PUBLICIDAD

Marruecos

L'Inde est déterminée à être la quatrième puissance spatiale mondiale malgré le ralentissement de COVID-19

Les graves effets de la pandémie obligent New Delhi à reporter le lancement de ses premiers astronautes à 2023
Le président de l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), le professeur K. Siva, montre les deux principaux lanceurs indiens, le GSLV Mark II (à gauche), qui a échoué aujourd'hui, et le GSLV Mark III, plus puissant, au ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

PHOTO/ISRO  -   Le président de l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), le professeur K. Siva, montre les deux principaux lanceurs indiens, le GSLV Mark II (à gauche), qui a échoué aujourd'hui, et le GSLV Mark III, plus puissant, au ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian

L'Inde a deux décennies de retard sur la technologie et le développement spatiaux de la Chine, son voisin et antagoniste sur le continent asiatique et dans le monde. 

La pandémie de COVID-19 qui ravage le pays gangétique, qui a tué 450 000 personnes et en a infecté 32 millions d'autres, a également freiné les plans et le rythme d'investissement de plusieurs milliards de dollars de l'ISRO, l'Organisation indienne de recherche spatiale qui fait office d'agence spatiale et qui est présidée depuis janvier 2018 par le prestigieux scientifique Kailasavadivoo Siva, âgé de 64 ans. 

El adiestramiento de los astronautas indios ha tenido lugar en el Centro de Entrenamiento de Cosmonautas Gagarin, a escasos kilómetros de Moscú
PHOTO/Roscosmos - L'entraînement des astronautes indiens a eu lieu au centre d'entraînement des cosmonautes Gagarine, à quelques kilomètres de Moscou.

Les problèmes de santé viennent d'être aggravés par l'échec de son lancement aux premières heures du jeudi 12 août, depuis la base Satish Dhawan dans la zone côtière de Sriharikota, dans le sud-est du pays. La fusée GSLV Mark II, de fabrication indigène, a subi une défaillance technique cinq minutes après le début de son vol ascensionnel, après l'allumage du moteur cryogénique de son dernier étage de propulsion. Le contrôle du véhicule a été perdu et le satellite d'observation EOS-03 de 2,28 tonnes, également de production nationale, a brûlé lors de sa rentrée dans l'atmosphère.

Le premier échec d'un lanceur indien depuis 2017 va s'ajouter aux effets de COVID-19, qui a déjà un impact sur l'aspiration de l'Inde à occuper la place d'honneur parmi les quelques nations ayant la capacité de transporter des astronautes dans l'espace. L'ISRO est bien avancée dans le programme Gaganyaan, une capsule spatiale de conception nouvelle destinée à transporter jusqu'à trois astronautes en orbite à 400 kilomètres autour de la terre.

El primer ministro Narendra Modi (derecha) tiene depositada su plena confianza en el presidente de la Agencia Espacial India (ISRO), el profesor K. Siva
PHOTO/PmIndia/Reuters - Le Premier ministre Narendra Modi (à droite) a toute confiance dans le président de l'Agence spatiale indienne (ISRO), le professeur K. Siva.
Un an de retard, pour l'instant

La grande initiative spatiale nationale susmentionnée bénéficie de l'engagement personnel du Premier ministre Narendra Modi, 71 ans, qui, en décembre 2018, a injecté un fonds supplémentaire d'environ 1,5 milliard de dollars pour qu'une paire de pilotes militaires indiens se mette en orbite autour de la Terre pour la plus grande gloire de ses près de 1,4 milliard d'habitants, une initiative qui cherche à égaler les objectifs atteints par le dirigeant chinois Xi Jinping. 

Mais des vagues successives de la pandémie ont balayé le sous-continent indien, infectant de nombreux techniciens de l'agence spatiale et de l'industrie nationale, qui ont dû arrêter le travail et interrompre les livraisons de matériel et d'équipement à travers le pays. 

La primera capsula espacial tripulada con astronautas indios despegará desde la base Satish Dhawan, en Sriharikota (estado de Andhra Pradesh), en un lanzador GSLV Mark III de fabricación nacional semejante al de la imagen
PHOTO/ISRO - La première capsule spatiale habitée transportant des astronautes indiens décollera de la base Satish Dhawan de Sriharikota (État d'Andhra Pradesh) à bord d'un lanceur GSLV Mark III de fabrication locale, semblable à celui que l'on voit sur la photo.

Les perturbations dans la chaîne de travail ont pour conséquence de retarder les deux vols de démonstration sans astronautes de Gaganyaan, qui embarquera un robot humanoïde à l'apparence féminine appelé Vyommitra. Le premier test sans humains à bord était prévu pour décembre de cette année et a été déplacé de juin 2022 et le second est prévu pour fin 2022. Les retards ont un impact sur le vol inaugural habité qui suivra : il était prévu pour août 2022 et a été reporté à 2023, à condition que les vols d'essai soient réussis et qu'il ne soit pas nécessaire de procéder à un ou deux essais supplémentaires.

