PUBLICIDAD

Iberdrola

L'intérieur des chambres de torture russes : électrochocs, asphyxie et coups contre le mur

Nous pénétrons dans l'une des chambres de torture utilisées par le Kremlin contre la population civile des villes qu'il occupe dans l'est de l'Ukraine, en compagnie d'un jeune homme qui y a été torturé pendant 46 jours
01_MARIA SENOVILLA_foto portada (1)torturas-ucrania-rusia

PHOTO/MARIA SENOVILLA  -   Une des salles de la chambre de torture russe découverte à Balakliya (Kharkiv) où les détenus pouvaient passer des jours ou des semaines dans des conditions sanitaires déplorables.

Cela fait deux semaines que l'armée ukrainienne a réussi à reprendre 380 villages et villes dans la province de Kharkiv. Tout l'est et le sud. Plus de 2 000 kilomètres carrés de terres. 150 000 personnes qui étaient à nouveau libres dans leur propre pays, l'Ukraine. Et ce sont précisément ces habitants, qui ont enduré six mois d'occupation et de privations russes, qui commencent à témoigner de ce qu'ils ont enduré sous le joug du Kremlin.  

"Ma sœur et son mari ont été détenus pendant 9 jours. Ils ont été battus et ont reçu des chocs électriques, beaucoup de chocs électriques. Ils sont allés les chercher chez eux, et les ont emmenés au poste de police. C'est là qu'ils torturaient les gens. C'est à quelques mètres en bas de la rue, juste après ces deux immeubles d'habitation", explique Inna en désignant quelques blocs plats.  

Le mari d'Inna tient un stand de café sur le marché central de Balakliya, bien qu'ils soient privés d'électricité depuis trois semaines et ne peuvent actuellement vendre que du café instantané, qu'ils mélangent à de l'eau bouillante dans une bouteille thermos. Mais l'électricité n'est pas le moindre des problèmes : il n'y a plus de Russes à Balakliya, et ils ne ressentent que du soulagement. Même s'ils n'ont pas de lumière. 

"Pendant l'occupation, les soldats russes étaient en contact avec la population locale. Ils ne sont pas restés sur la touche. Ils ont gardé les lieux de travail. Ils étaient partout, il n'y avait pas une seule cour où il n'y avait pas un soldat russe. Et il fallait être en bons termes avec eux, car si vous leur parliez mal, ils pouvaient vous arrêter sans raison et vous emmener au poste de police. Et nous savions tous ce qu'ils faisaient là-bas", poursuit-elle. 

La sœur d'Inna, Marina, et son beau-frère, Victor, n'ont pas pu assister à la libération de la ville le 11 septembre. Ils ont dû quitter Balakliya après avoir été torturés. "Je sais que ma sœur était très malade, elle ne pouvait ni dormir ni manger, elle ne pouvait pas sortir dans la rue. Tout me rappelait des souvenirs de cette époque".

02_MARIA SENOVILLA_Artem (1)torturas-ucrania-rusia
PHOTO/MARIA SENOVILLA - Artem, détenu et torturé par des soldats russes pendant 46 jours à Balakliya, regarde dans l'une des pièces où il a été battu et a reçu des chocs électriques. 

Pour quitter la ville, qui était sous occupation, ils devaient d'abord se rendre à Kupiansk, puis à la frontière russe. Ils ont été autorisés à traverser sans problème. Ils ont ensuite continué jusqu'en Lettonie, et de là, ils ont finalement atteint l'Irlande, où ils sont maintenant réfugiés. "Marina va mieux maintenant... avec des médicaments", dit Inna. 

Avec un sac en plastique sur la tête

Les rues de Balakliya reviennent lentement à la vie, même s'il y a beaucoup de besoins. Les gens se pressent autour des voitures transportant l'aide humanitaire de Lozovaya et d'autres villes. Des vivres sont également acheminés par train depuis la capitale, Kharkiv. Les ouvriers ont reconstruit en un temps record les ponts et les sections de chemin de fer qui ont été détruits pendant les 200 jours de combats et de bombardements.  

