PUBLICIDAD

Marruecos

L'Iran parie sur la vente et non l'achat d'armes après la fin de l'embargo de l'ONU

Avant que nous soyons des acheteurs sur le marché des armes, l'Iran a la capacité de les fournir" à d'autres pays, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères
Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères.

PHOTO/REUTERS  -   Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères.

Lundi, le ministre iranien de la défense, Amir Hatami, a déclaré que de nombreux responsables étrangers avaient approché Téhéran pour acheter ses armes ou lui vendre du matériel militaire.

"La base pour la vente d'armes a été préparée et nous avons un plan pour cela", a-t-il déclaré selon l'agence de presse iranienne. "Au cours de l'année dernière, les Américains ont essayé d'empêcher cela, mais de nombreux pays nous ont approchés, et nous avons parlé à de nombreux pays, et les bases ont été préparées pour vendre et sécuriser l'approvisionnement de certains de nos besoins.

Un embargo de armas de la ONU de una década de duración sobre Irán que le impedía comprar armas extranjeras como tanques y aviones de combate
PHOTO/AFP-Un embargo de l'ONU sur les armes qui a empêché l'Iran d'acheter des armes étrangères telles que des chars et des avions de chasse 

L'Iran a confirmé qu'il aura tendance à vendre plus d'armes qu'à en acheter, après avoir annoncé la fin de la période de l'embargo international qui lui avait été imposé par l'accord sur son programme nucléaire et une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, à un moment où les experts militaires suggèrent fortement que Téhéran dispose désormais d'un complexe militaire sophistiqué qui lui permet de devenir l'un des exportateurs d'armes sur le marché mondial.

"Avant de devenir des acheteurs sur le marché des armes, l'Iran a la capacité de les fournir" à d'autres pays, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

Le soutien de Pékin

La Chine, membre du Conseil de sécurité des Nations unies, a montré son soutien à Téhéran en mettant fin à l'embargo sur les armes. "Conformément à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies, l'embargo sur les armes et les restrictions de voyage du Conseil de sécurité à l'encontre de l'Iran ont expiré le 18 octobre, marquant l'achèvement de la première phase de mise en œuvre de la résolution", a déclaré Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, lors de sa conférence de presse habituelle.

"C'est un moment important dans le processus de mise en œuvre du plan d'action global conjoint (PAGC), qui reflète la position commune de la communauté internationale sur la défense du multilatéralisme, l'autorité du Conseil de sécurité, les résultats existants du problème nucléaire iranien et l'efficacité du PAGC", a-t-il ajouté.

El portavoz del Ministerio de Asuntos Exteriores chino, Zhao Lijian.
PHOTO/REUTERS/CARLOS GARCIA RAWLINS-Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian.

"La Chine travaillera avec toutes les parties pour (...) faire avancer la solution politique et diplomatique de la question nucléaire iranienne et préserver le système international de non-prolifération ainsi que la paix et la stabilité du Moyen-Orient et de la région du Golfe", a déclaré le diplomate chinois.

À compter de cette date (18 octobre 2020) et conformément à la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU, les États ne sont plus tenus de demander à l'avance l'approbation du Conseil de sécurité au cas par cas pour se livrer aux activités décrites aux paragraphes 5 et 6 de l'annexe B de la résolution 2231, qui comprend la fourniture, la vente ou le transfert d'armes ou de matériel connexe à destination et en provenance de l'Iran, a déclaré dimanche la mission permanente de l'Iran auprès des Nations unies.

La Russie a également montré son engagement à poursuivre la coopération commerciale avec la République islamique dans un message Twitter. Dimitry Polyanskiy, un diplomate qui fait partie de la mission permanente de la Russie auprès des Nations unies, a critiqué les États-Unis pour leur approche malavisée.

"Encore une mauvaise approche. Les États-Unis jouent un rôle de "policier mondial", remplacer le Conseil de sécurité des Nations unies est un rôle indésirable. Nous faisons et ferons des affaires avec #Iran et ce n'est pas à nous de dire à nous ou à d'autres ce qu'ils peuvent ou peuvent ' Cesser d'humilier les États-Unis dans cet effort insensé', a écrit le fonctionnaire russe.

Polyanskiy a posté le tweet en réponse au secrétaire d'État américain Mike Pompeo, qui a récemment déclaré, par le biais d'un post sur Twitter, que les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre l'Iran étaient de retour.

 

Una foto de archivo tomada el 2 de febrero de 2019 muestra a los iraníes visitando una exposición de armamento y equipo militar en la capital, Teherán, organizada con motivo del 40º aniversario de la revolución iraní.
PHOTO/AP-Une photo d'archive prise le 2 février 2019 montre des Iraniens visitant une exposition 

Il y a deux jours, Polyanskiy a tweeté : "Tout le monde s'attend à ce que les Etats-Unis, M. le Secrétaire d'Etat, contribuent à la ME pacifique en arrêtant de provoquer #Iran et de pomper la région avec des armes. Et veuillez remplacer les mots "sanctions" et "punition" dans votre vocabulaire par "dialogue" et "engagement". Cela nous aiderait beaucoup ! Pour que les États-Unis soient à nouveau respectés".

Cette semaine, le président iranien Hassan Rohani a félicité la population pour la levée de "l'embargo oppressif" sur les armes conventionnelles, imposé en 2007 par le Conseil de sécurité de l'ONU, le 18 octobre et "malgré quatre années d'efforts des États-Unis" pour l'empêcher.

Dans des déclarations à l'agence Efe, l'influent général de division Yahia Rahim Safaví, conseiller militaire du Guide suprême et ancien commandant en chef des Gardiens de la révolution, a souligné qu'ils ont réussi à disposer "de la capacité technologique et de toutes les armes et équipements pour défendre non seulement le territoire iranien mais aussi pour atteindre la Méditerranée, la mer Rouge, l'océan Indien et la mer Caspienne".