L'OPEP accepte de réduire sa production de pétrole pour stabiliser les prix du baril

Les puissances pétrolières ont annoncé une réduction de leur pompage de près de 10 millions de barils par jour en mai et juin pour compenser l'effondrement de la demande de coronavirus
Raffinerie de pétrole dans la ville de Nasiriyah, au sud de l'Irak

AFP/ HAIDAR MOHAMMED ALI  -   Raffinerie de pétrole dans la ville de Nasiriyah, au sud de l'Irak

Les négociations ont duré jusqu'à la dernière minute, mais cette fois-ci, il y a de la fumée blanche. Les puissances pétrolières ont convenu dimanche soir de procéder à une réduction record de la production de pétrole afin de stabiliser les prix du pétrole. Ils cesseront de pomper jusqu'à 9,7 millions de barils par jour en mai et juin, pour tomber à huit millions par jour entre juillet et décembre, et à six millions entre janvier 2021 et avril 2022. La crise sanitaire déclenchée par le coronavirus, qui a fait chuter la demande d'hydrocarbures, et la stratégie de multiplication de l'offre de l'Arabie saoudite face au désaccord avec la Russie ont fait que le baril de Brent et le baril du Texas ont enregistré des prix d'il y a deux décennies et provoqué une grande volatilité sur le marché.   

Une trentaine de pays regroupés autour de l'alliance OPEP+, dirigée par Riyad, et Moscou en tant que chef des alliés extérieurs, ont conclu l'accord après des journées marathon de téléconférences depuis jeudi dernier. « Ces ajustements de la production sont historiques », a estimé le secrétaire général de l'OPEP, Mohamed Barkindo. « Nous assistons aujourd'hui au triomphe de la coopération internationale et du multilatéralisme, qui sont au cœur des valeurs de l'OPEP », a-t-il déclaré sur son compte Twitter.  

Reunión virtual OPEP
AFP/HANDOUT/ SAUDI PRESS AGENCY/SP - Le ministre saoudien de l'énergie, Abdulaziz bin Salman, préside la réunion virtuelle extraordinaire de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole

Cependant, malgré l'énorme flux de pétrole que l'on envisage d'arrêter de pomper, il reste à voir si cela suffira à stabiliser les précédents face à l'effondrement de la demande provoqué par la pandémie de COVID-19. « Nous avons montré que l'OPEP est réveillée et vivante », a déclaré le ministre saoudien de l'énergie Abdulaziz bin Salman à Bloomberg TV quelques minutes après l'annonce de l'accord.   

Le faible prix du pétrole brut est une bonne nouvelle pour l'Espagne ou la Chine, qui ne disposent pas de ces matières premières et doivent les importer, bien que cela constitue un fardeau pour le développement des nouvelles énergies renouvelables. Le coût de leur production est plus élevé que celui de l'achat de pétrole bon marché.   

La difficulté des négociations et l'urgence de parvenir à un accord - à quelques heures seulement de l'ouverture des marchés en Asie - se sont traduites par une longue série de vidéoconférences de différents formats au cours des quatre derniers jours, soit au sein de l'alliance OPEP +, soit au sein du G20, qui est présidé cette année par l'Arabie saoudite. M. Barkindo souligne que cet accord ouvre la voie à une alliance mondiale avec la participation du G20 qui marque une étape importante dans l'histoire de la coopération pétrolière

Autre fait sans précédent, les dirigeants des trois plus grands producteurs de pétrole brut du monde - et concurrents dans une situation normale pour une part du marché - les États-Unis, l'Arabie saoudite et la Russie, ont soutenu l'accord. Les présidents Donald Trump et Vladimir Poutine et le roi Salman bin Abdulaziz ont soutenu l'accord lors d'une conversation téléphonique dimanche. « Les dirigeants ont soutenu l'accord conclu au sein de l'OPEP+ sur la limitation volontaire et progressive de la production de pétrole pour stabiliser les marchés mondiaux et assurer la durabilité de l'économie mondiale dans son ensemble », a déclaré le Kremlin dans un communiqué. 

Sede OPEP en Viena
REUTERS/LEONHARD FOEGER - Siège de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à Vienne

« Le gros contrat pétrolier avec l'OPEP+ est terminé. Il permettra de sauver des centaines de milliers d'emplois dans le secteur de l'énergie aux États-Unis », a écrit le président américain Donald Trump sur Twitter. « C'est beaucoup pour nous tous », souligne-t-il dans son profil. Il semble que la pression exercée par Washington ait été la clé du dénouement d'un accord avec de nombreux pays et intérêts concurrents, y compris une résistance inattendue du Mexique.  

L'accord implique de ratifier, dans les grandes lignes, ce qui a été esquissé par OPEP + jeudi dernier, avec un plan échelonné : la réduction de près de 10 millions de barils par jour pendant les mois de mai et juin, passerait à huit millions de barils par jour entre juillet et décembre, et à six millions de barils entre janvier 2021 et avril 2022. 

L'accord final a été conclu lorsque la pierre d'achoppement du Mexique, qui a refusé de couper les 400 000 barils par jour qu'il réclamait à l'origine, a été sauvée et qu'à présent, seuls 100 000 barils par jour doivent être retirés. Les États-Unis reprendront les 300 000 barils par jour que leur voisin du sud ne parvient pas à couper dans la version finale du pacte.  

La pandémie a été rejointe par une guerre des prix initiée en mars entre la Russie et l'Arabie Saoudite, après l'échec de l'accord visant à maintenir les réductions préconisées dans le cadre de l'OPEP+, qui a fait chuter les prix du pétrole à leur plus bas niveau depuis deux décennies

Le ministre iranien du pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, a déclaré après la réunion que les principaux membres de l'OPEP, ainsi que son principal producteur, l'Arabie Saoudite, et d'autres comme les Emirats arabes unis et le Koweït, ont également convenu d'une réduction supplémentaire commune de deux millions de barils par jour.  

Zanganeh a également expliqué, selon les médias iraniens, que les pays n'appartenant pas à l'alliance OPEP+ étaient prêts à réduire leur production de 3,7 millions de barils par jour, y compris les 300 000 barils pris en charge par les États-Unis pour le compte du Mexique. Les ministres de l'énergie du G20 ont conclu leur réunion vendredi dernier sans promesse concrète de réduction de la production, de sorte que l'on ne sait pas exactement quelle réduction les pays participants assumeront.

Baisse de la demande 

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a récemment estimé que la demande mondiale de pétrole pourrait chuter de 20 millions de barils par jour ce trimestre en raison des mesures visant à freiner la propagation des COV-19, avec quelque 3,5 milliards de personnes confinées chez elles.  

Si les réductions opérées par l'OPEP+ et d'autres producteurs peuvent entraîner un rebond des prix du pétrole, certains analystes doutent qu'ils puissent stabiliser le marché car les mesures commenceront en mai. Cela laisse près de trois semaines de production bien au-dessus de la demande, ce qui pourrait atténuer l'effet de la fermeture du robinet au cours des mois suivants.