PUBLICIDAD

Marruecos

L'ombre de la Russie et de la Turquie plane sur le Sahel

Les récentes alliances entre l'Algérie et la Russie inquiètent le Maroc quant à sa perte potentielle d'influence dans la région
francia-rusia-putin-macron

 -  

La France a annoncé le retrait de ses troupes au Sahel pour coïncider avec le retrait des forces américaines d'Afghanistan et d'Irak. Ce faisant, le président français Emmanuel Macron a mis fin à près d'une décennie de missions antiterroristes dont les objectifs n'ont pas été pleinement atteints.

La nouvelle est tombée quelques semaines seulement après une deuxième tentative de coup d'État au Mali. C'est dans ce pays que la France a déployé l'opération Serval, un exercice approuvé en 2013 qui visait à éradiquer la menace terroriste et l'avancée des rebelles islamistes liés à Al-Qaïda. Un an plus tard seulement, l'opération Serval a été remplacée par l'opération Barkhane, une mission menée par les forces françaises qui a réussi à s'étendre à tout le Sahel.

helicoptero-militar-sahel-eeuu

Sept ans après son approbation, le terrorisme sévit toujours dans la région et continue de sévir dans les pays qui la composent. Comme pour le retrait américain des pays du Moyen-Orient, la France a annoncé la fin de Barkhane, ce qui soulève la question de savoir si les attaques terroristes vont augmenter après sa fin.

M. Macron a déjà déclaré que ce n'était pas la fin de l'opération en tant que telle, mais plutôt "une transformation" qui devrait être européanisée et mener la lutte contre le terrorisme grâce à des forces spéciales.

Les vides de pouvoir seront bientôt réoccupés, et le départ de l'ancienne puissance colonisatrice favorise l'entrée de grandes puissances comme la Russie et la Chine, qui ont déjà manifesté leur intérêt après avoir conclu des pactes avec les pays de la région. Dans le cas de la Russie, Vladimir Poutine a mis en place une diplomatie active avec des pays comme l'Algérie, qui multiplie les contacts avec les autorités maliennes. 

disputa-sahel

En outre, la société paramilitaire privée russe Wagner aurait augmenté ses contacts avec le Mali après avoir pris possession de son siège à Bamako en octobre dernier. Le gouvernement de Bamako a également déclaré son intention de faire former les forces armées du pays par des paramilitaires russes afin de juguler le radicalisme islamique.

Les liens étroits entre Moscou et Alger se sont manifestés en Ossétie du Nord après les premiers exercices militaires conjoints. Selon les autorités, ces exercices visaient à accroître leur efficacité dans la lutte contre le terrorisme. 

Cependant, la Russie n'est pas le seul pays à chercher à étendre son influence dans la région. La récente tournée africaine de la Turquie et d'Erdogan dans des pays tels que le Nigeria, l'Angola et le Togo avait notamment pour objectif d'établir des accords militaires qui mettraient fin à la présence militaire de l'Occident.

mapa-terrorismo-sahel

Ce réseau diplomatique intervient à un moment où la stabilité de l'Afrique du Nord vacille. La rupture unilatérale des relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc constitue une rivalité pour le contrôle de l'Afrique du Nord et ouvre un scénario de confrontation dans lequel on craint que l'Algérie ne lance des offensives contre le Maroc. 

Divers experts soulignent que cette rupture fait partie d'une stratégie visant à récupérer son influence en Afrique du Nord et à tenter d'isoler le Maroc dans une zone de grande valeur stratégique pour les États-Unis et l'Union européenne.

Des diplomates cités par EFE indiquent que le moment de l'annonce de la rupture semble avoir été "soigneusement choisi à un moment de faiblesse diplomatique du Maroc".  En outre, un analyste militaire a déclaré à la même agence que "l'Algérie observe avec inquiétude la stratégie du Maroc au Sahara et en particulier l'offensive conçue par (le ministre marocain des affaires étrangères) Nasser Burita".

 naser-burita-ministro-exteriores

Pour l'analyste, la stratégie étrangère de Burita passera de la seule stabilisation de la situation interne du Hirak, le mouvement de protestation populaire qui a eu lieu dans le Rif, à la reconquête de son influence traditionnelle dans la région dans des pays comme la Libye et les pays du Sahel. En effet, c'est ici que le Maroc partage une importante frontière avec l'Algérie qui n'est pas exempte de tensions puisqu'elle borde le Sahara occidental.

Dans le cadre du conflit sur la question du Sahara occidental, l'Algérie est progressivement revenue sur ses positions et a maintenu un silence dominant concernant sa position sur le Front Polisario. A tel point que l'envoyé algérien pour le dossier du Sahara à l'ONU, Ammar Bellani, a annoncé son retrait de la table ronde des négociations.

brahim-ghali-polisario

Depuis Rabat, la présence de la Russie et son alliance avec l'Algérie sont considérées avec inquiétude. Ils craignent que cette alliance puisse renforcer le pouvoir du Polisario au Sahara et ainsi accroître la tension dans la région et conduire à une escalade de la violence, ce dont le Maroc veut se distancer.