L'ONU prévient que 235 millions de personnes auront besoin d'aide humanitaire d'ici 2021  

Il demandera 35 milliards de dollars pour faire face à la crise 
ONU

AP/PETROS GIANNAKOURIS:  -   Les migrants fuient le deuxième incendie en deux jours au camp de réfugiés de Moria, sur l'île de Lesbos, en Grèce.

Aux graves crises de réfugiés causées principalement par la guerre et les effets du changement climatique, s'est ajoutée cette année la pandémie COVID-19, dessinant, selon l'ONU, un scénario "sombre et désolant" pour 2021. L'organisation internationale va demander un total de 35 milliards de dollars pour faire face à cette crise.   

Le chef des opérations humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock, a annoncé que le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a élaboré des programmes pour aider 160 millions de personnes sur les 235 millions qui, selon les estimations, auront besoin d'une aide humanitaire, et a averti que nous sommes confrontés au choix suivant : "soit laisser 2021 être l'année du grand retournement, après 40 ans de progrès, soit travailler ensemble pour faire en sorte que nous trouvions un moyen de sortir de cette pandémie. 

REUTERS/CARLOS GARCIA RAWLINS : Le centre de services à la frontière entre l'Équateur et le Pérou.
REUTERS/CARLOS GARCIA RAWLINS : Le centre de services à la frontière entre l'Équateur et le Pérou.
Des années de progrès en danger  

L'OCHA demande 20 % de fonds supplémentaires pour 2021 par rapport à cette année, mais le problème est que, si les États n'ont pas pleinement répondu aux demandes de l'agence les années précédentes, ils ne devraient pas le faire cette année, étant donné qu'ils doivent faire face à la crise économique résultant de la pandémie sur leur propre territoire. Il est vrai que jusqu'à présent, en 2020, les donateurs ont fourni un montant record de 17 milliards de dollars, mais c'est moins de la moitié de ce qui a été demandé pour cette année. Cela ne représente que 70 % de l'objectif annuel.  

Les perspectives de l'aide humanitaire en 2021 "reflètent l'impact de COVID sur certains des endroits les plus vulnérables du monde, qui s'ajoute à des facteurs antérieurs tels que les conflits et le changement climatique, avec davantage d'inondations, de sécheresses et d'autres événements extrêmes", a déclaré Lowcock.  

Le COVID-19 a déclenché la plus profonde récession mondiale depuis les années 1930. Pour la première fois en 22 ans, l'extrême pauvreté et le chômage ont augmenté de façon spectaculaire, les femmes et les jeunes de 15 à 29 ans travaillant dans le secteur informel étant les plus touchés. 

AFP/ ESSA AHMED : Les Yéménites déplacés près de la frontière avec l'Arabie Saoudite reçoivent une aide humanitaire du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) et du HCR.
AFP/ ESSA AHMED : Les Yéménites déplacés près de la frontière avec l'Arabie Saoudite reçoivent une aide humanitaire du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) et du HCR.

D'ici la fin de l'année, le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire aiguë pourrait atteindre 270 millions. Les conflits politiques en sont la cause principale, touchant au total 77 millions de personnes dans 22 pays. Mais d'autres facteurs tels que la fréquence des événements météorologiques et des catastrophes naturelles, qui sont de plus en plus fréquents, aggravent également les vulnérabilités chroniques.   

Dans le domaine de la santé, le nombre annuel de décès dus à des maladies telles que le VIH, la tuberculose et le paludisme pourrait doubler, mettant fin à 20 ans de progrès. En outre, plus de cinq millions d'enfants de moins de cinq ans sont confrontés aux menaces de choléra et de diarrhée aqueuse aiguë. Les flambées épidémiques sont en augmentation et la pandémie a entravé les services de santé dans presque tous les pays.   

En termes d'inégalité entre les sexes, l'enfermement domestique a entraîné une exposition accrue des femmes et des filles à la violence sexiste. Les estimations indiquent une augmentation de 15 millions de cas de violence sexiste au sein du foyer pour chaque trimestre d'enfermement.   

La pandémie a également mis à mal la santé mentale, en particulier dans les contextes humanitaires où les ressources pour les soins psychologiques sont rares ou inexistantes. La perte d'emploi, la perte de la famille et des amis, et les mesures d'enfermement, entre autres, sont des facteurs de risque pour le bien-être mental à court et à long terme. Le principal obstacle est le manque de financement dans les budgets nationaux, seuls 17 % des pays ayant garanti des fonds supplémentaires dans ce domaine.   

AFP/ ASHRAF SHAZLY : Réfugié éthiopien dans le camp de Um Raquba, dans la province de Gedaref, à l'est du Soudan.
AFP/ ASHRAF SHAZLY : Réfugié éthiopien dans le camp de Um Raquba, dans la province de Gedaref, à l'est du Soudan.
Le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Amérique latine seront une priorité  

Dans beaucoup de ces pays, l'une des principales menaces, selon le chef de l'aide humanitaire de l'ONU, est la possibilité de famines majeures, qui "pourraient se produire dans de nombreuses régions du monde et seront un test difficile d'ici 2021", prévoit Lowcock.  

Le Moyen-Orient et l'Afrique seront au premier plan de l'agenda humanitaire. Pour les réfugiés syriens, 10 milliards de dollars seront alloués dans le but de venir en aide à 20,6 millions de personnes. La guerre au Yémen obligera les Nations Unies à allouer 3,4 milliards de dollars pour aider 19 millions de personnes. En Afrique, l'ONU demandera 4 milliards de dollars pour la République démocratique du Congo et le Soudan, pays qui ont été dévastés par l'instabilité politique et économique.    

En Amérique latine, l'épicentre de la maladie pendant une grande partie de l'année 2020, les catastrophes naturelles récurrentes, l'extrême pauvreté, la violence, l'insécurité alimentaire, les déplacements massifs, les inégalités économiques et l'instabilité politique, ainsi que les effets de COVID-19, auront des conséquences sociales et humanitaires qui se feront sentir pendant des années, voire des décennies, selon les Nations unies.  

Le Venezuela, la Colombie et Haïti seront les pays qui auront le plus besoin d'aide humanitaire. L'OCHA demandera 2,162 milliards de dollars US pour aider 4,5 millions de Vénézuéliens dans le pays et 3,3 millions des 7 millions de migrants dans les autres pays d'Amérique latine. En ce qui concerne la Colombie, les Nations unies estiment que 6,7 millions de citoyens ont besoin d'une aide humanitaire après des décennies de conflit, et demanderont 300 millions pour aider 1,5 million de personnes. Pour Haïti, où l'insécurité alimentaire est passée de 2,6 millions (2019) à 3,1 millions (2020), 235,6 millions de dollars seront nécessaires.