L'Iran demande aux États-Unis d'identifier la levée des sanctions pour sortir de l'impasse de l'accord nucléaire

Les négociations à Vienne se poursuivent, se concentrant désormais sur les étapes clés et complexes nécessaires à la levée des sanctions contre l'Iran
Atalayar_Philippe Errera, Director General de Asuntos Políticos y de Seguridad de Francia

AFP/ JOE KLAMAR  -   Philippe Errera, directeur général français des affaires politiques et de sécurité, quitte la réunion au "Grand Hotel Wien" pour les négociations nucléaires à huis clos avec l'Iran, à Vienne, le 15 avril 2021

Les négociateurs à Vienne sur l'accord nucléaire iranien, qu'ils soient occidentaux ou iraniens, s'accordent à dire que le déroulement des pourparlers sera loin d'être facile, ce qui a été confirmé par de nombreuses déclarations de certains participants. Les États-Unis doivent indiquer explicitement quelles sanctions ils sont prêts à lever pour débloquer les pourparlers et relancer l'accord nucléaire de 2015 qui a été mis à mal, a déclaré jeudi le négociateur en chef de l'Iran, alors que la diplomatie peine à surmonter de profondes divergences après trois séries de réunions en un peu plus d'une semaine.

En réponse, l'Iran déclarera les mesures qu'il est prêt à prendre pour réduire son activité nucléaire, a déclaré le vice-ministre des affaires étrangères Abbas Arachi en marge du dernier cycle de négociations avec les puissances mondiales à Vienne. "Ils doivent lever" les sanctions à notre encontre, a déclaré Arachi à Press TV. "Sans la liste, je ne pense pas que nous puissions faire des progrès."

Atalayar_El embajador de la Misión Permanente de la República Popular China ante las Naciones Unidas, Wang Qun
AFP/ JOE KLAMAR - L'ambassadeur de la Mission permanente de la République populaire de Chine auprès des Nations Unies, Wang Qun (L), quitte sa réunion au "Grand Hotel Wien" pour les négociations nucléaires à huis clos avec l'Iran, à Vienne, le 15 avril 2021

Le négociateur nucléaire en chef, Abbas Arachi, a indiqué que "de nombreuses difficultés attendent ces discussions." Il a également ajouté dans une interview à la presse : "Tout le monde est d'accord sur la nécessité d'un travail sérieux et pratique pour préparer une liste de sanctions que les États-Unis devraient lever et de mesures que l'Iran devrait prendre."

Les réunions du comité technique devraient se terminer vendredi, a annoncé Mikhail Ulyanov, représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne (bien qu'aucune confirmation officielle n'ait été émise). L'ambassadeur russe a également ajouté qu'une réunion se tiendra aujourd'hui entre les chefs des délégations des pays présents plus une avec la délégation américaine (sans l'Iran).

Atalayar_Joe Biden
AFP/ JIM WATSON - Le président américain Joe Biden

Les réunions ont été composées par le Haut Représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, le Secrétaire général adjoint du Service d'action extérieure de l'UE, le diplomate espagnol, Enrique Mora et seront suivies par des représentants de la Chine, de la France, de l'Allemagne, de la Russie, du Royaume-Uni et de l'Iran. Le bloc européen joue un rôle clé de médiateur, dans le but de préserver un accord qu'il considère comme fondamental pour la stabilité et la sécurité mondiales. A Vienne, le travail politique est coordonné par Mora, qui a intensifié ces derniers jours les contacts avec toutes les parties à l'accord, ainsi qu'avec Washington.

Lorsque les États-Unis ont signé l'accord initial en 2015, ils ont fait une distinction essentielle entre la levée des sanctions préexistantes dans le domaine nucléaire et les autres sanctions qu'ils maintiendraient en relation avec les actions iraniennes liées au terrorisme, au programme de missiles balistiques, aux droits de l'homme et aux violations ou crimes cybernétiques.

Atalayar_Planta de Natanz
AP/ Planet Labs via AP - L'installation nucléaire iranienne de Natanz, le mercredi 14 avril 2021

La position de Washington est devenue claire, d'une part, en adhérant à certaines des sanctions imposées par l'ancien président Donald Trump. Cependant, celles-ci n'ont rien à voir avec les armes nucléaires et ne seront donc pas levées au cours de ces négociations. Il convient de mentionner à titre d'exemple que l'administration américaine précédente a imposé des sanctions aux infiltrateurs et pirates informatiques soutenus par l'Iran en septembre dernier, ainsi qu'à trois juges et trois directeurs adjoints de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique impliqués dans le programme de missiles balistiques.

L'étape qui a encore compliqué la situation et exacerbé la difficulté de lever certaines sanctions est peut-être la confusion héritée de l'administration Trump, qui a mélangé le nucléaire et le non-nucléaire en changeant leur nom ou en décrivant nombre de ces sanctions liées au nucléaire comme étant liées au terrorisme. Ensuite, l'ancien président a imposé des sanctions non seulement aux Gardiens de la révolution, mais aussi à la Banque centrale, au ministère du Pétrole et à la Compagnie nationale iranienne du pétrole. Quant à la raison ou au motif qui a poussé Trump dans cette direction, il a affirmé que ces institutions transféraient des fonds au Hezbollah, à des milices et à d'autres organisations armées similaires.

Atalayar_proceso enriquecimiento uranio
AFP/AFP - Le processus d'enrichissement de l'uranium à l'aide d'une centrifugeuse

Il ne s'agit là que de la partie émergée de l'iceberg des pénalités complexes en cours de négociation, dont le nombre s'élève à 1 500 et qui doivent encore être étudiées et classées. Par conséquent, l'établissement d'une liste commune de sanctions post-2016 que les deux parties considèrent comme liées aux activités nucléaires est complexe et implique un long chemin de discussions diplomatiques et techniques.

La décision prise ces jours-ci par l'Iran d'augmenter l'enrichissement de l'uranium n'est qu'une mesure de pression supplémentaire pour accélérer les négociations et inciter les États-Unis à faire le premier pas en levant les sanctions imposées au pays perse. Alors que les pourparlers se poursuivent, la situation au Moyen-Orient se complique, notamment en ce qui concerne les relations entre Israël et l'Iran, qui deviennent de plus en plus tendues, perpétrant des attaques continues comme celle de la centrale de Natanz ou la dernière contre un navire israélien que l'État hébreu attribue à la République islamique.