PUBLICIDAD

Iberdrola

L'ONU confirme que Mladenov ne sera finalement pas l'envoyé spécial en Libye

Le Bulgare démissionne pour "raisons personnelles"
Nickolay Mladenov

AP/ADEL HANA  -   Nickolay Mladenov

Le diplomate bulgare Nickolay Mladenov a déclaré au secrétaire général de l'ONU António Guterres qu'il ne pourra pas prendre le poste d'envoyé de l'ONU en Libye l'année prochaine pour "des raisons personnelles et familiales", a déclaré un porte-parole de l'organe supranational. 

Nickolay Mladenov est l'envoyé de l'ONU au Moyen-Orient depuis 2015, chargé de la difficile tâche de médiation entre Israël et la Palestine ; une mission qui prend désormais une signification particulière suite à la signature des Accords d'Abraham par lesquels plusieurs pays arabes ont établi des liens diplomatiques avec l'État israélien, sous les auspices des États-Unis. Récemment, Mladenov a fait ses adieux à sa position d'envoyé de l'ONU au Moyen-Orient, espérant que le problème serait résolu et exhortant les dirigeants palestiniens et israéliens à travailler ensemble pour "revenir sur la voie des négociations". "Le conflit entre les deux parties a assez duré", a déclaré le diplomate bulgare.  

La semaine dernière, le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé la proposition de António Guterres de nommer Mladenov médiateur de la Libye et le Norvégien Tor Wennesland de succéder à Mladenov comme envoyé au Moyen-Orient. Mais aujourd'hui, le politicien bulgare démissionne de son nouveau poste pour des raisons personnelles.  

M. Mladenov a déclaré lundi à António Guterres que lorsque son rôle actuel d'envoyé au Moyen-Orient prendra fin le 31 décembre, il démissionnera des Nations Unies et "ne pourra pas prendre le poste d'envoyé spécial pour la Libye ... pour des raisons personnelles et familiales", comme l'a reconnu le porte-parole des Nations Unies Stéphane Dukharric devant plusieurs journalistes.  

L'envoyé intérimaire de la Libye, Stephanie Williams, restera en poste, a déclaré M. Dujarric. Mladenov devait remplacer Ghassan Salame, qui avait démissionné de son poste d'envoyé de l'ONU en Libye en mars dernier en raison du stress. 

Il s'agit d'un revers pour la mission diplomatique en Libye, un pays qui subit une guerre civile sanglante depuis 2014 et qui est confronté au gouvernement d'accord national du Premier ministre Fayez Sarraj, basé à Tripoli, contre l'autre exécutif oriental de Tobrouk allié à l'armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar, dans un scénario généré après le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011.  

La Libye est devenue un scénario d'intérêts politiques où plusieurs puissances étrangères intéressées par la position géostratégique de la nation nord-africaine et ses ressources pétrolières sont impliquées. Le gouvernement tripolitain reçoit le soutien militaire de la Turquie et le soutien financier du Qatar, en plus d'être reconnu par l'ONU depuis 2016 et soutenu par l'Italie, tandis que l'Armée nationale du Haftar reçoit le soutien de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l'Égypte (les rivaux internationaux du Qatar), de la France et de la Russie.  

L'ONU a toujours essayé de faire partir les mercenaires qui se battent sur le territoire libyen. Surtout ceux envoyés par la Turquie, qui comprennent des combattants rémunérés de Syrie attachés à des groupes liés dans le passé à des entités terroristes comme Daech ou Al-Qaïda, comme l'ont souligné divers analystes ; et ceux envoyés par la Russie au sein de la société privée Wagner, qui sert les intérêts du Kremlin russe.  

En octobre, les deux principales parties opposées, le gouvernement d'accord national et l'armée nationale libyenne, se sont mis d'accord sur un cessez-le-feu. Par la suite, des entretiens ont eu lieu entre les représentants politiques et militaires des deux factions en Suisse, en Égypte, au Maroc et en Libye même, afin de rapprocher les positions et de parvenir à des accords sur l'organisation institutionnelle et la réactivation d'activités telles que l'énergie. Ces dialogues ont en partie calmé la situation et ont servi à jeter les bases d'une paix future, bien que la confrontation se poursuive.