Mais il faudra beaucoup plus de temps pour reconstruire l'âme des gens et guérir les blessures invisibles laissées par la peur et la guerre psychologique auxquelles les soldats russes les ont soumis. Une terreur que l'on ressent en traversant chacune des pièces du commissariat de Balaklia, utilisé comme chambre de torture par l'armée du Kremlin.

Entrer dans ce lieu est l'une des expériences les plus troublantes que l'on puisse imaginer. Les signes de ce qui s'y est passé pendant plus de six mois sont présents dans chaque coin, et la puanteur est insupportable.  

Il est difficile de croire qu'Artem, 32 ans, a survécu à la torture russe pendant 46 jours d'affilée. Mais avec une force d'âme admirable, il nous guide dans chaque pièce du poste de police de Balakliya et nous explique ce qui s'y est passé. 

03_MARIA SENOVILLA_sacos en la cabeza (1)-torturas-ucrania-rusia
PHOTO/MARIA SENOVILLA - Les sacs en plastique avec lesquels les soldats russes couvraient la tête des citoyens ukrainiens qu'ils torturaient pour qu'ils ne les reconnaissent pas

Il ne sait pas combien de soldats il y avait dans cet endroit, car il était toujours transporté d'une pièce à l'autre avec un sac en plastique sur la tête. "Il y en a peut-être eu 10 ou 100, je ne le saurai jamais", dit-il. Il ne saura jamais non plus pourquoi il a été arrêté ou pourquoi il a été torturé pendant 46 jours. Il n'a aucun lien avec l'armée ukrainienne et n'occupe pas de fonction politique. "Je suis un travailleur ordinaire, j'ai travaillé comme vendeur dans une chaîne de supermarchés vendant des matériaux de construction", dit-il, "et ils ne m'ont jamais dit pourquoi ils me gardaient là".  

Les détenus étaient entassés dans de petites cellules non ventilées au rez-de-chaussée. Ils pouvaient y passer des jours ou des semaines. Ils ne pouvaient pas communiquer avec leurs familles, qui vivaient l'angoisse de ne pas savoir si leurs proches étaient vivants ou morts. En entrant dans les box, l'odeur vous donne une claque dans le visage de la réalité qui vous donne presque le vertige. Personne ne nettoyait les installations, et les détenus étaient obligés de vivre avec la saleté. 

C'est au dernier étage, où se trouvaient les bureaux des policiers, qu'ils étaient interrogés. "Ils entraient dans la cellule et vous mettaient un sac en plastique sur la tête, et vous saviez ce qui allait se passer", raconte Artem. Ce qui allait se passer, c'est que la séance d'électrochocs, d'humiliation et de coups allait commencer. 

"Ils nous ont fait ça à la tête", dit-il en touchant un trou dans le mur d'un des bureaux. Quand on regarde là, on voit qu'il n'y a pas qu'un seul trou, il y en a des dizaines. Les fils utilisés pour délivrer les chocs électriques sont également éparpillés sur le sol. Ainsi que des vêtements, qui ont probablement été arrachés pendant les séances de torture. 

Contrôle complet de la population civile

Jusqu'à présent, dix chambres de torture russes ont été découvertes dans les villes libérées de Kharkiv. Avec Balakliya, la ville d'Izyum est une autre ville qui a connu la terreur de première main. Et où la plupart des preuves ont été trouvées. En plus des chambres de torture, un site d'enterrement collectif a été découvert, ce qui a choqué toute l'Ukraine. 

Dans ce cimetière de fortune d'Izyum - où se trouvaient plusieurs fosses communes, ainsi que des centaines de tombes non identifiées - 447 corps ont été exhumés. Et plus de trente d'entre eux portaient des traces de torture. 

"De nombreux morts n'ont plus de membres, d'autres avaient les mains attachées, des blessures par éclats d'obus, des blessures à la tête et à la poitrine, des organes génitaux mutilés ou castrés, des côtes cassées, des blessures par arme blanche, des blessures par balle pénétrante, et des corps avec des cordes autour du cou ont également été trouvés", a déclaré Sergey Bolvinov, enquêteur en chef de la police de Kharkiv, au cours du week-end. 

