PUBLICIDAD

Marruecos

L'Irak cherche à limiter l'influence de la Chine dans son secteur pétrolier

Bagdad a opposé son veto à plusieurs accords qui auraient renforcé la présence des entreprises chinoises dans ses infrastructures pétrolières, par crainte d'un éventuel exode des entreprises occidentales du pays
AFP/HUSSEIN FALEN  -   Campo petrolífero de Rumaylah, cerca de la ciudad portuaria de Basora, en el sur de Irak

AFP/HUSSEIN FALEN  -   Champ pétrolifère de Rumaylah, près de la ville portuaire de Bassora, dans le sud de l'Irak.

Alarmisme quant au départ des entreprises occidentales du territoire irakien face à la présence chinoise

L'Irak tente d'empêcher que son secteur pétrolier ne soit monopolisé par la Chine. Le ministère irakien du Pétrole a opposé son veto à trois accords commerciaux qui auraient permis de transférer une grande partie de son infrastructure pétrolière des mains des Occidentaux à celles des Chinois.

Bagdad craint un contrôle excessif des entreprises d'État chinoises, qui opèrent déjà dans le pays, ainsi qu'un exode massif des entreprises occidentales dans un contexte de crise économique. "Nous ne voulons pas que le secteur énergétique irakien soit étiqueté comme un secteur énergétique dirigé par la Chine", a déclaré un responsable local à Reuters.

Lukoil, la principale compagnie pétrolière privée de Russie, et l'entreprise américaine Exxon Mobil se sont montrées intéressées par le transfert de leurs actifs dans le pays à plusieurs entreprises d'État chinoises. La société russe a été en contact avec Sinopec pour vendre sa participation dans le champ pétrolier West Qurna 2, tandis qu'Exxon Mobil a cherché à faire de même avec sa participation dans West Qurna 1, en signant un accord avec China National Offshore Oil Corporation et PetroChina. 

PHOTO/REUTERS - El logo de la compañía Sinopec Corp. de China
PHOTO/REUTERS - Le logo de la société chinoise Sinopec Corp.

Alors que Bagdad a réussi à éviter la première transaction en offrant de meilleures conditions à Lukoil, Exxon Mobil a voulu poursuivre la vente et a demandé une procédure d'arbitrage devant la Chambre de commerce internationale.

Incapable de convaincre la société de rester dans le pays, Bagdad a d'abord essayé de trouver un remplaçant auprès des États-Unis. "Quand Exxon Mobil partira, nous n'accepterons pas de remplacement autre qu'une autre société américaine", avait alors déclaré le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi. Lorsque ces tentatives ont échoué, la compagnie pétrolière nationale irakienne, propriété de l'État, a annoncé qu'elle prendrait une participation.  

AP/KHALID MOHAMMED  -   Mustafa al-Kadhimi, primer ministro iraquí
AP/KHALID MOHAMMED - Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi

La société britannique BP aurait également été intéressée par le transfert de ses actifs du champ pétrolifère de Rumaila à une société d'État chinoise, mais les autorités irakiennes auraient réussi à la convaincre de faire marche arrière. D'autres sociétés occidentales ont déjà quitté l'Irak, notamment la société américaine Occidental Petroleum et la société britannique Shell. 

Perte d'attractivité et crise économique 

L'Irak, qui possède les cinquièmes plus grandes réserves de pétrole au monde selon la CIA, est un pays fortement dépendant du pétrole. Jusqu'à 96 % de ses exportations, 92 % du budget de l'État et 43 % de son produit intérieur brut dépendent de ce secteur, selon les données de la Banque mondiale.

Depuis l'invasion américaine en 2003, plusieurs entreprises occidentales ont investi massivement dans l'industrie pétrolière irakienne, mais, depuis quelques années, elles semblent se désintéresser et chercher à quitter le pays

AFP/HAIDAR MOHAMMED  -   Refinería de petróleo en Irak
AFP/HAIDAR MOHAMMED - Raffinerie de pétrole en Irak

Néanmoins, Bagdad a besoin d'investissements étrangers pour stimuler la reconstruction du pays après la guerre dévastatrice contre le Daesh. Cette situation est rendue d'autant plus urgente par les conséquences de la pandémie de COVID-19, qui a mis à rude épreuve l'économie irakienne en raison de la baisse des prix du pétrole brut sur les marchés internationaux, entraînant une contraction du PIB allant jusqu'à 10,4 %, selon la Banque mondiale.

