PUBLICIDAD

Iberdrola

L'ONU exhorte les États à ne pas expulser les Haïtiens et à évaluer leurs besoins de protection

Quatre agences appellent à la mise en place de canaux de migration réguliers et affirment que les conditions en Haïti ne sont pas propices aux retours forcés
desplazados-haití-onu

UNICEF/Georges Harry Rouzier  -   Haïti est confronté à une crise politique, sociale et humanitaire

La situation sociale, économique, politique et humanitaire difficile, associée aux catastrophes qui ont frappé Haïti ces dernières années, dont certaines sont le résultat du changement climatique et de la dégradation de l'environnement, a entraîné des déplacements massifs de population dans ce pays au cours de la dernière décennie.

Cette éradication des communautés ne s'est pas limitée au territoire haïtien, mais a généré un exode de l'île vers le continent, où les Haïtiens ont cherché refuge dans différents pays au fil des ans. Mais ces dernières semaines, on a observé des migrations de divers points vers la frontière nord du Mexique, où ils cherchent à entrer aux États-Unis et se heurtent à un rejet immédiat et à des déportations massives

Mécanismes de protection

À la lumière de ces développements, l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) et le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme ont récemment exhorté les États à ne pas expulser les Haïtiens sans avoir évalué leurs besoins de protection, à adopter une approche globale qui garantisse les droits de l'homme de ces personnes et à proposer des mécanismes de protection ou des accords de séjour légal afin de garantir un accès effectif aux canaux de migration réguliers.

desplazados-haití-onu (2)
FICR - Haïti est l'un des pays les plus pauvres du monde et une grande partie de sa population dépend de l'aide humanitaire.

Dans une déclaration commune, les agences ont expliqué que les Haïtiens déplacés sont des personnes ayant des besoins de protection différents. Ils ont précisé que ce groupe comprend les enfants non accompagnés ou séparés, les victimes de la traite des êtres humains et les survivants de la violence sexiste, par exemple.
"Certaines de ces personnes ont des raisons fondées de demander une protection internationale en tant que réfugiés. D'autres peuvent avoir des besoins de protection différents", ont noté les agences.

Ils ont également rappelé que le droit international interdit les expulsions collectives et exige une évaluation au cas par cas pour identifier les besoins de protection sur la base du droit des réfugiés et des droits de l'homme.

Racisme et xénophobie

Ils ont condamné le discours public discriminatoire suggérant que la mobilité humaine est un problème et ont appelé à l'éviter à tout prix car il alimente le racisme et la xénophobie.

Les agences ont expliqué qu'au moins 19 000 personnes ont été déplacées à Port-au-Prince au cours du seul été dernier en raison de l'augmentation continue de la violence et de l'insécurité

desplazados-haití-onu (3)
UNICEF/Georges Harry Rouzier - Une famille est assise dans les décombres de sa maison détruite après le tremblement de terre en Haïti.

En outre, les données des Nations unies montrent que plus de 20 % des enfants ont été victimes de violences sexuelles et que près de 24 % de la population vit en dessous du seuil d'extrême pauvreté, avec un revenu de 1,23 dollar par jour.

On estime également que 4,4 millions de personnes, soit 46 % de la population, souffrent d'insécurité alimentaire, dont 1,2 million de personnes en situation d'urgence et 3,2 millions en situation de crise. Quelque 217 000 enfants souffrent de malnutrition modérée ou sévère

Le tableau va s'aggraver

Les agences ont prévenu que ces chiffres allaient s'aggraver en raison du tremblement de terre du 14 août, ce qui limite la capacité du pays à accueillir les rapatriés. "Les conditions en Haïti restent préoccupantes et ne sont pas propices aux retours forcés", ont-ils déclaré.

Le système des Nations Unies et ses partenaires aident les Haïtiens à l'intérieur et à l'extérieur de leur pays, ainsi que le long de leur itinéraire migratoire. Toutefois, il est urgent de faire bien davantage pour répondre à leurs besoins les plus pressants, ont conclu les agences.