PUBLICIDAD

Iberdrola

Libye : le défi de la reconstruction d'un État défaillant

Le processus de transition se ralentit dans une enclave clé pour la sécurité et la stabilité régionales
Libia bandera

REUTERS/GORAN TOMASEVIC  -   Un combattant rebelle tient un drapeau du Royaume de Libye et un couteau pendant un bombardement par les soldats fidèles au leader libyen Mouammar Kadhafi lors d'une bataille près de Ras Lanuf, le 4 mars 2011

La nation nord-africaine déchirée par la guerre entre dans une phase décisive du processus visant à mettre fin à une décennie de conflit. 

Après quatre décennies sous la dictature du colonel Mouammar Kadhafi, la Libye est devenue le troisième régime autocratique, après la Tunisie et l'Égypte, à céder à l'avalanche révolutionnaire déclenchée chez son voisin occidental après le suicide de Mohamed Bouazizi, un jeune vendeur ambulant qui s'est immolé par le feu face à la précarité et au manque d'opportunités dans son pays. Cet événement a déclenché une vague de protestations dans le monde arabe, dont les revendications tournaient autour de l'ouverture démocratique, du respect des droits de l'homme et de la répartition équitable des richesses.  

Inspirée par les mobilisations de masse en Tunisie, la société libyenne est descendue dans la rue pour demander une amélioration des conditions de vie et la démission du dictateur. Cependant, le cas libyen ne suivra pas les traces de la Tunisie et de l'Égypte, où les autocrates Zine El Abidine Ben Ali et Hosni Moubarak finiront par tomber sous la pression extérieure et le mécontentement intérieur croissant. Ce n'est pas le cas en Libye, où Kadhafi n'a jamais renoncé à l'idée de se perpétuer au pouvoir et a déployé une réponse violente qui a dégénéré en une guerre civile sanglante en février 2011. 

Les rebelles se sont installés à Benghazi, dans le nord-ouest du pays, pour combattre les forces loyales au gouvernement, ce qui a donné lieu à de violents affrontements qui ont tué des centaines de civils aux mains des factions de Kadhafi. Ces événements ont été dénoncés par la communauté internationale et ont entraîné l'intervention ultérieure de l'OTAN. Les États-Unis sont réticents à participer au conflit, mais l'initiative de Paris attire Washington et Londres, qui soutiennent les insurgés et bombardent les positions de Kadhafi. 

Après des mois d'impasse, une avancée des rebelles a abouti à la prise de la capitale. Et le dictateur fugitif, de retour dans sa ville natale de Syrte, a été capturé et tué par les révolutionnaires en octobre 2011, dans des images effroyables qui resteront pour la postérité.   

Deuxième guerre civile 

Le pays étant brisé et en ruines, les rebelles ont pris le contrôle de la Libye au détriment du faible Conseil national de transition (CNT) et des gouvernements successifs, incapables de prendre le contrôle. La nation nord-africaine, jusqu'à présent l'un des acteurs régionaux les plus stables et les plus développés, deviendrait un État en faillite, sans structures institutionnelles solides et avec une prolifération de groupes armés qui font la loi.

Muamar Gadafi
REUTERS/ASMAA WAGUIH  -  Une bannière déchirée représentant Mouammar Kadhafi est vue sur un bâtiment pendant les affrontements entre les combattants anti-Kadhafi et les forces de Kadhafi à Syrte, le 12 octobre 2011

Avant d'être renversé, Kadhafi a également libéré des centaines d'islamistes emprisonnés sous son régime plus ou moins laïc, connu sous le nom de Jamahiriya, dans le but d'apaiser le soulèvement contre lui. Une décision qui, loin de répondre à ses attentes, a favorisé l'émergence de formations islamistes et de groupes djihadistes-salafistes. 

Les flambées de violence récurrentes, les tensions territoriales historiques entre les régions de la Tripolitaine, du Fezhan et de la Cyrénaïque, ainsi que la fracture politique et militaire ont entraîné la Libye dans un nouveau conflit fratricide trois ans seulement après la chute de Mouammar Kadhafi.  

Avant le début du conflit, le pays a connu une augmentation exponentielle de l'insécurité, causée par de profondes divisions ethniques et idéologiques, ainsi que par l'émergence de deux tendances antagonistes qui allaient ensuite se disputer le pouvoir. D'une part, les forces du général Khalifa Haftar et, d'autre part, les Frères musulmans. 

