signature des « Accords de paix » dans la ville marocaine de Skhirat, le maréchal Khalifa Haftar estime que le mandat du Conseil présidentiel, qui est officiellement reconnu par la communauté internationale mais qu'il n'a jamais reconnu, est devenu obsolète. C'est dans ce contexte qu'il décide d'entamer la prise de contrôle de l'ensemble de la Libye, y compris la Tripolitaine.

libia articulo_-4

En avril 2019, il a annoncé le lancement d'une opération militaire de grande envergure pour prendre le contrôle de la capitale libyenne. Depuis le début des combats pour la capitale en avril, plus de 1 000 personnes sont mortes et plus de 140 000 ont été déplacées, selon l'ONU. Le 20 décembre 2019, l'ELN a donné au gouvernement d'unité nationale (GNA) de Fayez el-Sarraj trois jours pour se retirer de Tripoli et de Syrte, dans le cas contraire ces villes seront bombardées sans repos. La configuration actuelle est en apparence assez favorable à Khalifa Haftar, qui bénéficie d'un soutien étranger important.

Atalayar_Libia_Reportaje_Mapa de los bandos_Haftar y Sarraj

Ayant occupé la grande majorité du territoire libyen et étant aux portes de Tripoli, il sera difficile de croire que Haftar abandonnera militairement sa position d'avantage militaire, quelle que soit la pression internationale qu'il exercera.

Atalayar_Libia_abril 2019

Pour l'instant ce que le scénario nous montre est un cessez-le-feu fragile et simple, rappelez-vous qu'il n'est pas encore signé par les deux parties (quand j'écris cet article, Haftar y pense)


Commençons par les Turcs et les Égyptiens.  

La Turquie et l'Égypte sont en total désaccord sur la question libyenne. Il a été démontré que la Turquie du président Recep Tayyip Erdogan soutient ostensiblement Fayez al-Sarraj contre le maréchal Khalifa Haftar. En juin 2019, ce dernier a ordonné à ses forces d'attaquer les navires et les intérêts turcs, ainsi que d'interdire les vols à destination et en provenance de la Turquie.

« Tout citoyen turc dans les territoires libyens sera arrêté" et "tous les vols à destination et en provenance de la Turquie seront interdits ».

Ce qui était un secret politique est devenu officiel fin novembre 2019, avec la signature d'un accord militaire formel entre Tripoli et Ankara. L'accord de « coopération militaire et de sécurité » a été signé le 27 novembre lors d'une rencontre à Istanbul entre le président Recep Tayyip Erdogan et Fayez al-Sarraj. Cet accord ouvre en fait la voie à une intervention directe de la Turquie en Libye en prévoyant l'envoi d'une « force de réaction rapide » dès que le gouvernement libyen le demandera, ce que Fayez al-Farraj a fait, déjà le 19 décembre, sous la pression importante des milices islamistes soutenant l'ANG.

En revanche, l'Égypte du président Abdel Fattah al-Sissi soutient ouvertement le maréchal Khalifa Haftar - parfois qualifié par ses détracteurs de « putschiste » et même de « Sissi libyenne » - considérant que la situation chaotique en Libye a un impact direct sur la sécurité nationale égyptienne. 

Mais la vérité est que le jeu de l'ingérence étrangère ne s'arrête pas là, car derrière les protagonistes de la ligne de front turque et égyptienne, il y a d'autres acteurs associés dans l'ombre.  

Dans ce contexte, qu'en est-il du rôle de l'Union européenne, où certains de ses États comme la Grèce, Chypre et l'Italie, ou même la France, sont plus ou moins directement concernés ? L'UE peut-elle avoir un rôle de médiation ?

Sa situation est très compliquée en tant que défenseur de la « légalité internationale ». Tout d'abord, il existe un problème majeur de migration dans la stabilité de la Libye. Le principal problème réside dans le fait qu'il n'y a pas de voix européenne unanime sur la question libyenne, mais plutôt des voix « européennes », parfois dissonantes. L'UE est fermement convaincue qu'il n'y a pas de solution militaire à la crise libyenne et qu'un conflit durable ne fera qu'accroître les souffrances du peuple libyen, exacerber les divisions, augmenter le risque de partition du pays, répandre l'instabilité dans toute la région et exacerber la menace du terrorisme. La cessation immédiate des hostilités est donc cruciale. L'UE continuera à soutenir la médiation des Nations unies5 et à contribuer à la mise en œuvre de toute décision prise à Berlin. Ghassan Salamé, émissaire de l'ONU en Libye, reconnaît lui-même les obstacles presque insurmontables de sa mission : « J'ai passé 18 mois à essayer de rassembler les Libyens, mais quand on passe d'un dialogue raté à un accord, il est évident que de nombreux acteurs internationaux jouent contre vous ».

