L'Iran procède à un exercice de tir de missiles dans le golfe d'Oman

La marine iranienne a commencé ses manœuvres de missiles mercredi, dans un contexte de tensions régionales et de campagne de pression américaine
Atalayar_Misiles Irán

AFP/HO/IRAN PRESS  -   Lancement du nouveau missile Raad-500

La marine iranienne a commencé un exercice de tir de missiles à courte portée dans le golfe d'Oman mercredi, impliquant le plus grand porte-avions du pays, a rapporté la télévision d'Etat. Pendant ce temps, la République islamique est confrontée à des tensions régionales croissantes au sujet du programme nucléaire de Téhéran et à une campagne de pression américaine contre le régime des ayatollahs. 

Des manœuvres de missiles seront menées pendant deux jours dans les eaux du sud-est du Golfe et deux nouveaux navires de guerre de fabrication iranienne ont été ajoutés. Il s'agit du Zereh, un lanceur de missiles, ou "armure", et du Makran, un navire logistique doté d'une plate-forme d'hélicoptère et nommé d'après la région côtière du sud de l'Iran.  

En 2018, l'ancien président américain Donald Trump a unilatéralement retiré les États-Unis du Plan d'action global conjoint (PAGC), l'accord nucléaire de l'Iran. Dans cet accord, Téhéran avait accepté de limiter son enrichissement d'uranium en échange de la levée des sanctions économiques. Trump, lors de son retrait, a cité le programme de missiles balistiques de l'Iran parmi d'autres problèmes pour justifier son retrait. 

L'Iran a progressivement et publiquement abandonné les limites de son accord de développement nucléaire après l'intensification des sanctions américaines. Au début de l'année 2020, une série d'incidents de plus en plus graves a amené l'Iran et les États-Unis au bord de la guerre.

Ces dernières semaines, l'Iran a menacé d'enrichir l'uranium à 90% de pureté, ce qui est suffisant pour fabriquer des armes nucléaires. 70 % de plus que ce qu'elle avait précédemment mentionné, ce montant étant bien supérieur aux 3,67 % qu'elle s'était engagée à maintenir avec le JCOPA.

En outre, au cours de cette période, elle a augmenté ses exercices militaires. Les gardiens de la révolution iraniens ont organisé un défilé naval dans le golfe Arabique samedi et une semaine avant que Téhéran n'effectue une manœuvre massive de drones au milieu du pays. 

En outre, le régime des ayatollahs a saisi un pétrolier sud-coréen et son équipage dans le Golfe la semaine dernière et le maintient toujours dans un port iranien. La République islamique aurait cherché à accroître son influence sur Séoul en prévision de négociations portant sur des milliards de dollars d'actifs iraniens gelés dans les banques sud-coréennes en lien avec les sanctions américaines contre l'Iran. 

Mardi dernier, Mike Pompeo, secrétaire d'État américain, a accusé l'Iran d'avoir des liens secrets avec le réseau militant Al-Qaida. Il a ensuite imposé de nouvelles sanctions à plusieurs hauts fonctionnaires iraniens ; cependant, Téhéran a nié cette accusation.