La division du pays en deux centres d'influence, basés à Tripoli et Tobrouk, qui se disputent le contrôle de la Libye, a également été conditionnée par l'émergence d'un troisième acteur : Daesh, qui a conquis des enclaves clés et consolidé son émirat, harcelant les autres forces présentes dans le pays. 

Cet événement a définitivement internationalisé le conflit, obligeant à la fois la nouvelle Égypte d'Abdel Fattah al-Sisi et les Émirats arabes unis à intervenir en faveur du général Haftar et du gouvernement de Tobrouk, situé dans l'est du pays. La Russie a également rejoint cette alliance dans le cadre d'une lutte à grande échelle contre la menace terroriste. À l'ouest, le Congrès général de la nation, organe de substitution au Conseil national de transition, est composé d'islamistes et de démocrates modérés, proches des Frères musulmans.  

En désaccord les unes avec les autres, les parties ont plongé la Libye dans une nouvelle spirale de violence qui a conduit à un nouveau conflit armé. 

C'est alors que la communauté internationale est à nouveau intervenue pour faire face à la crise. En 2015, les Nations unies et l'Union européenne ont réuni les gouvernements de Tobrouk et de Tripoli dans la ville marocaine de Sjirat. Ils sont parvenus à un accord minimal qui a abouti à la création du gouvernement d'entente nationale (GNA), dont l'objectif était d'unifier les institutions faisant double emploi.

Tumbas Libia
REUTERS/BOB STRONG  -  Des tombes de rebelles libyens tués dans la lutte contre les forces gouvernementales de Mouammar Kadhafi bordent une colline à Nalut, dans les montagnes de l'ouest de la Libye, le 3 août 2011

Le pacte s'avère être un échec et, loin de résoudre le conflit, il ne fait que recalibrer la dynamique des alliances. La guerre progresse et s'enracine. Des pays comme la France et l'Arabie saoudite renouvellent leur soutien au général Haftar à Tobrouk ; d'autres comme l'Italie, la Turquie et le Qatar font de même pour le nouveau gouvernement de Fayez al-Sarraj à Tripoli. 

La position prééminente de Haftar le pousse à mener une offensive ambitieuse sur Tripoli en 2019. L'opération dite "Déluge de dignité", qui visait à prendre la capitale, n'a pas réussi à soumettre le gouvernement d'entente nationale, avec des conséquences dévastatrices pour la population civile.  

Cette attaque n'a fait que renforcer le soutien militaire de la Turquie au GNA. En conséquence, aucun des deux camps n'avait de supériorité sur l'autre et la confrontation était gelée. 

Conférence de Berlin 

Après une nouvelle flambée de violence, le conflit libyen est entré dans une phase de détente apparente après l'annonce de la levée par les forces de Haftar du blocus des ports de navigation et des terminaux pétroliers. Et, surtout, avec la signature d'un cessez-le-feu intérimaire parrainé par l'ONU à travers la Mission d'appui des Nations unies en Libye (UNSMIL) en octobre 2020. Un accord négocié à Genève par cinq représentants militaires des parties impliquées, par ce qu'on appelle le Comité militaire conjoint libyen 5+5. 

La chef de la mission de l'ONU dans le pays et actuel envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Stephanie Williams, a demandé le retrait complet des mercenaires déployés en Libye. Comme condition sine qua non, le cessez-le-feu ne pouvait pas prendre effet. La Turquie et la Russie, acteurs rivaux sur l'échiquier libyen en raison de leur soutien respectif au gouvernement d'entente nationale et au parlement de Tobrouk, avaient commencé à envoyer des lots de troupes militaires sur le terrain plusieurs mois auparavant.  

Moscou a fait appel au Groupe Wagner, une société militaire privée liée au Kremlin, tandis qu'Ankara a utilisé des soldats de l'Armée syrienne libre, des opposants au régime de Bachar el-Assad. Malgré les difficultés, un mois après le cessez-le-feu, en novembre 2020, les pourparlers pour une résolution effective du conflit ont commencé. Le Forum de dialogue politique libyen (LDPF) est né.