L'ONU a déjà déclaré officiellement que la Russie a commis des crimes de guerre en Ukraine, et les témoignages commencent seulement à émerger. Dans tous les villages libérés qu'Atalayar a visités - Izyum, Balakliya, Shechenkove, Martove, Cherkasy... - les mêmes histoires se répètent : abus de pouvoir des soldats russes, pillage des maisons, arrestations en pleine rue, contrôle des passeports et des téléphones portables, et un long etcetera de conditions qui rendaient la vie insupportable. 

L'annexion des territoires occupés

Avec ces preuves sur la table, il est facile d'imaginer la pression psychologique et la peur constante avec lesquelles les Ukrainiens des zones encore occupées par l'armée du Kremlin en Ukraine continuent de vivre aujourd'hui. Des endroits comme Kherson, Zaporiyia, Lugansk et une grande partie de Donetsk, où des référendums sont actuellement organisés pour demander aux citoyens - torturés et effrayés - s'ils veulent être officiellement annexés à la Russie. 

04_MARIA SENOVILLA_cablepara electroshock (1)-torturas-ucrania-rusia
PHOTO/MARIA SENOVILLA - Artem tient dans sa main l'un des fils avec lesquels les soldats russes lui ont administré des décharges électriques pendant les 46 jours où il a été torturé à Balakliya

Les référendums n'ont pas d'observateurs internationaux et le processus n'a été reconnu que par les gouvernements de la Corée du Nord, de la Syrie et des régions séparatistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie, ainsi que par la Russie.

Le président ukrainien, Volodymir Zelensky, a déjà déclaré qu'il ne reconnaîtra pas les résultats comme valides, et d'autres dirigeants internationaux, tels que le dirigeant américain, ont également fait des déclarations à ce sujet. Biden a déclaré que "les États-Unis ne reconnaîtront jamais le territoire ukrainien comme autre chose qu'une partie de l'Ukraine". 

Référendums à la pointe de la Kalachnikov

Le vote a commencé le 23 et se poursuivra jusqu'au 27, mais les vidéos qui circulent sur le web, montrant comment se déroule le processus de vote, laissent sans voix.

Les collaborateurs russes chargés d'organiser les élections vont de maison en maison pour recueillir les votes. Ils le font par deux, l'un portant l'urne en plastique avec les bulletins de vote et l'autre la liste des noms et adresses. Et ils sont escortés à tout moment par deux autres soldats russes - armés jusqu'aux dents - qui observent même comment les Ukrainiens remplissent le bulletin de vote à l'intérieur de leurs maisons, où ils sont surpris par ce comité électoral particulier.

Sur divers canaux Telegram, par lesquels de plus en plus de vidéos et de témoignages sont diffusés, il est également question que certaines personnes ont été visitées jusqu'à deux fois. Et bien qu'ils aient expliqué qu'ils avaient déjà voté, ils ont été contraints de déposer leur vote dans l'urne. Encore une fois. 

05_MARIA SENOVILLA_otra celda (1)torturas-ucrania-rusia
PHOTO/MARIA SENOVILLA - Une cellule du poste de police de Balakliya, que les Russes ont utilisé comme centre de torture pendant l'occupation de cette ville de Kharkiv, en Ukraine

Une scène dantesque qui illustre parfaitement le manque de garanties et de crédibilité de référendums qui n'ont aucune validité, et qui ne visent qu'à fournir de nouveaux arguments au Kremlin, qui va maintenant prétendre que l'Ukraine attaque le territoire russe afin de poursuivre sa campagne de guerre.

Tout comme l'excuse initiale selon laquelle l'Ukraine était envahie pour la "nettoyer des nazis", cette excuse tombera d'elle-même. D'autant plus aujourd'hui, alors que la communauté internationale est plus préoccupée par la crise énergétique et alimentaire que Poutine a déclenchée que par les menaces d'appuyer sur le bouton nucléaire, et que des pays comme la Chine - le plus important partenaire de la Russie - commencent à manifester leur malaise face à la poursuite d'un conflit armé qui met le monde sens dessus dessous.