L'OMS accuse "certains pays à revenu élevé" de saper le mécanisme de distribution équitable des vaccins

Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a défendu le plan COVAX pour la distribution de doses aux pays à faibles revenus et a appelé à une coopération mondiale dans la lutte contre le virus
Atalayar_Tedros Ghebreyesus OMS

REUTERS/FABRICE COFFRINI  -   Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a accusé "certains pays à revenu élevé" de saper le mécanisme COVAX, qui vise à distribuer équitablement les vaccins COVID-19 dans le monde.  
 
"Actuellement, certains pays à revenu élevé signent des contrats avec des fabricants de vaccins qui sapent les accords conclus par COVAX et réduisent le nombre de doses que COVAX peut acheter", a déclaré le directeur général de l'OMS.  

Atalayar_Vacuna Sputnik Mexico
REUTERS/CARLOS JASSO - Arrivée du premier lot du vaccin russe contre la maladie à coronavirus Spoutnik V (COVID-19) à l'aéroport international de Benito Juarez, alors que l'épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) se poursuit, à Mexico, Mexique 22 février 2021

M. Tedros a exhorté les pays à collaborer à la distribution : "S'il n'y a pas de vaccin à acheter, l'argent n'est pas pertinent. Même si nous disposons des fonds nécessaires, nous ne pouvons fournir des vaccins aux pays les plus pauvres que si les pays à revenu élevé coopèrent en respectant les accords conclus par COVAX et les nouveaux accords qu'elle conclut. 
 
L'OMS a appelé les nations qui produisent les vaccins COVID-19 à ne pas les distribuer unilatéralement, mais à en faire don au mécanisme mondial COVAX pour garantir l'équité. COVAX, lancé en avril par l'OMS, la Commission européenne et la France, vise à permettre aux pays à faible revenu d'accéder aux vaccins et à empêcher les États à revenu élevé d'obtenir un monopole sur les doses. 

Atalayar_Vacuna Sinopharm Egipto
PHOTO/REUTERS - Des travailleurs déchargent des palettes contenant des doses du vaccin contre les maladies à coronavirus (COVID-19) "Sinopharm" à leur arrivée de Chine à l'aéroport international du Caire, au milieu de la pandémie de maladies à coronavirus (COVID-19), au Caire, en Égypte, 23 février 2021

COVAX comprend un mécanisme de financement qui devrait permettre à 92 économies à faible revenu d'avoir accès aux vaccins. Cependant, les pays riches ont accumulé la grande majorité des doses, tandis que les pays en développement n'ont que peu ou pas de vaccin dans de nombreux cas.   
 
Le directeur de l'OMS a été catégorique : "Ce n'est pas une question de charité, c'est une question d'épidémiologie". "Si nous ne mettons pas fin à la pandémie partout, nous ne l'arrêterons nulle part. Plus le virus circule longtemps, plus il a la possibilité de changer de manière à rendre les vaccins moins efficaces".  

Atalayar_Vacuna Pfizer Malasia
PHOTO/FANDY AZLAN - Sur cette photo prise par le ministère malaisien de l'Information et publiée le 21 février 2021, on voit un conteneur de fret contenant la première cargaison du vaccin contre le coronavirus COVID-19 de Pfizer-BioNTech arrivant dans la zone de fret de Malaysia Airlines Berhad près de l'aéroport international de Kuala Lumpur (KLIA) à Sepang

"C'est pourquoi il est dans l'intérêt de tous les pays, y compris des pays à revenu élevé, de veiller à ce que les travailleurs de la santé, les personnes âgées et les autres groupes à risque soient les premiers à recevoir les vaccins COVID-19", a-t-il ajouté. Pour y parvenir, M. Tedros a déclaré qu'il fallait "davantage de financement, un partage immédiat des doses par les pays, une priorisation des contrats COVAX par les fabricants et également une augmentation significative de la production des vaccins COVID-19".  
 
"D'autres vaccins COVID-19 sont en cours de développement, d'approbation et de production. Il y en aura assez pour tout le monde. Mais pour l'instant et pour le reste de l'année, les vaccins seront une ressource limitée. Nous devons les utiliser de la manière la plus stratégique possible", a-t-il averti. 

Atalayar_Vacuna Coronavac Mexico
AFP/ CLAUDIO CRUZ - Des travailleurs et des membres de l'armée mexicaine déchargent un conteneur d'un avion d'une compagnie de messagerie internationale transportant la première cargaison de vaccins Corona Vac du laboratoire Sino Vac contre COVID-19, à l'aéroport international Benito Juarez de Mexico, le 20 février 2021
La diplomatie des vaccins

M. Tedros a également remercié les pays du G7 et l'Union européenne, qui ont promis plus de 3,5 milliards d'euros pour financer la distribution équitable des vaccins, des diagnostics et des thérapies pour le COVID-19. Ils se sont également engagés à partager les doses avec le COVAX. "Les pays du G7 ont fait preuve de leadership, mais nous avons besoin que tout le monde se mette au travail". 
 était sensible aux pressions politiques
L'OMS exercées sur les dirigeants des États à revenu élevé, mais Tedros lui-même avait déjà averti que le monde était confronté à un "échec moral catastrophique" si les vaccins COVID-19 n'étaient pas distribués équitablement.  

Atalayar_Vacuna Sinovac Hong Kong
PHOTO/AP - Un conteneur de vaccin contre les maladies coronavirales (COVID-19) de Sinovac Biotech est déchargé d'un avion de Cathay Pacific Airways à l'aéroport international de Hong Kong, vendredi 19 février 2021. La société chinoise Sinovac a livré un million de doses de son vaccin CoronaVac contre le COVID-19 à Hong Kong vendredi soir

De nombreuses voix s'élèvent, y compris au sein de l'Organisation mondiale de la santé, pour demander aux gouvernements occidentaux et aux principaux fabricants de vaccins de renoncer aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins afin de permettre une production accrue et une distribution plus équitable.  
 
L'appel à l'unité et à la coopération lancé par le directeur général de l'OMS contraste avec les mesures prises ces dernières semaines par les grandes puissances. La Chine prépare des accords en Afrique, tandis que la Russie distribue des vaccins en Amérique latine. L'Union européenne, pour sa part, envisage d'envoyer davantage de vaccins aux pays les plus pauvres, le tout en dehors du mécanisme COVAX. 
 
La diplomatie des vaccins est en plein essor. Les cas les plus marquants sont la Chine et la Russie. Pékin a offert des centaines de milliers de doses de son vaccin Sinopharm à la Namibie, à la République démocratique du Congo et à la Guinée ; Moscou négocie la livraison de doses de son vaccin Spoutnik V avec la Croatie alors que les premières doses sont déjà en route pour le Mexique.