Cependant, l'abandon du pays par les grandes compagnies énergétiques occidentales menace de réduire l'accès de Bagdad aux technologies et aux capitaux étrangers, et donc de réduire la production de pétrole.

Selon Ihsan al-Attar, un responsable du ministère du Pétrole, cet exode est lié à la dégradation du climat d'investissement dans le sud et l'est du pays, exacerbée par une réaction sociale des Irakiens, qui accusent ces entreprises de "colonialisme". Selon ce fonctionnaire, les entreprises chinoises ont profité de ce vide pour accroître leur présence

PHOTO/REUTERS - Tanques de petróleo en la Corporación Nacional de Petróleo de China (CNPC) de Dalian Petrochemical Corp en Dalian, provincia de Liaoning, China
PHOTO/REUTERS - Réservoirs de pétrole à la China National Petroleum Corporation (CNPC) de Dalian Petrochemical Corp à Dalian, province de Liaoning, Chine.

Le climat actuel d'impasse politique en Irak, avec un nouveau gouvernement qui n'est pas encore en place après les élections d'octobre 2021, ne contribue pas à rétablir la confiance des investisseurs.

Cette absence d'accord est aggravée par l'ingérence d'acteurs extérieurs, notamment l'Iran, qui cherche à faire pencher la balance politique du pays en sa faveur, en utilisant les Forces de mobilisation populaire, une coalition de milices principalement chiites alliées au pays perse. Les dernières ont récemment été accusées de mener des attaques contre les infrastructures pétrolières du Kurdistan, une région où se trouvent jusqu'à un tiers des réserves pétrolières totales de l'Irak, perpétuant le problème de la méfiance croissante des investisseurs. 

AP/HADI MIZBAN  -   Los miembros de las Fuerzas de Movilización Popular Iraquíes desfilan durante una marcha del Día de Quds en Bagdad, Irak, el viernes 1 de julio de 2016
AP/HADI MIZBAN - Des membres des forces de mobilisation du peuple irakien défilent lors d'une marche pour la journée de Quds à Bagdad, en Irak, vendredi 1er juillet 2016.
La ruée vers l'or noir en Chine 

De son côté, la Chine est devenue le premier importateur mondial de pétrole et de gaz naturel, afin d'alimenter une économie qui n'a cessé de croître à un rythme vertigineux depuis que Deng Xiaoping a lancé en 1978 la "réforme et l'ouverture", par laquelle le Parti communiste chinois (PCC) a laissé derrière lui l'autarcie de la période maoïste et s'est ouvert à l'économie mondiale.

En ce sens, en 2021, la Chine a importé 10,26 millions de barils de pétrole par jour, soit près de 25 % de toutes les importations de pétrole brut dans le monde, une demande immense à laquelle l'Empire céleste a tenté de répondre en établissant des relations énergétiques avec le plus grand nombre possible de pays producteurs.    

PHOTO/FILE - Xi Jinping, presidente de China
PHOTO/FILE - Xi Jinping, président de la Chine

Depuis 1993, date à laquelle la Chine est devenue un importateur net de pétrole, Pékin a encouragé l'expansion de ses entreprises publiques dans les industries pétrolières des pays en développement. Cette tendance s'est accélérée depuis 1999, lorsque le président de l'époque, Jiang Zemin, a annoncé la politique "go out/go global", par laquelle le PCC encourageait les investissements étrangers de ses entreprises, dans le but de garantir l'approvisionnement énergétique du pays.

Ici, l'Irak, deuxième producteur de pétrole de l'OPEP, s'est positionné comme l'un des principaux bénéficiaires. Après la chute de Saddam Hussein en 2003, les entreprises d'État chinoises ont commencé à investir massivement dans le secteur et Bagdad s'est rapidement positionné comme l'un de ses principaux partenaires énergétiques. 

AP/ANDY WONG - Un hombre camina junto a una valla publicitaria de propaganda gubernamental que promueve la firma del presidente chino Xi Jinping "One Belt One Road" fuera de una estación de metro en Beijing
AP/ANDY WONG - Un homme passe devant un panneau de propagande gouvernementale promouvant la signature du président chinois Xi Jinping "One Belt One Road" à l'extérieur d'une station de métro à Pékin.