En tout cas, les dirigeants européens ont réaffirmé leur « détermination à faire de la conférence de Berlin, qui aura lieu dans un avenir proche [théoriquement en janvier 2020], un succès ». Mais derrière ce consensus de façade, il y a parfois des positions divergentes. Les membres permanents du Conseil de sécurité seront invités à la conférence de Berlin, ainsi que les pays directement impliqués dans le conflit, tels que l'Égypte, la Turquie et les Émirats arabes unis, mais on ne sait pas si les deux dirigeants libyens seront représentés. En fait, le maréchal Haftar fixe un certain nombre de conditions. Pour lui, il faut d'abord dissoudre les milices qui soutiennent son rival à Tripoli, et surtout expulser les mercenaires syriens et les soldats turcs. Khalifa Haftar appelle également à la mise en place d'un véritable gouvernement de réconciliation nationale réunissant tous les Libyens, avec l'approbation du Parlement. En refusant de signer le cessez-le-feu à Moscou, Khalifa Haftar montre qu'il n'est pas à la botte de la Russie, qui se présente comme son allié. Il peut compter sur d'autres partisans dont les intérêts convergent toujours avec les siens. Le succès d'une telle conférence n'est donc nullement garanti.

Pétrole 

Haftar a conclu un accord avantageux avec la National Oil Company (NOC) pour reprendre les exportations de pétrole et les activités dans les principaux ports de la côte. 

Contrôler le croissant pétrolier al-hilal al-naphthis et ses oléoducs, qui représentent près de 70 % des ressources en hydrocarbures du pays, signifie avoir les revenus énergétiques libyens entre les mains. Il n'est donc pas surprenant que depuis 2013, cette bande de terre ait été le théâtre de la plupart des batailles les plus dures, entraînant l'effondrement des exportations de 900 000 barils par jour à un peu moins de 300 000, soit le montant résiduel qui atteint les ports de Tobrouk et de Tripoli respectivement. N'oublions pas qu'avec Kadhafi, la production a dépassé 1 600 000 barils, dont seulement 150 000 étaient réservés à la consommation intérieure. Il est donc facile de comprendre l'importance du blocus pétrolier en termes de possibilité de reprise économique et de reconstruction du pays. Mais la banque libyenne, dont aucune faction, avec un pragmatisme hypocrite, n'a tenté d'empêcher son fonctionnement et son exploitation, outre le pétrole, est également composée de la Banque centrale de Libye (CBL) et de l'Autorité libyenne des investissements (LIA) ; Actuellement, seule la CBL dispose d'un réel pouvoir de dépenser et, grâce aux efforts de l'Italie et du Royaume-Uni depuis 2015, elle a pu reprendre les salaires et les subventions de prix, ce qui n'est pas négligeable si l'on considère que 80% de la main-d'œuvre du pays, y compris la milice, est soutenue par les salaires publics . En tout état de cause, il est nécessaire de préserver les deux seules institutions respectables et indépendantes du pays, la CBL et le NOC. 

« La préservation de ces deux institutions est non seulement essentielle pour l'économie libyenne et l'approvisionnement mondial, mais aussi pour maintenir des conditions de concurrence équitables en vue d'une éventuelle solution politique ». 4

Environ 80% des réserves d'hydrocarbures se trouvent dans le bassin de Syrte et à l'intérieur du désert de Cyrénaïque. Le pétrole libyen présente deux caractéristiques séduisantes : premièrement, sa nature légère et douce : un brut « léger », c'est-à-dire de faible viscosité et densité, qui peut être plus facilement transporté par pipeline, et ensuite sa « douceur », c'est-à-dire sa faible teneur en soufre, qui le rend presque exempt de processus chimiques, et coûteux à purifier.

Plus d'acteurs ...