Alors que les premiers astronautes indiens sont attendus au décollage, l'ISRO poursuit un certain nombre d'autres projets associés à Gaganyaan. Par exemple, le laboratoire de recherche alimentaire du ministère de la défense a déjà préparé quelque 70 variétés d'aliments transformés et déshydratés de la cuisine nationale, que les astronautes consommeront dans l'espace : rouleaux de légumes, nems, veg pulav - un plat de riz avec des légumes et des épices - et moong dal halwa, un dessert sucré à base de lentilles, de cardamome, de pistaches et d'amandes.

Fruto de un acuerdo suscrito en junio de 2019 entre la empresa estatal rusa Glavkosmos y la ISRO, los pilotos indios se formaron en Rusia como astronautas entre febrero de 2020 y marzo pasado
PHOTO/TASS-Stanislav Krasilnikov - Suite à un accord signé en juin 2019 entre la société publique russe Glavkosmos et l'ISRO, des pilotes indiens se sont entraînés en Russie en tant qu'astronautes entre février 2020 et mars dernier.
Presque tout est prêt, sauf les vols non habités

Elle comprendra également des idly, une boulette du sud de l'Inde faite de riz et de lentilles décortiquées et fermentées, du ghee, une sorte de beurre utilisé de la même manière que l'huile d'olive ou de tournesol en Espagne, et un chauffe-plats. Sur le plan technologique, de nouvelles combinaisons spatiales ont déjà été fabriquées et testées. Et à la mi-juillet, une nouvelle variante du moteur de fusée Vikas, qui sera utilisée pour propulser la nouvelle version du lanceur GSLV MkIII qui doit transporter des astronautes en orbite, a été testée. Le système d'évacuation de l'équipage, la rentrée de la capsule atmosphérique (CARE) et son étanchéité, ainsi que presque tout ce qui concerne la mission, ont également été évalués.

Une autre étape qui a déjà été franchie est la période de formation d'astronaute pour quatre pilotes de chasse de l'Indian Air Force, dont l'identité n'a pas encore été révélée. Ils ont été sélectionnés parmi 12 finalistes sur 200 candidats. Leur phase d'entraînement s'est déroulée au centre d'entraînement des cosmonautes Gagarine, près de Moscou, du 10 février 2020 à la mi-mars, résultat d'un accord signé en juin 2019 entre l'entreprise publique russe Glavkosmos et l'ISRO.  

Los candidatos indios a astronautas fueron seleccionados entre 200 pilotos de combate de la Fuerza Aérea India. Una docena fueron elegidos y cuatro enviados a Moscú para su formación
PHOTO/IAF - Les candidats astronautes indiens ont été sélectionnés parmi 200 pilotes de chasse de l'Indian Air Force. Une douzaine d'entre eux ont été choisis et quatre ont été envoyés à Moscou pour y être formés.

On sait qu'après avoir terminé leur phase d'entraînement en Russie, ils ont subi d'autres tests médicaux et ont été formés à la radioprotection et aux premiers secours en orbite par des techniciens de l'Institut de médecine et de physiologie spatiales (MEDES) de Toulouse, en France. On ne sait pas si cette dernière étape a eu lieu en France ou en Inde.

Les gouvernements de New Delhi et de Pékin s'observent dans de nombreux domaines de pouvoir, et l'un d'entre eux est l'espace. Les dirigeants de Delhi ne sont pas restés les bras croisés lorsque le premier astronaute chinois - le pilote de chasse et désormais général Yang Liwei - s'est envolé dans l'espace à la mi-octobre 2003, plaçant la Chine au troisième rang mondial de l'astronautique derrière les États-Unis et la Russie. Peu après, l'ISRO a reçu le feu vert du premier ministre de l'époque, Manmohan Singh, pour définir le programme Gaganyaan.

Les services alimentaires des forces armées ont préparé quelque 70 variétés d'aliments transformés et déshydratés issus de la cuisine nationale : rouleaux de légumes, nems, veg pulav, idly, moong dal halwa,...
PHOTO/ANI - Les services alimentaires des forces armées ont préparé quelque 70 variétés d'aliments transformés et déshydratés issus de la cuisine nationale : rouleaux de légumes, nems, veg pulav, idly, moong dal halwa,...

Mais Gaganyaan n'a pas été accompagné des fonds économiques nécessaires et ce n'est qu'avec l'arrivée au pouvoir de Narendra Modi en mai 2014 qu'un coup d'accélérateur définitif a été donné au projet, avec lequel New Delhi vise à obtenir la capacité autonome d'emmener des astronautes dans l'espace d'ici 2023.