PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Iran mène des exercices militaires aériens à grande échelle après la fin de l'embargo

Les exercices simulent une situation « très similaire à un combat réel »
Photo d'archive, un avion de chasse militaire iranien passe à côté d'un pétrolier lors de manœuvres navales dans le Golfe et la mer d'Oman

REUTERS/FARS NEWS  -   Photo d'archive, un avion de chasse militaire iranien passe à côté d'un pétrolier lors de manœuvres navales dans le Golfe et la mer d'Oman

Les forces armées iraniennes ont lancé des manœuvres aériennes à grande échelle mercredi pour augmenter leur capacité de défense, trois jours seulement après la levée de l'embargo international sur les armes contre le pays persan. 

Les exercices, qui sont réalisés en simulant une situation « très similaire à un combat réel » dans le centre du pays, selon leurs organisateurs, impliquent des unités de la Défense aérienne de l'armée et des Gardiens de la révolution.

Abas Farajpur, porte-parole des manœuvres, a expliqué que l'objectif est de protéger les sites stratégiques du pays à l'aide de systèmes de reconnaissance, de radars et de missiles artisanaux. « La première étape de l'exercice implique le déploiement de systèmes de défense, y compris des systèmes de missiles et de radars, en mettant l'accent sur la mobilité et la réaction rapide », a déclaré le porte-parole, cité par l'agence Mehr. 

Un avión teledirigido iraní Simorgh durante un ejercicio militar en el Golfo, cerca del estratégico estrecho de Ormuz en el sur de Irán
AFP/Bureau de l'Armée iranienne - Le drone iranien Simorgh lors d'un exercice militaire dans le Golfe près du détroit stratégique d'Ormuz dans le sud de l'Iran

Pendant les exercices, des équipements de guerre électronique et des systèmes de communication sont utilisés et l'armée de l'air présente des avions de chasse, des bombardiers et des drones. 

Tous les équipements utilisés dans ces manœuvres sont de fabrication nationale, bien que l'Iran ait désormais le droit d'acheter et de vendre des armements depuis l'expiration de l'embargo des Nations unies le 18.

Le président iranien Hasan Rohani a souligné lors de la réunion du cabinet qu'il y a eu « la victoire de la logique du droit sur la coercition », faisant allusion au fait que les Etats-Unis ont essayé de prolonger l'embargo et ont menacé de sanctionner ceux qui commercent avec l'Iran. « Peu importe le nombre d'armes que nous achetons ou vendons, l'important est de faire valoir notre droit », a-t-il déclaré. 

Pour sa part, le chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif, a déclaré hier soir, lors d'une réunion virtuelle du Conseil de sécurité, que « l'Iran n'a pas l'intention de participer à une course aux armements dans la région et de lancer une vague d'achats ». 

Zarif a souligné dans son discours que « la sécurité et la stabilité ne peuvent jamais être achetées » et a critiqué le fait que les pays du Golfe sunnite ont acheté massivement des armes aux Etats-Unis.   

Fotografía de archivo, un avión teledirigido Simorgh iraní que lleva un arma durante un ejercicio militar en el Golfo, cerca del estratégico estrecho de Ormuz en el sur de Irán
AFP/BUREAU DE L'ARMÉE IRANIENNE - Photo d'archive, un drone Simorgh iranien portant une arme lors d'un exercice militaire dans le Golfe près du détroit stratégique d'Ormuz dans le sud de l'Iran

En raison de la pression des États-Unis et de leurs sanctions contre le ministère iranien de la défense, ainsi que de la crise économique que traverse le pays persan, Téhéran ne devrait pas acquérir beaucoup d'armement à court terme. 

En fait, le ministre de la défense Amir Hatami a souligné cette semaine que l'Iran a suivi une « politique d'autosuffisance » et qu'ils se concentreront plus sur la vente que sur l'achat. « Nous offrirons nos produits à de nombreux pays qui sont soumis à l'hostilité des Etats-Unis et qui ont le droit à une défense légitime », a déclaré Hatami, sans préciser les noms des acheteurs potentiels d'armes iraniennes.