L'immigration subsaharienne de la pandémie

Parmi tous les bateaux qui partent, de nombreux cayucos dérivent entre le Maroc, le Sénégal ou la Mauritanie et les îles Canaries
L'immigration subsaharienne de la pandémie

PHOTO/AFP  -   La inmigración subsahariana de la pandemia

Les îles Canaries ont accueilli plus de 11400 immigrants au cours des dix derniers mois. Rien qu'en ce mois d'octobre, plus de 5000 personnes sont arrivées. Les îles n'ont pas connu de crise migratoire similaire depuis la crise de Cayuco en 2006. Le fort impact économique de la pandémie, ajouté à l'instabilité politico-sécuritaire du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest, a provoqué cette flambée d'immigration vers les îles Canaries. Les économies des pays d'origine n'ont pas pu résister aux mesures d'enfermement et à la disparition du tourisme, laissant des dizaines de milliers de personnes sans travail et sans moyens de subsistance. En Europe, tous ceux qui n'ont pas pu travailler ont bénéficié d'une aide d'État et ont reçu une forme d'allocation de chômage. Cela n'a été le cas dans aucun des pays confinés de l'autre côté de la Méditerranée. Une autre raison pour laquelle la route des Canaries a été la plus utilisée est la fermeture de la frontière terrestre du Maroc avec l'Espagne et l'augmentation des contrôles aux frontières européennes en raison de la crise du coronavirus. Tout cela a entraîné une augmentation du nombre d'immigrants qui sont arrivés sur les côtes des îles Canaries.  

Segunda ola de COVID-19 en Europa
AP/JAVIER BAULUZ-Les migrants du Maroc sont assis sur une plage après leur arrivée sur la côte de l'île des Canaries, 

Parmi tous les bateaux qui partent, de nombreux cayucos dérivent entre le Maroc, le Sénégal ou la Mauritanie et les îles Canaries, causant des centaines de morts jusqu'à présent cette année. Le 30 octobre dernier, cinquante immigrants sont morts près de la Mauritanie après une panne de moteur qui a rendu le cayuco inutilisable. Les 24 survivants ont été secourus par les forces de sécurité mauritaniennes et seront rapatriés. En plus de cet incident, un autre accident similaire impliquant une patte en août dernier a fait 27 autres morts. La route vers les îles Canaries, connue sous le nom de route canarienne, est la plus dangereuse de toute l'Europe. Selon l'Organisation internationale pour les migrations, un migrant sur vingt est mort en mer en essayant d'atteindre les côtes entre janvier et juillet 2020. Sur les autres routes européennes, le nombre de décès est inférieur à celui des personnes arrivant au port. La route vers l'Italie et Malte, dite route centrale, le ratio est de un sur 54, sur la route du détroit de Gibraltar à la mer d'Alboran, un sur 94 est mort ou a disparu, enfin, sur la route de la Méditerranée orientale, en mer Égée, un migrant sur 115 est mort sur la côte. 

Los inmigrantes y los solicitantes de asilo cruzan cada vez más una parte traicionera del Océano Atlántico
AP/JAVIER BAULUZ-Les immigrants et les demandeurs d'asile traversent de plus en plus souvent une partie perfide de l'océan Atlantique

L'agence européenne Frontex a envoyé sept agents pour aider à l'identification des migrants et est en pourparlers avec le gouvernement espagnol pour mener des opérations visant à freiner à long terme l'arrivée de migrants sur l'itinéraire des îles Canaries. Le mandat des sept agents se limite à soutenir la police nationale et à échanger des informations concernant les mafias et les points de départ de ces immigrants. Lors de la crise de 2006, Frontex a également collaboré avec l'Espagne dans le cadre de l'opération Hera, dans laquelle des bateaux et des avions de plusieurs États européens ont été déployés pour empêcher le départ des bateaux de la côte africaine. Cette opération a permis de réduire le flux de 31 678 immigrants à 12 478 en 2007 et 9-191 en 2008, selon les données du ministère de l'intérieur et de la délégation du gouvernement aux îles Canaries. Avec la Mauritanie et le Sénégal, l'Espagne entretient une étroite collaboration opérationnelle dans la lutte contre l'immigration clandestine et le trafic de personnes et de substances illégales, ayant été deux partenaires clés pour mettre fin à la crise de 2006. La coopération dans le domaine de la formation et du renforcement des capacités des forces de sécurité des deux États par la police nationale espagnole et la Guardia Civil a été cruciale pour faire en sorte que, de 2009 à 2017, pas une seule patera n'ait quitté le Sénégal pour les îles Canaries. À Dakar, l'Espagne dispose de deux bateaux permanents de la Guardia Civil. En Mauritanie, l'Espagne a également déployé deux patrouilleurs et un hélicoptère de sauvetage. Un navire de haute mer et un avion de patrouille maritime sont régulièrement envoyés dans les deux pays. 

