PUBLICIDAD

Marruecos

L'offre excédentaire possible de pétrole menacerait la reprise des marchés

Les nouvelles prévisions concernant l'augmentation de l'offre de pétrole laissent présager une nouvelle "surabondance" sur le marché du pétrole brut
infraestructura-petroleo

AFP/FAYEZ NURELDINE  -   Usine de traitement du pétrole d'Abqaiq de Saudi Aramco

L'OPEP+ met en garde contre un rebond de l'excédent de l'offre de pétrole pour le reste de l'année, car la croissance de la demande devrait ralentir, un scénario qui pourrait menacer le redressement des prix après qu'ils ont atteint des niveaux record à la suite de l'invasion de la Russie.

Un rapport, qui aurait été préparé avant la réunion du Comité technique conjoint de l'OPEP+, montre cela après que l'alliance ait prévu un excédent de 1,9 million de barils par jour en 2022, soit une augmentation de 600 000 barils par jour par rapport aux estimations précédentes.

Selon le rapport, les stocks de pétrole devaient dépasser les stocks de 2015 et 2019 au cours du dernier trimestre de 2022. Cependant, en raison de l'invasion de l'Ukraine, les estimations reflètent les attentes d'une croissance plus faible de la demande de pétrole, un fait qui a été adopté par l'OPEP+ dans son rapport mensuel publié en avril.

petroleo-barriles
REUTERS/DADO RUVIC - L'OPEP+ met en garde contre une augmentation de l'excédent de l'offre de pétrole pour le reste de l'année, car la croissance de la demande devrait ralentir.

Ces estimations interviennent alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole estime toujours que la demande mondiale augmentera de 3,67 millions de barils par jour, ce qui serait inférieur de 480 000 barils par jour aux prévisions initiales. 

Outre l'invasion russe, la hausse de l'inflation avec l'augmentation du prix du pétrole brut, ainsi que la diffusion de la variante Omicron en Chine, ont influencé cette embellie. Dans cette ligne et malgré les efforts déployés pour tenter de stabiliser les prix et amorcer la reprise économique pendant les mois de la pandémie, l'OPEP+ n'aurait pas réussi à augmenter sa production au cours du mois d'avril car les membres de l'Organisation continuent d'être soumis à une série d'exigences et de limitations de la capacité de production qui entravent la croissance. 

grafica-precios-petroleo
AFP/AFP - Résultats trimestriels des majors pétrolières au cours de l'année écoulée

Contrairement aux efforts déployés par l'Irak pour atteindre cet objectif, des pays comme la Libye et le Nigeria ont vu leur production chuter de manière significative à un moment où les investissements ont été réduits. De même, l'Arabie saoudite n'a pas réussi à augmenter sa production conformément à la quantité autorisée par le quota convenu.

Au niveau mondial, les prix du pétrole continuent d'osciller autour de 105 dollars le baril, à un moment où l'Europe tente de réduire sa nette dépendance à l'égard du pétrole russe. De son côté, l'Arabie saoudite aurait refusé de pomper le pétrole plus rapidement après avoir fait valoir que "les marchés seraient bien approvisionnés". Ainsi, Riyad aurait refusé de céder à la pression de Washington pour augmenter sa production, ce qui a conduit les États-Unis à puiser dans leurs réserves pétrolières d'urgence.

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la hausse des prix du pétrole a été sérieusement affectée dans un contexte où les craintes d'un éventuel manque d'approvisionnement ont été soulevées. Cela a conduit à une augmentation des appels pour que le bloc tente d'alléger les prix du marché pétrolier.

petroleo-transporte-infraestructura
REUTERS/AHMED JADALLAH - Un pétrolier est chargé à la raffinerie et au terminal pétrolier de Ras Tanura de Saudi Aramco, en Arabie saoudite.

Jusqu'à présent, ces demandes n'ont pas été satisfaites. Différents analystes soulignent qu'il est possible que la politique d'augmentation progressive de la production de quelque 400 000 barils par jour se poursuive, ce qui aurait commencé en mai 2021, au moment où la reprise économique après les ravages de la pandémie a commencé à être mise en œuvre. 

Depuis la dernière réunion de fin mars, les prix sont restés dans la même fourchette, le baril de référence européen de pétrole brut Brent de la mer du Nord fluctuant entre 97 et 115 dollars, tandis que le baril américain West Texas Intermediate a fluctué entre 92 et 110 dollars.

Selon John Blassard, expert de Mirabaud Asset Management, les pays de l'OPEP+ ont des difficultés à "atteindre leurs objectifs de production". Dans ce contexte, la Libye, qui traverse une crise politique et sociale majeure et possède l'une des plus grandes réserves de pétrole du continent africain, a été contrainte de fermer ses installations pétrolières.

reunion-opep+-petroleo
REUTERS/AHMED YOSRI - Photo d'archive, 12e symposium de l'AIE sur les perspectives énergétiques de l'OPEP à Riyad, en Arabie saoudite, le 16 février 2022.

En avril, la National Oil Corporation, un organisme qui dépend directement du gouvernement, a déclaré un état de "force majeure" et a suspendu les opérations dans deux enclaves pétrolières du pays. Dans une interview accordée à l'Agence France-Presse, le ministre du Pétrole et du Gaz du Gouvernement d'unité nationale, Mohamed Aoun, a déclaré que la production avait "diminué d'environ 600 000 barils par jour", ce qui représenterait la moitié de la production normale.

En outre, les mesures décrétées par l'Union européenne pour initier un "boycott" du pétrole russe pourraient encore affecter cette situation. En 2021, l'UE a importé 30 % de ses besoins en pétrole directement de Russie, ainsi que 15 % pour d'autres usages.

Le groupe émirati Exiniti adopte la même position après avoir considéré que la nouvelle mesure contre la Russie est "de plus en plus probable" dans un scénario où le bloc OPEP+ semble maintenir sa position de ne pas accélérer le rythme de production, ce qui "réduira l'offre et maintiendra les prix du pétrole à un niveau plus élevé".