PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Iran attaque le Kurdistan irakien pour détourner l'attention des manifestations de Mahsa Amini

Les travailleurs du secteur pétrolier iranien menacent de se mettre en grève si la répression des manifestants par les forces de sécurité se poursuit, alors que 76 personnes ont déjà trouvé la mort
raisi-iran

PHOTO/IRANIAN GOVERNMENT  -   Le président iranien Ebrahim Raisi apparaît devant les médias nationaux et internationaux à l'occasion du premier anniversaire de son entrée en fonction

Essayer de détourner l'attention du meurtre de Mahsa Amini. Cela semble être la nouvelle stratégie du régime iranien face aux manifestations qui secouent toute la République islamique et qui ont reçu le soutien des puissances occidentales. Maintenant, le régime d'Ebrahim Raisi a l'intention de contrôler l'agenda en attaquant le Kurdistan irakien.

À ce jour, selon le ministère de la Santé du Kurdistan irakien, au moins cinq personnes ont été tuées et une trentaine d'autres blessées dans des bombardements de drones et de missiles attribués à l'Iran dans la région kurde d'Irak pour avoir soutenu les protestations dans le pays perse à propos de la mort de Mahsa Amini, cette femme de 22 ans qui avait été arrêtée pour avoir mal porté le voile.

Les Gardiens de la révolution iraniens ont lancé cette série d'attaques dans les provinces d'Erbil et de Souleimaniya contre ce que Téhéran a décrit comme des bases séparatistes kurdes iraniennes dans le nord de l'Irak. "Les positions des partis kurdes iraniens, dont le Parti démocratique kurde et le Parti de la libération du Kurdistan, ont été visées par des bombardements de drones et de missiles", a déclaré une source militaire à Efe.

 

Le régime iranien lui-même a affirmé avoir attaqué les "quartiers généraux de rassemblement, les centres d'entraînement et les centres opérationnels des groupes terroristes basés dans la région du Kurdistan en Irak, en utilisant des armes intelligentes et précises".

L'opposition au régime iranien provient de diverses minorités : azéris, baloutches et même farsiphones à Téhéran même. Mais c'est le Kurdistan qui est la région choisie pour lancer ces attaques, car c'est précisément là qu'ont commencé les protestations contre la mort de Masha Amini, sous le slogan "femme, vie, liberté". Un cri de ralliement qui s'est répandu dans tout l'Iran et dans une partie du monde arabe.

protestas-iran
AFP/MONA HOOBEHFEKR - Les manifestations dirigées par des femmes se sont étendues et intensifiées dans différentes parties du pays au cri de "justice, liberté et pas de hijab obligatoire"

Les autorités iraniennes insistent sur le fait que les manifestations sont incitées par "l'ennemi étranger" avec l'intervention d'ambassades et de services de renseignement d'autres pays.

Cependant, la situation interne en Iran causée par les manifestations, qui durent maintenant depuis 12 nuits et se sont étendues à plus de 80 villes, ne semble pas s'apaiser. Les travailleurs du secteur pétrolier menacent désormais de se mettre en grève si la répression du gouvernement à l'encontre des manifestants se poursuit. Une décision qui pourrait paralyser l'économie de la République islamique, qui dépend presque entièrement des revenus des hydrocarbures.

"Nous soutenons les luttes du peuple contre la violence organisée et quotidienne contre les femmes et contre la pauvreté et l'enfer qui dominent la société", a annoncé le Conseil d'organisation des travailleurs contractuels du pétrole.

iran-protestas-mujeres
PHOTO/FILE - Des protestations éclatent suite à la mort de la jeune Mahsa Amini

Dans ce contexte de répression par les autorités iraniennes, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé le président iranien Ebrahim Raisi à ne pas faire usage d'une "force disproportionnée" contre les manifestants descendus dans la rue après la mort d'une jeune femme détenue par la police des mœurs. Guterres a également demandé une " enquête rapide, impartiale et efficace " sur la mort de Mahsa Amini.

Depuis que les protestations ont éclaté à la suite du meurtre de la jeune femme kurde, 76 personnes ont été tuées en Iran par les forces de sécurité, selon Iran Human Rights. Pour sa part, Téhéran a reconnu jusqu'à présent que les troubles ont fait 41 morts et 1 186 arrestations.