PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Irak se prépare à recevoir le pape au milieu de COVID, de roquettes et de manifestations

Le pape s'envole pour l'Irak vendredi pour sauver les chrétiens et sceller le pacte avec les musulmans chiites
Pancarta de bienvenida al Papa Francisco, colgada en la pared de la iglesia católica caldea de San José, en la capital Bagdad, el 26 de febrero de 2021 AFP/ AHMAD AL-RUBAYE

AHMAD AL-RUBAYE  -   Une bannière accueillant le pape François est accrochée sur le mur de l'église catholique chaldéenne Saint-Joseph à Bagdad, la capitale, le 26 février 2021.

Deuxième vague de COVID-19, nouveau confinement, tirs de fusée et infrastructures en ruine. En Irak, la visite du pape est un événement historique, mais aussi un casse-tête logistique.

Le pape François se rend en Irak, le premier voyage d'un pontife dans ce pays et le onzième dans une nation musulmane, une visite qui s'inscrit dans le cadre de son travail de construction de ponts avec l'Islam ; un bref voyage de quatre jours seulement qui permettra de reprendre l'agence internationale du leader de l'église catholique après plus d'un an d'enfermement en raison de la pandémie. 

De nombreuses équipes de sécurité du Vatican ont été déployées en Irak, théâtre d'intenses tensions géopolitiques, pour organiser la sécurité. Des commissions provinciales ont été chargées de sécuriser le circuit du pape.

Un mural del Papa Francisco se ve en la pared de una iglesia en su próxima visita a Irak, en Bagdad, Irak AFP/ AHMAD AL-RUBAYE
AFP/ AHMAD AL-RUBAYE-Une peinture murale du pape François est visible sur un mur d'église lors de sa prochaine visite en Irak, à Bagdad, en Irak.

Vendredi matin, l'avion papal atterrira à Bagdad avec environ 150 personnes à bord, dont la moitié sont des journalistes.

Le pape tendra une nouvelle fois la main à l'Islam dans ce pays, l'un des berceaux du christianisme saigné par les guerres et encore marqué par l'irruption du groupe djihadiste Daech ; le pape François rencontrera - et c'est aussi une première en soi - la plus haute autorité religieuse d'une partie du monde chiite, l'ayatollah Ali Sistani à Nadjaf, au sud de Bagdad.

La visite à Najaf, la ville sainte des chiites, aura lieu le 6 mars et la rencontre avec Al-Sistani sera privée, car la presse voyageant avec Francis ne l'accompagnera pas.

Fieles cristianos asisten a un servicio de oración del sábado en la Iglesia Católica Siríaca de la Inmaculada Concepción (al-Tahira-l-Kubra), en la ciudad iraquí de Qaraqosh, AFP/ZAID AL-OBEIDI
AFP/ZAID AL-OBEIDI -Fieles cristianos asisten a un servicio de oración del sábado en la Iglesia Católica Siríaca de la Inmaculada Concepción (al-Tahira-l-Kubra), en la ciudad iraquí de Qaraqosh,

En plus d'être un pilier important dans les relations entre les deux religions, renforcé par les voyages et les rencontres de Francis, la rencontre avec Al-Sistani contribuera à rétablir la confiance entre musulmans et chrétiens en Irak, rompue après l'invasion des terroristes de Daech en 2014.

Bien que le chef chiite ne reçoive pas de chefs d'Etat, ne pas rencontrer François, lors de la première visite d'un pontife en Irak, aurait eu une lecture très négative des relations avec les chiites, majoritaires en Irak et aussi en Iran.

À Bagdad, la deuxième capitale la plus peuplée du monde arabe, avec quelque 10 millions d'habitants, l'excitation est encore palpable. Les cloches des églises sont polies, les affiches des politiciens sont enlevées et remplacées par des messages de bienvenue au pontife argentin.

: Distribución geográfica de los cristianos en determinados países de Oriente Medio y porcentaje de la población de cada país que representan en la región AFP/AFP
AFP/AFP-La répartition géographique des chrétiens dans certains pays du Moyen-Orient et le pourcentage de la population de chaque pays qu'ils représentent dans la région

Mais l'euphorie générale et les préparatifs sont difficiles à oublier dans un contexte explosif et un voyage aux ambitions débordantes. Ce n'est pas la première fois qu'un pape aspire à se rendre en Irak. Jean-Paul II avait l'intention de se rendre dans le cadre de son pèlerinage au berceau de la foi en 2000, mais les problèmes de sécurité et Saddam Hussein ont anéanti au dernier moment les espoirs de Jean-Paul II, qui avait l'intention de s'y rendre en pèlerinage.

Dix-neuf ans plus tard, le patriarche de l'Église chaldéenne en Irak, Louis Sako, a obtenu du président irakien Barham Saleh une invitation officielle adressée au pape à venir "guérir" le pays de la violence.

