L'Iran et les États-Unis exposent les grandes lignes du retour de Washington à l'accord nucléaire

Après une longue série de menaces de la République islamique et de sanctions des États-Unis, les deux pays se rapprochent d'un accord nucléaire
Atalayar_Pacto nuclear

PHOTO/ EU Delegation in Vienna/Handout via REUTERS  -   Le secrétaire général adjoint du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), Enrique Mora, et le député du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, attendent le début d'une réunion de la Commission mixte du JCPOA à Vienne, en Autriche

Un accord se dessine pour ramener les États-Unis dans l'accord sur le nucléaire iranien, ont déclaré mercredi les négociateurs, faisant état de progrès dans les efforts visant à sortir de l'impasse. Les négociateurs nucléaires iraniens, qui ont conclu un nouveau cycle de négociations en Autriche, ont fait état de "progrès tangibles" et ont déclaré qu'ils voyaient un accord se dessiner.

Des négociations indirectes entre Washington et Téhéran se déroulent dans la capitale autrichienne depuis début avril, les cinq autres signataires de l'accord servant d'intermédiaires.

"Nous avons fait de bons progrès", a déclaré dans un tweet Enrique Mora, le fonctionnaire de l'Union européenne qui a présidé les discussions entre la Russie, la Chine, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Iran, après les entretiens. "Nous avons fait beaucoup de progrès. Un accord est en gestation", a déclaré le diplomate européen, qui dirige les discussions, après la réunion. Il a ajouté sur Twitter qu'"il y a maintenant une compréhension commune de ce qui reste à faire aux États-Unis" pour revenir dans le giron du "plan d'action global conjoint" (JCPOA, par son acronyme en anglais), scellé en 2015 pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, mais auquel le président Donald Trump a fermé la porte en 2018.

"Il est essentiel que l'Iran permette au JCPOA de poursuivre son nécessaire travail de surveillance", a déclaré le groupe E3. "L'accès de l'agence est évidemment essentiel au succès de nos efforts pour rétablir le JCPOA", a-t-il ajouté, précisant qu'"un accord est en train de prendre forme" ; ajoutant qu'il y a encore des choses à régler.

Atalayar_Irán Estados Unidos Acuerdo Nuclear
PHOTO/LISA LEUTNER - Secrétaire général adjoint et directeur politique du Service européen d'action extérieure (SEAE) Enrique Mora

L'Iran a également déclaré que les pourparlers étaient sur la bonne voie ; le président Hassan Rohani a déclaré dans un discours télévisé qu'ils avaient fait de "grands pas" promettant des négociations sous la forme d'une "victoire" pour la "nation" aujourd'hui étouffée par les sanctions.

"Tant du côté nucléaire que du côté des sanctions, nous commençons maintenant à voir les contours de ce à quoi pourrait ressembler l'accord final. C'est différent de la dernière fois que nous avons rompu", ont déclaré dans un communiqué des diplomates de haut rang du groupe E3, qui comprend la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni. "Toutefois, le succès n'est pas garanti. Il y a encore des problèmes très difficiles à résoudre. Nous ne sous-estimons pas les défis qui nous attendent", ont-ils ajouté. Les diplomates ont ajouté qu'il ne fallait cependant pas "sous-estimer les défis à venir" face à "la complexité de certaines questions techniques".

Les deux pays ont été indirectement invités aux discussions et doivent accepter la levée des sanctions rétablies par l'ancien président américain Trump et le retour concomitant de la République islamique à ses engagements nucléaires. Ils rencontreront à nouveau en début de semaine prochaine dans la capitale autrichienne les différentes parties à l'accord, dont la Russie et la Chine, mais l'Iran devra d'abord prolonger l'accord "temporaire" signé en février avec l'Agence internationale de l'énergie atomique, qui expire cette semaine.

Atalayar_Irán Estados Unidos Acuerdo Nuclear
PHOTO/ Bureau présidentiel iranien via AP - Le président Hassan Rouhani, deuxième à droite, écoute le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, alors qu'il visite une exposition sur les nouvelles réalisations nucléaires de l'Iran à Téhéran, en Iran

En attendant les réunions de la semaine prochaine, les représentants iraniens mènent des discussions séparées avec l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne sur la prolongation d'un accord de trois mois qui expire cette semaine sur les inspections des installations nucléaires iraniennes par l'agence.

Ce texte technique bilatéral a été annoncé le 21 février avec une échéance de trois mois qui permet à la police nucléaire de l'ONU de maintenir une surveillance sur place, bien que réduite depuis l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi limitant les inspections. La République islamique s'est engagée à fournir toutes les données provenant des caméras et autres outils si les sanctions sont levées à la fin de la période.

L'objectif est de trouver un moyen de revenir à l'accord connu sous son acronyme JCPOA, dont l'ancien président américain Donald Trump s'est éloigné et que son successeur Joe Biden veut relancer.

Pour cela, les États-Unis et l'Iran doivent s'entendre pour lever les sanctions rétablies par Trump et l'engagement de Téhéran à respecter les termes de l'accord. Une fois que Trump s'est retiré de l'accord, la République islamique a commencé à abandonner les restrictions sur sa production de matériel nucléaire. Les diplomates s'attendent à ce que les États-Unis reviennent à la charge avant l'élection présidentielle iranienne du 18 juin.