Conferencia de Berlín
AFP/MICHAEL SOHN  -  Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, prononce un discours de bienvenue au début de la deuxième conférence de Berlin sur la paix en Libye

Il a fallu trois mois de négociations pour parvenir à un accord transitoire. Au moins 74 représentants de toutes les factions - y compris des partisans du régime de Mouammar Kadhafi - et des délégués nommés par l'ONU ont accepté d'organiser des élections législatives et présidentielles "crédibles, inclusives et démocratiques" le 24 décembre 2021. Une date aux réminiscences historiques évidentes, puisque c'est le même jour, mais en 1951, que le roi Idris Ier a proclamé l'indépendance du pays. 

D'ici là, le pouvoir exécutif sera entre les mains d'un gouvernement intérimaire, dirigé par un premier ministre indépendant, et d'un Conseil présidentiel, lui-même composé de trois personnes - un titulaire et deux députés - issues des trois principales régions de Libye, afin de tenter de mettre fin aux rivalités territoriales. Des critères d'éligibilité et un quota de 30 % pour la représentation des femmes au Parlement ont également été définis. Mais ce n'est qu'en février 2021 que sont choisis les profils qui occuperont la nouvelle architecture institutionnelle.  

Après un vote rapide marqué par des désaccords sur le mécanisme de vote, Abdul Hamid Dbeibé et Mohamed Menfi l'ont emporté avec 39 voix sur les 74 votes exprimés. Un de l'Ouest et l'autre de l'Est. Symbolique de la réconciliation. 

Pour le processus électoral de décembre, un cadre juridique "ad hoc" serait nécessaire, les parties ont donc convenu de rédiger une charte Marga pour remplacer la charte Marga de 2017 et inclure une loi électorale. 

Toutefois, la nouvelle structure constitutionnelle n'entrera jamais en vigueur avant la date prévue pour les élections. Au lieu de cela, le président de la Chambre des représentants, Aguila Saleh, a promulgué une loi sur l'élection présidentielle par décret, sans vote formel du Parlement. 

L'accord reconnaît la souveraineté nationale sur l'ensemble du territoire libyen et appelle à la fin de la présence de troupes et de mercenaires étrangers. Les objectifs étaient notamment de garantir la paix, d'unifier les institutions, d'améliorer les conditions matérielles des Libyens et de relancer l'économie, de lutter contre la corruption et de promouvoir le respect des droits de l'homme. Cependant, le Forum de dialogue politique libyen a commis des erreurs majeures qui allaient peser sur le processus de transition.

Jan Kubis
REUTERS/KAY NIETFELD  -  Jan Kubis, envoyé de l'ONU

L'ONU a remplacé la recherche du consensus par des majorités de vote afin de rationaliser le processus, réhabilitant ainsi les anciennes dynamiques de soutien intercommunautaire et d'alliances de pouvoir. La légitimité des personnalités politiques élues est limitée. Comme le rapporte le groupe de réflexion Carnegie Endowment for International Peace, Dbeibé et ses collègues candidats n'ont pas gagné parce qu'ils ont bénéficié d'un fort soutien parmi les 74, mais parce que de nombreux membres du forum de négociation "ont cherché à assurer la défaite de leurs concurrents". 

L'accord n'a pas non plus réussi à inverser la fracture institutionnelle malgré le soutien de tous les acteurs. Personne n'était prêt à céder sa part de pouvoir en attendant la viabilité des élections. 

La faction orientale, une sorte de bicéphalie représentée par les figures du général Haftar et du président Aguila Saleh, a maintenu son influence inébranlable depuis lors. Ce fait rend la réconciliation nationale impossible et entrave l'agenda d'une rencontre des esprits. C'est précisément cette division territoriale qui bloque la rédaction d'une nouvelle constitution, un cadre juridique qui permettrait d'activer le processus. 

En outre, l'absence de profils renouvelés à la table des négociations a tué dans l'œuf la participation de nouvelles figures et a laissé le processus de transition entre les mains de la "vieille garde" présente pendant la guerre. 

Une transition au ralenti 

Le 16 mars 2021, le gouvernement d'unité nationale (GNU) a démarré sur les chapeaux de roue après avoir obtenu la majorité lors d'une session parlementaire sans précédent, composée de députés des deux factions et convoquée à Syrte. Bien que le choix du riche homme d'affaires Abdul Hamid Dbeibé comme candidat n'ait pas été sans controverse, le gouvernement en place a été approuvé par Tripoli et Tobrouk.