Dans le conflit libyen, les fronts de Tobrouk - puis l'Égypte, les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite - et Tripoli - Qatar, Turquie - ont vu des joueurs de poids très différents entrer et sortir, comme la France, l'Italie, le Royaume-Uni, la Russie et les États-Unis. Unis. Ce dernier, avec Donald Trump à la Maison Blanche, a préféré poursuivre sur la voie de la non-ingérence qui avait commencé à l'époque d'Obama, se réservant le droit d'intervenir de manière limitée uniquement pour arrêter la prolifération des cellules djihadistes.

Cet écart a été presque automatiquement couvert par les puissances régionales et européennes, y compris une Russie qui souhaite à nouveau accéder à l'Asie Mineure et à l'Afrique du Nord pour assurer la continuité de ses marchés offshore et, dans le cas particulier de l'Afrique, empêcher le continent de Devenez le plus grand fournisseur d'énergie en Europe. À cela s'ajoute le besoin urgent de maintenir la primauté dans le secteur minier et métallurgique, où Moscou souffre du manque de matériaux critiques tels que le manganèse, le chrome, le mercure et le titane. On parle beaucoup de la rivalité TOTAL-ENI en Libye, mais le nouveau monde, c'est Gazprom, Tatneft et Rosneft qui ont signé des contrats avec la NOC (National Oil Corporation) libyenne ; c'est pourquoi les Russes jouent sur deux tableaux.


                                              « La Banque centrale et le NOC sont toujours à Tripoli »

En réalité, il n'y a pas d'alliés ici, seulement des intérêts, c'est pourquoi le proverbe « l'ennemi de mon ennemi est mon ami » se réalise entièrement sur le sol libyen.

Ankara agit avant de penser. La politique étrangère turque est diffuse et impulsive.

La Grèce, traitée comme un protectorat, critique le fait que Berlin n'ait pas invité Athènes : "L'Allemagne peut faire ce qu'elle veut. « Le problème est ce que nous faisons pour que les autres ne nous traitent pas comme un protectorat »

Un triple défi : le pétrole, les migrations et la moralité

Trop d'intérêts s'affrontent en Libye. « Si le général Haftar gagne, la Russie renforcera de toute façon sa position. Il ne s'agit pas seulement de contrôler les champs de pétrole et de gaz, mais aussi fondamentalement de contrôler les flux migratoires, un argument potentiellement décisif vis-à-vis des partenaires européens. Il y a aussi le facteur d'une victoire morale sur les libéraux occidentaux : « Vous avez détruit la Libye, nous la reconstruisons ». En d'autres termes : « Vous êtes responsable de la situation actuelle » ...  Haftar sera peu enclin à faire des compromis et il sera difficile de faire accepter un cessez-le-feu au général Haftar : « Les récentes victoires militaires feront rejeter un cessez-le-feu à Haftar, qui aspire à contrôler tout le territoire libyen » Pour ce faire, elle doit prévoir un retour aux anciennes positions, idéalement celles d'avant le lancement de l'offensive en avril. La Russie exerce une certaine pression sur Haftar, sinon elle n'aurait pas accepté de servir de médiateur entre Haftar et Sarraj. Les Russes priveront-ils Haftar de soutien s'il est récalcitrant ? Cela reste à voir. . . Si Haftar et Sarraj s'engageaient à un cessez-le-feu et à des négociations, il serait toutefois douteux que toutes les forces militaires sous leur contrôle respectif soient prêtes à faire de même.

L'Europe passe enfin à l'action. L'armistice montre la stratégie de division que la Russie et la Turquie envisagent en Libye. Parce que la Libye a besoin de l'Europe, de ses relations et de ses investissements. Et parce que plusieurs pays ont revu leurs ambitions à la baisse au nom d'un meilleur intérêt.

Cela n'enlève rien au fait qu'aujourd'hui la Méditerranée est fracturée et que ce conflit libyen en est un exemple clair. Il faudrait remonter très loin dans le temps pour comprendre cette fracture, mais ce serait le sujet d'un autre article.

