L'Iran, au bord de l'armement nucléaire

Seul un retour effectif à la table des négociations à Vienne permettrait de freiner le programme nucléaire iranien
Técnicos de la Organización de Energía Atómica de Irán en una sala de control en la Instalación de Conversión de Uranio en Isfahan, Irán

PHOTO / REUTERS  -   Des techniciens de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique dans une salle de contrôle de l'installation de conversion de l'uranium à Isfahan, en Iran

Trente jours. C'est le délai estimé par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans lequel l'Iran aurait obtenu le matériel nécessaire pour alimenter une arme nucléaire, selon le New York Times. Le groupe indépendant des Nations unies, composé d'experts scientifiques et nucléaires, a informé les États membres de cette découverte de manière confidentielle tout en maintenant le contact avec Téhéran pour reprendre la table des négociations à Vienne.

La capitale autrichienne accueille depuis mai le dialogue pour la reprise du plan d'action global conjoint (JCPOA) signé en 2015. Un accord a été conclu entre l'Iran et le P5+1, composé des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Chine, France, Russie, Royaume-Uni et États-Unis) plus l'Allemagne, auquel l'Union européenne a également participé.

Les termes de l'accord obligeaient Téhéran à démanteler complètement son programme nucléaire et à fournir des garanties de respect total de l'accord. L'Iran devait expédier 97 % de ses combustibles hors du pays, limiter la production d'uranium enrichi et de plutonium, et autoriser des inspections régulières des installations de Fordow, Natanz et Arak. En contrepartie, la communauté internationale assouplirait le régime de sanctions qui a grevé l'économie perse à hauteur de 100 milliards de dollars entre 2012 et 2014.

El secretario general adjunto del Servicio Europeo de Acción Exterior (SEAE), Enrique Mora, y el adjunto iraní del Ministerio de Asuntos Exteriores, Abbas Araghchi, en el inicio de una reunión de la Comisión Conjunta del JCPOA en Viena
Délégation de l'UE à Vienne via REUTERS  -  Enrique Mora, secrétaire général adjoint du Service européen d'action extérieure (SEAE), et Abbas Araghchi, adjoint au ministère iranien des affaires étrangères, au début d'une réunion de la commission mixte du JCPOA à Vienne

Selon les experts, l'accord aurait gelé la production nucléaire iranienne pendant au moins les dix prochaines années, car bon nombre des restrictions définies par le JCPOA avaient une date d'expiration. Cependant, le retrait unilatéral de l'ancien président Trump a stoppé tout progrès et a incité Téhéran à relancer son programme nucléaire. Les États-Unis ont rétabli les sanctions et l'Iran a continué à enrichir de l'uranium au-delà des niveaux autorisés, avec une pureté de près de 60 %.

Trois ans plus tard, le programme nucléaire iranien n'a jamais été aussi près d'atteindre ses objectifs. En plus de l'estimation de l'OEIA, les informations des services de renseignement américains indiquent que, dans le pire des cas, il faudra "quelques mois" à la République islamique pour acquérir une capacité de combustible suffisante pour produire une ogive nucléaire.

L'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche a ouvert un nouveau chapitre. Le démocrate, vice-président d'Obama lors de la signature du JCPOA, s'est engagé à rétablir l'accord nucléaire et a convoqué la table de dialogue. Depuis mai, l'administration Biden travaille avec les organisations internationales et ses partenaires pour sauver les termes de l'accord et endiguer la menace nucléaire iranienne. En juin, la reprise de l'accord semblait proche jusqu'à ce que la figure d'Ebrahim Raisi apparaisse.

Presidente Ebrahim Raisí
PHOTO/ Majid Asgaripour/WANA via REUTERS  -  Le président iranien Ebrahim Raisi lors d'une conférence de presse à Téhéran

Les élections iraniennes ont vu l'ancien chef du pouvoir judiciaire remplacer le réformateur Hassan Rohani, personnage clé lors de la signature de l'accord nucléaire. Le partisan de la ligne dure, M. Raisi, a rejeté catégoriquement ces conditions et a quitté la table des négociations tout en resserrant l'étau en faisant avancer la feuille de route nucléaire. Avant de signer à nouveau l'accord, le régime de Téhéran exige la levée "totale" des sanctions, tandis que Washington et ses partenaires demandent des preuves du respect actif de l'accord.

Dans ce sens, l'AIEA a souligné les multiples obstacles imposés par l'Iran lorsqu'il s'agit de surveiller les images de l'intérieur des installations et d'enquêter sur ses activités. Le directeur de l'organisation, Rafael Grossi, s'est rendu à Téhéran pour désamorcer la situation et est revenu avec une victoire partielle : le régime perse avait accepté d'installer de nouvelles cartes mémoire dans les caméras de surveillance des usines pour enregistrer les derniers mouvements.

Quelques jours auparavant, les États-Unis avaient menacé de classer l'affaire. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a reconnu que les progrès de l'Iran avaient été si rapides que l'accord de 2015 n'avait plus de sens. "Je ne vais pas mettre une date, mais nous approchons du point où un retour strict au respect de l'ancien accord ne reproduit pas les avantages que cet accord a permis d'obtenir."

Rafael Grossi
PHOTO/ WANA via REUTERS  -  Le directeur de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Mohammad Eslami, et le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, assistent à une conférence de presse à Téhéran, en Iran, le 12 septembre 2021

Les prochaines semaines promettent d'être déterminantes. L'Iran traverse une crise économique urgente marquée par les ravages du COVID-19 et l'impact des sanctions. Le pays connaît une hausse inflationniste de 45 % et la société iranienne en souffre. Cette situation déstabilise le régime, qui a déjà connu des manifestations dans plusieurs régions du pays et qui cherchera à atténuer les restrictions économiques en donnant le feu vert à l'accord. Mais pas avant d'avoir amélioré autant que possible sa situation de faiblesse