Dbeibe Libia
AP/HAZEM AHMED  -  Premier ministre désigné Abdul Hamid Mohamed Dbeiba

Les premières critiques ont porté sur la représentation timide des différents groupes ethniques et peuples du pays, ainsi que sur la taille considérable de son gouvernement, qui compte plus de 30 ministres. Certaines voix au niveau national et international ont demandé à la place un cabinet minimaliste avec un fort profil technocratique. 

L'appartenance idéologique du nouveau premier ministre, figure reconnue mais sans expérience politique préalable, a été associée dès le départ à l'islamisme conservateur défendu par le président turc Recep Tayyip Erdoğan, mêlé à une défense du libéralisme économique. 

Compte tenu de sa composition et de son parcours, le gouvernement dans son ensemble manque d'une orientation politique claire. En plus d'avoir une composition hétérogène comprenant des personnalités de l'ère Kadhafi, des universitaires et des membres inexpérimentés, il ne s'est pas explicitement signifié à un quelconque acteur international présent dans le conflit libyen. En fait, Dbeibé lui-même s'est rendu à la fois à Ankara et au Caire, dans une sorte de jeu à double sens visant à préserver son impartialité et à gagner la confiance de ses interlocuteurs. 

Parallèlement, le chef du gouvernement a donné la priorité à la relance économique du pays, plombée par la guerre civile et aggravée par la crise du COVID-19, en vue de la tenue d'élections. 

La tâche principale de l'ONU à Tripoli était de garantir le processus de vote afin qu'il puisse se tenir à la date initialement prévue, le 24 décembre 2021. Ce mandat n'a pas été rempli. 

La Haute Commission électorale nationale (HNEC), organe indépendant chargé de mettre en place les mécanismes de désignation des candidats créés en 2012 par le Conseil national de transition après la chute de Mouammar Kadhafi, est responsable de l'enregistrement des candidats et des électeurs, de l'accréditation des médias et des observateurs internationaux, du dépouillement des votes et de l'annonce des résultats. Et il avait initialement programmé les élections parlementaires pour le second tour des élections présidentielles. 

Manifestación Haftar
REUTERS/ESAM OMRAN AL-FETORI  -  Des manifestants libyens se rassemblent lors d'une manifestation contre la décision du parlement turc d'envoyer des forces turques en Libye, à Benghazi, en Libye, le 3 janvier 2020

Malgré des incidents sporadiques et des désaccords constants entre la Chambre des représentants de Tobrouk et le Conseil présidentiel de Tripoli, le processus électoral semblait plus ou moins en bonne voie. À tel point que la Commission électorale a ouvert la date limite d'enregistrement des candidatures à la présidence un mois et demi à l'avance.  

Mais l'insécurité croissante et les rumeurs selon lesquelles le premier ministre intérimaire tentait de retarder la date des élections ont bouleversé la donne. Et ce n'est qu'un mois avant l'élection que le processus a subi un revers majeur : l'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Ján Kubiš, a brusquement démissionné, dix mois seulement après avoir pris ses fonctions, en raison de désaccords persistants avec le secrétaire général des Nations unies, António Guterres. Ce choc a déclenché des signaux d'alarme quant à la viabilité des élections. 

Des candidats marqués par la controverse 

La question des candidats est rapidement devenue le premier obstacle à la tenue des élections. Parmi la longue liste des candidats à la présidence, trois noms se sont distingués, dont la simple présence dans la campagne a provoqué une réaction de la communauté internationale et d'un mouvement d'opposition national.  

L'émergence de ces candidats a également posé un défi juridique en raison de la duplication des organes juridiques et de l'activité de la Commission électorale, un organe faible qui ne bénéficiait pas du soutien de toutes les factions en Libye. Les trois candidats étaient l'actuel premier ministre, Abdul Hamid Dbeibé, l'homme fort de l'est, Khalifa Haftar, et le fils préféré du dictateur Mouammar Kadhafi, Saif al-Islam Kadhafi. Une triade controversée qui a polarisé le climat préélectoral. 

Abdul Hamid Dbeibé, dès sa prise de fonction en tant que Premier ministre par intérim, avait renoncé à son intention de se présenter à la campagne présidentielle. Comme si cela ne suffisait pas, l'homme d'affaires de 63 ans n'était pas autorisé par les règles actuelles à participer aux élections, car il aurait dû démissionner de son poste au moins trois mois avant le scrutin. Une exigence qu'il n'a bien sûr pas remplie. 