Vista de la ciudad cristiana de Qaraqosh, Irak PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS-Vue de la ville chrétienne de Qaraqosh, en Irak

COVID-19 a retardé le voyage, mais ni le confinement imposé pour la durée de la visite en raison d'un pic de contamination, ni l'annonce que l'ambassadeur du Vatican à Bagdad a été testé positif au coronavirus n'ont changé le programme. Sauf que le pape sera privé d'un tour.

Dans trois jours, le pape François doit parcourir plus de 1 445 kilomètres en avion, ce qui signifie concrètement, dans un pays comme l'Irak, que son hélicoptère ou son avion survolera parfois des zones où se cachent encore les djihadistes de Daech.

Au cours de sa visite de trois jours, le pape argentin de 84 ans rendra visite à une minorité chrétienne diversifiée mais de plus en plus réduite, au sein d'une population de 40 millions d'Irakiens aux prises avec 40 ans de guerre et de crise économique.

Le programme papal est aussi ambitieux que ce voyage est historique : jusqu'à lundi, il visitera une cathédrale déchirée par une prise d'otages de 2010 à Bagdad, la ville d'Ur, le désert du sud, Najaf et les églises ravagées par l'État islamique à Mossoul (nord).

Cartel que muestra al Papa Francisco y al Gran Ayatolá Ali al-Sistani, con un texto en árabe que dice: "Ustedes son parte de nosotros y nosotros somos parte de ustedes” AP/KHALID MOHAMMED
AP/KHALID MOHAMMED-Affiche montrant le pape François et le grand ayatollah Ali al-Sistani, avec un texte en arabe qui dit : "Vous faites partie de nous et nous faisons partie de vous".

Quant à la fameuse "popemobile", la voiture semi-ouverte dans laquelle le pape peut circuler derrière des vitres blindées, elle ne fera a priori pas partie du voyage.

Tout au long du parcours, des messages de bienvenue et des appels à la coexistence ont été affichés. Des routes ont été pavées, des barrières de sécurité ont été installées et des travaux de rénovation ont été effectués dans des zones qui n'avaient jamais été au programme de la visite officielle.

La communauté chrétienne d'Irak est l'une des plus anciennes et des plus diverses, comprenant les communautés chaldéenne-catholique, arménienne orthodoxe et protestante.

: Folletos del Papa Francisco en una tienda de Arbil, la capital de la región autónoma kurda del norte de Irak AFP/ SAFIN HAMED
AFP/ SAFIN HAMED -Le pape François distribue des tracts dans une boutique à Arbil, la capitale de la région autonome kurde du nord de l'Irak.

Sous la dictature de Saddam Hussein (1979-2003), les chrétiens étaient environ 1,5 million, soit 6 % des Irakiens. Aujourd'hui, avec un maximum de 400 000 membres, ils ne représentent que 1% de la population, selon William Warda de Hammurabi, une ONG locale de défense des minorités.

Avant l'exil, la plupart des chrétiens se trouvaient dans la province de Ninive, dont la capitale est Mossoul. Là, les vitrines des magasins et les livres de prières apparaissent en araméen moderne. Dans la province de Zi Qar, où le pape se rendra samedi à l'ancienne Ur, où, selon la tradition, le patriarche Abraham est né.

Un miembro de las fuerzas iraquíes junto a un cartel con la imagen del Papa Francisco en la iglesia católica siríaca de Nuestra Señora de la Liberación en el distrito de Karrada AFP/SABAN ARAR
AFP/SABAN ARAR-Un membre des forces irakiennes à côté d'une affiche avec l'image du pape François à l'église syriaque catholique de Notre-Dame de la Délivrance dans le district de Karrada.

C'est dans cette même province de Zi Qar que les habitants, qui ont mené la "révolution d'octobre" contre le gouvernement en 2019, ont repris leurs manifestations ces dernières semaines. Six manifestants ont été tués et la colère du peuple était à son comble avant la visite du Pape, qui avait condamné par le passé la répression de la révolte.

Après Ur, le pape s'adressera au monde depuis Mossoul, symbole des atrocités commises par l'État islamique entre 2014 et 2017, et se rendra à Qaraqoch, une ville chrétienne située plus au sud, où des religieuses perchées sur les toits des églises repeignent des croix pour accueillir le pontife.

Mais le jeu en vaut la chandelle. "Quel fonctionnaire étranger pourra désormais refuser de venir en Irak si le pape l'a fait ?"
La guerre a coûté des centaines de milliers de vies humaines au cours de la dernière décennie au Moyen-Orient. Mais pas seulement. Elle a également pulvérisé un patrimoine historique séculaire d'une valeur incalculable. L'Irak, la Syrie, le Yémen et la Libye ont subi une dévastation urbaine sans précédent. Monuments uniques au monde, sculptures, musées, palais et centres historiques uniques sont aujourd'hui une montagne de décombres, victimes de la déraison et de la brutalité. Il est tout simplement impossible de quantifier les dommages causés dans des centaines de villes.