Données techniques (source banque mondiale)

Données géographiques 

Superficie : 1 759 500 kilomètres carrés

Capitale : Tripoli

Principales villes : Tripoli, Benghazi, Misrata, al-Beida, Zouara, Sebha

Langue(s) officielle(s) : Arabe

Langues courantes : dialecte arabe, langues berbères, langues Tedaga

Monnaie : dinar libyen

Population : 6 679 000 habitants

Densité : 3,8 hab/km2 (2018, Banque mondiale)

Croissance démographique : 1,5% (2018, Banque mondiale)

Espérance de vie : 72,5 ans (2018, Banque mondiale) Taux d'alphabétisation : 89,5% (2013, PNUD)

Religion(s) : Islam sunnite (97%) autres (3%)

Indice de développement humain (2016) : 0,716 () (PNUD) 

Données économiques   

Principaux clients : Italie, Allemagne, Chine, France

Principaux fournisseurs : Italie, Chine, Turquie, Égypte 

Participation des principaux secteurs d'activité au PIB (2016, CIA World Factbook)

Agriculture : 1,7%.

Industrie : 38,2%.

Services 60,1

Malgré l'insécurité actuelle, la Libye produirait en moyenne un million de barils de pétrole par jour, ce qui est la moyenne prévue jusqu'à la fin de 2019. Cependant, en raison du conflit et de la nature incompréhensible des dépenses budgétaires, la croissance du PIB sera négative au cours de l'exercice 2020 (-0,6 %) et se stabilisera autour de 1,4 % au cours de la période 2021-22. La désinflation devrait se poursuivre (-2,8 % en moyenne), le taux du marché parallèle étant de plus en plus proche du taux de change officiel. Les déficits budgétaires resteront élevés, s'élevant en moyenne à 10 % du PIB. Les excédents des comptes courants vont progressivement diminuer, passant d'environ 7,3 % du PIB en 2020 à 1,4 % en 2022, bien que la Banque centrale de Libye doive continuer à restreindre les importations. Les réserves devraient augmenter pour atteindre environ 91 milliards de dollars en 2020.

Références

(1) La dernière nuit du Raïs / Yasmina Khadra « La dernière nuit du Raïs » relate les dernières heures du « guide de la révolution » libyen du point de vue de Kadhafi lui-même, un personnage à la fois « singulier, paradoxal et terrifiant » .

(2) Kadhafi était un cas psychologique... il était un père pour son peuple, très affectif, mais sans projet de société à présenter pour le sien. Son incompétence a donné lieu à la répression et au pouvoir absolu et c'est là que réside sa folie et sa mégalomanie. Plus qu'un fou, il était une personne condamnée au suicide. Quelqu'un qui a toujours vécu avec la peur et la mort. Pratiquement chaque nuit, il attendait qu'on tente de l'assassiner. Humilié, une sorte de colère l'habitait et il ne la quitterait jamais. Sans père, pauvre, méprisé par la bourgeoisie de l'époque du roi Idriss, « Kadhafi avait le sentiment de n'être rien » et « c'est ce qui l'a conduit à devenir tout »

(3) Le 21 décembre 1988, un Boeing 747-121 de la compagnie aérienne américaine Pan American World Airways, effectuant un vol régulier (vol 103), a explosé dans les airs. L'épave est tombée sur la ville écossaise de Lockerbie. Les 259 personnes à bord et les 11 personnes au sol sont mortes. Après trois années d'enquête conjointe de Scotland Yard, de la police locale de Dumfries et Galloway, et de la CIA et du FBI américains, au cours desquelles plus de 15 000 témoins ont été entendus, des allégations de meurtre ont été formulées le 13 novembre 1991 contre Abdelbaset al-Megrahi, un officier de intelligence libyen et chef de la sécurité de Libyan Arab Airlines (LAA), et Al Amin Khalifa Fhimah, le directeur de la station LAA de l'aéroport de Luqa, à Malte. En octobre 2002, le gouvernement libyen a offert une indemnisation d’environ 10 millions de dollars US pour chaque victime et, le 15 août 2003, il a officiellement accepté la responsabilité de l'attentat. Le 12 septembre 2003, les Nations unies ont levé les sanctions contre la Libye qui avaient duré 15 ans. Le 23 février 2011, lors des manifestations contre le régime libyen, l'ancien ministre de la Justice, Mustafa Abdel Jalil, a assuré que c'était Mouammar Kadhafi qui avait ordonné l'attaque terroriste à Lockerbie.

(4) "L'Europe doit empêcher Haftar de contrôler le pétrole libyen et sa banque centrale" blog RIEC Gonzalo Escribano 

(5) Ghassan Salamé (Liban, 1951) Le 22 juin 2017, il est nommé représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Libye et chef de la mission de soutien des Nations unies en Libye (MANUL/UNSMIL), poste dans lequel il remplace le diplomate allemand Martin Kobler.