Malgré plusieurs recours contre sa candidature, les différents tribunaux ont rejeté les affaires, et Dbeibé est devenu le grand favori des estimations. En outre, des rumeurs se sont répandues selon lesquelles le chef de gouvernement intérimaire aurait commis des irrégularités en utilisant des fonds publics pour influencer le vote en sa faveur. 

Saif al-Islam Gadafi
PHOTO/AFP  -  Saif al-Islam, le fils préféré et successeur de Mouammar Kadhafi

Le général Khalifa Haftar a présenté sa candidature deux jours après le fils de Kadhafi. Pour ce faire, il a renoncé à ses titres militaires. Sa candidature a d'abord été rejetée, mais a été acceptée quelques heures plus tard après qu'un appel ait été déposé. Sa candidature à la tête de l'État a suscité un désenchantement croissant dans une grande partie du pays pour son offensive contre Tripoli en 2019, ainsi que pour son profil aux références démocratiques douteuses. 

Saif al-Islam Kadhafi, autrefois le "numéro deux" et possible héritier du régime dictatorial de son père, est réapparu en public une décennie après avoir vécu une odyssée et être resté en vie de manière bizarre. Les tribunaux ont suspendu sa participation aux élections, pour ensuite accepter sa candidature. Le même itinéraire que Haftar. Cependant, son image évoque la période infâme de Mouammar Kadhafi, discrédité par une grande partie du pays. Et sa simple présence a enflammé davantage la scène préélectorale. 

Un climat incertain 

La viabilité juridique de ces candidatures reste à déterminer en l'absence d'un cadre juridique solide accepté par les parties. Le Conseil présidentiel a exigé que le Parlement de Tobrouk unifie les critères et établisse définitivement une législation électorale commune. Une réunion dans laquelle l'ONU joue le rôle de modérateur nécessaire pour débloquer la transition politique en Libye. 

Le sommet de Paris, organisé par l'Élysée en novembre, a fait pression sur la communauté internationale pour qu'elle organise des élections, mais ni Poutine ni Erdoğan n'y ont participé. Les deux font obstacle à la période de transition en envoyant des mercenaires, dont la présence factieuse menace la sécurité nationale de la Libye. Ces dernières semaines, de nombreuses troupes étrangères ont quitté le pays, et le pays d'Afrique du Nord s'éloigne progressivement des interférences extérieures. Mais il y a encore des vestiges. 

Dix ans après le renversement de l'un des régimes les plus anciens du continent, la Libye se trouve face à une période décisive pour mettre fin à la fracture territoriale et rétablir une structure étatique solide capable de couvrir l'ensemble du pays et d'influer sur la vie de la population. Ce dernier point est crucial. Les citoyens libyens doivent se considérer comme faisant partie du processus et reconnaître leur propre avenir dans l'avenir du pays.

Parlamento Tobruk
PHOTO/AFP  -  De gauche à droite, le maréchal de l'armée nationale libyenne Khalifa Haftar, le président du Parlement libyen basé dans la ville orientale de Tobrouk, Aguilah Saleh Issa, le Premier ministre du gouvernement d'entente nationale libyen Fayez Sarraj et le président du Haut Conseil d'État libyen Khaled Mechri assistent à un congrès international sur la Libye à l'Élysée, le 29 mai 2018

Selon les actions du gouvernement intérimaire, la Libye fait des progrès en termes d'instabilité et retrouve progressivement son activité. Cependant, le Premier ministre Dbeibé est à court de crédit et n'a pas respecté la feuille de route établie, sans même jeter les bases d'une élection à court terme. 

Sa tâche est extrêmement difficile et le temps joue contre lui. S'il n'est pas en mesure de construire une alliance solide en interne, la transition en Libye pourrait être paralysée sine die, ce qui pourrait conduire à une nouvelle escalade des tensions et à l'imposition d'un agenda dépourvu de consensus et de procédures démocratiques. La menace de Daesh reste latente. 

Les candidats pour imposer un nouveau régime ne manquent pas et, dans le pire des cas, le pays pourrait à nouveau connaître une nouvelle guerre. Le consensus a plus à voir avec la stratégie qu'avec une réelle conviction, mais seul l'avenir dira si la Libye retrouve la stabilité tant recherchée.