Migrantes de Marruecos se sientan en una playa después de llegar a la costa de la Isla de Canarias, cruzando el Océano Atlántico navegando en un barco de madera el martes 20 de octubre de 2020.
AP/JAVIER BAULUZ-Des migrants du Maroc sont assis sur une plage après avoir atteint la côte de l'île des Canaries, traversant l'océan Atlantique sur un bateau en bois le mardi 20 octobre 2020. 

En raison de cette recrudescence de l'immigration aux îles Canaries, l'Espagne s'est engagée à financer les garde-côtes et la police des frontières des pays d'origine pour les empêcher de partir. À cette fin, elle a multiplié les allocations pour l'équipement et la formation des forces de sécurité des pays africains. Parmi les pays auxquels les fonds ont été multipliés figurent la Gambie et la Guinée Conakry, qui passeront respectivement de 50 000 en 2018 à 75 000 en 2019. Le Mali, le Ghana et la Côte d'Ivoire ont également reçu des subventions pour leurs forces de sécurité d'État. Le Maroc a été le plus grand bénéficiaire de subventions, avec 32 millions d'euros en 2019. Suite à l'approbation de ce départ, les arrivées en provenance de la côte marocaine par la route du détroit ont chuté de façon exponentielle. La route du détroit de Gibraltar était devenue si impénétrable qu'il était pratiquement impossible pour de nombreux immigrants de la payer. Selon le témoignage de plusieurs des voyageurs dans de petites embarcations, le coût du bateau quittant le nord du Maroc est de 3000 euros.  C'est l'une des raisons pour lesquelles la voie d'entrée du Sahara occidental aux îles Canaries a été réhabilitée et qu'un grand nombre de Marocains ont été identifiés sur la côte canarienne, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. 

Outre la collaboration avec Frontex et les gouvernements africains, l'Espagne, après huit mois de fermeture de l'espace aérien en raison de la crise sanitaire, réactive les expulsions vers certains pays d'origine comme la Mauritanie. La Mauritanie et le Maroc sont deux des pays qui acceptent le retour non seulement de leurs ressortissants, mais aussi des immigrants de pays tiers qui ont transité par leur territoire pour atteindre l'Espagne. Ces accords accélèrent le travail d'expulsion de certains Africains qui refusent de donner des détails sur leur origine, rendant extrêmement difficile la connaissance de leur pays d'origine. De plus, tous les pays n'ont pas d'accord sur le retour. Toutefois, compte tenu des tensions politiques qui ont suivi les élections en Guinée et en Côte d'Ivoire et le coup d'État au Mali, ce type d'expulsion est parfois critiqué dans la mesure où certains d'entre eux pourraient potentiellement avoir droit à l'asile ou même au statut de réfugié, mais ne sont pas informés à temps et sous la forme de cette possibilité, selon le médiateur et le HCR. Malheureusement, le problème de l'immigration clandestine va continuer à s'aggraver en raison des conséquences économiques dévastatrices de la pandémie. En plus de renforcer les contrôles et de fournir des ressources aux forces de sécurité des États d'origine, il est essentiel d'investir dans la coopération au développement et de veiller à ce qu'elle atteigne les personnes les plus nécessiteuses afin qu'elles ne se retrouvent pas dans la situation d'émigrer dans les conditions très précaires dans lesquelles elles le font, par la voie la plus dangereuse en Europe.