Aujourd'hui, le pays arabe est le troisième exportateur de pétrole brut vers le géant asiatique, auquel il envoie jusqu'à 30 % de ses exportations totales de pétrole brut, et l'Empire céleste est déjà son premier partenaire commercial. Même la montée en puissance de l'État islamique en Irak n'a pas mis fin à cette relation, la Chine ayant importé jusqu'à la moitié du pétrole brut extrait dans le pays aux pires moments de l'insurrection.

Ce lien s'est accéléré en 2019 avec la signature d'un protocole d'accord par lequel l'Irak a rejoint l'initiative " la Ceinture et la Route " (BRI), plus connue sous le nom de " nouvelle Route de la soie ", que le premier ministre irakien de l'époque, Adel Abdul Mahdi, a décrit comme un " saut quantique " dans les relations sino-irakiennes. "Je demanderai aux entreprises chinoises de contribuer et de travailler vigoureusement et efficacement à la renaissance et à la reconstruction de l'Irak", avait alors déclaré le premier ministre irakien. 

AFP/AFP - Mapa que muestra la Nueva Ruta de la Seda, un enorme proyecto chino de infraestructuras de carreteras, ferrocarriles y barcos
AFP/AFP - Carte montrant la Nouvelle route de la soie, un vaste projet chinois d'infrastructure routière, ferroviaire et maritime.

La BRI est le projet phare du président chinois Xi Jinping. Annoncé en 2013, la BRI a pour principal objectif de construire des infrastructures pour améliorer les connexions de la Chine avec le reste du monde, en se concentrant sur des projets liés à l'énergie, à la construction d'infrastructures et aux transports. Dans ce cas, Pékin conclut des accords bilatéraux avec les pays intéressés et finance généralement les projets au moyen de prêts concessionnels.

D'ici 2021, selon un rapport de l'université Fudan, Bagdad aurait reçu jusqu'à 10,5 milliards de dollars en contrats de construction liés à la BRI, ce qui en ferait le plus grand bénéficiaire au monde. Sur ce montant, jusqu'à 6,4 milliards de dollars seraient destinés au secteur pétrolier et 1,8 milliard de dollars au secteur gazier, ce qui fait du pays arabe le plus grand bénéficiaire d'investissements énergétiques de la part de la BRI en 2021, et le troisième pour la période comprise entre 2013 et 2021, derrière le Pakistan et la Russie. 

PHOTO/REUTERS - Un trabajador comprueba y ajusta la válvula de un oleoducto en el campo petrolífero de Majnoon, cerca de Basora, Irak, el 27 de marzo de 2022
PHOTO/REUTERS - Un ouvrier vérifie et ajuste la vanne d'un oléoduc dans le champ pétrolier de Majnoon, près de Bassorah, en Irak, le 27 mars 2022.

Et Pékin cherche à accroître encore sa présence, comme le montrent les tentatives de ses entreprises publiques d'acquérir des actifs détenus par des Occidentaux dans le pays, ainsi que son enthousiasme à participer aux marchés publics irakiens. 

Les limites de la présence de la Chine en Irak 

Mais ce grand bond en avant de la présence chinoise a également généré des frictions. Pékin a été accusé par ses rivaux de s'engager dans la "diplomatie du piège de la dette", qui consiste à utiliser sa puissance économique pour accorder des prêts aux pays en développement qui ne peuvent pas rembourser, puis à utiliser leur dette pour obtenir des concessions.

En ce sens, pour Kirk Sowell, analyste des risques spécialisé dans l'Irak, "la préoccupation des critiques irakiens des accords avec la Chine est la quantité de pétrole qui est hypothéquée pour payer les investissements chinois, une question à laquelle nous ne connaissons pas la réponse". Cela s'est déjà produit avec d'autres pays producteurs de pétrole en développement tels que le Venezuela et l'Angola, qui ont dû financer leurs dettes envers la Chine par des expéditions directes de pétrole brut.  

REUTERS/DANIEL LEAL - El primer ministro del gobierno regional del Kurdistán iraquí, Masrour Barzani
REUTERS/DANIEL LEAL - Premier ministre du gouvernement régional du Kurdistan irakien Masrour Barzani

C'est dans ce contexte que Bagdad tenterait de limiter la croissance des actifs de son industrie pétrolière aux mains des Chinois. Toutefois, compte tenu de la dépendance de l'Irak à l'égard de ce secteur, de la puissance économique de la Chine et du retrait des entreprises occidentales, cette stratégie pourrait courir le risque d'aligner le géant asiatique sans réussir à maintenir dans le pays des entreprises occidentales de moins en moins intéressées.